Technologies 20-20 Inc.
TSX : TWT

Technologies 20-20 Inc.

26 janv. 2007 06h00 HE

Technologies 20-20 Inc. annonce un quatrième trimestre record et ses résultats pour l'exercice 2006

LAVAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 26 jan. 2007) - Technologies 20-20 Inc. (TSX:TWT), le chef de file mondial des logiciels de conception 3D et de gestion de fabrication pour l'industrie du design d'intérieur et du meuble, a annoncé aujourd'hui ses résultats du quatrième trimestre et de l'exercice terminés le 31 Octobre 2006. A moins d'indication contraire, tous les montants sont en dollars américains.

Faits saillants 2006 :

- Augmentation des produits de 49,4% pour atteindre 60,5 millions $

- Bénéfice d'exploitation en hausse de 6,0% pour s'établir à 6,3 millions $

- Bénéfice net de 5,9 millions $, soit une augmentation de 37,7%

- BPA atteint 0,31 $ par rapport à 0,24 $ en 2005

- Trésorerie nette de 34,7 millions $ à la fin de l'exercice

En 2006, 20-20 a entrepris d'atteindre des objectifs bien définis de consolider son marché nord-américain et de poursuivre l'expansion de ses activités en Europe et dans les marchés émergents. Jean Mignault, Chef de la direction de 20-20 a noté que "au delà de notre croissance par acquisition nous avons continué de croître de façon organique, soit 13% en 2006, période durant laquelle nous avons étendu et renforcé notre position dans le monde comme le fournisseur préféré de logiciel pour tous les maillons de la chaîne dans l'industrie du design d'intérieur."

Jean-François Grou, Président et chef de l'exploitation de 20-20 ajoute " nous poursuivons l'intégration des sociétés et des technologies acquises au cours des 18 derniers mois et harmonisons notre éventail de produits afin d'accélérer la progression de notre solution complète et exclusive."

20-20 possède maintenant une proposition de valeur unique qui devrait assurée notre position dominante dans le marché nord-américain renforçant aussi notre position de plus important fournisseur de logiciels de design d'intérieur menant à l'acceptation globale de notre technologie comme standard de l'industrie.

Le potentiel de 20-20 dans le secteur de la fabrication de l'industrie du Design a à peine été effleuré. Suivant l'acquisition de trois sociétés, MBI, VSI et PSI, toutes des chefs de file dans les solutions logicielles pour la fabrication, il y a un potentiel significatif pour la Société dans les usines dans le contexte de notre solution complète. 20-20 peut maintenant utiliser le levier de sa position bien établie dans le marché afin de relier les fabricants à ses logiciels compatibles aux points de vente.

Produits

Les produits pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006 se sont élevés à 60,5 millions $, en hausse de 49,4 % par rapport à 2005. Sur une base organique, excluant les produits tirés des acquisitions, les produits ont augmenté de 13,0 % pour les 12 mois.

Les produits tirés de la vente de licences au cours de l'exercice ont monté de 32,6 % pour atteindre 24,3 millions $. Les produits tirés de la maintenance et autres produits récurrents ont augmenté de 53,6% pour s'établir à 24,2 millions $, et les produits tirés des services professionnels ont progressé de 87,1 % pour s'établir à 11,9 millions $.

Les produits du trimestre terminé le 31 octobre 2006 ont totalisé 17,4 millions $, en hausse de 60,6 % par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Sur une base organique, excluant les produits tirés des acquisitions, les produits ont augmenté de 26,7 % pour le trimestre.

Les produits tirés de la vente de licences au cours du quatrième trimestre se sont accrus de 52,8 % pour atteindre 7,3 millions $. Les produits tirés de la maintenance et autres produits récurrents ont augmenté de 56,2 %, pour s'établir à 6,5 millions $ et les produits tirés des services professionnels ont progressé de 90,0 % pour s'établir à 3,6 millions $ pour les trois mois terminés le 31 octobre 2006.

Bénéfice d'exploitation

Le bénéfice d'exploitation pour 2006 s'est établi à 6,3 millions $, soit une augmentation de 6,0%, ce qui représente 10,4 % du total des produits par rapport à 14,7% en 2005. Pour le trimestre terminé le 31 octobre 2006, le bénéfice d'exploitation s'est élevé à 3,1 millions $, soit une augmentation de 195,1% ou 17,9% des produits, en regard de 9,7 % du total des produits pour la période correspondante de 2005.

Bénéfice net

Pour l'exercice 2006, le bénéfice net s'est chiffré à 5,9 millions $, soit une augmentation de 37,7% par rapport à l'exercice 2005. Ceci représente un bénéfice par action de 0,31 $ comparativement à 0,24 $ pour la période correspondante de 2005, sur une base diluée pour les deux périodes. Pour le quatrième trimestre de l'exercice 2006 le bénéfice net a augmenté de 159,4% pour atteindre 2,7 millions $ qui représente 0,14 $ par action par rapport à 0,05 $ pour la même période en 2005, sur une base diluée pour les deux périodes.

Téléconférence

Technologies 20-20 tiendra une téléconférence à 10 h 00 HNE aujourd'hui, le 26 janvier 2007, afin de présenter ses résultats. On peut accéder à la téléconférence en composant 514-940-2795 ou 1-866-250-4910. Un enregistrement de la téléconférence sera disponible jusqu'à minuit, lundi le 26 mars 2007. Pour accéder à l'enregistrement, composer 416-640-1917 ou 1-877-289-0825 et entrer le code 21216942#.

A propos de Technologies 20-20 Inc.

Technologies 20-20 est le chef de file mondial des logiciels de conception, de vente et de fabrication assistées par ordinateur pour l'industrie du design d'intérieur et de meubles. 20-20 offre une solution complète exclusive intégrant l'ensemble des processus de conception, de vente, de chaîne d'approvisionnement et de fabrication. La Société offre aux concessionnaires et détaillants des logiciels à la fine pointe de la technologie en matière de conception, de spécification, de photo réalisme et de visualisation 3D pour des produits configurables et autonomes sur les marchés du design d'intérieur résidentiel et commercial. Les solutions manufacturières 20-20 comprennent des systèmes de planification des ressources de l'entreprise ('ERP') ainsi que des logiciels d'ingénierie et de fabrication, assistée par ordinateur, et d'automatisation d'atelier de fabrication. Les logiciels de Technologies 20-20 sont disponibles en plus de 20 langues et sont vendus dans plus de 100 pays partout dans le monde. 20-20 est une société ouverte (TWT) cotée à la Bourse de Toronto (TSX). Pour plus d'information, visitez le site www.2020technologies.com.

Enoncés prospectifs

Certains énoncés qui figurent dans le présent communiqué de presse sont des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières.

Ces renseignements contiennent implicitement des hypothèses sur les produits et les charges prévus de la Société, plus particulièrement à propos de ses résultats d'exploitation et de sa performance économique futurs. Ces hypothèses, bien que la Société les ait jugées raisonnables au moment de leur formulation, pourraient se révéler inexactes. Le lecteur doit tenir compte du fait que les résultats d'exploitation et la performance économique futurs de la Société sont assujettis à un certain nombre de risques et d'incertitudes, notamment la conjoncture de l'économie et des affaires et de l'état du marché en général, et qu'ils pourraient différer sensiblement des prévisions actuelles.

Pour obtenir plus de renseignements sur ces risques et incertitudes, consultez notre notice annuelle la plus récente, que vous trouverez à l'adresse www.sedar.com. Les énoncés prospectifs qui figurent dans le présent rapport sont fondés sur les estimations, les attentes et les prévisions actuelles de la direction qui, selon celle-ci, sont raisonnables en date des présentes. Le lecteur ne devrait pas accorder une importance indue aux énoncés prospectifs, ni s'y fier à quelque moment que ce soit. Bien que nous puissions choisir de le faire, nous ne sommes pas tenus, à quelque moment que ce soit, de mettre à jour ces renseignements et nous ne nous engageons pas à le faire, à moins que la loi sur les valeurs mobilières en vigueur ne nous y oblige.

Les principales informations financières consolidées présentées ci-dessous pour les exercices terminés le 31 octobre 2006 et 2005 sont tirées de nos états financiers consolidés vérifiés. Les informations suivantes doivent être lues avec nos états financiers consolidés vérifiés et les notes y afférentes qui sont disponibles sur www.sedar.com.



Données tirées des états des résultats consolidés
(en milliers de dollars américains, sauf les données sur les actions et
les données par action)
------------------------------------------------------------------------
Trois mois terminés Exercices terminés
les 31 octobre les 31 octobre
------------------------------------------------------------------------
2006 2005(1) 2006 2005
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------
(non vérifié) (non vérifié)
$ $ $ $

Produits
Ventes de licences 7 335 4 799 24 310 18 334
Maintenance et
autres produits
récurrents 6 522 4 175 24 224 15 767
Services
professionnels 3 564 1 876 11 927 6 374
------------------------------------------------------------------------
17 421 10 850 60 461 40 475
------------------------------------------------------------------------
Coûts liés aux
produits
Ventes de licences 903 373 2 365 1 183
Maintenance et services 3 571 1 869 12 330 6 809
------------------------------------------------------------------------
4 474 2 242 14 695 7 992
------------------------------------------------------------------------
Marge brute 12 947 8 608 45 766 32 483
Marge brute % 74,3% 79,3% 75,7% 80,3%
------------------------------------------------------------------------
Frais d'exploitation
Ventes et marketing 4 379 3 662 18 686 13 480
Recherche et
développement 2 270 1 218 7 378 4 796
Frais généraux et
administratifs 3 058 2 566 12 991 7 936
Charge de
rémunération à
base d'actions 125 107 416 334
------------------------------------------------------------------------
9 832 7 553 39 471 26 546
------------------------------------------------------------------------
Bénéfice d'exploitation 3 115 1 055 6 295 5 937
Marge d'exploitation % 17,9% 9,7% 10,4% 14,7%

Revenus financiers 368 115 1 160 140
------------------------------------------------------------------------
Bénéfice avant impôts
sur les bénéfices 3 483 1 170 7 455 6 077
------------------------------------------------------------------------
Impôts sur les bénéfices
Exigibles 411 (126) 579 943
Futurs 400 266 1 007 872
------------------------------------------------------------------------
811 140 1 586 1 815
------------------------------------------------------------------------
Bénéfice net 2 672 1 030 5 869 4 262

Bénéfice par action
De base 0,14 0,05 0,31 0,24
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------
Dilué 0,14 0,05 0,31 0,24
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

(1) Au cours du quatrième trimestre de l'exercice terminé le 31 octobre
2005, un montant au titre du développement de nouveaux produits a
été capitalisé relativement au travail effectué sur les 12 mois
terminés à cette date, qui répondait aux critères de capitalisation
des PCGR du Canada, mais pour lequel aucune capitalisation n'avait
été comptabilisée dans les neuf premiers mois de l'exercice 2005,
totalisant 590 000 $, déduction faite de la dotation aux
amortissements de 81 000 $. Les chiffres du quatrième trimestre
terminé le 31octobre 2005 a été ajusté pour tenir compte de ce
montant, ce qui a entraîné une baisse du bénéfice net de 385 000 $
le faisant passer à 1 030 000 $, y compris l'ajustement connexe
aux impôts sur les bénéfices de 204 000 $.



BILANS CONSOLIDES
(Montants en milliers de dollars américains)

------------------------------------------------------------------------
31 octobre
------------------------------------------------------------------------
2006 2005
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------

$ $
ACTIF
Actif à court terme
Espèces et quasi-espèces 5 337 5 534
Placements temporaires 29 937 35 967
Débiteurs 13 908 8 134
Contrats en cours 556 350
Frais payés d'avance 1 229 773
Impôts futurs 873 1 640
------------------------------------------------------------------------
51 840 52 398
------------------------------------------------------------------------
Immobilisations 3 731 2 924
Actifs incorporels 3 384 878
Frais de développement 11 599 6 217
Autres actifs 1 454 1 237
Ecarts d'acquisition 24 157 15 256
Impôts futurs 414 54
------------------------------------------------------------------------
96 579 78 964
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------
PASSIF
Passif à court terme
Créditeurs 8 625 6 731
Impôts sur les bénéfices à payer 1 853 1 014
Produits reportés 12 672 8 945
Crédit reporté 1 037 1 902
Dette à long terme 53 238
------------------------------------------------------------------------
24 240 18 830
Dette à long terme 568 1 166
Avantages incitatifs relatifs aux contrats
de location 308 239
Impôts futurs 3 375 -
------------------------------------------------------------------------
28 491 20 235
------------------------------------------------------------------------
CAPITAUX PROPRES
Capital-actions 57 886 57 608
Options d'achat d'actions ordinaires 1 847 1 763
Surplus d'apport 966 920
Bénéfices non répartis (déficit) 896 (4 973)
Ecart de conversion cumulatif 6 493 3 411
------------------------------------------------------------------------
68 088 58 729
------------------------------------------------------------------------
96 579 78 964
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------



FLUX DE TRESORERIE CONSOLIDES
(Montants en milliers de dollars américains)
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------
Trois mois terminés les Exercices terminés les
------------------------------------------------------------------------
31 octobre 31 octobre
------------------------------------------------------------------------
2006 2005 2006 2005
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------
(non vérifié) (non vérifié)
$ $ $ $

ACTIVITES
D'EXPLOITATION
Bénéfice net 2 672 1 030 5 869 4 262
Eléments hors caisse
Amortissements 1 623 1 066 5 537 3 437
Intérêts
capitalisés sur
les débentures
convertibles - - - 125
Avantages
incitatifs
relatifs aux
contrats de
location 8 66 57 95
Rémunération à
base d'actions 125 107 416 334
Gain sur
renonciation
de dette à
long terme - (102) - (314)
Impôts futurs 400 266 1 007 872
Variations
d'éléments
du fonds de
roulement (2 452) 924 (2 697) (396)
------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie
liés aux activités
d'exploitation 2 376 3 357 10 189 8 415
------------------------------------------------------------------------

ACTIVITES
D'INVESTISSEMENT
Acquisitions
d'entreprises - (501) (9 294) (663)
Placements
temporaires (20 242) (14,735) 7 821 (31 179)
Immobilisations (301) (253) (1 639) (1 390)
Frais de
développement
- acquis (34) (898) (473) (1 473)
Frais de
développement
- internes (1 233) (745) (5,875) (3 176)
Autres actifs (52) (396) (402) (528)
------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie
liés aux activités
d'investissement (21 862) (17 528) (9 862) (38 409)
------------------------------------------------------------------------

ACTIVITES DE
FINANCEMENT
Dette bancaire - - (59) -
Emprunts à long terme - - 10 32
Remboursements
d'emprunts à long
terme (68) (679) (603) (859)
Frais d'émission
d'actions - 62 - (2 681)
Options exercées 2 12 72 199
Emission d'actions - - - 35 503
Rachat d'actions
privilégiées de
catégorie "D" - - - (904)
Dividendes sur
les actions
privilégiées
de catégorie "D" - - - (17)
------------------------------------------------------------------------
Flux de trésorerie
liés aux activités
de financement (66) (605) (580) 31 273
------------------------------------------------------------------------

Incidence des
variations du
taux de change
sur les espèces
détenues en
devises étrangères (140) 411 56 386
------------------------------------------------------------------------
Augmentation
(diminution) nette
des espèces et
quasi-espèces (19 692) (14 365) (197) 1 665
Espèces et
quasi-espèces
au début de la
période 25 029 19 899 5 534 3 869
------------------------------------------------------------------------
Espèces et
quasi-espèces
à la fin de
la période 5 337 5 534 5 337 5 534
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


RAPPORT DE GESTION

(Pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006)

Le présent rapport daté du 16 janvier 2007 commente les résultats financiers et la situation financière de Technologies 20-20 Inc. ("20-20" ou la "société") pour les exercices terminés les 31 octobre 2006 et 2005. Ces commentaires doivent être lus en parallèle avec les principales informations financières consolidées présentées dans ce rapport, avec nos états financiers consolidés vérifiés et les notes y afférentes. Ces états financiers ont été dressés selon les principes comptables généralement reconnus du Canada ("PCGR du Canada") et sont présentés en dollars américain du fait qu'une partie importante des produits de la société sont comptabilisés en dollars américain. Les états financiers de la société résultent de la conversion de la monnaie de mesure, soit le dollar canadien, en dollars américains selon la méthode du taux courant. Des renseignements additionnels concernant 20-20, dont la notice annuelle, le rapport annuel, les états financiers intermédiaires de la société et les rapports de la direction y afférents, pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006 sont disponibles sur le site Web de SEDAR à l'adresse www.sedar.com ainsi que sur le site Web de la société à l'adresse www.2020technologies.com, section relations avec les investisseurs. L'information contenue dans ce rapport est soumise aux commentaires sur les énoncés prospectifs présentés ci-après.

