Agriculture et Agroalimentaire Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada

29 juin 2005 13h38 HE

AAC/Le gouvernement du Canada reporte des fonds pour faciliter la transformation du secteur de l'élevage de bovins et d'autres ruminants

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 29 juin 2005) - Le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Andy Mitchell, a annoncé aujourd'hui une importante réaffectation de fonds provenant de mesures en cours pour appuyer la transformation du secteur canadien de l'élevage de bovins et d'autres ruminants afin qu'il devienne un acteur rentable sur les marchés nationaux et internationaux.

Cette annonce donne un nouvel élan aux changements déjà en cours dans le secteur par suite de la mise en oeuvre de la stratégie de repositionnement de l'industrie canadienne des animaux d'élevage, dotée d'un budget de 488 millions de dollars, annoncée le 10 septembre 2004 par le ministre Mitchell.

"Nous visons non seulement à reconquérir la part de marché perdue, mais également à aider le secteur à atteindre un niveau de succès sans précédent. Nous tenons à nous assurer que les programmes et les services satisfont aux besoins du secteur de l'élevage et qu'ils continueront d'être adaptés au besoin, a précisé le ministre Mitchell. Nos éleveurs ont travaillé durement pour élever le meilleur bétail au monde et ils devraient pouvoir profiter du fruit de leur labeur."

Les provinces qui s'étaient montrées intéressées à participer à l'ancien Programme de gestion des animaux âgés avant la date limite fixée participeront maintenant au nouveau Programme de gestion des troupeaux comprenant des animaux âgés. Ce dernier est conçu pour offrir aux provinces toute la souplesse voulue pour aller de l'avant avec une mise à la réforme sélective des animaux âgés. Le Programme sera offert selon une formule de partage des coûts de 60:40 au Manitoba, à l'Ontario, au Québec et à certaines des provinces de l'Atlantique, pour aider à rajeunir le cheptel canadien par une mise à la réforme sélective des animaux âgés. Les discussions se poursuivent avec les groupes sectoriels et les intervenants afin de régler le problème du cheptel national vieillissant.

Les mesures comprennent également une aide financière de 17,1 millions de dollars pour accroître la capacité d'abattage au pays, l'objectif visé étant de transformer 100 p. 100 de la production animale du pays. Par ailleurs, des modifications importantes sont apportées au Programme de réserve pour pertes sur prêts relatifs à l'abattage de ruminants pour répondre aux besoins particuliers du secteur canadien de la transformation. Ces besoins sont liés notamment aux disparités régionales sur le plan de la capacité d'abattage, à l'insuffisance de la capacité d'abattage pour ce qui est des bovins âgés de plus de 30 mois et d'autres ruminants (comme les moutons et les bisons) ainsi qu'à la transformation destinée aux marchés spécialisés.

Parmi les initiatives annoncées aujourd'hui figurent une aide financière de 10,2 millions de dollars qui servira à compenser les coûts que doivent absorber les associations d'éleveurs qui maintiennent l'infrastructure nécessaire à l'amélioration génétique des animaux reproducteurs. Ces fonds, dont la distribution s'échelonnera sur une période de deux ans, aideront les associations à assurer l'intégrité de leurs services tout en veillant à ce qu'elles soient prêtes à reprendre les exportations dès la réouverture des marchés des bovins sur pied.

Le Programme de retrait des bovins gras, une mesure transitoire à court terme pour aider à gérer l'offre d'animaux destinés aux abattoirs, sera également prolongé jusqu'à la fin de l'exercice 2005-2006.

En outre, le gouvernement a annoncé dans son budget de 2005 une réaffectation d'un montant additionnel de 80 millions de dollars pour l'élimination de matières à risque spécifiées.

Ces mesures font suite au Programme de paiements relatifs au revenu agricole assorti d'un budget de un milliard de dollars annoncé en mars dernier par le gouvernement du Canada. Il vise à aider les agriculteurs aux prises avec des problèmes immédiats de liquidités occasionnés par une baisse sans précédent de leurs revenus, ainsi qu'à poursuivre le travail amorcé en vue d'apporter des changements à long terme dans le secteur de l'élevage de bovins et d'autres ruminants. Les éleveurs de bovins et d'autres ruminants devraient recevoir plus de 300 millions de dollars en application du Programme de paiements relatifs au revenu agricole.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la transformation du secteur agricole, visitez le site Web d'Agriculture et Agroalimentaire Canada à l'adresse www.agr.gc.ca ou composez le 1 866 367-8506.



FACILITER LA TRANSFORMATION DU SECTEUR CANADIEN DE L'ELEVAGE

DOCUMENT D'INFORMATION

Le cas d'ESB découvert en mai 2003 au Canada a radicalement changé
la façon dont fonctionne le secteur de l'élevage des bovins et des
autres ruminants. Depuis cette découverte, le Canada a réussi à
faire rouvrir certaines frontières aux bovins vivants et a donner
un accès restreint au boeuf dans d'autres marchés; toutefois, l'accès
aux divers marchés demeure encore un problème. En 2003, le plus gros
marché de notre secteur, les Etats-Unis, a rouvert ses frontières à
la viande provenant d'animaux plus jeunes, mais ce marché reste
encore fermé aux bovins et aux autres ruminants vivants, ainsi
qu'aux produits carnés provenant d'animaux âgés de plus de trente
mois.

