Agriculture et Agroalimentaire Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada

16 avr. 2007 17h54 HE

AAC : La puce à l'oreille

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 16 avril 2007) -

La Semaine nationale de la conservation des sols : du 15 au 21 avril

La Semaine nationale de la conservation des sols se déroulera du 15 au 21 avril prochain. Les sols jouent un rôle vital en santé environnementale et constituent l'une des plus importantes ressources pour obtenir de bonnes récoltes. Bien que des progrès aient été réalisés dans l'amélioration de la santé de certains de nos sols agricoles, la dégrada-tion des sols demeure très préoccupante. Agriculture et Agroalimentaire Canada participe activement à divers programmes et initiatives pour permettre aux producteurs agricoles et aux gestionnaires de terres de conserver la qualité des sols et d'utiliser ces derniers de façon durable.

Le Programme de pâturages communautaires représente la contribution la plus importante et la plus durable de l'Administration du rétablisse-ment agricole des Prairies (ARAP) à la conservation des sols dans les Prairies. Lancé dans les années 30, le programme prévoit l'arrêt permanent de la culture sur les terres marginales et l'établissement d'une couverture herbacée permanente. Les pâturages sont situés sur une variété de terres et sont parmi les plus grandes zones de prairies indigènes qui restent au Canada. Le programme offre également aux petits producteurs des pâturages pour leur bétail de même que des services de reproduction.

Le Programme national de gérance agroenvironnementale prévoit une aide tech-nique et financière pour inciter les producteurs agricoles et les gestionnaires de terres à adopter des pratiques de gestion bénéfiques (PGB) et encourager l'utilisation de plans environne-mentaux des fermes pour promouvoir les activités de conservation des sols. Une seule pratique de conservation ne convient pas à toutes les situations, et les PGB peuvent varier selon les années, mais les principes sous-jacents restent toujours les mêmes : conserver les matières organiques du sol, contrôler les eaux de ruissellement et protéger les sols de surface exposés.

Chaque année, le Centre des brise-vent de l'ARAP à Indian Head, en Saskatchewan, distribue environ 4 millions d'arbres à planter sur plus de 460 km de brise-vent agricoles. Dans les prairies, les arbres constituent une ressource précieuse qui permet de conserver les sols et de prévenir l'érosion éolienne. En faisant dévier le vent, les brise-vent établissent une zone bien protégée d'une superficie de 20 fois la hauteur des arbres. En retenant plus de neige, les brise-vent permettent aussi d'accroître le rendement des cultures, en particulier pour celles moins tolérantes à la sécheresse comme le canola et la luzerne. Ils ont également l'avan-tage de fournir un habitat pour la faune, en plus de contribuer à la réduction des gaz à effet de serre en absorbant le carbone présent dans l'atmosphère.

Doté d'une enveloppe de 110 millions de dollars sur cinq ans, le Programme de couverture végétale du Canada permet aux agriculteurs d'améliorer la gestion des prairies, de protéger la qualité de l'eau, de réduire les émissions de gaz à effet de serre, d'accroître la biodiversité et de valoriser les habitats fauni-ques en visant quatre volets : la conversion des terres, l'aide technique, les zones critiques et les brise-vent. Le volet conversion des terres convertit les terres marginales et écologique-ment sensibles en couverture végétale perma-nente. Le volet brise-vent prévoit une aide technique et financière pour permettre l'intégra-tion des brise-vent dans les paysages agricoles.

La cartographie SIG pour l'agriculture et l'environnement

Avez-vous déjà plané au-dessus de votre maison en utilisant un programme virtuel comme Google Earth? L'information géographique du monde entier est à votre portée et combine la puissance de Google Search avec l'imagerie satellitaire, la photographie aérienne et la technologie du sys-tème d'information géographique (SIG). Nombre d'autres groupes et organisations recueillent des données géographiques et offrent un accès à un éventail de données géospatiales sur divers sujets comme la qualité de l'eau et du sol ainsi que l'infrastructure.

Le 20 avril prochain, les organisations de production de données géospatiales, comme le Service national d'information sur les terres et les eaux d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, collaboreront avec GéoConnexions pour célébrer la Journée canadienne de l'interopérabilité. Cet événement permet de faire la promotion de l'Infrastructure canadienne de données géo-spatiales (ICDG), mettant en valeur les nouvelles technologies de l'ICDG et les contributions des partenaires des secteurs public et privé. L'ICDG fournit les normes, les protocoles et les spécifi-cations pour l'utilisation des données géospatiales entre les différents systèmes.

Le Service national d'information sur les terres et les eaux offre un accès en ligne à des données géospatiales, des outils et de l'expertise sur l'utilisation des terres, les sols, l'eau, le climat et la biodiversité afin de permettre aux agriculteurs, aux chercheurs, à l'industrie, aux gouvernements et aux groupes communautaires de prendre des décisions responsables sur l'utilisation des terres pour l'agriculture et l'environnement. Le Service utilise les normes de GéoConnexions, un pro-gramme de partenariat national de Ressources naturelles Canada, pour mettre au point et faire la promotion de l'ICDG. Le nouveau portail Web du Service se trouve à :
www.agr.gc.ca/nlwis-snite.

La souplesse des pratiques sans travail du sol ou à travail réduit assure le succès à long terme

Ayant constaté les avantages économiques et environnementaux des pratiques agricoles sans travail du sol ou à travail réduit, beaucoup de producteurs agricoles au Canada ont adopté ces pratiques depuis le milieu des années 80. On s'attend à ce que le nombre d'agriculteurs qui adoptent ce système augmente au fur et à mesure qu'ils en apprennent les avantages. Mais, selon une étude récente menée par Agriculture et Agroalimentaire Canada, beaucoup de pratiques sans travail du sol nécessitent une certaine souplesse afin de contrôler les débris végétaux excessifs et l'humidité du sol, les températures fraîches du sol, les problèmes liés aux ravageurs et aux mauvaises herbes, la gestion du bétail et du fumier et les systèmes de récolte spécialisés. Des spécialistes des sols ont toutefois constaté que la plupart des systèmes agricoles devraient pouvoir être adaptés à des pratiques de travail réduit du sol.

Renseignements

  • Pour fixer une entrevue
    Denis Labossière
    613-715-5418
    labossiered@agr.gc.ca
    ou
    Ligne des médias
    1-866-345-7972