Jobboom

Jobboom

17 oct. 2007 07h50 HE

A lire dès le 15 septembre dans le Magazine Jobboom

Vivre de la mort Aussi : Le Québec expliqué aux immigrants - Le coeur a ses raisons - Quand un citoyen met un syndicat K.O. - Sortez, c'est novembre! - L'avenir de la télé - Prêt à tout pour une promotion - Exclusif : les diplômés les plus recherchés au Québec - Délocaliser le centre d'appels à la maison - TIC : quand l'habit ne fait pas le moine

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 17 oct. 2007) - - Un représentant reproche à un homme d'acheter un "cercueil de BS" pour son père; un autre souligne à un client que sa mère mérite mieux que les funérailles modestes qu'il lui organise. En crise devant les bouleversements qui entourent les rituels de la mort, l'industrie funéraire fait-elle ses choux gras du chagrin des endeuillés? Le débat est ouvert.

En effet, des clients et des représentants de l'industrie funéraire dénoncent les dérives éthiques de certains entrepreneurs en pompes funèbres, qu'aucun ordre professionnel n'encadre. Comme celui qui demande à une femme âgée qui enterre son mari si elle veut en profiter pour organiser ses propres funérailles... Et comme les conseillers de certaines maisons privées touchent une commission sur les ventes, il peut être tentant de persuader les clients de mettre le paquet.

Aussi, les services funéraires coûtent cher. Selon des professionnels de l'industrie, certaines entreprises chargent le gros prix pour différents services qui ne sont pas toujours justifiés, comme en témoigne une facture salée pour transporter une dépouille sur... quelques mètres! Par ailleurs, des fournisseurs confirment que les marges de profit des maisons funéraires privées sont "astronomiques" : urnes et cercueils seraient vendus jusqu'à cinq fois plus cher que le prix original facturé.

Au Québec, 3 000 travailleurs font face à la mort au quotidien. Une tâche surhumaine. Etrangement, les burnouts sont quasi inexistants dans ce milieu! Ces "vivants extrêmes" ont souvent une force de caractère hors du commun, comme ce jeune thanatologue qui a embaumé ses propres parents...

Un voyage bouleversant dans un milieu où la mort fait simplement partie de la vie.

Une enquête de Marie-Hélène Proulx à lire en page 22.

Nos quatre vérités

Les immigrants en régions, est-ce possible? Non! Le Québec est-il raciste? Non, mais ses milieux de travail sont chauvins. C'est ce que remarque le sociologue argentin Victor Armony qui a écrit un livre sur le Québec à l'intention des immigrants, qui peinent à comprendre les contradictions de notre nation. A l'heure des accommodements raisonnables, c'est le temps d'un reality check! Une entrevue d'Eric Grenier en page 12.

Prêts à tout

Séduire leur supérieur, promener le chien du patron ou faire une jambette à un collègue : ils sont prêts à tout pour une promotion. Mais jusqu'où peuvent-ils aller? Un dossier signé Geneviève Dubé en page 28.

Fini les folies!

Le gouvernement s'écrase devant les puissants lobbies et syndicats? Qu'importe, les citoyens sont là pour les remettre à leur place! C'est ce que prouve la récente condamnation du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal par la Cour du Québec. Une analyse du chroniqueur Eric Grenier en page 17.

Ciel, mes oreilles de lapin!

Le passage à la télévision numérique entraîne l'arrivée de la télé haute définition. Faut-il balancer votre vieux poste aux poubelles? Le journaliste Steve Proulx fait le point sur la question en page 20.

Renforts demandés

Plusieurs programmes de formation professionnelle et technique peinent à attirer des élèves malgré des perspectives d'emploi favorables. Certains programmes sont même suspendus faute d'inscriptions! De leur côté, les universités québécoises voient les perspectives d'emploi de leurs diplômés s'améliorer. La vague de retraites amorcée dans plusieurs domaines favorise l'embauche. Les Editions Jobboom font le point sur les diplômés les plus recherchés de la formation professionnelle, collégiale et universitaire. Une analyse exclusive à consulter en page 31.


Le coeur a ses raisons

Etre loyal envers son employeur ne suffit plus : il faut désormais être engagé envers lui... avec le coeur, la tête, ou un peu des deux. Une firme québécoise a justement développé un outil de mesure de l'engagement au travail et un employé du Magazine Jobboom en a fait l'essai. Un article d'Eric Grenier et Michel Fradette en page 14.

Dehors novembre

Est-ce déjà le temps de se préparer à hiberner? La journaliste Catherine Bachaalani suggère quelques escapades pour mettre le nez dehors avant la grande noirceur. A lire en page 18.

Mis en demeure

Epuisés par un fort taux de roulement de personnel, les centres d'appels réagissent. Au menu : salaire plus élevé, chances d'avancement accrues et maintenant, possibilité de travailler dans ses pantoufles, à domicile! Un dossier d'Emmanuelle Gril en page 52.

Sexy, les TIC?

Oubliez le design futuriste et le flafla : la plupart des lieux de travail des technologies de l'information et des communications sont dignes d'un bureau du gouvernement! Un dossier d'Emmanuelle Gril à lire en page 58.

Consultez notre édition en ligne à : http://carriere.jobboom.com/magazine.

Le Magazine Jobboom est publié par les Editions Jobboom, une division de Jobboom.com, le site d'emploi de Canoe.ca.

Filiale de Quebecor Média, Canoe.ca est un chef de file du média interactif au Canada, tant sur la scène locale que nationale, en offrant des nouvelles, du divertissement et des services qui contribuent à informer et à faire interagir les Canadiens. Selon les données de mars 2007 de la firme comScore Media Metrix, Canoe.ca touche plus de 7,8 millions de visiteurs uniques par mois au Canada, dont plus de 4,2 millions au Québec. Ce portail comprend Canoe.ca, La Toile du Québec (toile.com), ARGENT (argent.canoe.ca), ainsi que les sites de TVA (tva.canoe.ca) et de LCN (lcn.canoe.ca). Canoë propose également des services en ligne se rapportant à l'emploi et à la formation (jobboom.com), à l'habitation (micasa.ca), à l'automobile (autonet.ca), aux rencontres (reseaucontact.com), aux réseaux sociaux (espacecanoe.ca), aux petites annonces (vitevitevite.ca) et aux solutions publicitaires (canoeklix.ca).

Renseignements

  • Source:
    Magazine Jobboom
    ou
    Renseignements :
    Relations publiques Andrée Peltier
    Andrée Peltier
    514-846-0003