Sauf indication contraire ou si le contexte l'indique autrement, "20-20", la "société", "nous", "notre" et "nos" font référence à Technologies 20-20 Inc. et à ses filiales directes et indirectes. Sauf indication contraire, tous les montants en dollars dans ce rapport sont exprimés en dollars américains. Les symboles de dollars ou de dollars US font référence à des dollars américains, et le symbole de dollars CA fait référence à des dollars canadiens. La communication de l'information dans ce rapport a été limitée à ce que la direction a déterminé comme "important", à savoir que toute omission ou inexactitude de cette information pourrait influencer ou changer une décision raisonnable de la part d'un investisseur d'acheter, de conserver ou de vendre des titres de la société.

RESPONSABILITE DE LA DIRECTION A L'EGARD DE LA PRESENTATION DE L'INFORMATION FINANCIERE

Les états financiers consolidés et le rapport de gestion de Technologies 20-20 Inc. (la "société"), ainsi que toute l'information contenue dans le présent rapport annuel, sont la responsabilité de la direction et ont été examinés et approuvés par le conseil d'administration.

Les états financiers consolidés ont été dressés par la direction conformément aux principes comptables généralement reconnus du Canada. Le rapport de gestion a été préparé conformément aux exigences des autorités en valeurs mobilières. Les états financiers et le rapport de gestion renferment certains montants fondés sur les meilleures estimations et des jugements à l'égard de l'incidence prévue des événements et opérations actuels. La direction a établi ces montants de manière raisonnable, afin d'assurer que les états financiers et le rapport de gestion sont présentés fidèlement, à tous égards importants. L'information financière présentée ailleurs dans le rapport annuel est conforme aux données présentées dans les états financiers consolidés.

Le chef de la direction et le chef de la direction financière de la société ont établi des contrôles et des procédures de communication de l'information, ou ont supervisé leur établissement, pour donner une assurance raisonnable que l'information importante liée à la société leur a été communiquée et a été communiquée adéquatement dans les états financiers consolidés et le rapport de gestion. Le chef de la direction et le chef de la direction financière de la société ont aussi évalué l'efficacité de ces contrôles et procédures de communication de l'information à la fin de l'exercice 2006. En date de la fin de l'exercice, la direction est d'avis que les contrôles et procédures de communication de l'information donnent une assurance raisonnable que l'information importante liée à la société a été communiquée dans les états financiers consolidés et le rapport de gestion. Conformément au Règlement 52-109, le chef de la direction et le chef de la direction financière de la société ont fourni aux autorités canadiennes en valeurs mobilières une attestation à l'égard des documents d'information annuels de la société, y compris les états financiers consolidés et le rapport de gestion.

Le conseil d'administration est chargé de s'assurer que la direction assume ses responsabilités à l'égard de la présentation de l'information financière et il est l'ultime responsable de l'examen et de l'approbation des états financiers consolidés et du rapport de gestion. Le conseil d'administration s'acquitte de cette responsabilité principalement par l'entremise de son comité de vérification.

Le comité de vérification est nommé par le conseil d'administration, et tous ses membres sont des administrateurs indépendants possédant des compétences financières. Le comité de vérification rencontre périodiquement la direction, ainsi que les vérificateurs externes, afin d'examiner les états financiers consolidés, le rapport de gestion, les questions de vérification et les questions de présentation de l'information financière, de discuter des contrôles internes à l'égard de l'information financière, et de s'assurer que chaque partie s'acquitte correctement de ses responsabilités. En outre, le comité de vérification est chargé d'examiner la pertinence des conventions comptables ainsi que les estimations et jugements importants qui sous-tendent les états financiers consolidés dressés par la direction, et d'examiner les honoraires versés aux vérificateurs externes et de faire des recommandations au conseil d'administration à leur égard. Le comité de vérification fait part de ses constatations au conseil d'administration pour qu'il en soit tenu compte lorsque ce dernier approuve la publication des états financiers consolidés et du rapport de gestion à l'intention des actionnaires.

Raymond Chabot Grant Thornton S.E.N.C.R.L., vérificateurs externes désignés par les actionnaires, rencontrent régulièrement le comité de vérification pour discuter de la vérification, de la présentation de l'information financière et d'autres sujets connexes.

Ce rapport et nos états financiers consolidés vérifiés ont été révisés par le comité de vérification de la société le 16 janvier 2007 et approuvés par le conseil d'administration de 20-20 le 25 janvier 2007.

Enoncés prospectifs

Certains énoncés qui figurent dans le présent rapport sont des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières.

Ces renseignements contiennent implicitement des hypothèses sur les produits et les charges prévus de la société, plus particulièrement à propos de ses résultats d'exploitation et de sa performance économique futurs. Ces hypothèses, bien que la société les ait jugées raisonnables au moment de leur formulation, pourraient se révéler inexactes. Le lecteur doit tenir compte du fait que les résultats d'exploitation et la performance économique futurs de la société sont assujettis à un certain nombre de risques et d'incertitudes, notamment la conjoncture de l'économie et des affaires et l'état du marché en général, et qu'ils pourraient différer sensiblement des prévisions actuelles.

Pour obtenir plus de renseignements sur ces risques et incertitudes, consultez notre notice annuelle la plus récente, que vous trouverez à l'adresse www.sedar.com. Les énoncés prospectifs qui figurent dans le présent rapport sont fondés sur les estimations, les attentes et les prévisions actuelles de la direction qui, selon celle-ci, sont raisonnables en date des présentes. Le lecteur ne devrait pas accorder une importance indue aux énoncés prospectifs, ni s'y fier à une autre date. Bien que la société puisse choisir de le faire, elle n'est pas tenue, à quelque moment que ce soit, de mettre à jour ces renseignements et ne s'engage pas à le faire, à moins que la loi sur les valeurs mobilières en vigueur ne l'y oblige. En plus de présenter une analyse des deux exercices terminés les 31 octobre 2006 et 2005, le présent rapport traite de certains événements importants qui se sont produits entre ces dates et le 16 janvier 2007.

1. Sommaire des activités

Fondée en 1987, 20-20 est le premier fournisseur mondial de logiciels de conception, de vente et de fabrication assistée par ordinateur conçus spécifiquement pour l'industrie du design d'intérieur. Ses logiciels offrent aux détaillants et aux chanes de rénovation des capacités de pointe en matière de conception, de spécification, de photo réalisme, de visualisation 3D et de gestion de la fabrication de produits configurables ou non configurables dans les marchés du design d'intérieur résidentiel, commercial et récréatif. Les solutions complètes exclusives de la société intègrent l'ensemble des processus de l'industrie en matière de conception, de vente, d'approvisionnement et de fabrication, et incluent une plateforme d'intégration qui met en lien les fonctions de vente et de fabrication d'une part et, d'autre part, les logiciels d'ingénierie assistée par ordinateur et d'automatisation du travail en atelier personnalisés selon les besoins des fabricants de l'industrie de la cuisine, salle de bain et du meuble. Par ailleurs, la société crée, gère, publie et met à jour des catalogues électroniques qui contiennent des éléments graphiques 3D, des spécifications et des finis de produits, des données sur les prix et les codes des produits configurables de nos clients fabricants. 20-20 dispose d'une bibliothèque de plus de 1 500 catalogues électroniques.

Les solutions offertes par 20-20 sont disponibles sur tout environnement informatique et Internet. 20-20 commercialise et vend ses produits et services à l'échelle mondiale par l'intermédiaire d'une équipe interne de vente et marketing, ainsi que par un réseau de consultants en Amérique du Nord et de distributeurs ailleurs dans le monde. 20-20 est le plus grand fournisseur à l'échelle internationale de logiciels dédiés exclusivement au secteur du design d'intérieur, avec une présence dans les marchés en croissance rapide de l'Asie Pacifique et de l'Amérique latine. La position de la société dans les marchés du design d'intérieur repose sur une clientèle mondiale stable -- avec des licences vendues dans plus de 100 pays.

Les produits et la croissance de 20-20 proviennent de trois sources. Les produits tirés de la vente de licences proviennent de l'octroi de licences visant nos logiciels pour ordinateurs de bureau et de solutions d'entreprises client-serveur, comme il est décrit précédemment. Chaque licence de logiciel, pour laquelle les utilisateurs paient des frais uniques, est permanente de par sa nature. Chaque licence est utilisable par un seul utilisateur et n'est pas transférable. Pour l'exercice 2006, les produits tirés de la vente de licences se sont élevés à 24,3 millions $, soit 40,2 % du total des produits. Les produits tirés de la maintenance et autres services récurrents proviennent du soutien à la clientèle, des mises à jour de logiciels et de catalogues électroniques, de services Web, et des frais annuels d'utilisation des logiciels. Les contrats types de services de maintenance et autres services récurrents sont d'une durée de 12 mois et sont renouvelables au gré du client. Pour l'exercice 2006, les produits tirés des services récurrents ont atteint 24,2 millions $, soit 40,1 % du total des produits. Enfin, les produits tirés des services professionnels incluent les produits provenant des services de formation, de création de catalogues électroniques et de maintenance, et des services d'intégration tels que la consultation et la personnalisation d'applications, ainsi qu'une petite partie provenant de la revente de matériel. Ces produits se sont élevés à 11,9 millions de dollars, soit 19,7 % du total des produits au cours du dernier exercice.

Le bénéfice d'exploitation de la société est obtenu après déduction des coûts liés aux produits et des frais d'exploitation, comme il est expliqué ci-après :

Les coûts liés aux produits tirés de la vente de licences englobent principalement : i) les coûts des produits logiciels proprement dits, y compris les reproductions, les manuels et les encarts ainsi que l'emballage; ii) les coûts de revente de logiciels de tiers; et iii) les redevances payables sur les ventes de certaines licences à des tiers dont la technologie est intégrée dans des logiciels de 20-20. Les coûts liés aux produits tirés de la maintenance et des services professionnels se composent principalement de frais de personnel et d'autres coûts connexes engagés pour le soutien aux clients, les mises à niveau de logiciels (autres que les frais de recherche et de développement), la création, la mise à jour et la gestion de catalogues électroniques, les services Web, la formation, l'intégration et le matériel.

Les frais d'exploitation comprennent : i) les frais de vente et de marketing, qui comprennent principalement les coûts liés au personnel et aux activités de vente et de marketing, y compris les salaires et les commissions versés à notre équipe de vente ainsi que les commissions versées aux consultants dans le secteur, les frais de livraison, et les frais relatifs à la publicité, au télémarketing, aux foires commerciales et aux autres activités et documents promotionnels; ii) les frais de recherche et de développement (incluant l'amortissement des dépenses immobilisées de recherche et de développement) comprennent principalement les coûts liés au personnel et au développement de nouveaux produits, à l'amélioration des produits existants, aux activités d'assurance de la qualité ainsi qu'aux outils et à l'équipement nécessaires à la création de logiciels. Les frais de recherche et de développement sont présentés déduction faite des crédits d'impôt à l'investissement applicables; iii) les frais généraux et administratifs comprennent principalement les coûts liés aux fonctions administratives, informatiques et financières, les honoraires juridiques et professionnels, les assurances et les autres charges du siège social; et iv) la charge de rémunération à base d'actions comprend le coût des attributions à base d'actions au profit des employés imputé selon la méthode de l'amortissement linéaire sur la durée d'acquisition des droits et le coût lié aux unités d'actions différées émises trimestriellement aux administrateurs de la société.

2. Revue de l'exercice

La direction se concentre à réaliser des synergies à tous les niveaux de l'entreprise par suite de l'intégration des entreprises acquises au cours des 12 derniers mois. L'exercice 2006 a été une année charnière, qui a permis à la société d'atteindre ses objectifs quant au positionnement sur ses marchés et à son offre de produits et de services, tout en augmentant son potentiel de croissance. En décembre 2005, 20-20 a célébré son premier anniversaire en tant que société ouverte, période au cours de laquelle elle a continué de réaliser de nombreux projets et objectifs stratégiques, conformément à ce que prévoyait l'utilisation du produit du premier appel public à l'épargne (PAPE).

A l'exercice 2006, la société a connu une croissance de 49,4 %, gr226ce à une solide croissance organique et par voie d'acquisition, se chiffrant à 60,5 millions $ pour la période de 12 mois terminée le 31 octobre 2006, et à un bénéfice net, qui s'est élevé à 5,9 millions $, ou 9,7 % du total des produits pour la période. En comparaison, pour la période correspondante de 2005, les produits et le bénéfice net avaient été respectivement de 40,5 millions $ et de 4,3 millions $, ou 10,5 % du total des produits. Le rendement obtenu à l'exercice 2006 est principalement attribuable aux produits provenant de nos acquisitions totalisant 14,7 millions $ à l'exercice 2006 en regard de 0,5 million $ en 2005. L'augmentation reflète également la vigueur soutenue des volumes de ventes aux clients dans les marchés résidentiel et commercial de l'industrie.

Les ventes du logiciel 20-20 Design de la société aux détaillants et aux chanes de rénovation dans le marché résidentiel ont continué de crotre en 2006, à la faveur d'une vigueur soutenue du marché de détail de la rénovation en Amérique du Nord. Les ventes de licences aux clients dans le marché commercial (bureaux) ont également affiché une croissance par rapport à 2005. Nous continuons de déployer des efforts soutenus en matière de développement des affaires et de marketing afin de bien faire connatre aux détaillants de mobilier de bureau les avantages de nos systèmes, et nous investissons dans l'intégration de toutes nos solutions logicielles et de nos outils de création de catalogues destinés au marché commercial afin d'optimiser le potentiel de notre bibliothèque de catalogues, qui s'est récemment enrichie avec l'acquisition de Data One et de son outil de création de catalogues.

Le nombre de mises en chantier d'habitations a eu peu d'incidence sur les activités de 20-20. La majeure partie de notre volume de ventes se rapporte à des projets de rénovation de salle de bain et de cuisine et à d'autres projets de rénovation domiciliaires, lesquelles ventes sont réalisées auprès de propriétaires de maison dans des centres de rénovation et autres détaillants. Nous avons constaté que lorsque le nombre de mises en chantier diminue, le nombre de projets de rénovation domiciliaires a effectivement tendance à augmenter.

L'amélioration des ventes de licences à l'exercice 2006, qui ont atteint 24,3 millions $, ont contribué à la croissance des produits tirés des services professionnels et -- avec les produits de 18,3 millions $ tirés des ventes de licences constatés en 2005 -- à la hausse des produits tirés de la maintenance et des autres services récurrents établis à 24,2 millions $ pour les 12 mois terminés le 31 octobre 2006.

La société a achevé ou parachève ses acquisitions stratégiques d'entreprises et de technologies qui sont très complémentaires. Au cours des 12 mois terminés le 31 octobre 2006, la société a complété d'importantes acquisitions représentant un montant total d'environ 9,5 millions $ en contreparties totales. Ces acquisitions et les contreparties y afférentes (incluant la dette nette prise en charge et les coûts d'opération capitalisés, mais excluant les contreparties et les redevances conditionnelles futures) se résument de la façon suivante :

Data One, Inc. :

(1 249 000 $ -- avant les coûts d'acquisition)

Etablie à Indianapolis, Data One a développé un logiciel de conception, de spécification et de création de catalogues destiné aux fabricants et aux détaillants de mobilier de bureau et de meubles de rangement. Les activités de cette entreprise, qui compte 1 500 clients actifs, recoupent très peu celles de la société. L'acquisition nous permet de consolider notre position dans ce marché ainsi que notre rôle auprès des centres de design et des fabricants de mobilier de bureau. En outre, elle nous aidera à faire progresser l'informatisation des ventes dans l'industrie du mobilier de bureau. Cette acquisition a pris effet le 1er décembre 2005.

