Rogers Sugar Income Fund
TSX : RSI.UN

Rogers Sugar Income Fund

31 janv. 2007 14h14 HE

Rogers Sugar Income Fund : Rapport intermédiaire sur les résultats du premier trimestre de 2007

Le niveau de la marge brute ajusté augmente pour le trimestre. L'encaisse distribuable augmente pour le trimestre. Le Fonds a racheté et annulé 500 000 parts dans le cadre d'une offre publique de rachat dans le cours normal des affaires au cours du trimestre.

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 31 jan. 2007) - Rogers Sugar Income Fund (TSX:RSI.UN) (Tous les montants sont en dollars canadiens)

Message aux porteurs de parts

Au nom du conseil des fiduciaires, c'est avec plaisir que je vous présente les résultats financiers consolidés non vérifiés de Rogers Sugar Income Fund (le "Fonds") pour le trimestre terminé le 31 décembre 2006.

Le volume du premier trimestre s'est établi à 178 680 tonnes métriques, contre 187 722 tonnes métriques pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent, soit une baisse d'environ 9 000 tonnes métriques. Cette baisse est attribuable à un ensemble de facteurs. En raison des prix élevés du sucre, le volume des produits liquides a chuté d'environ 10 900 tonnes métriques du fait de la baisse des ventes aux clients acquéreurs de succédanés à base de sirop de maïs à haute teneur en fructose ("SMHTF"). Il n'y a eu aucune vente de jus concentré au cours du trimestre, alors que les ventes de ce produit avaient atteint 7 600 tonnes métriques au cours du trimestre correspondant de 2006. Aucun contrat visant le jus concentré n'a été négocié au cours de l'exercice à l'étude en raison des valeurs accrues du sucre brut. Le volume des ventes à la consommation a également baissé d'environ 1 800 tonnes métriques. Le manque à gagner en matière de volume a été en partie compensé par une hausse de 8 000 tonnes métriques des ventes industrielles faites aux clients actuels et par une augmentation de 3 200 tonnes métriques des ventes à l'exportation, laquelle est partiellement attribuable au calendrier des livraisons à l'égard du quota spécifique du Canada. Des ventes à l'exportation supplémentaires ont également été conclues avec le Mexique.

Du fait de l'adoption des nouvelles conventions comptables, le 1er octobre 2006, à l'égard des instruments financiers dérivés, les résultats d'exploitation du Fonds subiront dorénavant des fluctuations importantes. Ces fluctuations sont attribuables à l'évaluation à la valeur de marché de tous les instruments financiers dérivés et des instruments dérivés intégrés dans les instruments non financiers ainsi qu'à la contrepassation des soldes transitoires à la fin de la période considérée. Ce bénéfice comptable ne reflète pas le rendement économique du Fonds. Le Fonds a par conséquent dressé une marge brute ajustée et un résultat ajusté visant à refléter le rendement économique du Fonds au cours de la période considérée. Ce rendement économique peut être comparé au bénéfice établi pour les périodes antérieures. Tous ces ajustements non conformes aux PCGR sont expliqués en détail dans le rapport de gestion pour le trimestre terminé le 31 décembre 2006. Dans le présent communiqué de presse, et les communiqués de presse à venir, le Fonds traitera des marges brutes ajustées, lesquelles reflètent le bénéfice d'exploitation sans tenir compte de l'incidence des résultats transitoires découlant de l'adoption de cette nouvelle convention comptable et de l'évaluation à la valeur de marché des instruments financiers dérivés et des instruments dérivés intégrés dans des instruments non financiers.

Pour le trimestre à l'étude, la marge brute ajustée a augmenté de 2,5 millions de dollars comparativement à celle du trimestre correspondant de l'exercice précédent, bien que le volume de ventes ait été plus faible. La marge brute ajustée par tonne métrique s'est établie à 166,80 $ en 2007 contre 145,40 $ au trimestre correspondant de l'exercice précédent. La hausse du ratio de la marge est attribuable à une meilleure composition du chiffre d'affaires, ce qui comprend des ventes plus faibles de succédanés à base de SMHTF, l'absence de ventes de jus concentré, une amélioration des marges et une contribution de près de 5,00 $ la tonne métrique réalisée dans le cadre du programme de précouverture mis en place à Taber au cours de l'exercice 2006. Des ventes d'environ 10 000 tonnes métriques ayant fait l'objet d'opérations de précouverture ont donné lieu à une liquidation de positions au cours du trimestre à l'étude par suite de la livraison des produits en cause, ce qui a engendré un bénéfice de 0,9 million de dollars.

L'encaisse distribuable s'est établie à 15,4 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, comparativement à 12,9 millions de dollars au trimestre correspondant de l'exercice 2006. Cette hausse est attribuable à une amélioration du rendement de l'exploitation et à une baisse des intérêts débiteurs au cours de l'exercice 2007, par suite de la renégociation en mars 2006 des débentures convertibles de série initiale. Au cours du premier trimestre, le Fonds a distribué 9,3 millions de dollars, comparativement à 8,9 millions de dollars au cours du trimestre correspondant de l'exercice 2006.

Les écarts d'acquisition sont soumis à un test de dépréciation une fois l'an, ou plus fréquemment si des événements ou des changements de situation indiquent que l'actif pourrait avoir subi une dépréciation. Le 31 octobre 2006, le ministre des Finances du Canada a fait une annonce relativement à l'imposition des distributions des fiducies de revenu cotées en bourse. A la lumière de cette annonce, et de l'incidence en découlant sur le marché boursier lié aux fiducies de revenu, le Fonds a effectué un test de dépréciation au 31 décembre 2006 et a conclu que les écarts d'acquisition n'avaient subi aucune dépréciation.

Au cours du trimestre à l'étude, le Fonds a racheté et annulé 500 000 parts au prix moyen de 3,64 $ dans le cadre d'une offre publique de rachat dans le cours normal des affaires. Le Fonds continuera à racheter des parts dans la mesure où la fourchette de prix selon laquelle les parts se négocient ne reflète pas la juste valeur des parts.

A Taber, la récolte des betteraves s'est achevée au début de novembre donnant lieu à un rendement par acre inégalé. Selon la récolte totale, l'usine de Taber devrait produire environ 125 000 tonnes métriques de sucre, soit 25 000 tonnes métriques de plus que ce qui avait été prévu. Du fait des occasions de marché limitées dans l'Ouest du Canada et pour ce qui est des ventes à l'exportation, une tranche importante de cette production supplémentaire pourrait devoir être entreposée en prévision des ventes de l'exercice 2008.

AU NOM DU CONSEIL DES FIDUCIAIRES,

(signé)

Edward Y. Baker

Toronto, Ontario, le 31 janvier 2007



Rogers Sugar Income Fund
Bilans consolidés
31 décembre 2006 et 2005
(en milliers de dollars)
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------
31 décembre 30 septembre 31 décembre
2006 2006 2005
---------------------------------------------------------------------
(non vérifié) (vérifié) (non vérifié)
ACTIF
Actif à court terme
Espèces et quasi-espèces 27 559 $ 14 549 $ 6 689 $
Débiteurs 42 446 48 470 62 325
Stocks 81 249 76 884 65 272
Charges payées d'avance 1 449 3 006 2 451
Instruments financiers dérivés
(note 5) 438 - -
Impôts futurs - - 2 368
---------------------------------------------------------------------
153 141 142 909 139 105
Immobilisations 204 636 205 857 207 529
Instruments financiers dérivés
(note 5) 78 6 367 -
Autres actifs (note 4) 413 7 280 5 355
Ecarts d'acquisition (note 6) 223 043 223 043 223 043
---------------------------------------------------------------------
581 311 $ 585 456 $ 575 032 $
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------
PASSIF ET AVOIR DES PORTEURS DE PARTS
Passif à court terme

Dette bancaire - $ - $ 5 000 $
Créditeurs et charges à payer 46 543 57 898 44 919
Impôts futurs 6 726 4 576 -
IInstruments financier dérivés
(note 5) 648 - -
Tranche à moins de un an des
débentures convertibles
subordonnées non garanties - - 7 193
---------------------------------------------------------------------
53 917 62 474 57 112
Avantages sociaux futurs 16 974 17 409 17 813
Instruments financiers
dérivés (note 5) 37 - -
Dette à long terme (note 7) 113 587 115 000 115 000
Débentures convertibles
subordonnées non garanties
(note 8) 129 697 135 000 53 854
Impôts futurs 6 951 2 689 6 280
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------
321 163 332 572 250 059
AVOIR DES PORTEURS DE PARTS
Parts de fiducie (note 9) 566 494 571 034 577 563
Composante capitaux propres
des débentures convertibles
subordonnées non garanties - - 70 870
Surplus d'apport (note 9) 1 458 52 11
Cumul des autres éléments
du résultat étendu (1 334) - -
Déficit (306 470) (318 202) (323 471)
---------------------------------------------------------------------
260 148 252 884 324 973
---------------------------------------------------------------------
581 311 $ 585 456 $ 575 032 $
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------


