Société canadienne du sang

07 nov. 2007 06h00 HE

Société canadienne du sang : Remédiez au déséquilibre ethnique chez les donneurs en vous inscrivant au réseau de moelle et de cellules souches UniVie

Les probabilités de trouver un donneur pour les patients de type caucasien sont entre deux et sept fois plus élevées que pour les autres patients. Il est temps d'égaliser les chances.

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 7 nov. 2007) - Il y a dix-sept ans, le combat d'Elizabeth Lue a ému le pays tout entier. Dix mille personnes s'étaient alors proposées pour donner des cellules souches à cette fillette de six ans atteinte d'une anémie aplasique, une rare maladie du sang, dans l'espoir de lui sauver la vie. Leur générosité n'a malheureusement pas permis de lui venir en aide, car aucune d'elles n'était compatible avec elle.

Au Canada, 511 patients, dont plus d'un tiers à Toronto, attendent actuellement de trouver un donneur de cellules souches compatible hors de leur cercle familial, tout comme Elizabeth il y a maintenant dix-sept ans. Si les probabilités de découvrir un donneur approprié sont de 75 % pour les patients de type caucasien, elles ne sont en revanche que de 10 à 30 % pour les Noirs, les Philippins, ceux originaires du Sud de l'Asie et ceux d'origine chinoise, comme l'était Elizabeth.

Il convient de préciser que les cellules souches sont des cellules particulières présentes dans la circulation sanguine et la moelle osseuse. Elles permettent de guérir de nombreuses affections pouvant être fatales, notamment certains cancers.

L'équipe du réseau de moelle et de cellules souches UniVie et les organisateurs de HipHopCanada ont décidé d'unir leurs efforts pour sensibiliser tout un chacun au manque de diversité ethnique du registre canadien de donneurs potentiels. D'après les recherches médicales, une greffe de cellules souches provenant d'une personne appartenant au même groupe ethnique que le patient constitue, pour ce dernier, la meilleure chance de survie. Or, moins d'une personne inscrite au réseau UniVie sur six a des caractéristiques autres que caucasiennes. La situation est encore plus critique dans les grandes agglomérations, telles que Toronto, où l'on recense un grand nombre d'enfants de multiples origines dont les cellules souches expriment des marqueurs plus complexes.

"Je voulais tant sauver ma fille. J'aurais fait n'importe quoi pour elle. Lorsque j'ai lancé la campagne Save Elizabeth, en 1990, je n'arrivais pas à croire que tant de gens aient répondu à mon appel. Je n'oublierai jamais la générosité de tous ces inconnus. Elizabeth n'a malheureusement pu être sauvée, mais son optimisme continue de vivre grâce à la Elizabeth Lue Bone Marrow Foundation. Nous avons créé cette fondation pour aider les personnes qui doivent trouver un donneur hors de leur cercle familial pour bénéficier d'une greffe de moelle osseuse, notamment celles appartenant à un groupe ethnique sous-représenté dans le registre de donneurs", a expliqué Mme Phillipa Lue.

"Mme Phillipa Lue, la mère d'Elizabeth, nous fait un immense honneur en nous prêtant publiquement son appui. Personne ne devrait avoir la douleur de voir souffrir son enfant. En nous aidant à faire passer notre message avec HipHopCanada, Mme Lue continue de faire vivre l'esprit d'Elizabeth et incitera des gens en bonne santé à se porter volontaires pour sauver un inconnu", a souligné Mme Beverly Campbell, directrice du réseau UniVie.

La Société canadienne du sang souhaite diversifier le réseau en réalisant la toute première semaine nationale de sensibilisation au don de moelle osseuse et de cellules souches, du 3 au 10 novembre. Cette campagne, qui sera inaugurée par une grande fête à Vancouver et à Toronto, vise également à ancrer la nouvelle image de marque du réseau, appelé Registre de donneurs non apparentés de moelle osseuse avant d'être renommé réseau de moelle et de cellules souches UniVie.