MBI Software Company GmbH :

(3 167 000 $ -- avant les coûts d'acquisition)

Acquisition de l'ensemble des actifs, des activités et des solutions logicielles de ce fabricant allemand de premier plan, spécialisé dans le développement, la vente et l'implantation de logiciels ERP de grande puissance, assortis d'applications de gestion électronique des processus et d'analyse des données d'affaires, spécialement conçus pour les fabricants de meubles de rangement, d'armoires de cuisine, de mobilier de bureau et de mobilier résidentiel. MBI, dont la vaste clientèle est constituée de grands fabricants européens et nord-américains, a des bureaux à Osnabrück (Allemagne), à Toronto (Canada) et à Vienne (Autriche). Complémentaire aux solutions que nous offrons aux fabricants, MBI nous permet d'accéder aux données sur les produits destinés à l'industrie du meuble en Allemagne et de renforcer, à l'échelle mondiale, la solution complète de 20-20 destinée aux divers segments du marché des fabricants reliés au design d'intérieur résidentiel et commercial, tout en nous assurant une présence importante en Allemagne et en Europe de l'Est. Cette acquisition a été conclue le 1er décembre 2005.

Virtual Systems International, Inc.:

(5 125 000 $ -- avant les coûts d'acquisition)

Etablie en Caroline du Nord, Virtual Systems International se spécialise dans le développement, la vente et l'intégration de solutions logicielles de fabrication destinées aux grandes et moyennes entreprises nord-américaines Suvrant dans le secteur de l'ébénisterie et du bois. Ces solutions spécialisées peuvent être harmonieusement intégrées à diverses plateformes ERP horizontales. Virtual Systems offre d'autres possibilités de synergies opérationnelles lorsqu'on les combine à celles de MBI et de 20-20. Cette opération représente une autre étape dans le positionnement de la société comme chef de file mondial en matière de solutions logicielles verticales ERP et de logiciels d'ingénierie et de fabrication pour les marchés visés. Cette opération a été conclue le 9 février 2006.

Shanghai Rena et DesignTec Co. Ltd. :

La société a conclu une entente en vue de l'acquisition de tous les actifs de Shanghai Rena (Chine) et de DesignTec Co. Ltd. (Tawan), en décembre 2005. Ces acquisitions ne sont pas encore closes, la société faisant actuellement le nécessaire pour se conformer aux lois chinoises pour permettre à une entité chinoise entièrement sous contrôle étranger de faire des affaires en Chine. En cours de route, la société a modifié son approche en décidant de créer une entreprise entièrement sous contrôle étranger qui lui permettrait de mener des activités de fabrication comme des services de création de catalogues et d'intégration. Ce changement de cap a entrané des délais additionnels dans le processus.

Depuis le 31 octobre 2006, la société a également conclu l'acquisition suivante :

Pattern Systems International, Inc. :

(775 000 $ -- avant les coûts d'acquisition)

Le 8 janvier 2007, la société a fait l'acquisition des actifs et des activités de Pattern Systems International, Inc., de Mount Arlington dans l'Etat du New Jersey ("PSI") pour une contrepartie totale de 775 000 $ au comptant (avant les frais d'acquisition). PSI a également reçu le mandat de développer d'autres composantes logicielles pour la société, lesquelles, si elles sont réalisées et acceptées par la société, donneront lieu à une contrepartie additionnelle au comptant versée à PSI d'un montant maximum de 225 000 $. PSI développe une suite de logiciels informatiques destinés principalement au secteur de la fabrication d'armoires, de la menuiserie architecturale et du travail du bois qu'elle distribue par l'entremise d'un réseau de distributeurs et de représentants internes des ventes. La société offre également un service de soutien à la clientèle et de soutien logiciel pour ses produits, ainsi que de la formation et un service de création de catalogues.

Ces acquisitions sont décrites plus en détail à la section 5 du présent rapport ainsi qu'aux notes 8 et 23 afférentes aux états financiers consolidés vérifiés.

Amortissement des actifs incorporels acquis

Les récentes acquisitions de la société ont entrané l'ajout d'actifs incorporels au bilan consolidé qui sont amortis sur des périodes allant de 3 à 15 ans. Ces actifs incorporels se composent de frais de développement (logiciels) acquis, de listes de clients, de marques de commerce et d'une entente de non-concurrence. L'amortissement lié à ces actifs incorporels s'est élevé à 1 214 000 $ pour l'exercice 2006 comparativement à 185 000 $ pour l'exercice 2005.

Les récentes acquisitions mentionnées à la section 2 ci-dessus ont contribué à raison de 24,3 % des produits pour l'exercice 2006. La composition des produits pour ces acquisitions, en grande partie attribuable à MBI et, dans une moindre mesure, à VSI, est différente de la composition des produits de 20-20 hors acquisitions. Cette différence a eu une incidence importante sur la marge brute consolidée du groupe, qui est passée de 80,3 % en 2005 à 75,7 % en 2006. Pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006, les produits se sont établis comme suit :



--------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------
Acquisitions Hors acquisitions Total
--------------------------------------------------------------
% % %
Produits
Ventes de licences 23,5 45,6 40,2
Maintenance et autres
produits récurrents 39,2 40,3 40,1
Services professionnels 37,3 14,1 19,7
--------------------------------------------------------------
100,0 100,0 100,0
--------------------------------------------------------------
Marge brute (%) 61,6 80,2 75,7
--------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------


En excluant l'incidence des récentes acquisitions, les marges brutes sont demeurées essentiellement inchangées à 80,2 % à l'exercice 2006, en regard de 80,3 % à l'exercice 2005.

Toutefois, en pourcentage des produits, les charges d'exploitation engagées par les acquisitions, y compris l'amortissement connexe des actifs incorporels et des frais de développement résultant de la comptabilisation de ces acquisitions selon la méthode de l'acquisition, sont moins élevées que les charges hors acquisitions de 20-20. Pour l'exercice 2006, les charges d'exploitation liées aux acquisitions se sont élevées à 62,1 % des produits tandis que les charges hors acquisitions ont représenté 66,3 % des produits.

Les produits provenant de MBI comptabilisés au cours de l'exercice 2006 reposaient largement sur les produits tirés de la maintenance et des services d'intégration, et, dans une moindre mesure, sur les produits découlant de la vente de licences à marge plus élevée. Cette situation était prévue après l'acquisition, 20-20 ayant repositionné les activités de MBI, qui avait connu des difficultés financières au milieu de 2005, en protégeant d'abord les produits tirés des services de suivi auprès des clients de MBI existants, qui avaient temporairement reporté leurs investissements en attente d'une résolution définitive des difficultés financières de MBI. Depuis la date d'acquisition, les ventes de licences ont commencé à augmenter, les clients ayant acquis confiance dans les perspectives d'avenir de MBI. Avec la hausse de ventes de licences à marge plus élevée, nous devrions commencer à constater une amélioration de la marge brute liée à cette acquisition.

Par suite du lancement de nouveaux produits cette année et des efforts d'intégration de logiciels et de localisation déployés à ce jour, notre priorité en gestion de produits et en commercialisation est d'introduire ces produits dans d'autres marchés géographiques où nous sommes déjà présents et d'accrotre nos activités dans des marchés adjacents pour ainsi augmenter nos ventes de licences. En plus de contribuer à notre croissance interne, cela améliorera nos marges brutes au cours des prochains trimestres.

Recherche et développement

Nous continuerons de nous concentrer, au cours des prochains trimestres, sur l'intégration des solutions acquises au cours des 15 derniers mois afin d'offrir des solutions pleinement intégrées propres à l'industrie à tous les intervenants du marché du design d'intérieur -- allant de la vente, de la conception et des logiciels de configuration de produits aux systèmes ERP et d'exécution de la fabrication. Essentiellement, 20-20 continuera de renforcer sa position de chef de file mondial dans la fourniture d'une solution complète qui intègre efficacement tous les procédés d'affaires critiques de l'industrie du design d'intérieur. Cela se fera entre autres en maintenant et en favorisant une mise en commun totale et unique des données de l'industrie qui pourra être utilisée de manière harmonieuse avec tous les outils et toutes les solutions de 20-20. La direction estime que cette stratégie permettra à la société d'être plus à même d'offrir à ses clients la capacité de produire et de livrer des produits sur mesure de façon industrielle, ce qui est rapidement en voie de devenir nécessaire pour les participants qui veulent rester concurrentiels et rentables dans l'environnement opérationnel d'aujourd'hui. Compte tenu de ces efforts, la société continue de déployer des ressources additionnelles pour les travaux de recherche et de développement afin de faire progresser l'intégration des produits et données à l'échelle de la société.

Le premier semestre de l'exercice 2006 devrait représenter un sommet pour ce qui est du pourcentage des dépenses brutes de R et D par rapport aux produits pour la société. Comme des projets tirent à leur fin, le montant investi dans des frais de développement capitalisés chutera en proportion des dépenses totales, tandis que l'amortissement des frais de développement augmentera à court terme.



Dépenses de R et D et frais de développement
(montants en milliers de dollars américains)
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------
Exercices terminés les
31 octobre
---------------------------------------------------------------------
2006 2005
---------------------------------------------------------------------
$ $
Recherche et développement
Dépenses brutes 11 144 6 852
Moins : crédits d'impôt(1) (253) (512)
-----------------------
10 891 6 340
-----------------------
-----------------------
Coûts capitalisés 7 145 4 072
Frais de développement acquis 473 1 473
Crédits d'impôt (1 270) (896)
-----------------------
Selon l'état des flux de trésorerie 6 348 4 649
-----------------------
-----------------------

Dépenses brutes 11 144 6 852
Moins : dépenses capitalisées 7 145 4 072
-----------------------
Selon la note 4 des états financiers 3 999 2 780

Moins : crédits d'impôt (253) (512)
Amortissement -- frais de
développement internes 2 757 2 308
Amortissement - frais
de développement acquis 875 220
-----------------------
Selon l'état des résultats 7 378 4 796
-----------------------
-----------------------

Crédits d'impôt à l'investissement
Crédités aux résultats(1) 253 512
Réduction de la capitalisation 1 270 896
-----------------------
1 523 1 408
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------


1) Les réclamations de crédits d'impôt de la société soumises antérieurement pour les exercices terminés les 31 octobre 2001 et 2002 ont fait l'objet d'une révision par les autorités fiscales. Par suite de cette révision, la société a constaté pour ces exercices un montant de 388 000 $ en crédits, non réclamés antérieurement, dans son état des résultats pour l'exercice terminé le 31 octobre 2005 et un montant de 110 000 $ dans son état des résultats pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006.

Risque de change

La monnaie de mesure de la société est le dollar canadien. Toutefois, les états financiers sont présentés en dollars américains. Avec la baisse récente de la valeur du dollar américain par rapport à la plupart des devises importantes, les résultats d'exploitation de la société ont été touchés, notamment dans les cas où les dépenses sont dans une monnaie autre que le dollar américain. L'incidence la plus importante est attribuable aux dépenses engagées en dollars canadiens, étant donné que la plupart des ventes sur le marché nord-américain sont en dollars américains. Par contre, dans d'autres monnaies comme l'euro et la livre sterling, nous avons une couverture naturelle puisque les produits et les dépenses sont engagés dans la même monnaie.

La société a engagé des coûts en dollars canadiens d'environ 23,5 millions $ pour l'exercice. Pour l'exercice 2006, le taux de change moyen en dollars canadiens a été de 0,8853 $ comparativement à 0,8212 $ à l'exercice 2005. Cette appréciation de 7,8 % a entrané une augmentation des dépenses de 1,3 million de dollars et une baisse correspondante du bénéfice d'exploitation.

La société conclut des contrats de change à terme, comme il est décrit à la note 20 de nos états financiers annuels consolidés vérifiés de 2006 afin d'améliorer la visibilité à court terme relativement à l'incidence des variations des taux de change entre le dollar canadien et le dollar américain. Les pertes découlant de ces contrats qui se sont élevées à 304 000 $ pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006 comparativement à 279 000 $ en 2005, sont constatées au poste "Revenus financiers" de l'état des résultats consolidés.

3. Aperçu du rendement

Les produits de l'exercice 2006 ont totalisé 60,5 millions $, en hausse de 20,0 millions $, ou 49,4 %, par rapport aux produits comptabilisés au cours de la même période de l'exercice précédent. L'augmentation des produits est attribuable aux produits s'élevant à 14,7 millions de dollars générés par les entreprises récemment acquises incluant CMS (en date du 1er septembre 2005), MBI (en date du 1er décembre 2005), Data One (en date du 1er décembre 2005) et VSI (en date du 1er février 2006).

Sur une base organique, excluant les produits tirés des acquisitions au cours des 12 derniers mois, les produits ont augmenté de 13,0 % pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006 par rapport à la même période de 2005, en raison surtout de la croissance des ventes de licences en Amérique du Nord.

La marge brute de la société s'est accrue de 13,3 millions $, ou 40,9 %, pour atteindre 45,8 millions $ pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006, en regard de 32,5 millions $ pour la période correspondante de 2005, soit respectivement 75,7 % et 80,3 % du total des produits. Comme il a été mentionné ci-dessus, la baisse de la marge brute globale (en pourcentage des produits) est essentiellement attribuable aux produits provenant de MBI comptabilisés au cours de la période intermédiaire, qui reposaient largement sur les produits tirés de la maintenance et des services professionnels, et sur une contribution négligeable des produits découlant de la vente de licences à marge plus élevée ainsi que sur les produits découlant de VSI dont la composition comprend une plus grande part de services d'intégration. En ce qui concerne MBI, cette situation était prévue après l'acquisition, 20-20 repositionnant les activités de MBI, qui avait connu des difficultés financières au milieu de 2005, notamment en protégeant d'abord les produits tirés des services de suivi auprès des clients de MBI existants, qui avaient temporairement reporté leurs investissements en attente d'une résolution définitive des difficultés financières de MBI.

Le bénéfice d'exploitation pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006 s'est accru de 6,0 % pour s'établir à 6,3 millions $ à l'exercice 2006 en regard de l'exercice 2005, représentant respectivement 10,4 % et 14,7 % du total des produits pour chacune des périodes. La baisse du bénéfice d'exploitation en pourcentage des produits s'explique notamment par : i) un gain non récurrent constaté comme réduction des dépenses s'élevant à 713 000 $ à l'exercice 2005; ii) des investissements additionnels en vente et en marketing; iii) l'ajout de ressources visant à soutenir la croissance et les exigences de conformité de la société; iv) l'incidence défavorable sur les frais d'exploitation de l'appréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain, d'un montant d'environ 1,3 million de dollars; et v) l'amortissement marginal des actifs incorporels créé à la comptabilisation des acquisitions d'entreprises conclues après la fin du troisième trimestre de l'exercice 2005, s'élevant à 1 million $, y compris les acquisitions de frais de développement (comptabilisés au poste "Recherche et développement des frais d'exploitation"), de listes de clients et de marques de commerce, et d'une entente de non-concurrence (tous comptabilisés au poste "Frais généraux et administratifs des frais d'exploitation").

Le bénéfice net a augmenté pour atteindre 5,9 millions $ pour l'exercice 2006 en regard de 4,3 millions $ en 2005. La charge d'impôts consolidée pour 2006 s'est établie à 1,6 million $ ou 21,3 % des bénéfices avant impôts, comparativement à 1,82 million $ ou 29,9 % pour 2005. La diminution du taux d'imposition réel par rapport à 2005 est surtout attribuable à la réduction du compte de crédits reportés s'élevant à 865 000 $ (néant $ en 2005) découlant de l'acquisition de MindAvenue Inc., relativement aux pertes fiscales inutilisées reportées en avant.

4. Principales informations financières consolidées

Les principales informations financières consolidées présentées ci-dessous pour les trois exercices terminés les 31 octobre 2006, 2005 et 2004 sont tirées de nos états financiers consolidés vérifiés. Les informations suivantes doivent être lues avec nos états financiers consolidés vérifiés et les notes y afférentes.