Rogers Sugar Income Fund
Etats consolidés des résultats non vérifiés
Pour les trimestres terminés les 31 décembre 2006 et 2005
(en milliers de dollars, sauf les montants par part de fiducie)
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------
2006 2005
(non vérifié) (non vérifié)
---------------------------------------------------------------------
134 880 $ 118 040 $
Produits
Coût des marchandises vendues 94 666 90 745
---------------------------------------------------------------------
Marge brute 40 214 27 295

Charges
Frais de vente et d'administration 4 519 5 567
Distribution 2 925 3 038
---------------------------------------------------------------------
7 444 8 605

Bénéfice avant les intérêts, la charge
d'impôts et l'amortissement 32 770 18 690
Amortissement 3 157 3 067
---------------------------------------------------------------------

Bénéfice avant les intérêts et la charge
d'impôts 29 613 15 623
---------------------------------------------------------------------

Intérêts sur la dette à long terme et
les débentures convertibles 3 824 2 760
Amortissement des frais de financement reportés 380 323
Tranche à court terme des intérêts débiteurs
(créditeurs) (237) (93)
---------------------------------------------------------------------
3 967 2 990
---------------------------------------------------------------------
Bénéfice avant la charge d'impôts 25 646 12 633

Charge (recouvrement) d'impôts
Impôts exigibles (443) 227
Impôts futurs 6 412 1 246
---------------------------------------------------------------------
5 969 1 473
---------------------------------------------------------------------
19 677 $ 11 160 $
Bénéfice net
---------------------------------------------------------------------
Bénéfice net par part de fiducie
De base 0,22 $ 0,11 $
Dilué 0,19 $ 0,10 $
---------------------------------------------------------------------

Renseignements supplémentaires

Charge afférente aux avantages sociaux futurs 714 $ 1 078 $
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------



Rogers Sugar Income Fund
Etats consolidés de l'avoir des porteurs de parts non vérifiés
Pour les trimestres terminés les 31 décembre 2006 et 2005
(en milliers de dollars)
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------
2006
---------------------------------------------------------------------
Cumul des
autres
éléments
du
Parts de Surplus résultat
fiducie d'apport étendu Déficit Total
---------------------------------------------------------------------
Solde au début de
la période 571 034 $ 52 $ - $ (318 202)$ 252 884 $
Distributions (1 324) - - (7 981) (9 305)
Obligations
découlant des
options sur actions - 12 - - 12

Rachat de parts de
fiducie (note 9) (3 216) 1 394 - - (1 822)
Ajustement pour
tenir compte des
modifications
de conventions
comptables en
vigueur le
1er octobre 2006
(note 5) - - (3 282) 36 (3 246)
Virement au coût
des marchandises
vendues du cumul
des autres éléments
du résultat étendu
(note 5) - - 1 948 - 1 948
Intérêts débiteurs
sur la composante
capitaux propres
des débentures
convertibles
subordonnées
non garanties - - - - -

Bénéfice net - - - 19 677 19 677
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------
Solde à la fin de
la période 566 494 $ 1 458 $ (1 334)$ (306 470)$ 260 148 $
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------



----------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------
2005
----------------------------------------------------------------------
Composante
capitaux
propres des
débentures
convertibles
Parts de subordonnées Surplus
fiducie non garanties d'apport Déficit Total
----------------------------------------------------------------------
Solde au début
de la période 578 398 $ 69 207 $ - $ (324 907)$ 322 698 $

Distributions (835) - - (8 061) (8 896)
Obligations
découlant
des options
sur actions - - 11 - 11

Rachat de parts
de fiducie
(note 9) - - - - -
Ajustement pour
tenir compte
des modifications
de conventions
comptables
en vigueur le
1er octobre 2006
(note 5) - - - - -
Virement au coût
des marchandises
vendues du
cumul des autres
éléments du
résultat
étendu (note 5) - - - - -
Intérêts débiteurs
sur la composante
capitaux propres
des débentures
convertibles
subordonnées
non garanties - 1 663 - (1 663) -
Bénéfice net - - - 11 160 11 160
----------------------------------------------------------------------
Solde à la fin
de la
période 577 563 $ 70 870 $ 11 $ (323 471)$ 324 973 $
----------------------------------------------------------------------



Rogers Sugar Income Fund
Etats consolidés des flux de trésorerie non vérifiés
Pour les trimestres terminés les 31 décembre 2006 et 2005
(en milliers de dollars)
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------
Pour les trimestres terminés les
31 décembre
2006 2005
(non vérifié) (non vérifié)
---------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie liés aux activités
d'exploitation
Bénéfice net 19 677 $ 11 160 $
Ajustements pour tenir compte des
éléments hors caisse suivants :
Amortissement 3 157 3 067
Amortissement des frais de financement
reportés 380 323
Impôts futurs 6 412 1 246
Avantages sociaux futurs (435) (554)
Charge de rémunération à base
d'actions 12 -
Instruments financiers dérivés 6 536 -
Virement du cumul des autres éléments du
résultat étendu (1 334) -
Autres (193) 467
---------------------------------------------------------------------
34 212 15 709
---------------------------------------------------------------------
Variation des éléments hors caisse du
fonds de roulement lié à l'exploitation
Débiteurs 6 024 (4 321)
Stocks (4 365) (33 207)
Charges payées d'avance 1 557 288
Créditeurs et charges à payer (11 876) 120
---------------------------------------------------------------------
(8 660) (37 120)
---------------------------------------------------------------------
25 552 (21 411)
Flux de trésorerie liés aux activités de
financement
Augmentation de la dette bancaire - 5 000
Distributions aux porteurs de parts (9 305) (8 896)
Rachat de parts de fiducie (1 822) -
Intérêts débiteurs sur la composante
capitaux propres des débentures
convertibles subordonnées non garanties - (1 663)
---------------------------------------------------------------------
(11 127) (5 559)
---------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie liés aux activités
d'investissement Acquisitions
d'immobilisations (1 415) (1 632)
---------------------------------------------------------------------
Variation nette des espèces et
quasi-espèces 13 010 (28 602)
Espèces et quasi-espèces au début
de la période 14 549 35 291
---------------------------------------------------------------------

Espèces et quasi-espèces à la fin de
la période 27 559 $ 6 689 $
---------------------------------------------------------------------
Renseignements supplémentaires
Intérêts versés sur la dette et la
composante capitaux propres des
débentures convertibles 5 442 6 960
Impôts sur les bénéfices payés 177 273
Immobilisations comprises dans les
créditeurs et charges à payer 989 368
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------


Notes afférentes aux états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés Pour les trimestres terminés les 31 décembre 2006 et 2005 (Les montants figurant dans les tableaux sont en milliers de dollars.)

Rogers Sugar Income Fund (le "Fonds") est une fiducie à capital variable, à but restreint, qui a été créée en vertu des lois de l'Ontario par une déclaration de fiducie modifiée et mise à jour en date du 3 février 2005 (la "déclaration de fiducie"). Un nombre illimité de parts de fiducie peut être émis aux termes de la déclaration de fiducie.

Note 1 Mode de présentation

Les présents états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés ont été dressés conformément aux principes comptables généralement reconnus du Canada. Outre les modifications de conventions comptables indiquées à la note 2, les mêmes conventions comptables que celles présentées dans les états financiers consolidés figurant dans le dernier rapport annuel du Fonds ont été utilisées. Par conséquent, les présents états financiers consolidés intermédiaires non vérifiés doivent être lus à la lumière des états financiers consolidés et des notes y afférentes inclus dans le rapport annuel de 2006 du Fonds. Les présents états financiers trimestriels consolidés n'ont pas été examinés ni vérifiés par les vérificateurs externes du Fonds.