Le 10 septembre 2004, le gouvernement du Canada a annoncé la mise en
place de la Stratégie pour repositionner l'industrie canadienne des
animaux d'élevage pour aider cette industrie à se repositionner de
façon à assurer sa viabilité à long terme. Le gouvernement a
également annoncé un investissement maximum de 488 millions de
dollars visant à faire rouvrir les frontières et à réduire la
dépendance de l'industrie sur les exportations d'animaux vivants en
prenant des mesures pour développer la capacité de transformation du
Canada et pour créer une nouvelle demande de produits à valeur
ajoutée. Le gouvernement du Canada s'engage à examiner et à ajuster
cette stratégie au besoin. Ces nouvelles mesures découlent de cet
engagement.

Les mesures immédiates annoncées aujourd'hui relativement à cette
stratégie visent à remédier aux pressions importantes qui entravent
la capacité de l'industrie de se transformer et d'atteindre une
rentabilité durable. Les fonds affectés à ces mesures visent les
trois principales activités suivantes :

- maximiser les débouchés commerciaux;
- restructurer l'industrie des ruminants;
- restructurer le secteur de la transformation.

Restructurer le secteur de la transformation

On utilisera les fonds pour accroître la capacité de transformation
de la viande provenant des bovins et des autres ruminants. On vise
à augmenter la capacité d'abattage en vue de transformer la totalité
de la production canadienne à long terme tout en assurant la
rentabilité du processus. Voici quelques points saillants de cette
restructuration :


- apporter des modifications et affecter des fonds supplémentaires
au Programme de réserve pour pertes sur prêts afin d'encourager
l'investissement dans les établissements de transformation,
notamment ceux visant les animaux plus âgés et les ruminants,
ou de soutenir les investissements fait dans les nouvelles
technologies;
- prolonger le programme jusqu'au 31 décembre 2007;
- accroître jusqu'à 60 p. 100 la couverture des projets visant
des activités clés, comme l'augmentation de l'abattage des
animaux plus vieux ou qui appartiennent aux producteurs;
- accorder une aide pour assumer les coûts liés à la préparation
des travaux, comme des études de faisabilité, en vue d'assurer
la viabilité des nouveaux projets.
- assurer la conversion des abattoirs sous inspection provinciale
en abattoirs sous inspection fédérale;
- faciliter la mise en oeuvre des nouvelles technologies.


Restructurer l'industrie des ruminants

Cette partie du plan vise à aider l'industrie à gérer les problèmes
et les pressions qui affectent constamment l'industrie des ruminants
afin qu'elle puisse mieux répondre aux nouveaux débouchés :

- au besoin, prolonger jusqu'à la fin de l'exercice 2005-2006 le
Programme de retrait des bovins gras pour stabiliser le marché des
bovins;
- offrir des contributions aux provinces qui ont choisi d'offrir
le Programme de gestion des animaux âgés dans le cadre de la
Stratégie de repositionnement, ou qui proposent un programme de
rechange dont l'objectif est le même;
- aider les associations de producteurs, qui maintiennent des
relevés sur le rendement et qui enregistrent les animaux
reproducteurs, à aider l'industrie à veiller à ce qu'elle soit
bien positionnée pour saisir les débouchés à mesure que les
marchés rouvrent leurs frontières.

Saisir des débouchés

En plus de l'appui accordé aux activités personnalisées de recherche
et de mise en marché du Fonds spécial de la Canadian Cattlemen's
Association, annoncé le 10 mars 2005, ces mesures offrent ce qui
suit :

- une aide à la mise en marché qui permettra d'accroître les ventes
à l'échelle internationale de bovins de race et de matériel
génétique canadiens;
- le développement de débouchés commerciaux pour l'industrie des
autres ruminants, comme les wapitis, les moutons, les chèvres et
les chevreuils.

Maximiser les débouchés

Le plan permettra de mettre en oeuvre une campagne agressive visant à
regagner l'accès aux anciens marchés et à faciliter l'accès à de
nouveaux marchés. Les activités prévues dans cette partie
comprennent ce qui suit :

Garantir l'accès aux marchés

- accroître les activités de défense des intérêts commerciaux
et soutenir le mandat légal des mesures juridiques liées à l'ESB
prises par le gouvernement du Canada.


Renseignements

  • Agriculture et Agroalimentaire Canada
    Relations avec les médias
    (613) 759-7972 / 1-866-345-7972
    ou
    Agence canadienne d'inspection des aliments
    Relations avec les médias
    (613) 228-6682
    ou
    Cabinet du ministre Mitchell
    Elizabeth Whiting
    (613) 759-1059