Données tirées des états des résultats consolidés
(en milliers de dollars américains, sauf les données sur les actions
et les données par action)
----------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------
Exercices terminés les 31 octobre 2006 2005 2004(i)
----------------------------------------------------------------------

Produits
Ventes de licences 24 310$ 18 334$ 16 903$
Maintenance et autres
produits récurrents 24 224 15 767 13 973
Services professionnels 11 927 6 374 5 778
----------------------------------------------------------------------
60 461 40 475 36 654
Coûts liés aux produits
Ventes de licences 2 365 1 183 1 609

Maintenance et services 12 330 6 809 5 889
----------------------------------------------------------------------
14 695 7 992 7 498
----------------------------------------------------------------------
Marge brute 45 766 32 483 29 156

Marge brute (%) 75,7 % 80,3 % 79,5%
----------------------------------------------------------------------

Frais d'exploitation
Ventes et marketing 18 686 13 480 10 377
Recherche et développement 7 378 4 796 5 131
Frais généraux et administratifs 12 991 7 936 8 117
Charge de rémunération à base
d'actions(1) 416 334 -
---------------------------------------------------------------------
39 471 26 546 23 625
---------------------------------------------------------------------

Bénéfice d'exploitation 6 295 5 937 5 531
Marge d'exploitation (%) 10,4 % 14,7 % 15,1%

Frais financiers (revenus) (1 160) (140) 2 811
----------------------------------------------------------------------
Bénéfice avant impôts sur les bénéfices
et part des
actionnaires sans contrôle 7 455 6 077 2 720
Impôts sur les bénéfices
Exigibles 579 943 545
Futurs 1 007 872 569
----------------------------------------------------------------------
1 586 1 815 1 114
----------------------------------------------------------------------

Bénéfice avant part des actionnaires
sans contrôle 5 869 4 262 1 606
Part des actionnaires sans contrôle - - (66)
---------------------------------------------------------------------
Bénéfice net 5 869$ 4 262$ 1 672$
----------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------

Bénéfice par action(2)
Bénéfice net attribuable aux porteurs
d'actions ordinaires 5 869$ 4 245$ 1 536$

Nombre moyen pondéré d'actions
ordinaires en circulation 18 785 855 17 580 899 8 535 140

Bénéfice de base par action 0,31$ 0,24$ 0,18$

Nombre moyen pondéré d'actions
ordinaires ajusté en circulation 19 068 537 17 996 569 9 054 640

Bénéfice dilué par action 0,31$ 0,24$ 0,17$
----------------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------


(i) Redressé : les états financiers consolidés de 2004 ont été redressés pour tenir compte de l'adoption rétroactive en date du 1er novembre 2004 du chapitre 3860, "Instruments financiers -- informations à fournir et présentation", du Manuel de l'Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA), selon lequel la composante capitaux propres principale et l'écart de conversion cumulé connexe des débentures convertibles doivent être reclassés des capitaux propres au passif. Par conséquent, l'augmentation de la composante capitaux propres des débentures convertibles devra aussi être reclassée dans les résultats consolidés pour les périodes applicables à titre de frais financiers (se reporter à la note 2 afférente aux états financiers consolidés vérifiés pour en savoir davantage sur cette modification de convention comptable). Cette modification de norme n'a eu aucune incidence sur le bénéfice par action pour les périodes visées, les ajustements aux résultats consolidés étant déjà pris en compte dans le calcul du bénéfice par action de chaque période. Le 8 décembre 2004, nous avons converti en actions ordinaires la totalité des débentures convertibles en circulation.

(1) Le 1er janvier 2004, le chapitre 3870, "Rémunérations et autres paiements à base d'actions", du Manuel de l'ICCA a été modifié afin d'exiger la passation en charges de la totalité des rémunérations et des paiements à base d'actions, éliminant la possibilité de présenter des informations pro forma plutôt que d'imputer les résultats, comme cela a été fait pour l'exercice 2005. Le 1er novembre 2004, la société a adopté rétroactivement la norme modifiée, sans redressement des chiffres des périodes antérieures. En outre, étant donné que la société est devenue une société ouverte le 8 décembre 2004, la méthode de la valeur minimale (notamment, utilisation d'une volatilité nulle) ne peut plus être utilisée pour établir la charge de rémunération à base d'actions. L'adoption de ces nouvelles recommandations s'est traduite par une augmentation du déficit et des options d'achat d'actions ordinaires de 296 000 $ au 1er novembre 2004, ce qui représente les charges de l'exercice 2004.

(2) Se reporter à la note 6 afférente aux états financiers consolidés vérifiés pour en savoir davantage sur le calcul du bénéfice de base et dilué par action.

5. Comparaison des 12 mois terminés les 31 octobre 2006 et 2005 et perspectives pour l'exercice 2007

Acquisitions

L'information suivante relative aux acquisitions importantes conclues au cours des 12 mois terminés les 31 octobre 2006 et 2005 doit être lue avec les notes 8, 15 et 23 afférentes aux états financiers consolidés vérifiés pour en savoir davantage sur les contreparties de base payées, les paiements additionnels fondés sur le rendement, les valeurs attribuées aux actifs acquis (y compris les actifs incorporels et l'écart d'acquisition) et le passif pris en charge à la date des opérations, le cas échéant.

Virtual Systems International, Inc.

Le 12 décembre 2005, la société a conclu un contrat portant sur l'acquisition de 100 % des actions de Virtual Systems International, Inc. ("VSI"), située à Raleigh, en Caroline du Nord, pour une contrepartie totale de 5 233 690 $ payée en espèces, avec des liquidités nettes acquises de 388 000 $. L'opération a été conclue le 9 février 2006. VSI développe, vend et intègre des solutions logicielles de fabrication évoluées pour les secteurs de la fabrication d'armoires, de meubles et d'autres articles d'ébénisterie. La méthode de l'acquisition, retenue pour comptabiliser l'opération, a entrané la création d'actifs incorporels de 2 242 000 $ (frais de développement, accord de non-concurrence et listes de clients acquis) et un écart d'acquisition de 3 611 000 $.

Data One, Inc.

En date du 1er décembre 2005, la société a fait l'acquisition de la totalité des actions de Data One pour une contrepartie totalisant 1 303 000 $ payée au comptant, dont 62 000 $ en liquidités prises en charge à la date d'acquisition réelle. Data One développe des services et vend des logiciels de maquettes, de spécifications et de création de catalogues à l'intention de revendeurs, de fabricants et de directeurs d'usines de mobilier de bureau et de mobilier de rangement. L'acquisition de Data One consolide la position de la société dans ce marché ainsi que son rôle auprès des centres de design et permet d'affiner les données sur les fabricants de mobilier de bureau. La méthode de l'acquisition, retenue pour comptabiliser l'opération, a entrané la création d'actifs incorporels de 775 000 $ (frais de développement et listes de clients acquis) et un écart d'acquisition de 1 017 000 $.

MBI Software Company GmbH

En date du 1er décembre 2005, la société a acquis la totalité des actifs de MBI, société ayant son siège social en Allemagne, pour une contrepartie totale de 2 804 764 euros (3 332 000 $) payée au comptant, dont 125 000 $ en liquidités prises en charge à la date d'acquisition réelle. MBI développe, commercialise et met en place des solutions logicielles pour l'industrie du meuble. La méthode de l'acquisition, retenue pour comptabiliser l'opération, a entrané la création d'actifs incorporels de 2 293 000 $ (frais de développement et liste de clients acquis) et un écart d'acquisition de 3 405 000 $.

CMS Informatique SA

En date du 1er septembre 2005, nous avons conclu l'acquisition de CMS Informatique SA, société de solutions logicielles établie à Cannes, en France, qui compte aussi des clients en Belgique et en Espagne. Nos applications 20-20 Design, 20-20 CAD et 20-20 ProdManager, entre autres, s'ajouteront aux produits de CMS, ce qui permettra ainsi de rejoindre une gamme plus vaste d'ateliers d'ébénisterie de toutes tailles. La contrepartie au comptant payée pour la totalité des actions de CMS s'est élevée à 619 000 euros, ou 775 000 $ (dont 77 000 $ en frais de transaction), y compris une dette nette de 288 000 euros, ou 360 000 $, prise en charge à la date d'acquisition réelle. En vertu des conditions de la convention, un montant additionnel au comptant de 90 000 euros est payable à l'actionnaire vendeur à l'atteinte de certains seuils de performance; comme ces seuils ont été atteints pour l'exercice 2006, ce montant a été versé après la fin de l'exercice. La méthode de l'acquisition, retenue pour comptabiliser l'opération, a entrané la création d'actifs incorporels de 588 000 $ (frais de développement et liste de clients acquis) et un écart d'acquisition de 613 000 $.

Build-Rite

Le 1er septembre 2005, la société a conclu l'acquisition du logiciel Build-Rite pour une contrepartie au comptant totalisant 1 300 000 $, dont une tranche de 500 000 $ demeure à payer à titre de solde du prix d'acquisition, sans intérêt, en versements de 500 $ par copie de logiciel Build-Rite vendue par la société. Tout solde impayé restant est exigible le 27 juillet 2010. En outre, la société a accepté de payer une redevance sur la vente de licences, à compter de la date du paiement complet de la tranche de 500 000 $ indiquée ci-dessus ou du 27 juillet 2010, si cette date est antérieure, jusqu'à concurrence de 250 000 $, également à payer au comptant. Aucun produit direct n'a été comptabilisé relativement au logiciel Build-Rite, le travail d'intégration de l'application au logiciel 20-20 Design for Manufacturing Professional (DFM-PRO) se poursuivant en vue d'automatiser la fabrication directement à partir des fichiers de 20-20 Design.

SmartFusion

Le 5 juillet 2005, la société a conclu l'acquisition d'un logiciel, SmartFusion, et des activités commerciales connexes. Le prix d'acquisition au comptant a été attribué en totalité aux frais de développement pour un montant de 350 000 $.

MindAvenue Inc.

Le 30 juin 2005, nous avons conclu l'acquisition de MindAvenue. La technologie a suscité beaucoup d'intérêt chez les détaillants de design d'intérieur et les fabricants qui ont pris connaissance de ses applications. La contrepartie au comptant payée pour la totalité des actions de MindAvenue a totalisé 73 000 $ (incluant 24 000 $ en frais de transaction), dont 10 000 $ en liquidités nettes prises en charge à la date d'acquisition réelle. Au 30 juin 2005, MindAvenue Inc. accusait des pertes fiscales et des frais d'exploitation non déduits aux fins de l'impôt du Canada. 20-20 est d'avis qu'il est plus probable qu'improbable que les économies d'impôts associées à ces pertes et à ces frais continueront de se réaliser pour 20-20 dans un avenir proche. Au cours de l'exercice 2006, 20-20 a tiré parti de la réduction du crédit reporté associé à ces pertes à hauteur de 1,0 million $. Ainsi, nous continuons de comptabiliser une économie d'impôts futurs qui tient compte des avantages estimatifs au bilan consolidé dont le solde était également de 1,0 million $ au 31 octobre 2006.

En vertu des recommandations de l'abrégé des délibérations du comité sur les problèmes nouveaux no 110 (CPN-110), "Comptabilisation des économies d'impôts futurs acquises dans le cadre de certaines opérations d'acquisition qui ne constituent pas des regroupements d'entreprises", l'excédent des montants attribués aux actifs acquis sur la contrepartie payée doit être réparti au prorata entre les actifs non monétaires acquis pour en réduire les valeurs. Puisque la répartition a eu pour effet de réduire à zéro les actifs non monétaires, le solde est comptabilisé à titre de crédit reporté.

Produits

Le total de nos produits s'est accru de 49,4 %, ou 20,0 millions $, pour atteindre 60,5 millions $ pour les 12 mois terminés le 31 octobre 2006, contre 40,5 millions $ pour les 12 mois terminés le 31 octobre 2005. Sur une base organique, compte non tenu de l'incidence des acquisitions, le total des produits à l'exercice 2006 s'est accru de 13,0 % par rapport à 2005.



Produits -- par région géographique
Composition des produits par emplacement des clients
(en milliers de dollars américains)
-----------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------
Exercice terminé le 31 Exercice terminé le 31
octobre 2006 octobre 2005
$ % $ %
-----------------------------------------------------------------------
Par secteur géographique
Amérique du Nord 41 547 68,7 32 434 80,1
Europe 17 769 29,4 6 771 16,7
International 1 145 1,9 1 270 3,2
-----------------------------------------------------------------------
Total 60 461 100,0 40 475 100,0
-----------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------


Toutefois, pour l'exercice 2006, les produits générés dans les pays européens ont augmenté de 162,4 % pour représenter 29,4 % du total des produits pour 2006 comparativement à 16,7 % en 2005, en raison surtout de l'acquisition de MBI ainsi que des produits pour l'exercice complet tirés de l'acquisition de CMS en 2005, cette hausse des produits reposant davantage sur les produits tirés de la maintenance et des services professionnels que sur la vente de licences. La croissance dans les pays européens a contribué à hauteur de 11,0 millions $ à la croissance des produits. La croissance organique des produits pour l'exercice en Europe a atteint 2,5 % comparativement à 8,7 % en 2005, en raison surtout d'une baisse des ventes de licences de 13,2 % au cours de l'exercice.

Les produits ont continué de provenir principalement de l'Amérique du Nord, qui compte pour 68,7 % du total des produits pour l'exercice 2006. La hausse des produits en dollars par rapport à l'exercice précédent attribuable à notre segment de marché nord-américain a été de 9,1 millions $, ou 28,1 %, ceux-ci atteignant 41,5 millions $ pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006. Cette hausse résulte essentiellement :

i) des produits découlant de VSI et de Data One;

ii) de la hausse des produits tirés des services de maintenance et d'autres produits récurrents découlant de l'expansion de notre clientèle existante, expansion attribuable à l'importance des ventes de licences enregistrées en Amérique du Nord au cours des trois derniers exercices, ainsi qu'à l'ajout de Data One et de VSI à notre clientèle;

iii) de plusieurs nouveaux projets de création de catalogues en Amérique du Nord.

Sur une base organique, les produits se sont accrus de 16,1 % pour l'exercice 2006 comparativement à 8,4 % en 2005.

Les produits générés dans le reste du monde ont reculé de 9,8 % pour s'établir à 1,1 million $ pour l'exercice 2006, en raison principalement du fait que les produits en 2005 comprenaient des ventes à Shanghai Rena et DesignTec Co. Ltd., nos distributeurs pour la Chine et Tawan. Pour l'exercice à l'étude, les produits provenant de ces distributeurs ont été comptabilisés à titre de produits reportés, puisque nous sommes en voie d'acquérir leurs activités. En ajustant pour ceux-ci, les produits générés auraient augmentés de 8,0%.

De plus, la société s'affaire actuellement à adapter ses produits pour le bureau au marché où nous sommes présents afin de générer une croissance dans les années à venir.



Produits -- par type Composition des produits
(en milliers de dollars américains)
-----------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------
Exercice terminé le 31 Exercice terminé le 31
octobre 2006 octobre 2005
$ % $ %
-----------------------------------------------------------------------
Par type de produits
Ventes de licences 24 310 40,2 18 334 45,3
Maintenance et autres
produits récurrents 24 224 40,1 15 767 39,0
Services professionnels 11 927 19,7 6 374 15,7
-----------------------------------------------------------------------
Total 60 461 100,0 40 475 100,0
-----------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------


Comme il était expliqué dans de précédentes communications aux actionnaires, les activités principales de certaines entreprises acquises récemment consistent à commercialiser et à vendre des solutions de fabrication (p. ex., des systèmes de planification des ressources de l'entreprise -- "ERP") à leurs clients, lesquelles, comparativement à nos produits comme 20-20 Design, Giza, CAP et d'autres solutions actuellement offertes par 20-20, produisent habituellement un ratio beaucoup plus important de produits tirés des services par rapport aux produits tirés des logiciels. Ainsi, les acquisitions des sociétés MBI et VSI, qui se spécialisent dans la commercialisation et la vente de solutions de fabrication et d'entreprise, ont entrané la hausse du pourcentage global du total des produits de la société découlant des services professionnels.

Les produits tirés des ventes de licences ont augmenté de 32,6 %, ou 6,0 millions $, pour s'établir à 24,3 millions $ pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006. Les produits tirés des ventes de licences constatés par CMS, MBI, VSI et Data One à l'exercice 2006, qui se sont élevés à 3,5 millions $, ont contribué dans une large mesure à l'augmentation par rapport à 2005.

La croissance des produits tirés des ventes de licences résulte de l'augmentation du nombre de clients et de la progression des ventes aux clients existants, deux facteurs attribuables tant aux améliorations apportées aux produits qu'aux efforts supplémentaires consentis en vente et en marketing. La hausse des produits tirés des ventes de licences s'explique essentiellement par la croissance des ventes de notre logiciel 20-20 Design, y compris dans les grands centres de rénovation.

Sur une base organique, les ventes de licences ont augmenté de 13,7 % par rapport à 2005. Cette croissance, qui se chiffre à 2,5 millions $, a été enregistrée surtout en Amérique du Nord, notamment dans le secteur résidentiel, avec une croissance de 16,2 %. L'appréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain durant cette période a eu peu d'incidence sur les produits tirés des ventes de licences réalisées en Amérique du Nord, étant donné que la majorité de ces ventes sont en dollars américains.

Par contre, les ventes de licences ont chuté de 13,2 % en Europe, sur une base organique, en dépit du fait que pour l'exercice de 12 mois terminé le 31 octobre 2006, par opposition à la même période de 2005, les produits provenant des ventes de licences réalisées en Europe ont bénéficié de l'appréciation des devises européennes auxquelles nous sommes exposés (euro, livre sterling, couronne danoise) par rapport au dollar américain.