Note 2 Modifications de conventions comptables

Instruments financiers

Le 1er octobre 2006, le Fonds a adopté les chapitres suivants du Manuel de l'Institut Canadien des Comptables Agréés ("ICCA"), soit le chapitre 3855, intitulé "Instruments financiers - Comptabilisation et évaluation" ("chapitre 3855"), le chapitre 3861 intitulé "Instruments financiers - Informations à fournir et présentation ("chapitre 3861") et le chapitre 3865 intitulé, "Couvertures" ("chapitre 3865"). Ces chapitres ont dû être adoptés, de concert avec les chapitres 1530 et 3251 du Manuel de l'ICCA, intitulés respectivement "Résultat étendu" ("chapitre 1530") et "Capitaux propres" ("chapitre 3251"), pour les exercices ouverts à compter du 1er octobre 2006, de façon prospective. Aux termes de ces normes, tous les instruments financiers sont classés dans une des cinq catégories suivantes : actifs financiers disponibles à la vente, prêts et créances, autres passifs financiers, instruments détenus à des fins de transaction et instruments détenus jusqu'à leur échéance. L'évaluation initiale des instruments financiers est effectuée à la juste valeur, pour tous les états financiers, et l'évaluation ultérieure et la comptabilisation de la variation de la valeur des instruments financiers dépendent de leur classement initial. Les instruments disponibles à la vente sont évalués à leur juste valeur à chaque période et les gains ou les pertes non réalisés découlant de la variation de la juste valeur sont constatés dans les autres éléments du résultat étendu jusqu'à ce que l'actif ou le passif soit sorti du bilan. Les placements à court terme facilement monnayables du Fonds compris dans les espèces et quasi-espèces ont été classés dans les actifs disponibles à la vente. Le Fonds n'a aucun prêt à recevoir et ses débiteurs sont évalués au coût après amortissement, lequel se rapproche du coût. Les variations de la juste valeur ne sont portées au résultat net que lorsqu'elles sont réalisées, ou qu'une baisse de valeur de l'actif survient. Les créditeurs et charges à payer du Fonds sont classés dans les autres passifs financiers. Les actifs et les passifs financiers classés comme étant détenus à des fins de transaction sont évalués à leur juste valeur à chaque période, et les variations de la juste valeur au cours de périodes subséquentes sont comprises dans le résultat net. Le bilan comprend des instruments financiers dérivés et certains instruments dérivés intégrés qui ont été classés dans les instruments détenus à des fins de transaction. Les actifs détenus jusqu'à leur échéance et les autres passifs sont évalués au coût après amortissement, et les intérêts créditeurs ou débiteurs sont constatés sur la durée de vie de l'instrument. La société ne détient aucun actif ni passif faisant partie de cette catégorie.

i) Espèces et quasi-espèces

Conformément au chapitre 3855, le Fonds classe ses espèces et quasi-espèces dans les actifs disponibles à la vente et il les évalue à leur juste valeur. Les espèces et quasi-espèces comprennent les fonds en caisse, les soldes bancaires et les placements à court terme facilement monnayables comportant des échéances d'au plus trois mois ainsi que les découverts bancaires lorsque ces derniers font partie intégrante de la gestion de trésorerie du Fonds. En raison de la nature des éléments constituant les espèces et quasi-espèces, l'incidence sur le résultat étendu pour le trimestre est de néant. L'adoption du chapitre 3855 n'a pas entraîné de modification du classement des espèces et quasi-espèces.

ii) Instruments financiers dérivés et instruments dérivés intégrés

Conformément au chapitre 3855, le Fonds classe les instruments financiers dérivés et les instruments dérivés intégrés qui n'ont pas été désignés comme couvertures aux fins comptables dans les instruments détenus à des fins de transaction et il les évalue à leur juste valeur. Les instruments financiers dérivés se composent des contrats à terme normalisés sur le sucre, des contrats de change à terme et des contrats à terme normalisés sur le gaz naturel, et les instruments dérivés intégrés se rapportent à l'élément change de certains contrats de vente, tous ces instruments étant conclus par les sociétés en exploitation du Fonds dans le cours normal des affaires. Le Fonds ne désigne plus ces instruments financiers dérivés et instruments dérivés intégrés comme couvertures en raison des nouvelles exigences aux fins de la comptabilité de couverture ("chapitre 3865") qui sont entrées en vigueur le 1er octobre 2006.

iii) Résultat étendu

Le chapitre 1530 établit des normes de comptabilisation et de présentation du résultat étendu. Le résultat étendu est défini comme étant la variation des capitaux propres (actifs nets) découlant d'opérations et d'autres événements non liés aux propriétaires. Les autres éléments du résultat étendu sont définis comme étant les produits, les charges, les gains et les pertes qui, conformément aux sources premières des PCGR, sont constatés dans le résultat étendu, mais qui sont exclus du résultat net. L'adoption des nouvelles conventions comptables (voir la note 2) a donné lieu à des soldes transitoires au 1er octobre 2006 constatés au poste Cumul des autres éléments du résultat étendu. Le virement de ces soldes sera imputé au coût des marchandises vendues sur la durée des éléments couverts.

Note 3 Principales conventions comptables

a) Comptabilité de couverture

Le Fonds a recours à des contrats à terme normalisés sur le sucre brut et à des contrats de change à terme dans le cadre de ses programmes d'achat de sucre brut, et il utilise les contrats à terme normalisés sur le gaz naturel pour couvrir, de façon économique, les achats de gaz naturel utilisé dans le cadre de ses activités de fabrication. Le Fonds a comme politique de ne pas utiliser d'instruments financiers dérivés à des fins de transaction ou de spéculation. Avant l'adoption des nouvelles conventions comptables, entrées en vigueur le 1er octobre 2006 (voir la note 2), les gains et les pertes admissibles découlant des contrats à terme normalisés sur le sucre brut et sur les contrats de change à terme étaient reportés et constatés comme partie intégrante du coût des achats de stocks, et ils étaient portés au débit ou au crédit du coût des marchandises vendues lorsque les stocks en question étaient vendus. Les gains et les pertes admissibles sur les contrats à terme normalisés sur le gaz naturel étaient reportés hors bilan et constatés comme partie intégrante des achats de gaz naturel, et ils étaient imputés au coût des marchandises vendues dans la période au cours de laquelle les produits fabriqués connexes étaient vendus.

Du fait des conventions comptables adoptées par le Fonds le 1er octobre 2006 (voir la note 2), le Fonds a conclu qu'il ne désignerait plus ses instruments financiers dérivés sur le sucre, les devises ou le gaz naturel comme couvertures à des fins comptables. Par conséquent, toutes les variations de la juste valeur des instruments financiers dérivés sont dorénavant immédiatement constatées au poste Coût des marchandises vendues de l'état des résultats, un montant correspondant étant constaté au bilan comme instruments financiers dérivés à l'actif ou au passif.



Note 4 Autres actifs
----------------------------------------------------------------------
31 décembre 30 septembre 31 décembre
2006 2006 2005
----------------------------------------------------------------------

Frais de financement reportés (a) - $ 6 398 $ 4 004 $
Intérêts payés d'avance au titre de
swaps (a) - 823 1 196
Autres 413 59 155
----------------------------------------------------------------------
413 $ 7 280 $ 5 355 $
----------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------


a) En raison de l'adoption de nouvelles conventions comptables, tel que l'indique la note 2, le solde des frais de financement reportés au 1er octobre 2006, établi à 6,4 millions de dollars, et le solde des intérêts au titre de swaps, établi à 0,8 million de dollars, ont été reclassés pour compenser la dette respective pour laquelle ils ont été engagés. Voir la note 7 -- Dette à long terme et la note 8 -- Débentures convertibles subordonnées non garanties, pour de plus amples renseignements.

Note 5 Actifs financiers dérivés / passifs financiers dérivés

Comme l'indique la note 2 afférente aux états financiers, le Fonds a adopté le chapitre 3855 et le chapitre 3865 du Manuel le 1er octobre 2006. Le chapitre 3855 complète le chapitre 3860 et donne des précisions quant au moment où un instrument financier doit être constaté au bilan ainsi qu'à l'ampleur des gains et des pertes qui doivent être constatés et au mode de comptabilisation. Plus précisément, l'adoption de ce chapitre a entraîné l'obligation pour le Fonds d'évaluer à la valeur de marché tous les instruments financiers dérivés en circulation à la fin de la période considérée, qui n'ont pas été désignés comme couvertures à des fins comptables.

Le chapitre 3865 établit des critères qui précisent quand et comment la comptabilité de couverture peut être appliquée dans les états financiers d'une société. En raison d'une nouvelle définition et de nouvelles exigences à l'égard de la couverture aux termes du chapitre 3865, le Fonds a établi que tous les instruments financiers dérivés sur le sucre, les devises ou le gaz naturel de ses sociétés en exploitation, lesquels sont tous conclus dans le cours normal des activités, ne seraient plus désignés comme couvertures à des fins comptables.

En outre, afin de se conformer au chapitre 3855, le Fonds a dû passer en revue tous les contrats en place au 1er octobre 2006 afin de répertorier les dérivés non financiers. Le Fonds a choisi de passer en revue tous les contrats en place au 1er octobre 2006 qui ont été conclus après le 1er octobre 2002 afin de repérer les instruments dérivés intégrés dans ces contrats et de déterminer si ces instruments dérivés intégrés devaient être constatés distinctement, à la juste valeur, du contrat de base. Le Fonds a établi que certains contrats de vente libellés en dollars US comportaient des instruments dérivés intégrés, dans le cas de clients dont la monnaie de fonctionnement n'est pas le dollar US.

