Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

05 sept. 2014 17h14 HE

À quel moment les bons emplois deviendront-ils la priorité?

Le marché du travail canadien a perdu un nombre record de 112 000 emplois dans le secteur privé

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 5 sept. 2014) - Le président du Congrès du travail du Canada indique que le marché du travail canadien est manifestement embourbé et que rien ne changera sans une action immédiate et énergique. Il a tenu ses propos relativement à la perte de 112 000 emplois le mois dernier dans le secteur privé qui a entraîné une baisse globale de 97 800 dans le nombre de personnes employées au Canada.

« L'Enquête sur la population n'a jamais enregistré auparavant de perte d'emplois si importante dans le secteur privé en un seul mois. Or, le gouvernement fédéral semble plutôt vouloir forcer les entreprises à nous offrir de meilleurs forfaits cellulaires au lieu d'aider les employeurs à créer les emplois à temps plein qui permettront aux travailleurs et travailleuses à subvenir aux besoins de leur famille et à construire un avenir », affirme Hassan Yussuff.

Ce qui est le plus inquiétant, selon M. Yussuff, est le fossé entre la croissance de la population active et la qualité des emplois parmi lesquels choisir. Au cours de la dernière année, la population active du Canada a progressé de près de 61 000 personnes, mais le marché du travail ne leur a offert que 15 000 emplois à temps plein. Tous les autres emplois étaient à temps partiel.

« Le marché du travail est embourbé et semble s'enfoncer. Le gouvernement fédéral doit mettre en œuvre une stratégie nationale de l'emploi et commencer à investir dans la création de bons emplois à temps plein - immédiatement - sinon les Canadiennes et les Canadiens devront sérieusement envisager de remplacer le gouvernement dans un peu plus d'un an », précise M. Yussuff.

Analyse rapide d'Angella MacEwen, économiste principale du CTC

Ces données sur l'emploi sont catastrophiques. La perte de 110 000 emplois dans le secteur privé a été largement compensée par l'augmentation de 87 000 travailleurs autonomes et 14 000 travailleurs du secteur public. Le taux de chômage est demeuré stable à 7 %. Le nombre de chômeurs est passé de 1,35 à 1,34 million, puisque moins de jeunes travailleurs et de femmes de plus de 25 ans sont actifs sur le marché du travail.

Au cours de la dernière année, quatre nouveaux emplois nets sur cinq étaient à temps partiel, et tous les nouveaux emplois nets chez les travailleurs d'âge moyen (25 à 54 ans) étaient à temps partiel. L'examen des emplois temporaires révèle la même tendance. Les trois quarts des nouveaux emplois nets créés depuis août l'année dernière étaient temporaires, et tous les nouveaux emplois nets chez les travailleurs d'âge moyen étaient temporaires.

Le taux de sous-emploi chez les jeunes travailleuses et travailleurs est resté changé par rapport au mois d'août 2013, soit 14,5 %, et le taux de sous-emploi chez les travailleurs de 25 à 54 ans est passé de 12,1 % au mois d'août (par rapport à 11,8 % en août 2013 et 2012). Cette hausse s'explique essentiellement par l'augmentation du nombre de travailleurs à temps partiel qui cherchaient davantage d'heures de travail.

Aux Territoires du Nord-Ouest, on a enregistré une perte de 1 300 emplois depuis le mois d'août l'année dernière, ce qui concorde avec une baisse de la population active, de sorte que le taux de chômage est demeuré stable à 7,9 %. Au Yukon, la création de 1 000 emplois depuis le mois d'août dernier a contribué à réduire le taux de chômage de 4,8 % à 2,3 %. Au Nunavut, la perte de 600 emplois depuis août 2013 a causé une hausse du taux de chômage, qui s'élève à 15,3 %.

En août, le taux de chômage chez les nouveaux arrivants ayant un statut d'immigrant reçu était de 8,7 %, soit deux points de pourcentage de plus que le taux pour les travailleurs nés au Canada. Encore plus inquiétant, le taux de chômage chez personnes récemment immigrées (moins de 5 ans) a bondi de 2,7 points de pourcentage en août par rapport à la même période l'année dernière, pour s'élever à 14,5 %, soit le taux le plus élevé enregistré au mois d'août depuis 2010.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 111 conseils du travail régionaux.

Site Web : www.congresdutravail.ca. Suivez-nous sur Twitter : @CanadianLabour

Renseignements