Enfin, les autres marchés internationaux ont affiché une baisse de 11,7 % des ventes de licences pour l'exercice, également sur une base organique, pour les raisons indiquées ci-dessus, en ce qui concerne nos distributeurs chinois et tawanais.

Les produits tirés de la maintenance et autres produits récurrents ont grimpé de 53,6 %, ou 8,5 millions $, pour s'établir à 24,2 millions $ pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006. Les produits tirés de la maintenance et autres produits récurrents constatés par CMS, MBI, VSI et Data One pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006 se sont élevés à 5,8 millions $. L'augmentation des produits découle des produits additionnels de soutien et de maintenance récurrents tirés d'un nombre croissant de détenteurs de licences, à la suite des produits record tirés de la vente de licences générés au cours des exercices 2006 et 2005, dans le marché résidentiel. La hausse s'explique également par l'appréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain pour les 12 mois terminés le 31 octobre 2006, comparativement à la période correspondante de 2005. Les produits en dollars canadiens et en dollars américains découlant de contrats de service doivent faire l'objet d'ajustements comptables au titre des écarts de conversion. En conséquence, ces produits sont touchés par les variations des taux de change comme s'ils avaient été initialement réalisés en dollars canadiens (et ils profitent ainsi de l'appréciation du dollar canadien). Enfin, l'augmentation s'explique en partie par le fait que les produits tirés de la maintenance et d'autres produits récurrents réalisés en Europe ont bénéficié de l'appréciation des monnaies européennes par rapport au dollar américain au cours de cette période.

Sur une base organique, ces produits se sont accrus de 2,7 millions $ ou de 17,0 % par rapport à l'exercice 2005.

Les produits tirés des services professionnels ont progressé de 87,1 %, ou 5,6 millions $, pour atteindre 11,9 millions $ pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006. Les produits tirés des services professionnels constatés par CMS, MBI, VSI et Data One au cours de l'exercice terminé le 31 octobre 2006 se sont élevés à 5,5 millions $. Sur une base organique, la croissance des produits dans le secteur commercial a été contrebalancée par un recul dans le secteur résidentiel en Amérique du Nord et au Royaume-Uni, où des contrats arrivés à échéance en 2005 n'ont pas été remplacés.

Produits -- perspectives pour 2007

Compte tenu des diverses acquisitions conclues en date du présent rapport, il est prévu que la composition des produits de la société par région géographique pour l'exercice 2007 demeurera relativement inchangée.

Au cours des périodes futures, les produits tirés des ventes de licences et des services de maintenance et d'autres produits récurrents, et les produits tirés des services professionnels devraient augmenter dans tous nos secteurs géographiques puisque, d'une part, nous comptons continuer d'accrotre notre clientèle et de présenter et vendre de nouveaux produits à notre clientèle existante et, d'autre part, nous consoliderons les produits découlant des acquisitions récentes réalisées au cours de l'exercice 2006 (comme il a été mentionné dans les sections précédentes). En Amérique du Nord, nous comptons accrotre nos produits par la vente de nos plus récentes solutions et de nos systèmes ERP dans les marchés résidentiel et du mobilier de bureau, et par l'automatisation des processus de vente de mobilier de bureau au moyen de 20-20 Office Sales. En Europe, nous allons introduire graduellement notre gamme de produits nord-américaine. Plus précisément, dans le nord de l'Europe, nous continuerons de tirer parti de nos forces dans le marché résidentiel au Royaume-Uni, et nous percerons les marchés du mobilier résidentiel et de bureau et développerons le marché pour nos applications Web, y compris dans les pays scandinaves. Dans le sud de l'Europe, nous miserons sur nos solutions de création de catalogues électroniques et nos solutions ERP pour la cuisine et le rangement, ainsi que sur nos solutions à l'intention des fabricants de mobilier résidentiel. En Europe centrale et en Europe de l'Est, nous exploiterons les occasions d'expansion qu'offre l'acquisition de MBI, qui fournit des solutions ERP essentielles aux fabricants de mobilier de bureau et résidentiel; une position commerciale qui nous ouvre toutes grandes les portes de ce nouveau marché géographique. Parallèlement, nous saisirons d'autres occasions de croissance dans les marchés émergents, entre autres dans la région Asie-Pacifique, particulièrement en Chine, ainsi qu'au Brésil et dans d'autres pays d'Amérique latine. Par ailleurs, étant donné le vif intérêt manifesté en 2006, nous continuerons de lancer, de manière ciblée, nos logiciels de vente et de conception de mobilier de bureau et nous déploierons nos catalogues électroniques européens. Nous continuerons à tirer parti de notre position de seul fournisseur important et entièrement intégré de logiciels destinés à l'industrie du design d'intérieur, ayant une présence directe sur tous ces marchés à croissance rapide.

Coûts liés aux produits

Les coûts liés aux produits tirés des ventes de licences ont augmenté de 1,2 million $ pour s'établir à 2,4 millions $ pour l'exercice 2006 comparativement à 1,2 million $ pour l'exercice 2005. Au cours des périodes, les coûts liés aux produits tirés des ventes de licences se sont accrus, passant de 6,5 % en 2005 à 9,7 % en 2006. L'augmentation découle surtout du nombre accru de reventes de licences en 2006 par rapport à 2005. De plus, les acquisitions de CMS, MBI, VSI et Data One ont contribué à raison de 0,7 million $ à l'augmentation globale du montant en dollars. Le coût des licences pour ces acquisitions a représenté 22,6 % des produits tirés des licences, compte tenu qu'une plus grande proportion de ces produits provient de la revente de logiciels de tiers.

Bien que l'augmentation en dollars devrait se poursuivre, les coûts liés aux produits tirés des ventes de licences devraient s'améliorer à l'exercice 2007 en pourcentage des produits tirés des licences, sous l'effet favorable du prix de vente beaucoup plus élevé des licences de solutions ERP (comme dans le cas de MBI) sans les coûts directs du produit proportionnellement plus élevés (médias, emballage, etc.).

Les coûts liés aux produits tirés de la maintenance et aux autres produits récurrents ont augmenté de 81,1 %, ou 5,5 millions $, pour atteindre 12,3 millions $, comparativement à 6,8 millions $ pour l'exercice 2005. Cette hausse est attribuable à: i) les coûts liés aux produits tirés de la maintenance et aux autres produits récurrents engagés par CMS, MBI, VSI et Data One à l'exercice 2006, qui se sont élevés à 4,9 millions $; ii) l'appréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain au cours de la même période, qui s'est chiffrée à 299 000 $, comparativement à la même période de l'exercice précédent; iii) la réaffectation de certains employés en Amérique du Nord, qui sont passés de fonctions de recherche et de développement à la maintenance et aux services, de même que l'embauche de nouveaux employés afin d'affecter davantage de ressources à la clientèle existante; et iv) la sous-traitance de certains services professionnels par des tiers. L'incidence de ces facteurs a par la suite été en partie compensée par des crédits d'impôt plus élevés à recevoir en vertu d'un programme de crédits d'impôt au cours de l'exercice 2006 par rapport à 2005. Nous prévoyons une augmentation des coûts liés aux produits tirés de la maintenance et des services en dollars pour l'exercice 2007 par suite de l'intégration d'entreprises récemment acquises aux activités et aux résultats de la société pour un exercice complet, certaines de ces entreprises faisant la vente et l'intégration de solutions de fabrication et ERP, qui dégagent habituellement des produits au ratio logiciel-services élevé.

Marge brute

La marge brute a progressé de 40,9 %, ou 13,3 millions $, pour atteindre 45,8 millions $ pour les 12 mois terminés le 31 octobre 2006, en regard de 32,5 millions $ pour la période correspondante de 2005, soit respectivement 75,7 % et 80,3 % du total des produits pour chaque période.

La baisse de la marge brute globale en pourcentage des produits est essentiellement attribuable aux produits de MBI et, dans une moindre mesure, de VSI comptabilisés au cours de l'exercice, qui reposaient sur les produits tirés de la maintenance et des services d'intégration, ainsi que sur les produits tirés des ventes de licences à marge plus élevée, mais dans une moindre mesure. Cette situation était prévisible après les acquisitions, surtout celle de MBI lorsque 20-20 a repositionné les activités de cette dernière après ses difficultés financières au milieu de 2005, notamment en protégeant d'abord les produits tirés des services de suivi auprès des clients existants de MBI, qui avaient temporairement reporté leurs investissements en attente d'une résolution définitive des difficultés financières de MBI.

En excluant l'incidence des récentes acquisitions, les marges brutes sont demeurées essentiellement inchangées à 80,2 % à l'exercice 2006 en regard de 80,3 % à l'exercice 2005.

Frais d'exploitation

Ressources humaines

Au 31 octobre 2006, la société comptait 504 employés à temps plein et à temps partiel dans les régions géographiques suivantes :



---------------------------------------------
2006 2005
---------------------------------------------
Canada 229 45,5 % 222 56,8 %
Etats-Unis 97 19,2 % 69 17,7 %
Allemagne 55 10,9 % 15 3,8 %
Reste de l'Europe 98 19,4 % 68 17,4 %
Reste du monde 25 5,0 % 17 4,3 %
---------------------------------------------
504 100 % 391 100 %
---------------------------------------------


Frais de vente et de marketing

Au cours de l'exercice 2006, les frais de vente et de marketing ont augmenté de 38,6 %, ou 5,2 millions $, pour s'établir à 18,7 millions $ comparativement à 13,5 millions $ pour la période correspondante de 2005, représentant respectivement 30,9 % et 33,3 % du total des produits pour chaque période. La hausse en dollars est essentiellement attribuable : i) aux frais de vente et de marketing engagés par CMS, MBI, Data One et VSI au cours de l'exercice 2006, qui se sont élevés à 3,2 millions $; ii) à la réaffectation et à l'ajout de certains employés et conseillers aux fonctions ventes et commercialisation (y compris les employés qui font maintenant partie de l'équipe de gestion des produits de la société); iii) à la hausse des commissions de ventes et des primes versées au personnel de vente qui correspondent à la montée des produits tirés de la vente de licences; et iv) à l'appréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain à l'exercice 2006, qui s'est chiffrée à 349 000 $, en comparaison avec la période correspondante de l'exercice précédent.

Il est prévu que les frais de vente et de marketing s'accrotront au cours des périodes futures au fur et à mesure que : i) nous inclurons les coûts de vente et de marketing des entreprises acquises dans les résultats de la société pour un exercice complet; ii) les montants payés à notre personnel de vente et aux consultants du secteur augmenteront au rythme de la croissance de nos ventes; iii) l'ensemble des activités de marketing augmenteront; et iv) nous continuerons d'investir dans les activités de marketing pour maximiser la valeur des lancements de produits et en accrotre la visibilité, et pour élargir nos territoires de vente.

Frais de recherche et de développement

Pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006, les frais de recherche et de développement bruts ont augmenté de 62,6 %, ou 4,3 millions $, pour atteindre 11,1 millions $, soit 18,4 % du total des produits pour la période, en regard de 6,9 millions $ pour la période correspondante de 2005, ou 16,9 % du total des produits pour la période. Les dépenses de recherche et de développement ont augmenté entre les périodes, surtout en raison des facteurs suivants : i) les frais de recherche et de développement engagés par MBI, CMS, Data One et VSI au cours de la période totalisant 2,8 millions $; ii) l'appréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain au cours de l'exercice 2006 comparativement à la période correspondante de 2005 qui a donné lieu à une hausse des dépenses brutes de 629 000 $ (du fait qu'une grande partie des frais de recherche et de développement sont engagés en dollars canadiens); et iii) l'ajout d'employés aux fonctions de recherche et de développement.

Cette hausse des dépenses brutes a été compensée en partie par une augmentation du montant capitalisé des dépenses qui s'est établi à 2,7 millions $, déduction faite des crédits d'impôt, entre les deux périodes, la société couvrant maintenant un éventail plus large de produits avec sa solution de bout en bout et les efforts supplémentaires qu'elle déploie en vue de l'intégration des produits et des données à l'échelle de la société.

Les frais nets de recherche et de développement ont augmenté de 53,8 %, ou 2,6 millions $, pour s'établir à 7,4 millions $ pour l'exercice 2006, soit 12,2 % du total des produits pour la période, en regard de 4,8 millions $ pour la même période en 2005, ou 11,8 % du total des produits pour la période. Les dépenses de recherche et de développement ont augmenté entre les périodes en raison des facteurs suivants : i) les frais de recherche et de développement engagés par MBI, CMS, Data One et VSI entre les dates d'acquisition réelles et la fin de l'exercice 2006; ii) la hausse de la dotation aux amortissements s'élevant à 576 000 $ en raison de l'augmentation de l'amortissement des actifs incorporels (c.-à-d. frais de développement acquis) créés à la comptabilisation des diverses acquisitions conclues au cours des exercices 2005 et 2006 -- notamment les acquisitions de CMS, MBI, Data One et VSI; et iii) l'appréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain à l'exercice 2006 comparativement à la période correspondante de 2005 (du fait qu'une grande partie des frais de recherche et de développement sont engagés en dollars canadiens).

Frais généraux et administratifs

Les frais généraux et administratifs ont augmenté de 63,7 %, ou 5,1 millions $, pour atteindre 13,0 millions $ pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006, en regard de 7,9 millions $ pour la période correspondante de 2005, soit respectivement 21,5 % et 19,6 % du total des produits pour chaque période. Cette hausse s'explique par : i) les frais généraux et administratifs engagés par MBI, CMS, Data One et VSI pour l'exercice totalisant 3,1 millions $; ii) le gain non récurrent constaté comme réduction des dépenses en 2005 totalisant 713 000 $ relativement à une quittance reçue pour un prêt du gouvernement et au jugement favorable reçu dans un litige pour lequel une provision avait été constituée; iii) une hausse des loyers, en raison de l'augmentation de l'espace occupé par notre personnel, au cours de l'exercice 2005, dans l'immeuble qui abrite notre siège social, ainsi qu'en 2006 dans le sud de l'Europe; iv) l'appréciation du dollar canadien au cours de l'exercice 2006 par rapport à l'exercice 2005 étant donné que la plupart des frais généraux et administratifs sont engagés en dollars canadiens, dont ceux de notre siège social de Laval, au Québec, qui ont représenté 456 000 $; et v) une hausse des honoraires professionnels et des frais d'inscription à la Bourse ainsi que des coûts permanents liés aux exigences de conformité. Compte non tenu des acquisitions, l'incidence des taux de change sur les dépenses en dollars canadiens et le gain non récurrent réalisé en 2005, les frais généraux et administratifs ont augmenté de 8,0 % en 2006 par rapport à 2005.

La dotation aux amortissements comprise dans les frais généraux et administratifs a augmenté de 838 000 $, dont 453 000 $ sont attribuables à l'amortissement des actifs incorporels (listes de clients, marques de commerce et entente de non-concurrence) créé au moment de la comptabilisation des diverses acquisitions conclues après la fin du troisième trimestre de 2005, comme il est indiqué ci-dessus. Cette dotation totale reliée aux acquisitions représente 0,9 % des produits pour 2006 en regard de 0,2 % en 2005. Ces acquisitions ont également contribué à hauteur de 385 000 $ à la dotation aux amortissements, non liée aux actifs incorporels, pour l'exercice 2006.

Charge de rémunération à base d'actions

La charge de rémunération à base d'actions totalise 416 000 $ pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006, comparativement à 334 000 $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation découle principalement des options attribuées en 2006. L'obligation constatée par la société pour les unités d'actions différées attribuées à certains membres du conseil d'administration a été réduite au cours de l'année afin de tenir compte de la valeur de ces unités, qui est basée sur le cours de l'action ordinaire de la société. Se reporter à la note 18 des états financiers consolidés vérifiés pour en savoir plus sur la charge de rémunération à base d'actions.

Bénéfice d'exploitation

En raison de ce qui précède, le bénéfice d'exploitation de la société a augmenté de 6,0 % ou 6,3 millions $ pour l'exercice, ce qui représente 10,4 % du total des produits, comparativement à 5,9 millions $ ou 14,7 % pour 2005. Ces résultats ont été réalisés malgré l'effet défavorable net sur les frais d'exploitation de la remontée du dollar canadien et des monnaies européennes par rapport au dollar américain entre les périodes de comparaison et de la hausse des coûts liés à l'amortissement des actifs incorporels et des frais de développement liés aux acquisitions récemment conclues. Ces deux éléments représentent environ 2,6 millions $ ou 4,2 % du total des produits.