HipHopCanada a organisé un premier concert gratuit à Vancouver, cette semaine. Grâce à ce concert, auquel ont assisté un millier de personnes, près de 150 donneurs potentiels supplémentaires se sont inscrits au réseau UniVie jusqu'à présent. HipHopCanada fait maintenant monter l'ambiance en organisant un autre concert à Toronto, avec à l'affiche, des chanteurs, des musiciens et des DJ de premier ordre, dont Michie Mee, D.O. et JD Era, ainsi que des artistes graffiteurs et des breakdanseurs qui se sont également mobilisés pour faire la promotion du réseau UniVie. Ce grand événement sera animé par Scott Boogie et Dr. Jay, animateur de Flow FM, la station de radio avec laquelle nous nous sommes associés à cette occasion. Le concert aura lieu ce soir, de 18 h à 22 h, à la salle de spectacle Berkeley, au 315 de la rue Queen-Est. Les organisateurs de HipHopCanada ont décidé d'apporter leur concours à l'équipe du réseau UniVie lorsque leur collaborateur Nick Schilbach, Schilly pour les intimes, a succombé à une leucémie, à l'âge de 22 ans. M. Schilbach s'était donné pour mission de sensibiliser les gens au manque de donneurs de certaines origines. M. Jesse Plunkett, président de HipHopCanada, a repris le flambeau en sa mémoire.

"Il est injuste, dans tous les sens du terme, que certaines personnes aient, du fait de leurs origines ethniques, plus de chances de vaincre un cancer que d'autres. Nous pouvons remédier à une telle inégalité en faisant en sorte que le réseau UniVie reflète la diversité de la société dans laquelle nous vivons", a déclaré M. Plunkett.

Les données cliniques portent sérieusement à penser que, outre l'appartenance ethnique, l'âge du donneur est déterminant pour la réussite d'une greffe de cellules souches, lorsque l'on doit faire appel à un donneur non apparenté au patient. En effet, le taux de survie le plus élevé est lié aux donneurs ayant entre 18 et 30 ans. Or, sur les 220 000 donneurs potentiels inscrits au réseau UniVie, seuls 25 000 environ se situent dans cette tranche d'âge. Il est donc vital d'attirer de jeunes donneurs de toutes origines, bien que nous encouragions toutes les personnes ayant entre 17 et 50 ans et étant en bonne santé à s'inscrire.

M. Charles Abezis, un jeune Torontois, père de deux enfants, qui, contre toute attente, a gagné sa lutte contre une leucémie aiguë myéloïde, nous apporte un témoignage encourageant : "Les chances de trouver un donneur compatible avec moi étaient infimes, car j'ai du sang séfarade, de par mes origines maternelles, et du sang ashkénase, de par mes origines paternelles. Nous avons tout de même découvert un donneur parfaitement compatible. La greffe a pu être réalisée et la vie a pu reprendre son cours. Petit à petit, j'ai recouvré la santé et me suis senti de mieux en mieux. J'ai ainsi pu reprendre mon existence, voir grandir mes enfants et retrouver le bonheur."

A propos de nous

La Société canadienne du sang est un organisme de bienfaisance national sans but lucratif dont la mission consiste à gérer, d'une part, l'approvisionnement en sang dans l'ensemble des provinces et des territoires, sauf au Québec, et, d'autre part, le réseau de moelle et de cellules souches UniVie. Forte de son équipe de quelque 800 employés et 17 000 bénévoles, elle assure le fonctionnement de 40 établissements permanents de collecte et organise plus de 20 000 collectes de sang par année. La Société canadienne du sang est une organisation non gouvernementale dont les activités sont financées par les ministères provinciaux et territoriaux de la Santé et réglementées au niveau fédéral par Santé Canada. Vous pouvez vous inscrire au réseau UniVie par Internet, à l'adresse suivante : www.univie.ca.

Renseignements

  • Société canadienne du sang
    M. John Bromley
    Téléav. : 416-313-4438
    Cell. : 416-573-2172
    john.bromley@blood.ca