Greenpeace Canada

Greenpeace Canada

29 janv. 2007 10h42 HE

Premier ministre Harper : ET KYOTO ?

Greenpeace dépose son projet de [R]évolution énergétique et exige des mesures urgentes dans le cadre des audiences sur la loi C-30

Attention: Affectateur, Rédacteur à l'environnement, Directeur général et de l'information OTTAWA/TORONTO--(CCNMatthews - 29 jan. 2007) - Les activistes de Greenpeace se sont joints à O. Polaire sur la colline parlementaire afin de demander au Premier ministre Harper si son gouvernement a l'intention de respecter les engagements du Canada envers le protocole de Kyoto. C'est aujourd'hui que débutent les audiences du comité législatif sur les changements climatiques et la la loi C-30 (la Loi sur la qualité de l'air du gouvernement Harper). Étendu sur une chaise longue au-dessus de laquelle un panneau indique « Et Kyoto ?», O. Polaire a profité de l'occasion pour remettre aux parlementaires un rapport intitulé [R]évolution énergétique. Vers un avenir énergétique propre et durable. Ce rapport, réalisé par Greenpeace et le Conseil européen des énergies renouvelables (Erec), dessine une stratégie qui permettra de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre au cours des 43 prochaines années, tout en maintenant un approvisionnement énergétique sécurisé abordable et une progression régulière du développement économique.

« Les plans d'action du Canada et du reste du monde en vue des changements climatiques reposent sur le protocole de Kyoto. Le gouvernement Harper doit décider s'il choisit de faire partie de la solution globale ou du problème. Nous attendons plus que des paroles du comité législatif, nous attendons des mesures urgentes » lance Steven Guilbeault, directeur de Greenpeace au Québec. « Le projet énergétique de Greenpeace démontre que nous pouvons lutter contre les changements climatiques sans mettre en péril la croissance économique. Il n'existe aucun obstacle technologique à la voie de l'énergie verte, c'est une question de volonté politique. »

Le rapport de 100 pages a été réalisé en collaboration avec les spécialistes de l'Institut de thermodynamique technique du Centre aérospatial allemand (DLR). En divisant le monde en dix régions, le rapport démontre par une analyse détaillée qu'il est possible de restructurer le système global d'énergie en s'appuyant uniquement sur des énergies renouvelables et des technologies efficaces éprouvées, et la cogénération décentralisée. Le scénario prévoit la croissance économique rapide de la Chine, de l'Inde et de l'Afrique et l'élimination progressive de l'énergie nucléaire et du charbon, à cause des problèmes environnementaux que ces énergies comportent.

« Le scénario de la Révolution énergétique arrive au bon moment. Le monde réclame une solution pour résoudre le dilemme auquel il fait face, soit de répondre aux besoins énergétiques sans accélérer les changements climatiques » ajoute Guilbeault. « Le monde peut profiter d'une énergie sécurisée, solide et renouvelable, tout en continuant de profiter d'une croissance économique globale et éliminer progressivement les sources d'énergie polluantes et dangereuses, telles que le charbon et le nucléaire. »

Le rapport fait ressortir que la fenêtre pendant laquelle il sera possible de prendre les décisions clés quant l'infrastructure énergétique demeure relativement courte. Les gouvernements, les organismes de placements et les entreprises de services n'ont que quelques années devant eux pour prendre les décisions clés, lesquelles pourraient ou lancer le monde sur la voie de l'énergie renouvelable, ou maintenir le statu quo. Le rapport fait aussi ressortir les avantages économiques du scénario de la Révolution énergétique et conclut que les énergies renouvelables peuvent devenir la colonne vertébrale de l'économie mondiale - non seulement dans les pays développés, mais aussi dans les pays en développement comme la Chine, l'Inde et le Brésil.

Le rapport arrive tout juste une semaine avant la publication du quatrième Rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) dans lequel sont détaillées les dernières études scientifiques sur les changements climatiques. C'est un rapport attendu qui permettra de lever tout doute sur le fondement scientifique des changements climatiques.

Pour télécharger une copie du rapport [R]évolution énergétique. Vers un avenir énergétique propre et durable, allez à :
www.greenpeace.org et www.erec.org

Pour en savoir plus, communiquez avec :
Steven Guilbeault, directeur de Greenpeace au Québec., cell: 514- 231-2650
Jocelyn Desjardins, communications Greenpeace, cell: 514-212-5749

IN: ENVIRONNEMENT, POLITIQUE

Renseignements

  • Jane Story, Communications Officer
    Numéro de téléphone: 416-597-8408 poste 3016
    Numéro de téléphone secondaire: 416-930-9055
    Courriel: jane.story@yto.greenpeace.org