Bénéfice d'exploitation
(montants en pourcentage)
------------------------------------------------------
------------------------------------------------------
Exercices terminés
les 31 octobre
------------------------------------------------------
2006 2005
% %
------------------------------------------------------
Produits 100,0 100,0
Coût des ventes 24,3 19,7
------------------------------------------------------
Marge brute 75,7 80,3
Ventes et marketing 30,9 33,3
Recherche et développement 12,2 11,9
Frais généraux et administratifs 21,5 19,6
Rémunération à base d'actions 0,7 0,8
------------------------------------------------------
Bénéfice d'exploitation 10,4 14,7
------------------------------------------------------
------------------------------------------------------


Bénéfice d'exploitation rajusté

Comme la société a fait plusieurs acquisitions au cours des derniers mois, nous avons estimé qu'il était important de fournir une mesure qui permette de mieux comprendre nos résultats d'exploitation et les tendances, à des fins de comparaison avec ceux des périodes antérieures. Le bénéfice d'exploitation rajusté est une mesure du bénéfice d'exploitation qui n'est pas définie dans les PCGR et qui correspond pour ces raisons au bénéfice d'exploitation moins la rémunération à base d'actions et l'amortissement des actifs incorporels et des coûts de développement liés aux acquisitions d'entreprises. Le bénéfice d'exploitation rajusté est une mesure supplémentaire et ne doit pas être interprété comme pouvant remplacer le bénéfice d'exploitation défini selon les principes comptables généralement reconnus du Canada (PCGR du Canada) à titre de mesure de rentabilité. Il est peu probable que la méthode que nous utilisons pour mesurer le bénéfice d'exploitation rajusté soit comparable à des mesures similaires fournies par d'autres entreprises.

Pour l'exercice 2006, le bénéfice d'exploitation rajusté a augmenté pour s'établir à 7,9 millions $, ou 13,1 % des produits, comparativement à 6,5 millions $, ou 16,0 % des produits en 2005.



Bénéfice d'exploitation rajusté
(Montants en milliers de dollars américains)
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------
Exercices terminés
les 31 octobre
---------------------------------------------------------------------
2006 2005
$ $
---------------------------------------------------------------------

Bénéfice d'exploitation (PCGR) 6 295 5 937

Rémunération à base d'actions 416 334
Amortissement des actifs incorporels acquis 547 95
Amortissement des frais de développement acquis 667 91

---------------------------------------------------------------------
Bénéfice d'exploitation rajusté 7 925 6 457
---------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------


Autres charges

Les produits financiers ont augmenté, passant de 140 000 $ pour l'exercice terminé le 31 octobre 2005 à 1,2 million $ pour l'exercice 2006. L'augmentation d'environ 1,0 million $ reflète surtout : i) des intérêts créditeurs de 220 000 $ pour la période, qui se rapportent aux intérêts gagnés sur des impôts remboursables; ii) une baisse des frais d'intérêts sur la dette à long terme et les débentures s'élevant à 296 000 $ pour l'exercice 2006. Les débentures ont été entièrement converties en actions ordinaires à la clôture du PAPE de la société le 8 décembre 2004; iii) la comptabilisation d'autres intérêts créditeurs de 358 000 $ au cours de la période, dégagés de l'investissement d'une tranche de notre encaisse disponible dans des placements temporaires à des taux plus élevés, comparativement à des intérêts créditeurs pour 2005; iv) un gain de change de 191 000 $ en regard d'une perte de change de 47 000 $ pour la même période de 2005; et v) une hausse des frais d'intérêts et des frais bancaires en grande partie attribuable aux récentes acquisitions.

6. Situation de trésorerie

Flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation

Pour les exercices terminés les 31 octobre 2006 et 2005, les flux de trésorerie provenant des activités d'exploitation avant les variations des éléments du fonds de roulement ont été respectivement de 12,9 millions $ et de 8,8 millions $. Pour les exercices 2006 et 2005, des sorties de fonds de respectivement 2,7 millions $ et 0,4 million $ ont été attribuées aux éléments du fonds de roulement (à l'exclusion des éléments du fonds de roulement liés aux acquisitions à la date d'entrée en vigueur des opérations qui sont comptabilisés au poste Acquisitions d'entreprises de la rubrique Activités d'investissement de l'état des flux de trésorerie). L'utilisation du fonds de roulement résulte principalement de l'augmentation des débiteurs, des produits reportés et des contrats en cours, compensée par des hausses des créditeurs et des impôts sur les bénéfices.

Pour les 12 mois terminés le 31 octobre 2006, la tranche de 2,7 millions $ des flux de trésorerie liés au fonds de roulement (compte non tenu des variations d'éléments du fonds de roulement incluses au moment des acquisitions) était associée à ce qui suit :



Variations importantes du fonds de roulement
(en milliers de dollars américains)
-----------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------
Principalement
Exercice 2006 $ attribuables à
-----------------------------------------------------------------------
Augmentation du total du
volume des ventes et de
Augmentation - Débiteurs 1 839 la facturation
Augmentation du volume
du travail fondé
sur des contrats et répartition
Augmentation - Contrats en cours 140 temporelle des contrats
Augmentation de l'ensemble des
Augmentation - Frais payés d'avance 330 activités commerciales
Ecarts dans la durée des
Augmentation - Créditeurs (317) cycles de paiement
Réduction du crédit reporté
Augmentation - Impôts à payer (765) liée à des pertes fiscales
Produits provenant de
Diminution - Produits reportés 1 470 l'acquisition de MBI
-----------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------


Activités d'investissement

Nos principales activités d'investissement comprennent les frais de développement (frais capitalisés internes et frais découlant des acquisitions), les acquisitions d'entreprises et l'acquisition d'immobilisations.

Pour l'exercice terminé le 31 octobre 2006, des fonds ont été affectés comme suit pour les acquisitions (déduction faite de l'encaisse aux bilans des sociétés acquises) : i) VSI -- 4,8 millions $; ii) Data One -- 1,2 million $; et iii) MBI -- 3,2 millions $. Se reporter à la note 8 des états financiers consolidés vérifiés pour avoir plus de détails sur la répartition des prix d'acquisition et sur d'autres aspects de ces acquisitions.

Au cours des exercices terminés les 31 octobre 2006 et 2005, la société a capitalisé des frais de développement internes totalisant respectivement 5,9 millions $ et 3,2 millions $ (déduction faite des crédits applicables). Les frais de développement internes capitalisés se sont élevés à 11,6 millions $ en 2006 en regard de 6,2 millions $ en 2005. L'augmentation est attribuable aux travaux de développement exécutés pour une gamme croissante de produits, étant donné les divers regroupements et acquisitions d'entreprises effectués par la société au cours des périodes antérieures, et aux efforts d'intégration de produits et de données qui ont cours actuellement, comme il est expliqué dans l'introduction et à la section 3 du présent rapport. Ces augmentations ne comprennent pas les dépenses prises en charge dans le cadre des acquisitions de MBI, de VSI et de Data One, mais elles comprennent les dépenses capitalisées par ces entreprises suivant leur acquisition.

La société a également dépensé 473 000 $ pour l'achat de technologie afin de soutenir sa solution de bout en bout (1,5 million $ en 2005).

Au cours des exercices terminés les 31 octobre 2006 et 2005, la société a dépensé respectivement 1,6 million $ et 1,4 million $ pour l'achat d'immobilisations, soit principalement des ordinateurs et des logiciels, et pour des améliorations locatives. Aucun grand projet n'a été entrepris au cours de ces périodes et il s'agit essentiellement de dépenses de maintien. Ces ajouts ne comprennent pas les dépenses prises en charge dans le cadre des acquisitions de MBI, de VSI et de Data One, mais comprennent les dépenses engagées par ces entreprises suivant leur acquisition. Se reporter à la note 8 des états financiers consolidés vérifiés pour avoir plus de détails sur la répartition des prix d'acquisition et sur d'autres aspects de ces acquisitions.

Depuis le début de l'exercice, la société a augmenté l'encaisse disponible en réduisant les placements temporaires totalisant 7,8 millions $ en papier commercial et débentures. Nous continuerons d'investir une tranche de l'encaisse disponible dans des placements temporaires afin de conserver une capacité et une flexibilité de financement tout en garantissant un rendement minimal sur ces montants.

Activités de financement

Au cours de l'exercice terminé le 31 octobre 2006, la société a remboursé une tranche de 0,6 million $ de la dette à long terme, qui comprenait le remboursement intégral du solde de 631 000 $, soit 365 000 $ en espèces et 266 000 $ en cessation d'un dépôt, d'un prêt pour des améliorations locatives qui portait intérêt au taux de 10 %. En outre, la société a remboursé une dette bancaire de 59 000 $ qui avait été prise en charge à la clôture de l'acquisition de MBI le 1er décembre 2005. Au cours de l'exercice 2005, la société a conclu avec succès (le 8 décembre 2004) un PAPE et a inscrit ses actions ordinaires à la Bourse de Toronto pour un produit net de 30,8 millions $. Au cours de l'exercice 2005, les frais d'émission d'actions associés au PAPE se sont établis à 2,7 millions $, lesquels ont été imputés au déficit. En 2005, une tranche de 0,9 million $ a également servi à racheter la totalité des actions privilégiées de catégorie " D " en circulation dans le cadre de la restructuration du capital-actions qui a eu lieu parallèlement à la clôture du PAPE. Avant leur rachat, la société a payé 17 000 $ en dividendes sur les actions privilégiées au cours du premier trimestre de 2005. Au cours des exercices terminés les 31 octobre 2006 et 2005, des tranches de respectivement 72 000 $ et 199 000 $ au comptant ont découlé de l'exercice d'options sur actions ordinaires.



Utilisation du produit du PAPE
(Montants en millions de dollars américains)
--------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------
Fourchette de
placement indiquée lors Placement au
Secteur d'investissement du PAPE 16 janvier 2007
--------------------------------------------------------------------
Ventes et marketing 3,1 $ à 4,6 $ 3,5 $
10 % - 15 %

Recherche et développement 9,2 $ à 10,8 $ 4,9 $
30 % - 35 %

Acquisitions 15,4 $ à 16,9 $ 11,0 $
50 % - 55 %
--------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------


Conformément à ce qui a été expliqué lors du PAPE, le produit net du placement a été et continue d'être utilisé et investi pour : i) le renforcement des équipes et des initiatives de vente et de marketing; ii) la poursuite des efforts de recherche et de développement; et iii) la réalisation d'acquisitions stratégiques et pour les besoins généraux de l'entreprise. Nous ne prévoyons aucun écart important par rapport au plan de déploiement dans un avenir rapproché. Pour de plus amples renseignements concernant le PAPE, le lecteur peut consulter le prospectus définitif de la société daté du 8 décembre 2004, disponible sur le site de SEDAR à www.sedar.com, ainsi qu'à la rubrique Relations avec les investisseurs sur le site Web de la société à www.2020technologies.com.

Ventes et marketing

Pour soutenir les efforts de mise en marché et de vente de nouveaux produits, et en vue de tirer parti des occasions de ventes croisées offertes par les acquisitions récentes, la société a renforcé ses équipes de vente et marketing et accru ses initiatives dans le domaine. La société a notamment participé aux principales foires commerciales dans son secteur d'activité; elle y a présenté ses nouveaux produits et a établi des contacts solides avec des participants majeurs actifs sur le marché international. Nous avons également ajouté des professionnels chevronnés à nos équipes de développement des affaires, avec le mandat précis d'intégrer efficacement et de valoriser nos diverses acquisitions. Enfin, pour maintenir notre stratégie de développement de produits et faire le meilleur usage possible de nos ressources de développement, nous avons mis en place une équipe chargée de la gestion des produits. Cette équipe a comme responsabilité de s'assurer que les efforts de développement de produits s'harmonisent avec les activités de marketing et de vente et avec les commentaires que nous recevons de nos clients. En outre, l'équipe suivra l'évolution de notre secteur d'activité et se tiendra au fait des innovations qui influeront sur la demande future de la part de nos clients afin que 20-20 puisse répondre à leurs besoins.

Recherche et développement

Outre les acquisitions stratégiques conclues depuis la clôture de son PAPE en décembre 2004, la société a poursuivi ses efforts de développement à l'interne, qui auront permis de procéder avec succès au lancement de modules et de produits logiciels, de même qu'à l'élargissement de sa bibliothèque de catalogues électroniques. Dans la plupart des cas, la société a fait concider la mise en marché de ses principaux logiciels avec la tenue de deux grandes foires commerciales de l'industrie, soit KBIS (mai 2005) dans le cas de la Salle d'exposition virtuelle 20-20, et AWFS (juillet 2005) pour le lancement de 20-20 CAD et de 20-20 DFM-SE. Parmi les principaux développements et lancements de produits au cours du dernier exercice, mentionnons :

Module comptoir :

La société a mis au point un module logiciel spécialisé de conception, de configuration et de vente de comptoirs ou de surfaces solides complexes et particuliers. La première installation chez un client américain est estimée à plus de 1,0 million $, en plus des produits annuels récurrents y afférents. Ce module est conçu pour s'intégrer harmonieusement à notre logiciel 20-20 Design déjà en place dans les points de vente de la chane. Il est appelé à faire partie de notre offre logicielle complète destinée aux fabricants, aux détaillants et aux ateliers de coupe spécialisés dans les comptoirs et les surfaces solides.

Salle d'exposition virtuelle 20-20 :

La Salle d'exposition virtuelle 20-20 est un outil qui permet, d'une part, aux chanes de rénovation et aux détaillants de présenter virtuellement les produits qu'ils offrent aux consommateurs et, d'autre part, aux consommateurs d'avoir rapidement une idée claire du design proposé. Ce logiciel peut générer des produits de vente divers, car il peut être vendu aussi bien aux fabricants pour les aider à exposer leurs gammes de produits qu'aux détaillants pour faire la promotion d'une gamme déterminée de produits qui sont en stock à leurs points de vente. En outre, ce logiciel peut être vendu à de nouveaux clients ou à des clients établis possédant 20-20 Design. Le prix de vente de la Salle d'exposition virtuelle est inférieur à celui de 20-20 Design.

L'équipe de R et D de la société a récemment réussi à susciter davantage d'attrait pour le produit en y combinant la technologie utilisée pour le Virtual Planner acquise lors de l'acquisition de MindAvenue et en concevant une nouvelle offre connue sous le nom de Virtual Studio. Ce regroupement technologique permettra également à la société d'offrir des services de maintenance et d'apporter des améliorations futures.

20-20 CAD :

20-20 CAD est un logiciel d'ingénierie assistée par ordinateur spécifiquement conçu pour répondre aux besoins des fabricants de meubles et de produits du bois. Il permet aux ingénieurs et aux fabricants de créer de façon rapide et précise des produits nouveaux ou spéciaux et fournit toute l'information nécessaire pour réaliser un article incluant une liste de coupes, nomenclature des matériaux, et les coûts. En outre, toute nouvelle conception de produit réalisée à l'aide du logiciel 20-20 CAD s'intègre harmonieusement au logiciel 20-20 Design pour offrir une visualisation "en contexte"; elle devient par la suite un élément standard que le fabricant ajoute à son catalogue électronique et qu'il peut proposer aux utilisateurs de 20-20 Design.

20-20 DFM-SE :

L'édition standard du logiciel 20-20 Design for Manufacturing ("DFM-SE") s'appuie sur la plateforme 20-20 Design pour offrir aux petits fabricants des solutions de fabrication sur mesure en menuiserie. DFM se distingue par un ensemble de formes aux détails graphiques de qualité supérieure; ces formes sont facilement modifiables pour concevoir un produit sur mesure. Les nouveaux modèles créés peuvent alors servir de base à un catalogue d'articles sur mesure. Le fabricant bénéficie donc d'un outil d'aide non seulement à la vente, mais aussi à la fabrication, gr226ce à la capacité du logiciel de produire des listes de coupe et des dessins d'atelier, ce qui contribue à l'efficacité de l'ingénierie au point de vente.

Acquisitions

Depuis la réalisation du PAPE, la société a conclu sept acquisitions d'entreprises totalisant 11,0 millions $ en espèces (déduction faite des liquidités acquises avec chaque acquisition). Ces acquisitions sont décrites aux sections 2 et 5 du présent rapport.