L'adoption de ces nouvelles conventions comptables a eu une double incidence. Premièrement, elle a donné lieu à la constatation initiale des gains ou des pertes non réalisés au titre d'instruments financiers dérivés et d'instruments dérivés intégrés qui n'étaient plus admissibles à la comptabilité de couverture au 1er octobre 2006. Les montants en cause ont été évalués et désignés sous le nom de soldes transitoires, et ils seront amortis prospectivement, à mesure qu'ils viennent à échéance. Deuxièmement, à l'avenir, à partir du 1er octobre 2006, ces instruments financiers dérivés et instruments dérivés intégrés seront évalués à la valeur de marché à chaque date de clôture, et le montant du gain ou de la perte non réalisé sera imputé à l'état consolidé des résultats, un montant compensatoire correspondant étant porté au bilan.

Le détail des gains ou des pertes inscrits au cours du trimestre, dans le cadre de l'évaluation à la valeur de marché de tous les instruments financiers dérivés et instruments dérivés intégrés, de même que la contrepassation des soldes transitoires sont indiqués ci-dessous. Dans le cas des contrats à terme normalisés sur le sucre et le gaz naturel (instruments financiers dérivés), les montants notés ci-dessous sont retranchés des marges de variation payées aux courtiers ou reçues des courtiers à la fin de la période considérée. Les contrats à terme normalisés sur le gaz naturel et sur le sucre ont été évalués à la valeur de marché au moyen des valeurs à cote publiées pour ces marchandises, alors que les contrats de change à terme ont été évalués à la valeur de marché au moyen des taux publiés par l'institution financière constituant la contrepartie à ces contrats.



-----------------------------------------------------------------
Cumul Coût des
des autres marchandises
éléments du vendues de
SOLDES Actifs/ résultat l'état
TRANSITOIRES (Passifs) Déficit étendu des résultats
-----------------------------------------------------------------
Gain (perte)
Solde
d'ouverture
inscrit
1(er) octobre
2006
Contrats à
terme
normalisés
sur le sucre (2 450) - - (2 450)
Contrats à
terme
normalisés
sur le gaz
naturel 3 282 - (3 282) -
Contrats de
change à
terme - - - -
Instruments
dérivés
intégrés (36) 36 - -
-----------------------------------------------------------------
Total partiel s.o. 36 (3 282) (2 450)
Contrepassation
Des soldes
transitoires
au cours du
premier trimestre
Contrats à
terme
normalisés
sur le sucre - - - 4 720
Contrats à
terme
normalisés
sur le gaz
naturel - - 1 948 (1 948)
Contrats de
change à
terme - - - 128
Instruments
dérivés
intégrés - - - -
-----------------------------------------------------------------
Total au 31
décembre 2006 s.o. $ 36 $ (1 334)$ 450 $
-----------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------


----------------------------------------------------------------
Actifs au Passifs
titre des au titre des Coût des
instruments instruments marchandises
EVALUATION A LA financiers financiers vendues de
VALEUR DE Court Long Court Long l'état
MARCHE terme terme terme terme des résultats
----------------------------------------------------------------

Contrats à
terme
normalisés
sur le sucre - $ - $ 153 $ 37 $ 10 080 $
Contrats à
terme
normalisés
sur le gaz
naturel 438 69 - - 1 512
Contrats de
change à
terme - 9 133 - (1 232)
Instruments
dérivés
intégrés - - 362 - (399)
----------------------------------------------------------------
Total 438 $ 78 $ 648 $ 37 $ 9 961 $
----------------------------------------------------
Incidence des
soldes
transitoires
sur le
coût des
marchandises
vendues - - - - 450
--------
Total 10 411 $
--------
--------


Note 6 Ecarts d'acquisition

L'écart d'acquisition n'est pas amorti et il est soumis à un test de dépréciation, chaque année, ou plus fréquemment si des événements ou des changements de situation indiquent que l'actif pourrait avoir subi une dépréciation. Le test de dépréciation se fait en deux étapes. A la première étape, la valeur comptable d'une unité d'exploitation est comparée à sa juste valeur. Lorsque la juste valeur excède la valeur comptable, l'écart d'acquisition est considéré comme n'ayant pas subi de dépréciation. Il n'est alors pas nécessaire de passer à la seconde étape du test de dépréciation, qui n'est abordée que lorsque la valeur comptable de l'unité d'exploitation excède sa juste valeur. Dans ce cas, la juste valeur implicite de l'écart d'acquisition est comparée à sa valeur comptable afin d'évaluer le montant de la perte de valeur, le cas échéant.

Le 31 octobre 2006, le ministre des Finances du Canada a fait une annonce au sujet de l'imposition des distributions des fiducies de revenu cotées en bourse. L'impôt proposé toucherait les fiducies actuellement en place à compter de l'exercice 2011. A la lumière de ces faits nouveaux et de l'incidence connexe sur le marché boursier relatif aux fiducies de revenu au Canada, le Fonds a effectué un test de dépréciation au 31 décembre 2006 et a conclu que les écarts d'acquisition n'avaient subi aucune baisse de valeur.



Note 7 Dette à long terme

----------------------------------------------------------------
31 décembre 30 septembre
2006 2006
----------------------------------------------------------------
Emprunt à terme 49 500 $ 50 000 $
Débentures de premier rang garanties 64 087 65 000
----------------------------------------------------------------
113 587 $ 115 000 $
----------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------


En raison de l'adoption des nouvelles conventions comptables mentionnées à la note 2, conformément au chapitre 3855, le Fonds a reclassé le solde au 1(er) octobre 2006 des frais de financement reportés et des intérêts payés d'avance au titre de swaps et l'a déduit de la dette à l'égard de laquelle ces frais et intérêts ont été engagés. Le montant en cours des frais de financement reportés sera amorti selon la méthode des intérêts effectifs.



Note 8 Débentures convertibles subordonnées non garanties

-------------------------------------------------------
31 décembre 30 septembre
2006 2006
-------------------------------------------------------
Deuxième série 48 154 $ 50 000 $
Troisième série 81 543 85 000
-------------------------------------------------------
129 697 $ 135 000 $
-------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------


En raison de l'adoption des nouvelles conventions comptables mentionnées à la note 2, conformément au chapitre 3855, le Fonds a reclassé le solde des frais de financement reportés au 1(er) octobre 2006 et l'a déduit des débentures convertibles à l'égard desquelles ces frais ont été engagés. Le montant en cours des frais de financement reportés sera amorti selon la méthode des intérêts effectifs.

Note 9 Parts de fiducie

Au cours du premier trimestre, le Fonds a racheté, dans le cadre d'une offre publique de rachat effectuée dans le cours normal des affaires, 500 000 parts au prix moyen de 3,644 $ la part. Toutes ces parts ont été annulées avant le 31 décembre 2006. Le montant en capital des parts de fiducie a été crédité selon la valeur moyenne des parts au début du trimestre, ce qui a entraîné une baisse de 3,6 millions de dollars de la valeur du capital des parts de fiducie de laquelle a découlé la constatation d'un montant de 1,4 million de dollars au titre du surplus d'apport qui représente l'écart entre le montant versé et la valeur comptable des parts.



--------------------------------------------------
Nombre
de parts
de fiducie Montant
--------------------------------------------------
Solde au 30 septembre 2006 88 788 391 571 034 $
Rachat de parts de fiducie 500 000 (3 216)
Remboursement de capital - (1 324)
--------------------------------------------------
Solde au 31 décembre 2006 88 288 391 566 494 $
--------------------------------------------------
--------------------------------------------------


Note 10 Informations sectorielles

Le Fonds, par l'intermédiaire de ses sociétés en exploitation, exerce ses activités dans le secteur du sucre. La direction a structuré les résultats selon deux secteurs d'exploitation principaux en ce qui a trait à la prise des décisions d'exploitation et à l'évaluation du rendement, soit l'Est du Canada et l'Ouest du Canada. Ces secteurs sont gérés de façon distincte étant donné que chacun d'eux fait appel à une stratégie de marché qui lui est propre. Le Fonds évalue le rendement de chaque secteur en fonction du bénéfice d'exploitation. Les conventions comptables se rapportant à chaque secteur sont les mêmes que celles qui sont utilisées pour dresser les états financiers consolidés.


