Gouverneur général du Canada

Gouverneur général du Canada

28 déc. 2007 10h23 HE

Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean, Message du Nouvel An, enregistré à Rideau Hall, le mercredi 5 décembre 2007

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 28 déc. 2007) -

Chers amis,

Deux mille sept se termine à peine que déjà, notre regard se tourne vers l'année qui vient, chargée de tous nos voeux et de tous nos espoirs.

L'horizon de nos vies s'est élargi à la dimension du monde, et cette ouverture appelle à une plus grande solidarité.

C'est en grande partie pour répondre à cet appel à la solidarité que notre pays s'est joint à l'effort multinational de reconstruction en Afghanistan.

Nous sommes renversés de voir avec quel courage, quelle détermination et quelle conviction nos soldats vont au-delà de tous les dangers, souvent au péril de leur vie.

Comment ne pas penser à eux?

Comment ne pas penser aux soldats blessés dans l'exercice de leurs fonctions, parfois handicapés pour le reste de leur vie, et dont on ne parle que trop rarement?

Comment ne pas penser à celles et à ceux dont nous portons le deuil, comme une blessure à l'âme?

Comment ne pas penser aux familles de ces militaires? Et aussi à ces familles dont le père, la mère, le fils ou la fille sont présentement en mission à Kandahar?

Nous les portons toutes et tous dans nos cours.

Je continue de voyager au Canada et dans le monde, et partout, j'entends ce message, toujours le même : le temps est venu de miser sur la somme de nos solidarités plutôt que sur la somme de nos différences, pour ne pas dire de nos indifférences.

J'ai eu l'occasion de constater que c'est un message qui résonne de tous ses échos dans les Amériques.

Tout récemment, lors de l'assermentation de la présidente de l'Argentine, Cristina Fernández de Kirchner, j'ai retrouvé une nouvelle fois plusieurs dirigeants latino-américains dont la vision s'inscrit dans cette volonté d'ouverture et de partage.

Les Amériques ont conscience de la nécessité de resserrer les liens et de multiplier les occasions de faire ensemble.

Ce désir profond de jeter des ponts par-delà les frontières, cette soif de solidarité, beaucoup de jeunes me les ont exprimés à l'occasion des forums sur les arts urbains que j'ai tenus à Montréal, Ottawa, Toronto, Winnipeg et Calgary.

J'ai aussi tenu l'un de ces forums dans un quartier désoeuvré de Rio, et j'ai vu avec plaisir des jeunes du Canada et du Brésil travailler ensemble dans ce même esprit.

J'ai pris note des solutions qu'ils mettent de l'avant en vue de lutter contre l'exclusion sociale, contre l'isolement, les préjugés, le racisme et la violence.

Le présent et l'avenir sont faits de tous ces engagements, de tous les rêves et de tous les projets auxquels des bâtisseurs d'aujourd'hui et d'hier donnent vie.

Il y a 400 ans, Samuel de Champlain fondait la ville de Québec.

Quatre cents ans de présence française en Amérique.

Il fallait être déterminé, voire entêté, pour enraciner la langue et la culture françaises sur ce continent et dans le cour de celles et de ceux qui l'habitent.

C'est ce que nous allons célébrer en 2008, et je souhaite que le Canada tout entier souligne avec fierté ce chapitre important de son histoire, de notre histoire.

Une histoire qui se poursuit dans chacun de nos gestes.

Il faut saluer ces femmes et ces hommes de partout au pays qui, dans toutes les sphères d'activités, mettent leur savoir, leur génie créateur, leur vision et leur passion au service de leurs concitoyennes et de leurs concitoyens.

C'est ce que nous faisons par le truchement de l'Ordre du Canada, dont nous soulignons le 40e anniversaire, avec la conviction que nous avons la responsabilité de créer un monde où nous pourrions toutes et tous vivre ensemble et vivre mieux.

A nous de faire de ce monde ce que nous voulons qu'il soit.

A l'aube de l'année 2008, mon mari Jean-Daniel Lafond, notre fille Marie-Eden et toute l'équipe du Bureau du gouverneur général joignent leur voix à la mienne pour vous offrir nos meilleurs voeux.

Renseignements