Besoins généraux de la société

La société a également renforcé ses équipes des services des finances et de la comptabilité en engageant d'autres professionnels expérimentés afin de s'assurer que les règles de bonne gouvernance et de contrôle interne s'appliquent activement à l'ensemble de nos activités et à celles des entreprises nouvellement acquises.

7. Sources de financement



Données des bilans consolidés

-------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------
31 octobre 31 octobre
(en milliers de dollars américains) 2006 2005
-------------------------------------------------------------------
$ $
Espèces et quasi-espèces 5 337 5 534
Placements temporaires 29 937 35 967
Fonds de roulement (compte tenu des produits
reportés) 27 600 33 568
Total de l'actif 96 579 78 964
Produits reportés 12 672 8 715
Dette à long terme (y compris la tranche
échéant à moins d'un an) 621 1 404
Total des capitaux propres 68 088 58 729
-------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------


Au 31 octobre 2006, notre fonds de roulement s'est établi à 27,6 millions $ comparativement à 33,6 millions $ à la même date en 2005. Les principaux éléments qui ont contribué à la diminution du fonds de roulement au cours des 12 mois terminés le 31 octobre 2006 sont : i) une augmentation des produits reportés de 4,0 millions $, notamment en raison des acquisitions conclues en 2006 pour 2,9 millions $; et ii) une hausse des débiteurs de 1,9 million $, en raison surtout desdites acquisitions pour 1,3 million $. La hausse des créditeurs et des autres actifs à court terme a été compensée par l'utilisation de liquidités déployées pour lesdites acquisitions.

A notre avis, l'encaisse, les placements et les flux de trésorerie provenant de l'exploitation prévus suffiront pour satisfaire nos besoins relatifs au fonds de roulement, aux obligations contractuelles, aux dépenses en immobilisations et au programme d'expansion des affaires dans un avenir prévisible. De plus, la société dispose de facilités de crédit bancaire autorisées, non utilisées, de 5,0 millions $ CA pour ses besoins d'exploitation courants. En outre, deux filiales en propriété exclusive de la société, ont des facilités de crédit autorisées, non utilisées, pour leurs besoins d'exploitation courants totalisant près de 340 000 euros.

8. Bilan et situation financière

Les variations des éléments du bilan au 31 octobre 2006, par rapport au 31 octobre 2005, ont découlé principalement de la clôture des acquisitions de MBI, de VSI et de Data One, selon lesquelles la société a fait l'acquisition de divers éléments du fonds de roulement et a attribué une tranche des contreparties versées aux actifs incorporels dans le bilan consolidé (y compris les frais de développement et listes de clients acquis -- qui figurent aux postes Autres actifs et Ecart d'acquisition). Le lecteur doit se reporter à la note 8 des états financiers consolidés vérifiés pour plus de détails concernant la comptabilisation des acquisitions d'entreprises réalisées au cours de l'exercice 2006.

En plus d'avoir augmenté par suite des acquisitions, les frais de développement sont également plus élevés en raison de la capitalisation des frais de recherche et de développement, comme il est expliqué à la section 5 du présent rapport.

Les variations dans le bilan sont également attribuables à la conclusion des trois acquisitions conclues en 2006, selon lesquelles nous avons acquis divers éléments du fonds de roulement et avons affecté une tranche de la contrepartie payée aux actifs incorporels dans notre bilan consolidé (y compris les frais de développement et les listes de clients acquis et l'écart d'acquisition). Ces variations découlent également des achats de technologie et d'actifs qui ont entrané une hausse des frais de développement, de l'écart d'acquisition et des autres actifs incorporels par rapport à la période précédente, notamment par suite de la comptabilisation des trois opérations. Se reporter à la note 8 afférente aux états financiers consolidés vérifiés pour plus d'informations sur la comptabilisation de toutes les acquisitions d'entreprises en 2006.

Enfin, les éléments du bilan ont varié en raison de fluctuations des taux de change entre les périodes. Le taux de conversion utilisé pour convertir les éléments du bilan de la monnaie de mesure, soit le dollar canadien, vers la monnaie de présentation, le dollar américain, s'établissait à 1,1227 $ CA au 31 octobre 2006, en regard de 1,1801 $ CA à la même date en 2005.

Obligations contractuelles

Nos obligations contractuelles comprennent des engagements visant à rembourser certains emprunts à long terme ainsi que certains contrats de location-exploitation, notamment pour la location de bureaux à l'échelle mondiale. La société a conclu des contrats de location échéant à diverses dates jusqu'au 31 juillet 2015, qui se traduisent par des paiements totalisant 12,4 millions $ au titre de la location d'immeubles et d'autres contrats de location-exploitation. La note 17 afférente à nos états financiers consolidés vérifiés décrit plus en détail les instruments sous-jacents des obligations liées à notre dette à long terme, tandis que la note 21 afférente aux mêmes états financiers explique les engagements au titre des contrats de location. Les obligations minimales aux termes de ces engagements au cours des années à venir sont présentées ci-dessous :



--------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------
Dette Location-
(en milliers de dollars américains) à long terme exploitation Total
--------------------------------------------------------------------
$ $ $
2007 53 2 447 2 500
2008 47 2 075 2 122
2009 21 1 647 1 668
2010 500 1 524 2 024
2011 - 1 346 1 346
Exercices suivants - 3 381 3 381
--------------------------------------------------------------------
Total 621 12 420 13 041
--------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------


Restructuration du capital-actions

Le 8 décembre 2004, nous avons effectué un PAPE et inscrit nos actions ordinaires à la Bourse de Toronto. Ce placement consistait en la vente de 6 687 560 actions ordinaires, au cours de 6,50 $ CA l'action, dont 923 100 actions ordinaires découlant de l'exercice de l'option pour répartitions excédentaires par les preneurs fermes du PAPE. Pour obtenir plus de détails sur le PAPE, se reporter à notre prospectus définitif daté du 8 décembre 2004, qui se trouve sur le site de SEDAR à l'adresse www.sedar.com, ainsi qu'à la rubrique Relations avec les investisseurs sur le site Web de la société à www.2020technologies.com.

Immédiatement avant la clôture de notre PAPE, nous avons restructuré le capital-actions de la société en rachetant la totalité des actions privilégiées de catégorie "D" en circulation pour une contrepartie globale de 904 500 $ et en supprimant les actions privilégiées de catégorie "A", les actions privilégiées de catégorie "B", les actions privilégiées de catégorie "C" et les actions privilégiées de catégorie "D" autorisées mais non émises ainsi que tous les droits, privilèges, restrictions et conditions s'y rattachant. En outre, parallèlement à la clôture du PAPE, toutes les débentures convertibles en circulation ont été converties en 3 136 560 actions ordinaires conformément aux modalités relatives aux débentures convertibles.

Structure du capital-actions

Nous sommes autorisés à émettre un nombre illimité d'actions ordinaires sans valeur nominale et un nombre illimité d'actions privilégiées sans valeur nominale. Les actions ordinaires sont participatives et comportent un droit de vote. Les actions privilégiées peuvent être émises dans une ou plusieurs séries, dont les conditions, les restrictions et les privilèges particuliers doivent être déterminés par le conseil d'administration de la société au moment de la création d'une catégorie.



--------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------
Emises au 31 Emises au 16
octobre janvier
Autorisées 2006 2007
--------------------------------------------------------------------
Actions ordinaires Nombre illimité 18 805 037 18 805 037
Actions privilégiées Nombre illimité Aucune Aucune
Options sur actions
- émises et en cours 809 605 809 605
--------------------------------------------------------------------


Dividendes

Pour l'instant, nous n'avons pas l'intention de verser des dividendes en espèces sur nos actions ordinaires dans un avenir prévisible. Notre politique actuelle est de conserver les bénéfices pour financer notre expansion, mettre au point, obtenir sous licence et acquérir de nouveaux logiciels et réinvestir dans la société. Il reviendra au conseil d'administration de la société de déterminer si des dividendes doivent être déclarés et versés à l'avenir, compte tenu de toutes les circonstances, notamment du besoin de financer la poursuite de notre croissance et de notre situation financière du moment.

Ententes hors bilan

Nous avons certaines ententes hors bilan, notamment pour la location de bureaux à l'échelle mondiale, qui sont comptabilisées comme des contrats de location-exploitation (se reporter à la rubrique Obligations contractuelles ci-dessus pour plus de précisions). Bien que nous n'ayons pas recours à des instruments financiers dérivés à des fins spéculatives, nous concluons périodiquement des contrats de change à terme afin de gérer certains risques inhérents aux fluctuations futures du taux de change. Au 31 octobre 2006, le montant total des ventes de devises était de 6,0 millions $. La société ne comptabilise pas ces contrats à terme selon la comptabilité de couverture et, par conséquent, les contrats de change à terme sont comptabilisés à leur juste valeur estimative. Les gains ou les pertes découlant de ces variations de la juste valeur sont présentés aux résultats. La juste valeur de ces contrats de change est calculée selon les prix obtenus de l'institution financière de la société pour des instruments financiers semblables ou identiques. La juste valeur estimative des contrats se soldait par une perte de trois mille dollars au 31 octobre 2006. Ce montant a été comptabilisé à titre de perte de change et présenté dans les créditeurs à cette date. La note 20 afférente aux états financiers consolidés vérifiés décrit ces instruments financiers plus en détail.

9. Contrôles et procédures de communication de l'information

Contrôles de communication de l'information

Le chef de la direction et le chef de la direction financière ont la responsabilité d'établir et de maintenir les contrôles et procédures de communication de l'information pour la société. Les contrôles et procédures de communication de l'information ont été effectués sous la surveillance du chef de la direction et du chef de la direction financière pour fournir l'assurance raisonnable que l'information importante relative à la société est communiquée à la direction dans la période au cours de laquelle les dépôts annuels sont faits. A la fin de l'exercice 2006, le chef de la direction et le chef de la direction financière de la société étaient satisfaits de l'efficacité des contrôles et procédures de communication de l'information de la société et qu'ils permettent de s'assurer que l'information importante au sujet de la société et de ses filiales leur a été communiquée.

Contrôle interne à l'égard de l'information financière

Il incombe à la direction d'établir et de maintenir un contrôle interne adéquat à l'égard de l'information financière afin de fournir une assurance raisonnable que l'information financière est fiable et que les états financiers ont été préparés, aux fins de la publication de l'information financière, conformément aux PCGR. Le président et chef de la direction et le vice-président et chef de la direction financière ont évalué si la société aurait apporté, au cours de l'exercice terminé le 31 octobre 2006, des modifications au contrôle interne à l'égard de l'information financière qui auraient eu une incidence importante ou qui auraient raisonnablement été susceptibles d'avoir une incidence importante sur notre contrôle interne à l'égard de l'information financière. Aucune modification de cette nature n'a été identifiée à partir de leur évaluation.

10. Quatrième trimestre de 2006

Les produits du quatrième trimestre de 2006 ont totalisé 17,4 millions $, soit une hausse de 60,6 % ou 6,6 millions $ en regard de 10,9 millions $ comptabilisés pour la période correspondante de 2005. Sur une base organique, les produits du quatrième trimestre ont augmenté de 26,7 % par rapport à ceux de la période correspondante de l'exercice précédent. C'est en Amérique du Nord que la croissance organique a été la plus forte à 33,4 %, suivie de l'Europe à 7,7 %.

Le bénéfice d'exploitation de la société a augmenté de 195,1 %, ou 2,0 millions $, pour se fixer à 3,1 millions $ pour le trimestre terminé le 31 octobre 2006 en regard de 1,1 million $ pour la période correspondante de 2005. L'augmentation est notamment attribuable à : i) une hausse de la marge brute de 4,3 millions $ liée à un accroissement des produits. Sur une base organique, la marge brute a augmenté de 2,5 millions $ ou 28,6 %; et ii) une croissance de 30,2 % des charges d'exploitation par rapport au quatrième trimestre de 2005. Sur une base organique, les charges d'exploitation n'ont augmenté que de 3,3 %, ce qui nous a permis de tirer parti de notre infrastructure et d'accrotre notre rentabilité. Ces avantages ont été compensés en partie par l'incidence négative, s'élevant à 284 000 $, d'une augmentation de la valeur du dollar canadien par rapport au quatrième trimestre de 2005, une part importante de ces frais étant engagés en dollars canadiens.

Les informations trimestrielles suivantes ont été présentées sur la même base que les états financiers consolidés vérifiés, et tous les redressements nécessaires ont été inclus dans les montants figurant ci-dessous pour présenter avec justesse les résultats trimestriels non vérifiés qui doivent être lus en parallèle avec nos états financiers consolidés vérifiés et les notes y afférentes. Les résultats d'exploitation trimestriels ne doivent pas être considérés comme une indication des résultats de toute période future.

Principales informations financières non vérifiées trimestrielles
(en milliers de dollars américains, sauf les montants par action)



Principales informations financières non vérifiées trimestrielles
(en milliers de dollars américains, sauf les montants par action)
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------
Trimestres de l'exercice Trimestres de l'exercice
2006 2005
Prem- Deux- Troi- Quat- Prem- Deux- Troi- Quat-
ier ième sième rième ier ième sième rième
$ $ $ $ $ $ $ $
------------------------------------------------------------------------
Comme présenté
Produits 12 036 16 140 14 864 17 421 8 828 10 098 10 699 10 850
Bénéfice net 773 1 747 677 2 672 238 1 217 1 392 1 415
Bénéfice de base
par action 0,04 0,09 0,04 0,14 0,02 0,07 0,07 0,08
Bénéfice dilué
par action 0,04 0,09 0,04 0,14 0,02 0,06 0,07 0,07

Ajustés compte
tenu des
éléments de
fin d'exercice
Produits s.o. s.o. s.o. s.o. 8 828 10 098 10 699 10 850
Bénéfice net s.o. s.o. s.o. s.o. 327 1 366 1 539 1 030
Bénéfice de base
par action s.o. s.o. s.o. s.o. 0,02 0,07 0,08 0,05
Bénéfice dilué
par action s.o. s.o. s.o. s.o. 0,02 0,07 0,08 0,05
------------------------------------------------------------------------
------------------------------------------------------------------------


11. Risques et incertitudes

Veuillez vous reporter à notre Notice annuelle de 2006 pour obtenir la description et le texte complets sur les risques et incertitudes auxquels la société doit faire face.

Notre incapacité à bien gérer notre croissance pourrait avoir une incidence défavorable sur nos résultats d'exploitation.

La croissance de nos activités crée une pression sur notre direction, nos ressources humaines et nos ressources financières. Notre capacité à gérer notre croissance future sera largement tributaire de divers facteurs, notamment notre rapidité à faire ce qui suit :

- mettre sur pied et former une équipe de vente et de commercialisation;

- attirer du personnel technique compétent et le maintenir en poste;

- accrotre notre capacité de soutien à la clientèle au fur et à mesure de l'augmentation de nos ventes;

- élargir notre gestion interne et nos contrôles financiers parallèlement à la croissance interne et à la croissance attribuable aux acquisitions; et

- étendre nos canaux de commercialisation et de distribution.

Notre incapacité à atteindre l'un de ces objectifs pourrait nuire à nos activités et à nos résultats d'exploitation.

Nous ne pouvons vous garantir le maintien de notre rentabilité. Si notre rentabilité baisse, le cours de nos actions pourrait chuter.

Nous prévoyons accrotre de façon importante nos dépenses à court terme afin de développer nos activités. Ces augmentations des dépenses d'exploitation pourraient avoir une incidence défavorable sur nos résultats d'exploitation et pourraient entraner des pertes nettes dans l'avenir. Nos stratégies commerciales pourraient ne pas réussir. Si nous sommes incapables de maintenir notre rentabilité, le cours de nos actions pourrait diminuer et nous pourrions avoir besoin d'un financement supplémentaire, lequel pourrait ne pas être disponible.

Si nous ne tirons pas de bénéfices de nouveaux produits logiciels, cela pourrait avoir une incidence négative importante sur nos résultats d'exploitation.

Nos nouvelles solutions pourraient susciter une faible demande et ne pas être largement acceptées par le marché. Si nous ne retirons aucun bénéfice des efforts investis dans la mise en marché de nos nouvelles solutions, cela pourrait avoir une incidence négative importante sur nos résultats d'exploitation.

Notre succès repose sur notre capacité à améliorer nos produits existants et à mettre au point de nouveaux produits.