-------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------
Pour les trimestres terminés les 31 décembre (non vérifié)
-------------------------------------------------------------------
2006
-------------------------------------------------------------------
Données
Est du Ouest du intersec-
Canada Canada torielles
et autres Total
--------------------------------------------------------------------
Produits 85 448 $ 50 989 $ (1 557) $ 134 880 $
Bénéfice avant les
intérêts, la
charge d'impôts
et l'amortissement 18 798 14 135 (163) 32 770
Amortissement 1 845 1 000 312 3 157
Intérêts débiteurs,
montant net 7 065 5 362 (8 460) 3 967
Bénéfice net 7 594 $ 4 098 $ 7 985 $ 19 677 $
Acquisitions
d'immobilisations
corporelles 881 534 - 1 415
-------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------
Pour les trimestres terminés les 31 décembre (non vérifié)
-------------------------------------------------------------------
2005
-------------------------------------------------------------------
Données
Est du Ouest du intersec-
Canada Canada torielles
et autres Total
--------------------------------------------------------------------
Produits 73 317 $ 47 374 $ (2 651)$ 118 040 $
Bénéfice avant les
intérêts, la
charge d'impôts
et l'amortissement 11 610 7 233 (153) 18 690
Amortissement 1 772 982 313 3 067
Intérêts débiteurs,
montant net 7 102 5 314 (9 426) 2 990
Bénéfice net 1 711 $ 488 $ 8 961 $ 11 160 $
Acquisitions
d'immobilisations
corporelles 1 028 604 - 1 632
--------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------

Les produits proviennent de clients situés dans les zones
géographiques suivantes :


Pour les trimestres
terminés les 31 décembre
------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------
2006 2005
(non vérifié) (non vérifié)
------------------------------------------------------------------
Canada 125 473 $ 107 282 $
Etats-Unis et autres pays 9 407 10 758
------------------------------------------------------------------
134 880 $ 118 040 $
------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------


Note 11 Chiffres correspondants de l'exercice 2006

Certains chiffres correspondants de l'exercice 2006 ont été reclassés afin que leur présentation concorde avec celle de l'exercice à l'étude.

RAPPORT DE GESTION

Le présent rapport de gestion doit être lu à la lumière des états financiers non vérifiés et des notes y afférentes contenus dans le présent rapport trimestriel.

Dans l'analyse de nos résultats, en plus des mesures financières calculées et présentées conformément aux principes comptables généralement reconnus ("PCGR"), nous recourons également à un certain nombre de mesures financières non définies par les PCGR. Par mesure financière non définie par les PCGR, on entend une mesure numérique du rendement historique, de la situation financière ou des flux de trésorerie d'une entreprise qui exclut (inclut) des montants, ou fait l'objet d'ajustements ayant pour effet d'exclure (d'inclure) des montants, qui sont inclus dans la plupart des mesures directement comparables calculées et présentées conformément aux PCGR (ou en sont exclus). Les mesures financières non définies par les PCGR ne faisant l'objet d'aucune définition normalisée, il pourrait s'avérer impossible de les comparer avec les mesures financières non définies par les PCGR présentées par d'autres entreprises exerçant les mêmes activités, ou des activités similaires. Les investisseurs sont priés de lire intégralement nos états financiers consolidés ainsi que nos rapports mis à la disposition du public, et de ne pas se fier à une seule mesure financière.

Nous utilisons ces mesures financières non définies par les PCGR à titre de complément de nos résultats présentés en vertu des PCGR. Elles permettent de présenter nos activités sous un angle différent et, conjuguées à nos résultats formulés en vertu des PCGR et aux rapprochements avec les mesures financières correspondantes définies par les PCGR, font ressortir de manière plus nette les facteurs et tendances touchant notre entreprise.

Dans le présent rapport de gestion, nous traitons des mesures financières non définies par les PCGR, en décrivant notamment les raisons pour lesquelles nous estimons que ces mesures fournissent des renseignements utiles sur notre situation financière, nos résultats d'exploitation et nos flux de trésorerie, le cas échéant, et, dans la mesure où cela est important, les autres fins visées par le recours à ces mesures. Les rapprochements des mesures financières non définies par les PCGR et des mesures financières définies par les PCGR les plus directement comparables sont présentés dans le rapport de gestion.

Le présent rapport de gestion contient certains énoncés prospectifs qui reflètent les attentes actuelles du Fonds, de Sucre Lantic Limitée ("Lantic") et de Rogers Sugar Ltd. ("Rogers") (collectivement, la "société") à l'égard du rendement et d'événements futurs. L'utilisation de termes tels que "pouvoir", "devoir", "anticiper", "avoir l'intention de", "prévoir", "planifier", "croire" et d'autres expressions semblables vise à signaler des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs ne doivent pas être considérés comme une garantie du rendement ou des résultats futurs, et ils ne sont pas nécessairement une indication précise du rendement ou des résultats qui seront atteints, ni du moment où ils seront atteints. Les énoncés prospectifs se fondent sur l'information disponible au moment où ils sont rédigés, sur les hypothèses formulées par la direction et sur l'opinion émise de bonne foi par celle-ci à l'égard d'événements futurs, et ils sont soumis aux risques et incertitudes dont il est fait mention dans le présent rapport, lesquels pourraient faire en sorte que le rendement et les résultats réels diffèrent de façon importante de ceux qui sont indiqués dans les énoncés prospectifs, les résultats passés ou les prévisions courantes.

Des renseignements supplémentaires sur le Fonds, Lantic et Rogers, y compris la notice annuelle, les rapports trimestriels et annuels ainsi que d'autres informations, peuvent être obtenus sur le site Web de SEDAR, à l'adresse www.sedar.com.

Le présent rapport de gestion est daté du 25 janvier 2007.

Contrôles internes à l'égard de l'information financière

Conformément au Règlement 52-109 sur l'attestation de l'information présentée dans les documents intermédiaires des émetteurs, le chef de la direction et le chef des finances ont conçu, ou ont fait concevoir sous leur supervision, des contrôles et procédures de communication de l'information afin de donner l'assurance raisonnable i) que l'information que la société doit présenter dans ses documents intermédiaires et autres rapports déposés ou transmis en vertu de la législation en valeurs mobilières applicable est enregistrée, traitée, synthétisée et présentée dans les délais prescrits et ii) que toute information d'importance concernant la société est rassemblée puis communiquée à la direction de la société, y compris au chef de la direction et au chef des finances en temps opportun.

En outre, le chef de la direction et le chef des finances ont conçu, ou ont fait concevoir sous leur supervision, un processus de contrôle interne à l'égard de l'information financière afin de fournir l'assurance raisonnable de la fiabilité de l'information financière et de l'établissement des états financiers à des fins externes. Au cours du trimestre, aucune modification dans les contrôles internes n'a eu une incidence importante sur les contrôles internes de la société.

Résultats d'exploitation



---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------
Pour les trimestres terminés les
Résultats consolidés 31 décembre
---------------------------------------------------------------------
(en milliers de dollars, sauf les
données sur le volume et par part 2006 2005
de fiducie) (non vérifié) (non vérifié)

Volume (tonnes métriques) 178 680 187 722
---------------------------------------------------------------------

Produits 134 880 $ 118 040 $
Marge brute 40 214 27 295
Frais de vente et d'administration 4 519 5 567
Distribution 2 925 3 038
---------------------------------------------------------------------
Bénéfice avant intérêts, impôts et
amortissement (BAIIA) 32 770 18 690

Amortissement 3 157 3 067
Intérêts, déduction faite des
intérêts créditeurs et autres
charges 3 967 2 990
Charge d'impôts 5 969 1 473
---------------------------------------------------------------------
Bénéfice net 19 677 $ 11 160 $
---------------------------------------------------------------------
Bénéfice net par part de fiducie -
- de base 0,22 $ 0,11 $
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------


En raison de l'adoption de nouvelles conventions comptables pour les périodes ouvertes à compter du 1er octobre 2006, tel que l'indique la note 2, certains instruments financiers dérivés et instruments dérivés intégrés que les sociétés en exploitation du Fonds utilisent dans le cours normal des activités ne sont plus désignés comme couverture aux fins comptables en raison d'une nouvelle définition et de nouvelles exigences à l'égard de la comptabilité de couverture.

L'adoption de ces nouvelles conventions comptables a eu une double incidence. Premièrement, elle a donné lieu à la comptabilisation initiale des gains ou des pertes non réalisés au titre d'instruments financiers dérivés et de dérivés intégrés, qui répondaient auparavant aux conditions d'application de la comptabilité de couverture, au 1er octobre 2006. Les montants en cause ont été évalués et désignés sous le nom de soldes transitoires, et ils seront amortis prospectivement, à mesure qu'ils viennent à échéance. Deuxièmement, à l'avenir, ces instruments financiers dérivés et dérivés intégrés seront évalués à la valeur de marché à chaque date de clôture, le montant du gain ou de la perte non réalisé étant imputé à l'état consolidé des résultats et un montant compensatoire correspondant étant porté au bilan.

Les instruments financiers dérivés du Fonds se composent des contrats à terme normalisés sur le sucre, des contrats de change à terme et des contrats à terme normalisés sur le gaz naturel, tous ces instruments étant conclus par les sociétés en exploitation du Fonds dans le cours normal des activités. Les sociétés en exploitation du Fonds vendent du sucre raffiné à quelques clients en dollars US. Ces contrats d'achat et de vente sont considérés comme comportant un dérivé intégré si la monnaie de fonctionnement du client n'est pas le dollar US, le dérivé intégré étant la monnaie primaire de l'opération, le dollar US.

