Commission canadienne des droits de la personne

Commission canadienne des droits de la personne

09 déc. 2007 08h00 HE

RAPPEL/Commission canadienne des droits de la personne : Commentaire-10 décembre 2007-Journée internationale des droits de l'homme

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 9 déc. 2007) -

Il y a cinquante-neuf ans, le 10 décembre 1948, l'Assemblée générale des Nations Unies proclamait la Déclaration universelle des droits de l'homme, posant ainsi les fondements de l'égalité, de l'équité, de la compassion et du respect pour tous. A partir de ce moment-là, personne ne devait plus avoir à subir en silence l'outrage de la discrimination.

Depuis 1977, la Loi canadienne sur les droits de la personne est devenue un outil puissant de redressement des torts causés par la discrimination au Canada. La Commission a répondu à un grand nombre de plaintes de discrimination, et le Tribunal canadien des droits de la personne a rendu de nombreuses décisions. Il en résulte une solide structure de droits accumulés dont chaque couche renforce l'ensemble.

Nous avons réalisé beaucoup de choses mais il nous reste encore beaucoup à accomplir. Nous savons tous que le respect des droits inaliénables demeure un défi, tant ici qu'à l'étranger.

Une des leçons importantes à tirer de l'expérience acquise depuis l'adoption de la Déclaration de l'ONU, c'est qu'une divergence d'opinions raisonnable à propos des droits est certes bienvenue.

En tant que pays, nous pouvons être fiers du lien commun qui nous unit dans nos réalisations en matière de droits de la personne. Ce lien commun est la tolérance. Notre tolérance nous a permis d'examiner les questions soulevées sous d'autres angles, pour finalement accepter les droits gagnés par d'autres. Notre tolérance est l'un des traits les plus admirés de notre société, et elle doit continuer à régner.

Notre société a fait progresser les droits de la personne à l'aide des commissions chargée de ces droits à l'échelon fédéral, provincial et territorial, et des tribunaux. Pourtant, il reste beaucoup à faire et nous ne pouvons pas relâcher notre vigilance. Ce serait faire preuve de témérité et d'indifférence à l'égard du fait irréfutable que les droits de la personne ne sont jamais acquis définitivement. Ces droits sont mouvants et fragiles. Leur protection nécessite une attention de tous les instants. Notre fierté à l'égard de nos réalisations ne doit jamais nous faire perdre de vue notre objectif.

A titre de présidente récemment nommée du Comité international de coordination des institutions nationales pour la promotion et la protection des droits de l'homme, mon objectif est d'aider à renforcer les institutions responsables des droits de la personne de par le monde. Nous pouvons changer les choses : chaque droit acquis renforce une communauté; chaque droit partagé renforce un ensemble de nations.

J'espère que la Journée internationale des droits de l'homme sera pour nous tous et toutes une occasion de réfléchir à notre tolérance et de renouveler notre engagement à l'égard des droits de la personne.

Jennifer Lynch, c.r., Présidente, Commission canadienne des droits de la personne

Renseignements

  • Commission canadienne des droits de la personne
    Division des communications
    613-943-9118