Si nous ne réussissons pas à mettre au point de nouveaux produits ou à perfectionner nos plateformes existantes, ou si nous n'arrivons pas à positionner nos produits ou à en déterminer le prix convenablement de manière à répondre à la demande du marché, nos activités et nos résultats d'exploitation pourraient s'en ressentir. La mise en marché accélérée des produits et la brièveté de leur cycle de vie entranent de fortes dépenses en recherche et développement qui risquent de nuire à nos résultats d'exploitation. En outre, les nouveaux produits que nous développons pourraient exiger de longs délais de mise au point et ne pas être lancés en temps opportun ou ne pas réussir à pénétrer suffisamment le marché pour générer des produits d'exploitation importants, ce qui pourrait donner lieu à une diminution de la valeur de montants capitalisés comme des frais de développement.

Les fluctuations du taux de change pourraient nous nuire.

Une grande partie de nos produits d'exploitation sont gagnés en dollars américains, tandis qu'une grande partie de nos frais d'exploitation sont engagés en dollars canadiens. Les fluctuations du taux de change entre le dollar américain et d'autres monnaies, par exemple le dollar canadien, pourraient avoir une incidence défavorable importante sur nos activités, notre situation financière et nos résultats d'exploitation. Nous avons pour politique de couvrir une partie de notre risque de change afin de réduire au minimum l'effet des mouvements de change défavorables. Toutefois, nous ne couvrons pas l'ensemble du risque lié aux monnaies étrangères. En outre, le recours à des contrats à terme pour nous protéger contre le risque de change entrane lui-même des risques et pourrait restreindre nos gains ou entraner une perte.

Nous pourrions ne pas être en mesure de déterminer et de conclure des acquisitions stratégiques qui contribueront à la croissance future.

Nous pourrions ne pas être en mesure : i) de déterminer des candidats potentiels aux acquisitions à un prix raisonnable; ii) de bien évaluer la juste valeur des entreprises acquises ou; iii) de conclure une acquisition dans les délais impartis. En outre, si nous faisons des acquisitions, nous pourrions devoir utiliser notre encaisse pour réaliser ces opérations, diminuant ainsi nos liquidités et nos ressources en capital, ou encore nous pourrions devoir émettre des actions, ce qui entranerait une dilution importante pour les actionnaires actuels. Par ailleurs, la détermination d'acquisitions et leur réalisation pourraient détourner l'attention de la direction et les ressources financières, exerçant ainsi une incidence défavorable sur nos résultats d'exploitation.

L'incapacité d'atteindre les résultats prévus après l'intégration des acquisitions pourrait avoir une incidence importante sur nos résultats d'exploitation.

Si nous ne réussissons pas à contenir les risques ou les problèmes possibles liés aux acquisitions (qu'il s'agisse d'un produit ou d'une entreprise), ces acquisitions pourraient avoir une incidence défavorable importante sur nos activités, nos résultats d'exploitation et notre situation financière, y compris la possibilité d'avoir à réduire la valeur comptable des actifs incorporels constatés au moment de l'acquisition. La société prévoit une croissance organique et fondée sur des acquisitions. D'après les acquisitions conclues à la date du rapport, il se pourrait qu'une tranche importante de la croissance des produits de l'exercice 2006 découle des résultats liés aux entreprises acquises. La capacité de bien les intégrer dans les activités de la société et d'en dégager les profits et le rendement prévus représentent des risques inhérents à ces acquisitions.

Les résultats futurs découlant des activités de MBI Software Company GmbH ("MBI") et de leur intégration constituent un risque précis étant donné que cette entreprise, avant que nous en fassions l'acquisition, connaissait des difficultés financières et avait été contrainte d'entreprendre une restructuration financière sous la direction d'un fiduciaire à la restructuration.

Par suite d'une période de croissance importante de 1994 à 2001, MBI a fait des investissements considérables en Italie et en Amérique du Nord au moment où le marché allemand connaissait un ralentissement, laquelle situation a eu une incidence sur le chiffre d'affaires de MBI et créé des problèmes financiers pour bon nombre de ses clients. Les fonds requis pour appuyer son expansion et le ralentissement de son marché principal ont entrané des difficultés financières, obligeant MBI à entreprendre une restructuration financière au milieu de 2005, conformément à la loi allemande, sous la direction d'un fiduciaire à la restructuration. Du fait des modalités de l'acquisition, 20-20 a acheté une partie des actifs et de la propriété intellectuelle de MBI, y compris ses activités menées essentiellement en Allemagne ainsi que les actifs de sa filiale nord-américaine et les actions de sa filiale autrichienne. MBI a conservé près de la moitié des employés qu'elle avait avant de connatre des difficultés financières. Il se pourrait que la restructuration des activités de MBI, l'incertitude quant à la mesure et à la force de la reprise courante du marché allemand et l'incidence possible des difficultés financières sur la perception des clients de MBI de la société aient un effet important sur le rendement et les résultats d'exploitation prévus de l'acquisition de MBI.

Notre capacité de recruter des membres clés à des postes de direction et autres employés qualifiés de nos entreprises acquises, et de les maintenir en poste, est essentielle à notre capacité de dégager les profits et le rendement prévus de celles-ci.

Une bonne connaissance des produits, du secteur, des clients et du marché du personnel de direction et du personnel technique clé des entreprises acquises est essentielle à l'atteinte des profits et du rendement prévus des acquisitions en question à court et à moyen terme. La perte de membres clés du personnel de direction et du personnel technique en question pourrait avoir une incidence défavorable importante sur nos activités, nos résultats d'exploitation et notre situation financière. Notre incapacité à maintenir en poste le personnel de direction et le personnel technique et commercial nécessaires dans les entreprises acquises pourrait avoir une incidence défavorable sur notre croissance et notre rentabilité futures.

Les acquisitions pourraient prolonger le cycle de vente global de la société, ce qui pourrait nuire ainsi à notre capacité de prévoir les produits et accrotre les fluctuations ou les produits et les résultats d'un trimestre à l'autre.

Les activités principales de certaines acquisitions récentes consistent à commercialiser et à vendre des solutions de fabrication (p. ex. systèmes de planification des ressources de l'entreprise -- "systèmes ERP") à leur clientèle. En raison surtout de leur prix de vente considérablement plus élevé, de leur complexité inhérente et de leur effet général sur les activités d'un client, les systèmes ERP présentent habituellement un cycle de ventes beaucoup plus long que celui de nos produits de bureautique, comme 20-20 Design, Giza et CAP. La prolongation et la variabilité du cycle de ventes de nos produits découlant de ces acquisitions et des acquisitions futures pourrait nuire à notre capacité de prévoir les produits et accrotre les fluctuations des produits et de la rentabilité d'un trimestre à l'autre. En outre, les produits et les résultats d'exploitation prévus de ces entreprises seront davantage soumis à la nature discrétionnaire des cycles budgétaires et d'achats de leurs clients ainsi qu'aux variations de leur budget au titre des logiciels, des services de mise en Suvre et des achats connexes, de même qu'au moment de ceux-ci.

Les acquisitions récentes pourraient accrotre le pourcentage global de la société du total des produits représentés par la maintenance et les services et, par conséquent, réduire la marge brute globale.

Les activités principales de certaines acquisitions récentes consistent à commercialiser et à vendre des solutions de fabrication et ERP à leurs clients et dégagent habituellement des produits dont le ratio logiciel-services est beaucoup plus élevé que celui de nos produits de bureautique, comme 20-20 Design, Giza, CAP et d'autres solutions actuellement offertes par 20-20. Ainsi, les acquisitions conclues et futures d'entreprises Suvrant dans le marketing et la vente de solutions de fabrication et d'entreprise pourraient accrotre le pourcentage global de la société du total des produits représentés par la maintenance et les services et, par conséquent, réduire la marge brute globale de 20-20. Les fusions et acquisitions futures pourraient rehausser davantage le pourcentage du total des produits représentés par la maintenance et les services, ce qui pourrait avoir une incidence défavorable sur notre marge brute globale.

A mesure que nos solutions logicielles prennent de l'expansion, nos concurrents éventuels pourraient disposer de ressources beaucoup plus importantes que les nôtres, ce qui pourrait nous désavantager par rapport à eux.

Par conséquent, nos concurrents pourraient être capables de s'adapter plus rapidement aux nouvelles technologies et aux nouvelles exigences des clients et affecter des ressources plus importantes au développement, à la promotion et à la vente de leurs produits que nous. L'un de ces facteurs pourrait toucher sérieusement notre capacité concurrentielle et avoir une incidence défavorable sur notre rendement et notre situation financière.

Des vices dans nos produits pourraient occasionner des coûts importants et nuire aux ventes.

Nos produits sont complexes et, par conséquent, ils peuvent contenir des vices (des bogues), susceptibles d'apparatre à tout moment au cours de leur cycle de vie. Un vice dans un produit pourrait gravement entacher notre réputation, occasionner des coûts importants, retarder le lancement d'un produit et nuire à la vente de nos produits à l'avenir.

Toute poursuite en responsabilité civile intentée contre nous du fait d'un produit pourrait grandement nuire à notre entreprise.

Même si nous avons une assurance responsabilité relativement à nos produits, une poursuite en responsabilité civile intentée contre nous du fait d'un produit pourrait nous coûter plus cher que notre garantie d'assurance ou pourrait ne pas être couverte et nuire considérablement à nos activités.

L'incertitude et les replis de l'économie dans le marché des logiciels pourraient entraner une diminution de nos produits d'exploitation et de nos marges.

Un repli de l'économie pourrait inciter les entreprises à retarder ou à annuler un achat prévu de logiciel, à réduire leur budget de technologies de l'information ou encore à diminuer ou annuler les commandes pour nos produits. Cette situation pourrait entraner une prolongation des cycles de vente, des retards ou des défauts dans le paiement ou la perception des créances ainsi que des pressions sur les prix, ce qui donnerait lieu à une baisse de nos produits d'exploitation et de nos marges.

Nos activités internationales comportent des risques pour notre entreprise et notre situation financière.

Nous menons actuellement des activités au Canada, aux Etats-Unis, en Europe, en Amérique latine et en Asie. Nous comptons étendre nos activités internationales et accrotre la part de nos produits provenant de l'extérieur de l'Amérique du Nord. Ces activités nécessitent une attention particulière de la part de la direction et des ressources financières importantes et, de plus, nous soumettent à des risques liés à l'exercice d'activités internationales. Notre incapacité à prendre en charge ou à régler l'un ou l'autre de ces facteurs pourrait gravement entraver la réussite de nos activités internationales et nuire de façon importante à notre rendement d'exploitation et à notre situation financière.

La protection insuffisante de notre propriété intellectuelle pourrait nous faire perdre notre avantage concurrentiel.

Nos droits de propriété intellectuelle sont protégés de diverses manières, notamment par des dispositions contractuelles, des droits d'auteur, des marques de commerce et des secrets commerciaux. Pour protéger notre propriété intellectuelle, nous pourrions être obligés d'intenter des poursuites, ce qui risquerait d'occasionner des frais importants, d'accaparer l'attention de notre direction, d'entraner des retards importants, de perturber considérablement les activités de notre entreprise ou d'avoir une incidence défavorable sur nos produits d'exploitation, notre situation financière et nos résultats d'exploitation.

Nous ne pouvons déterminer avec certitude si des marques de commerce ou des brevets déjà délivrés à des tiers ou qui seront éventuellement délivrés à des tiers nous obligeraient à modifier nos noms commerciaux ou notre technologie, à obtenir des licences ou à interrompre certaines activités. Nous pourrions être poursuivis pour contrefaçon en raison de la pénétration de nos produits logiciels dans notre marché cible, du chevauchement dans les fonctionnalités de ces produits et de l'abondance des produits logiciels. Une action en justice pourrait s'avérer nécessaire pour déterminer la portée, le caractère exécutoire et la validité des droits des tiers ou pour établir nos droits exclusifs. Quel qu'en soit le bien-fondé, un litige risquerait d'occasionner des frais importants, d'accaparer l'attention de la direction de l'entreprise, d'entraner des retards importants, de perturber considérablement les activités de notre entreprise et d'avoir une incidence défavorable sur nos produits d'exploitation, notre situation financière et nos résultats d'exploitation.

Notre capacité à recruter des dirigeants et employés compétents et à les maintenir en poste est essentielle au développement, à la mise en marché et au soutien de nos produits et services.

Nous dépendons de nos techniciens et gestionnaires clés. La perte de l'une de ces personnes pourrait avoir une incidence défavorable importante sur nos activités, nos résultats d'exploitation et notre situation financière. Notre incapacité à attirer les membres du personnel de direction, et du personnel technique, de vente et commercial nécessaires, et à les maintenir en poste, pourrait avoir une incidence défavorable sur notre croissance et notre rentabilité futures. Nous pourrions être obligés d'augmenter la rémunération des employés actuels ou des nouveaux employés à un point tel que nos dépenses d'exploitation s'en trouveraient alourdies.

Nous pourrions perdre ou retarder des ventes à cause de la prolongation des cycles de vente et de mise en place de nos solutions d'entreprise.

Habituellement, plus le potentiel de vente est important, plus on investira de temps, d'argent et de ressources. Par conséquent, il peut s'écouler une longue période entre notre premier contact avec un client et la conclusion d'une vente. Nous pouvons déployer de vastes efforts de vente et consacrer de nombreuses ressources à un client éventuel sans pour autant réaliser de produits d'exploitation pendant longtemps, ni même en réaliser du tout. Durant le prolongement de ces cycles de vente et de mise en place, des événements peuvent toucher la taille ou la date de la commande ou en entraner l'annulation. Si ces événements survenaient, cela pourrait avoir une incidence défavorable sur les ventes de nos solutions d'entreprise ou de nos services, ce qui réduirait nos produits d'exploitation.

La perte de la licence des logiciels de tiers que nous utilisons actuellement pourrait occasionner une augmentation de nos frais d'exploitation en nous forçant à trouver une technologie de remplacement et nuire à notre capacité concurrentielle.

Nous utilisons sous licence certaines technologies servant à nos produits, généralement de façon non exclusive. Si l'une de ces licences était résiliée ou si le concédant d'une licence ne réussissait pas à maintenir ou à mettre à niveau convenablement ses produits, nos expéditions de produits pourraient s'en trouver retardées pendant que nous cherchons une technologie de remplacement, ce qui pourrait nous obliger à effectuer d'importants investissements imprévus. En outre, il se pourrait qu'aucune technologie de remplacement ne soit disponible à des conditions commercialement acceptables.

Les autorités fiscales pourraient contester les prix de transfert que nous déclarons, ce qui réduirait d'autant nos frais déductibles au titre de l'impôt.

Nous exerçons nos activités commerciales par l'intermédiaire de filiales situées dans diverses juridictions. Certaines de nos filiales fournissent des produits et services à d'autres filiales situées dans d'autres juridictions et peuvent à l'occasion effectuer des opérations importantes avec elles. Si une autorité fiscale dans l'une de ces juridictions réussissait à contester nos prix de transfert et notre documentation, nos bénéfices et nos flux de trésorerie futurs pourraient s'en trouver touchés.

Nos résultats d'exploitation pourraient être touchés si les crédits d'impôt du Carrefour de la nouvelle économie cessaient ou étaient considérablement réduits.

Le programme Carrefour de la nouvelle économie ("CNE") offre des incitatifs fiscaux aux sociétés qui exercent leurs activités commerciales dans les immeubles désignés CNE au Québec. Depuis le dépôt du budget du Québec le 12 juin 2003, la société ne serait plus admissible au crédit d'impôt si un tiers en prenait le contrôle. Rien ne garantit que nous continuerons de satisfaire aux critères d'admissibilité ou que le programme des CNE ne sera pas modifié ou annulé à l'avenir.

D'autres questions fiscales pourraient avoir une incidence défavorable sur nos résultats d'exploitation.

Même si nous sommes d'avis que toutes les dépenses et tous les crédits d'impôt réclamés par la société, notamment ceux liés à la recherche et au développement, sont raisonnables et déductibles et qu'ils ont été correctement déterminés, rien ne garantit que les autorités fiscales canadiennes en conviendront. Si une autorité fiscale canadienne réussissait à contester la déductibilité de nos dépenses ou le bien-fondé des crédits d'impôt réclamés, nos résultats d'exploitation pourraient s'en trouver touchés. Nous pouvons, directement ou indirectement, par l'intermédiaire de nos filiales, être assujettis à l'impôt sur nos activités à l'étranger. Bien que nous soyons d'avis que le paiement de cet impôt a été pris en compte dans nos livres et nos états financiers, les autorités fiscales de ces juridictions étrangères pourraient en contester le montant, ce qui pourrait avoir une incidence défavorable sur nos résultats d'exploitation.

Renseignements