Le détail des gains ou des pertes découlant de la contrepassation des soldes transitoires et de l'évaluation à la valeur de marché de tous les instruments financiers dérivés et dérivés intégrés pour le premier trimestre est indiqué ci-dessous.



-------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------
Gain/(perte) Solde Evaluation à la
(en milliers de dollars) transitoire valeur de marché Total
-------------------------------------------------------------------
Contrats à terme
normalisés sur le
sucre 2 270 10 080 $ 12 350 $
Contrats de change
à terme 128 (1 232) (1 104)
Contrats à terme
normalisés sur le
gaz naturel (1 948) 1 512 (436)
Dérivés intégrés
relatifs à des
contrats de vente - (399) (399)
-------------------------------------------------------------------
Total 450 $ 9 961 $ 10 411 $
-------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------


Nous estimons que les résultats financiers du Fonds sont plus utiles pour la direction, les investisseurs, les analystes et les autres parties intéressés lorsqu'ils sont présentés après ajustement pour tenir compte des gains ou des pertes découlant des instruments financiers dérivés, des dérivés intégrés et de l'amortissement des soldes transitoires; ils représentent alors les résultats du Fonds d'un point de vue économique plutôt que d'un point de vue comptable. Cette mesure n'est pas définie par les PCGR. La direction utilise les résultats économiques non définis par les PCGR des sociétés en exploitation (compte non tenu de l'ajustement au titre des instruments financiers dérivés et des dérivés intégrés) pour mesurer et évaluer le rendement de l'entreprise au moyen de sa marge brute rajustée et de son BAIIA rajusté. En outre, la direction estime que ces mesures sont importantes pour les investisseurs et parties qui évaluent notre rendement à la lumière de nos résultats antérieurs. La direction a également recours à la marge brute ajustée et au BAIIA ajusté lorsqu'elle discute des résultats avec le conseil d'administration, le conseil des fiduciaires du Fonds, les analystes, les investisseurs, les banques et d'autres parties intéressées.



Information financière ajustée
-------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------
Pour les trimestres
Résultats consolidés terminés les 31 décembre
-------------------------------------------------------------------
(en milliers de dollars,
sauf les données par 2006 2005
part de fiducie) (non vérifié) (non vérifié)

Marge brute selon
les états financiers 40 214 $ 27 295 $
Ajustement au titre des
instruments financiers
dérivés et du solde
transitoire évalués à
la valeur de marché (10 411) -
-------------------------------------------------------------------
Marge brute ajustée 29 803 27 295
-------------------------------------------------------------------
BAIIA selon les états financiers 32 770 18 690
Ajustement au titre des
instruments financiers
dérivés et du solde
transitoire évalués à
la valeur de marché (10 411) -
-------------------------------------------------------------------
BAIIA rajusté 22 359 18 690
-------------------------------------------------------------------
Bénéfice net selon les états
financiers 19 677 11 160
Ajustement au titre des
instruments financiers
dérivés et du solde
transitoire évalués à
la valeur de marché (10 411) -
Impôts futurs sur les
instruments financiers
dérivés et le solde
transitoire évalués à
la valeur de marché 3 064 -
-------------------------------------------------------------------
Bénéfice net ajusté 12 330 $ 11 160 $
-------------------------------------------------------------------
Bénéfice net par part de
fiducie, selon les états
financiers 0,22 $ 0,11 $
Ajustement au titre des
instruments financiers
dérivés et du solde
transitoire évalués à
la valeur de marché
après impôts (0,08) -
-------------------------------------------------------------------
Bénéfice net ajusté par part de
fiducie 0,14 $ 0,11 $
-------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------


Le volume du premier trimestre a diminué de 9 000 tonnes métriques par rapport au volume du trimestre correspondant de l'exercice 2006. De nombreux facteurs ont joué un rôle dans cette diminution. En raison des prix plus élevés du sucre au début de l'année civile, le volume des produits liquides a chuté d'environ 10 900 tonnes métriques du fait de la baisse des ventes aux clients acquéreurs de succédanés à base de sirop de maïs à haute teneur en fructose (" SMHTF "). Il n'y a eu aucune vente de jus concentré au cours du trimestre, alors que les ventes avaient atteint 7 600 tonnes métriques au cours du trimestre correspondant de l'exercice 2006. Aucun contrat pour le jus concentré n'a été négocié au cours de l'exercice en raison du prix élevé du sucre brut. Le manque à gagner sur le plan du volume a été en partie compensé par l'augmentation des ventes à l'exportation de l'ordre de 3 200 tonnes métriques en raison du calendrier des livraisons en vertu du quota spécifique du Canada, des ventes au Mexique et d'une augmentation des ventes industrielles de 8 000 tonnes métriques. La progression des ventes industrielles découle principalement d'une plus forte demande des clients acquéreurs actuels et du calendrier des livraisons. Le volume des ventes à la consommation pour le trimestre a diminué de 1 800 tonnes métriques par rapport à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent.

Les produits du trimestre ont été de 16,8 millions de dollars supérieurs à ceux du trimestre correspondant de l'exercice 2006; cette progression est attribuable à la hausse du prix du sucre brut dans le monde au cours de l'exercice 2007.

Comme il a été mentionné précédemment, la marge brute de 40,2 millions de dollars ne reflète pas le bénéfice du Fonds d'un point de vue économique, car elle inclut un gain de 10,4 millions de dollars au titre de l'évaluation à la valeur de marché des instruments financiers dérivés et de la contrepassation des soldes transitoires. Nous présentons donc les résultats de la marge brute après ajustement.

Pour le trimestre à l'étude, la marge brute ajustée a augmenté de 2,5 millions de dollars, comparativement à celle du trimestre correspondant de l'exercice précédent, bien que le volume soit à la baisse. La marge brute ajustée par tonne métrique s'est établie à 166,80 $ en 2007, contre 145,40 $ pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent. L'amélioration de la marge brute est principalement attribuable à la composition avantageuse du chiffre d'affaires, soit des volumes moindres de liquides et aucune vente de jus concentré, conjuguée à des prix plus élevés du sucre brut et à l'accroissement de la marge sur ventes. Cette amélioration a été partiellement contrebalancée par la hausse des coûts d'exploitation. Par ailleurs, le programme de pré-couverture de Taber a contribué à la marge brute à hauteur de presque 5,00 $ la tonne métrique.

Au cours de l'exercice 2006, Rogers a mis en place un programme de pré-couverture pour certains de ses sucres de betterave vendus au Canada. Comme le prix du sucre de betterave est établi, en collaboration avec les producteurs, pour les exercices 2007 et 2008, ce programme permettrait à Rogers de tirer profit des prix plus élevés du sucre brut qui prévalaient au cours de l'exercice 2006. Environ 33 000 tonnes métriques ont fait l'objet d'une précouverture pour l'exercice 2007 et 29 000 tonnes métriques, pour l'exercice 2008, à des prix supérieurs à 15 cents la livre. Au cours du premier trimestre, parallèlement aux livraisons immédiates de sucres de betterave, 10 000 tonnes métriques ont été liquidées, ce qui a dégagé un profit de près de 0,9 million de dollars.

Les coûts de distribution ont été comparables au cours du trimestre, alors que les frais d'administration se sont établis à 1,0 million de dollars de moins pour l'exercice 2007 qu'au trimestre correspondant de l'exercice 2006. La diminution est principalement attribuable à la baisse au titre de la charge de retraite, de l'impôt sur le capital et des honoraires de consultation, ainsi qu'au calendrier de paiement de charges d'environ 500 000 $.

La hausse des intérêts débiteurs pour le trimestre a été d'environ 1,0 million de dollars, en raison surtout du refinancement des débentures convertibles de série initiale au cours de l'exercice 2006, tandis qu'auparavant, une grande part des intérêts afférents à cette série était imputée aux capitaux propres, alors que tous les intérêts engagés relativement aux débentures convertibles de troisième série sont, pour leur part, imputés aux intérêts débiteurs. Au trimestre correspondant de l'exercice 2006, un montant de 1,7 million de dollars en intérêts avait été imputé directement aux capitaux propres pour la série initiale des débentures convertibles.

Les écarts d'acquisition sont soumis à un test de dépréciation annuellement, ou plus fréquemment si des événements ou des changements de situation indiquent que l'actif pourrait avoir subi une dépréciation. Le 31 octobre 2006, le ministre des Finances du Canada a fait une annonce au sujet de l'imposition des distributions des fiducies de revenu cotées en bourse. A la lumière de cette annonce et de son incidence sur le marché boursier relatif aux fiducies de revenu, le Fonds a effectué un test de dépréciation au 31 décembre 2006 et a conclu que l'écart d'acquisition n'avait subi aucune baisse de valeur.



