Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

17 mai 2005 13h40 HE

Adoptez le Budget, presse Georgetti

Les priorités de la population avant les priorités des partis, réclame le chef syndical Attention: Affectateur, Rédacteur financier , Directeur général et de l'information, Rédacteur à l'international, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA--(CCNMatthews - 17 mai 2005) - Selon le président du Congrès du travail du Canada, le nouveau budget importe beaucoup trop à la population travailleuse du pays pour tomber victime des politicailleries qui se jouent cette semaine à Ottawa.

Ken Georgetti, qui préside la plus grande centrale syndicale canadienne, met en garde les politiciens tentés de placer la politique partisane avant les intérêts de la population et des familles canadiennes de bien réfléchir avant de provoquer des élections hâtives.

« Les députés conservateurs et bloquistes qui représentent de grandes circonscriptions à majorité travailleuse devraient y penser à deux fois avant de défaire le nouveau budget, simplement parce que leur parti croit pouvoir remporter une poignée de sièges de plus. À placer la politique avant la vie des gens et à vouloir remporter de petits votes au Parlement, on pourrait bien perdre l'élection dans son comté », prévient M. Georgetti.

La défaite du nouveau budget signifierait à coup sûr le gaspillage de tout un Parlement et de toute une année de travail sur les priorités des familles travailleuses. Les municipalités seraient grandement perturbées, elles qui comptent sur l'argent du fédéral pour remettre en état leurs infrastructures qui tombent en ruines. Il leur faudrait retarder les projets ou hausser les taxes pour compenser la perte du financement fédéral. Les familles travailleuses qui ont si hâte d'avoir accès à des services de garde abordables seraient grandement déçues. Pendant encore un an, les pensions seraient menacées par les faillites d'entreprises.

« Une hausse des impôts fonciers, des pertes d'emploi en raison du retard dans les mises en chantier de logements abordables et la rénovation des infrastructures, la perte des services de garde abordables et de la réduction des frais de scolarité, une autre année d'inaction sur nos promesses de Kyoto et les pensions toujours menacées… tout ça parce qu'un ou deux partis décident que c'est le temps de défoncer? Quel énorme prix à payer », de commenter Ken Georgetti.

Au nombre des initiatives appuyées par le mouvement syndical que la chute du gouvernement cette semaine mettrait en péril, mentionnons : les réformes longtemps attendues à l'assurance-emploi, des investissements dans la formation et l'alphabétisation en milieu de travail, la modernisation du Code canadien du travail et un investissement historique dans une stratégie nationale de lutte au racisme.

Le Congrès du travail du Canada éprouve bien sûr une grande frustration de voir tomber à l'eau une année complète de travail acharné pour faire avancer ses priorités. Mais ce n'est rien, de commenter M. Georgetti, en comparaison de l'énorme gâchis que cela va représenter dans la vie des gens qui devaient en bénéficier.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 137 conseils du travail régionaux. Site web : www.clc-ctc.ca /Renseignements: Jeff Atkinson, 613-526-7425 ou 613-863-1413/ IN: ÉCONOMIE, FINANCE, TRAVAIL, POLITIQUE, SOCIAL

Renseignements

  • Jeff Atkinson, Représentant national, Service des Communications, Congrès du travail du Canada
    Numéro de téléphone: 613-526-7431
    Numéro de téléphone secondaire: 613-878-6040
    Courriel: communications@clc-ctc.ca