Résultats trimestriels

(en milliers de dollars, sauf les données sur le volume et
par part de fiducie)
--------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------
2007 2006
--------------------------------------------------------------------
T1 T4 T3 T2 T1

Volume ™ 178 680 199 316 182 267 190 384 187 722

Produits 134 880 $ 150 994 $ 134 863 $ 128 842 $ 118 040 $
Marge brute 40 214 32 091 25 274 19 810 27 295
BAIIA 32 770 21 608 16 802 10 310 18 690
--------------------------------------------------------------------
Bénéfice net (perte) 19 677 $ 16 634 $ 9 704 $ 3 424 $ 11 160 $
--------------------------------------------------------------------
Bénéfice net (perte)
par part de fiducie 0,22 $ 0,19 $ 0,11 $ 0,02 $ 0,11 $
--------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------
Marge brute ajustée 29 803 32 091 25 274 19 810 27 295
BAIIA ajusté 22 359 21 608 16 802 10 310 18 690
--------------------------------------------------------------------
Bénéfice net
(perte) ajusté(e) 12 330 16 634 9 704 3 424 11 160
--------------------------------------------------------------------
Bénéfice net
(perte) ajusté(e)
par part de fiducie 0,14 $ 0,19 $ 0,11 $ 0,02 $ 0,11 $
--------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------


2005
------------------------------------------------
------------------------------------------------
T4 T3 T2

Volume ™ 201 818 189 631 178 098

Produits 120 631 $ 111 355 $ 102 876 $
Marge brute 30 478 25 087 18 189
BAIIA 20 618 15 443 10 909
------------------------------------------------
Bénéfice net (perte) (81 930)$ 7 813 $ 5 712 $
------------------------------------------------
Bénéfice net (perte)
par part de fiducie (0,94)$ 0,07 $ 0,05 $
------------------------------------------------
------------------------------------------------
Marge brute
ajustée 30 478 25 087 18 189
BAIIA ajusté 20 618 15 443 10 909
------------------------------------------------
Bénéfice net
(perte) ajusté(e) (81 930)$ 7 813 $ 5 712 $
------------------------------------------------
Bénéfice net
(perte) ajusté(e)
par part de fiducie (0,94)$ 0,07 $ 0,05 $
------------------------------------------------
------------------------------------------------


Situation de trésorerie

L'encaisse distribuable générée par les sociétés en exploitation, Lantic et Rogers, est versée au Fonds au moyen des dividendes et des remboursements de capital sur les actions ordinaires de Lantic et de Rogers et des intérêts versés sur les billets subordonnés de Lantic et de Rogers qui sont détenus par le Fonds, déduction faite de la constitution d'une provision adéquate pour les dépenses en immobilisations et le fonds de roulement. L'encaisse reçue par le Fonds lui sert à verser des distributions à ses porteurs de parts.

Le Fonds mesure l'encaisse distribuable. L'encaisse distribuable ne se veut pas une indication des flux de trésorerie ni des résultats d'exploitation établis selon les PCGR du Canada et elle n'a pas de signification normalisée prescrite par les PCGR du Canada. Elle peut également ne pas être comparable à des mesures semblables qu'utilisent d'autres sociétés ou fiducies de revenu. Du point de vue des porteurs de parts, l'encaisse distribuable reflète la capacité du Fonds à verser des distributions qui sont fondées sur le rendement des opérations du Fonds et de ses filiales en exploitation pendant la période précisée. Elle ne correspond pas aux flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation qui sont présentés dans les états financiers.

Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières ("ACVM") ont publié l'Avis 52-306R du personnel des ACVM qui expose les attentes du personnel concernant la présentation de l'encaisse distribuable. Selon cet avis, l'encaisse distribuable ne présente une image fidèle que lorsqu'on la rapproche des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation, tels qu'ils sont présentés dans les états financiers des émetteurs.



Pour les trimestres terminés les
(en milliers de dollars) 31 décembre
--------------------------------------------------------------------
2006 2005
(non vérifié) (non vérifié)
Activités d'exploitation

Flux de trésorerie liés aux
activités d'exploitation 25 552 $ (21 411)$
Variation des éléments hors caisse
du fonds de roulement lié à
l'exploitation 8 660 37 120
Gain comptabilisé au titre des
instruments financiers dérivés
et des soldes transitoires dans
le coût des marchandises vendues (10 411) -
Montant hors caisse au titre des
instruments financiers dérivés (6 536) -
Contrepassation du cumul des autres
éléments du résultat étendu 1 334 -
--------------------------------------------------------------------
18 599 15 709
--------------------------------------------------------------------
Activités d'investissement
Total des dépenses en
immobilisations (1 415) (1 632)
Moins : dépenses en immobilisations -
investissements 52 437
--------------------------------------------------------------------
Investissements de maintien (1 363) (1 195)
--------------------------------------------------------------------
Activités de financement
Rachat de parts de fiducie --
offre publique de
rachat dans le cours
normal des affaires (1 822) -
Intérêts débiteurs sur la
composante capitaux propres
des débentures convertibles
subordonnées non garanties - (1 663)
--------------------------------------------------------------------
(1 822) (1 663)
--------------------------------------------------------------------
Encaisse distribuable 15 414 12 851
Distributions déclarées aux
porteurs de parts (9 305) (8 896)
--------------------------------------------------------------------
Encaisse disponible 6 109 $ 3 955 $
--------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------


L'encaisse distribuable du trimestre a été de 2,6 millions de dollars plus élevée que celle du trimestre correspondant de l'exercice 2006. Cette progression au cours du trimestre est principalement attribuable aux meilleurs résultats d'exploitation de Lantic et de Rogers.

Les variations des éléments hors caisse du fonds de roulement lié à l'exploitation représentent, d'un trimestre à l'autre, les variations de l'actif à court terme sur le plan, notamment, des débiteurs et des stocks, et les variations du passif à court terme sur le plan, notamment, des créditeurs. Les variations de ces comptes sont principalement attribuables au calendrier de recouvrement des sommes à recevoir, de réception de sucre brut et de paiement de dettes. Les hausses et les baisses dans ces comptes sont attribuables à des questions de calendrier et ne constituent pas de l'encaisse disponible pour distribution. Ces hausses et ces baisses sont financées à partir de l'encaisse disponible ou à partir des facilités de crédit disponibles de la société. Pour la même raison, les hausses et les baisses dans la dette bancaire à court terme sont attribuables à des questions de calendrier et ne constituent pas de l'encaisse disponible pour distribution.

Les gains comptabilisés à l'égard des instruments financiers dérivés et des soldes transitoires, ainsi que les variations des actifs et des passifs au titre des instruments financiers dérivés, ne constituent pas des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation. De la même manière, le montant net de 1,3 million de dollars au titre du cumul des autres éléments du résultat étendu ne constitue pas de l'encaisse et fait donc l'objet d'un ajustement des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation.

Pour le trimestre, les flux de trésorerie consolidés liés aux activités d'exploitation, après ajustement pour tenir compte des variations des éléments hors caisse du fonds de roulement et des instruments financiers dérivés, se sont chiffrés à 18,6 millions de dollars, par rapport à 15,7 millions de dollars à l'exercice 2006. Cette hausse est principalement attribuable au bénéfice d'exploitation plus élevé de Rogers pour le trimestre.

Pour le trimestre, les investissements de maintien ont été plus élevés à l'exercice 2007 qu'à l'exercice 2006, surtout en raison du calendrier des dépenses. En plus de ce qui vient d'être mentionné, Lantic et Rogers ont dépensé 0,4 million de dollars au cours de l'exercice 2006 pour des projets d'investissement. Ces coûts d'investissement peu élevés de l'exercice 2007 ont trait à la presse à pulpe de betteraves qui a été mise en service à l'usine de Taber en septembre 2006. Cet investissement n'a pas pour effet de réduire l'encaisse distribuable, étant donné que ces projets ne sont pas forcément destinés à l'exploitation des usines, mais sont conçus en fonction des économies d'exploitation importantes qu'ils permettront de réaliser une fois qu'ils seront menés à bien.

Au cours du trimestre, le Fonds a racheté, dans le cadre d'une offre publique de rachat effectuée dans le cours normal des affaires, et annulé 500 000 parts d'une valeur totale de 1,8 million de dollars. Au cours de l'exercice 2006, le Fonds a remboursé les débentures convertibles à 9,5 % de série initiale d'un montant de 85,0 millions de dollars à partir du produit de l'émission d'une troisième série de débentures convertibles à 5,9 % totalisant 85,0 millions de dollars. Une tranche des intérêts débiteurs des débentures convertibles de série initiale du Fonds, qui a été remboursée en entier le 7 mars 2006, a été portée au crédit des capitaux propres au bilan. A mesure que les versements d'intérêt ont été effectués, ils ont diminué la dette et augmenté les capitaux propres. Pour le premier trimestre de 2006, le montant s'est élevé à 1,7 million de dollars.

Obligations contractuelles

Il n'y a aucun changement important par rapport au tableau des obligations contractuelles présenté dans le rapport de gestion accompagnant le rapport annuel au 30 septembre 2006.

Au 31 décembre 2006, les sociétés en exploitation avaient des engagements visant l'acquisition d'un total de 907 000 tonnes métriques de sucre brut, dont le prix avait été fixé seulement sur une tranche de 288 570 tonnes métriques, pour un engagement total de 112,4 millions de dollars.

Sources de financement

Lantic et Rogers disposent respectivement d'une marge de crédit autorisée de 50,0 millions de dollars et de 40,0 millions de dollars pour financer leur exploitation. A la fin du trimestre, aucun montant n'avait été prélevé d'aucune des deux facilités de crédit lié au fonds de roulement, et Lantic et Rogers disposaient respectivement d'une encaisse disponible de 20,8 millions de dollars et de 6,7 millions de dollars.

A la fin du trimestre, le niveau des stocks était supérieur à celui de l'exercice terminé le 30 septembre 2006 en raison du niveau plus élevé des stocks attribuable principalement à la récolte de betteraves plus abondante à Taber.

Il est prévu que les liquidités nécessaires pour combler les besoins en matière de fonds de roulement et pour payer les autres dépenses en immobilisations seront tirées des ressources de trésorerie disponibles et des rentrées de fonds liées à l'exploitation.

Titres en circulation

Il y avait, au total, 88 288 391 parts en circulation au 31 décembre 2006, soit 500 000 parts de moins qu'au 30 septembre 2006. Au cours du trimestre, le Fonds a racheté 500 000 parts, dans le cadre d'une offre publique de rachat effectuée dans le cours normal des affaires, à un prix moyen de 3,644 $.

Estimations comptables critiques

En mars 2006, Lantic avait comptabilisé une provision de 2,0 millions de dollars à l'égard des coûts inhérents à un retrait et à un rappel de produits. Quelques-unes de ces réclamations ont été réglées, mais d'autres réclamations d'un montant important ne le sont toujours pas. Pour l'instant, la direction demeure persuadée que l'estimation est adéquate.

Changements touchant les conventions comptables et les estimations comptables critiques

Nos conventions comptables et estimations comptables critiques sont demeurées en grande partie les mêmes que celles qui ont été présentées dans le rapport de gestion accompagnant le rapport annuel du Fonds pour l'exercice terminé le 30 septembre 2006, sauf en ce qui concerne ce qui suit :

Le 1er octobre 2006, le Fonds a adopté les nouvelles exigences des chapitres 3855 et 3865 du Manuel de l'ICCA en matière d'instruments financiers et de comptabilité de couverture. Le nouveau chapitre 3855 complète le chapitre 3860 et donne des précisions quant au moment où un instrument financier doit être constaté au bilan ainsi qu'à l'ampleur des gains et des pertes qui doivent être constatés et au mode de comptabilisation.

Suivant le nouveau chapitre 3865 du Manuel de l'ICCA sur la comptabilité de couverture, il est plus difficile de répondre aux conditions d'application de la comptabilité de couverture pour les éléments de couverture. En vertu de ces nouvelles exigences, chaque contrat de vente ou d'achat (élément couvert) doit être identifié comme étant lié à un élément de couverture déterminé (contrat à terme normalisé), et cet élément de couverture doit être liquidé à une date proche de la date à laquelle l'élément couvert est négocié et comptabilisé. L'efficacité de ces couvertures devra être mesurée de manière rétroactive et prospective à chaque date de clôture, et les cas d'inefficacité devront être immédiatement comptabilisés. Compte tenu du volume important d'opérations, des coûts financiers et des cas d'inefficacité engendrés par cette nouvelle exigence, Lantic et Rogers ne comptabiliseront pas leurs instruments financiers comme des éléments de couverture.

Par conséquent, la société fera une évaluation à la valeur de marché, à chaque période d'information financière, de tous les instruments financiers dérivés en circulation à la fin de ces périodes et qui n'ont pas été désignés comme des opérations de couverture; la société en est venue à la conclusion que tous ses instruments financiers dérivés pour le sucre, les devises et le gaz naturel ne répondraient plus aux conditions d'application de la comptabilité de couverture en vertu des nouvelles règles.

Par conséquent, le Fonds comptabilisera dans son état des résultats et son bilan, sur une base trimestrielle, toutes les variations de prix (évaluation à la valeur de marché) de ces dérivés financiers. Même si Lantic et Rogers couvrent rigoureusement, sur le plan économique, toutes leurs opérations sur le sucre et évitent de prendre des positions spéculatives sur cette marchandise, du fait de cette nouvelle exigence, les résultats financiers du Fonds selon les PCGR subiront de grandes fluctuations à chaque période d'information financière. Aucun de ces ajustements n'aura d'incidence sur l'encaisse distribuable puisqu'il s'agit d'opérations sans effet sur la trésorerie.

En outre, afin de se conformer à ce nouveau chapitre, la société a dû passer en revue tous les contrats en place au 1er octobre 2006, établis après le 1er octobre 2002, afin de répertorier les dérivés non financiers ou les dérivés intégrés pour déterminer si certains dérivés intégrés devaient être comptabilisés séparément du contrat de base, à la juste valeur.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque afférents aux entreprises et aux activités de Lantic et de Rogers sont décrits dans le rapport de gestion accompagnant le rapport annuel du Fonds pour l'exercice terminé le 30 septembre 2006. Ce document peut être consulté sur le site Web de SEDAR, à l'adresse www.sedar.com, ou sur l'un des sites Web du Fonds, aux adresses www.lantic.ca ou www.rogerssugar.com.

PERSPECTIVES

A Taber, la récolte de betteraves qui a pris fin en novembre 2006 s'est soldée par un rendement record à l'acre. On estime actuellement que la raffinerie de Taber produira plus de 125 000 tonnes métriques de sucre de betterave, ce qui constitue environ 25 000 tonnes métriques de plus que prévu. Comme le marché de l'Ouest est restreint, il est possible qu'un certain volume de sucre soit entreposé en prévision de l'automne 2007, pour les ventes de l'exercice 2008. Par conséquent, il sera peut-être nécessaire d'imputer aux résultats du présent exercice des coûts additionnels au titre de l'entreposage et de la distribution.

Les prix du gaz naturel ont diminué au cours des derniers mois. De ce fait, une part d'environ 50 % de nos besoins du printemps et de l'été (d'avril à septembre) ont été couverts à des prix inférieurs à ceux de l'exercice précédent. A moins que l'hiver ne soit rigoureux en février et en mars, les prix du gaz naturel devraient continuer de baisser. En outre, nous avons conclu certaines positions sur marché à terme pour les exercices 2008 à 2011, à des prix plus intéressants que les prix obtenus en 2006. Nous continuerons de surveiller de près la dynamique du marché afin de minimiser nos coûts en gaz naturel.

Les prix du sucre brut à l'échelle mondiale se situaient entre 11 cents et 12,50 cents la livre au premier trimestre. Au moment de la rédaction de ces lignes, nous n'avons toujours pas récupéré certains des clients acquéreurs de succédanés à base de sirop de maïs à haute teneur en fructose perdus au début de 2006. Nous croyons que nous aurons l'occasion d'aller rechercher au cours de l'année certains de ces clients, car les prix du sucre brut à l'échelle mondiale devraient se stabiliser autour de 10 cents et de 11,50 cents la livre et l'offre de SMHTF continuera de se raréfier. Cela pourrait représenter 30 000 tonnes métriques pour le reste de l'exercice.

Un certain manque à gagner sur le plan des marges découlant des volumes de liquides et des ventes à l'exportation est attendu, mais il sera compensé par l'amélioration de la marge sur ventes. Dans l'ensemble, l'accroissement de la marge sur ventes pour les contrats de 2007 correspond à nos prévisions.

Nous croyons savoir que Sucor, auparavant CanSugar, de Saint John, au Nouveau-Brunswick, a commencé à produire du sucre raffiné. Il est trop tôt pour évaluer l'incidence de Sucor sur le volume des ventes et des marges de Lantic. Des initiatives visant à protéger notre part de marché seront mises en oeuvre de façon énergique.

La convention collective à l'égard des installations de Rogers à Vancouver vient à échéance en février 2007. Les négociations seront entamées prochainement, et nous prévoyons que cette convention sera renouvelée à des taux compétitifs dans le marché.

Un nouveau projet d'investissement à Montréal, portant sur des systèmes de robotique, a été approuvé au cours du premier trimestre. Ce projet, d'un coût supérieur à 1,0 million de dollars, devrait permettre de réaliser des économies annuelles de plus de 600 000 $ dès qu'il sera mené à terme, en mai 2007.

Renseignements

  • Rogers Sugar Income Fund
    M. Dan Lafrance, premier vice-président, Finances,
    chef des finances et secrétaire
    514-940-4350
    514-527-1610 (FAX)
    www.rogerssugar.com
    www.lantic.ca