Afri-Can, Société de minéraux marins
TSX CROISSANCE : AFA
FRANKFURT : AJF

Afri-Can, Société de minéraux marins

21 avr. 2008 10h22 HE

Afri-Can annonce un nouveau rapport 43-101 et estime un potentiel diamantifère sur le Bloc J en Namibie

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 21 avril 2008) - Afri-Can, Société de minéraux marins ("Afri-Can") (TSX CROISSANCE:AFA)(FRANCFORT:AJF), annonce que Delmar Geoservices Ltd. a complété son analyse et interprétation du programme Phase 2 de géophysique et échantillonnage par vibro-foreuse. Le rapport technique intitulé "The Geological History of EPL 2499 (Block J), Offshore, Republic of Namibia, with special reference to diamond minéralisation". Le rapport produit en accord avec les provisions de la norme Instrument National 43-101 est disponible sur le site web de SEDAR au www.sedar.com. Le Bloc J est une licence d'exploration (EPL) émise par le Ministère des Mines et Energie du Gouvernement de la République de Namibie. Afri-Can détient 70% de la licence et en est l'opérateur. Le Bloc J n'est assujetti à aucune royauté, aucun droit de rachat, paiements, autres charges ou ententes. Des cartes sont disponibles aux adresses suivantes :

http://media3.marketwire.com/docs/Map%20141.pdf

http://media3.marketwire.com/docs/Map2pdf.pdf

Le rapport technique de Delmar Geoservices Ltd est basé sur les données à haute résolution du programme de géophysique et échantillonnage par vibro-foreuse mené en octobre et novembre 2006 et recommande un programme d'échantillonnage en vrac. Les faits saillants du rapport sont les suivants:

- Les travaux de géophysique et de vibro-foreuse de 2006 et leur analyse et interprétation subséquente ont permis d'améliorer substantiellement notre compréhension de l'histoire géologique du Bloc J. Ce qui permet une plus grande confiance dans le ciblage de formations sédimentaires.

- Il est maintenant évident qu'un système de drainage majeur provenant du continent et se terminant dans le Bloc J était existant à l'ère tertiaire. Ce système a fourni un conduit pour les diamants libérés de formations tertiaires à de plus hauts niveaux et qui furent transportés directement dans le Bloc J.

- Au cours de la dernière baisse maximale du niveau de la mer, pendant une période glacière, les sédiments les plus âgés furent érodés et la formation colluviale / terrestre fut déposée. Aux endroits où la formation colluviale / terrestre se retrouve voisine d'affleurements diamantifères plus âgés, tels que des unités de base du Miocène, ladite formation est fortement diamantifère.

- Au cours de la dernière remontée du niveau de la mer à partir de son bas maximum de la dernière période glaciaire, soit - 127 mètres sous le niveau actuel de la mer, Il y avait dans les environs du Bloc J des périodes d'accalmies pour au moins 900 ans chacune à - 123 mètres, -112 mètres et -105 mètres. Durant ces périodes, des diamants furent transportés le long des côtes et furent concentrés dans des endroits où les conditions étaient favorables. Des gîtes de graviers considérables provenant de ces périodes se retrouvent dans le Bloc J.

- La carte 14 démontre les cibles actuelles d'échantillonnage dans le Bloc J. Les affleure-ments du Miocène et les formations colluviales / terrestres voisines forment une bande presque continue du sud au nord de la propriété. Les programmes d'échantillonnages précédents ont démontré que ces formations contiennent des diamants et ensembles elles forment une cible majeure pour un échantillonnage quantitatif.

- La superficie totale des affleurements de base du Miocène et des formations colluviales / terrestres, couvrent approximativement 12,3 kilomètres carrés, soit légèrement plus que l'estimation précédente de 11,5 kilomètres carrés (voir le rapport technique intitulé "Phase 2 Sampling in Feature 8, EPL 2499, Offshore, Republic of Namibia", tel que rapporté dans un communiqué de presse d'Afri-Can daté du 31 janvier, 2007, qui estimaint un potentiel minéral variant entre 0,6 millions and 1,6 millions de carats). La teneur moyenne des échantillons de la zone cible était de 0,053 carats par mètres carrés et la moyenne des 20% meilleurs échantillons (utilisé pour compenser la performance inadéquate de l'outil d 'échantillonnage) était de 0,146 carats par mètres carrés. En appliquant ces données pour la zone cible totale, il est estimé que le potentiel minéral varie de 0,7 millions à 1,8 millions de carats.

- La balance des zones cibles du Bloc J n 'ont pas encore été estimé pour cause d'échantillonnage inadéquat. Ces zones sont principalement formées de formations colluviales / terrestres, de boues du Pléistocènes et de sédiments de vallées dans les caractéristiques 6, 8, 19 et 17 (voir carte 4). La phase 1 d'échantillonnage a démontré qu'elles contiennent des diamants. Leur superficie totale est d'approximativement 15,3 kilomètres carrés.

Un échantillonnage en vrac sera conduit en 2008. Le MV DP Sampler est sous contrat avec International Mining Dredging and Holding Ltd (IMDH) pour la conduite des travaux. La conversion du vaisseau d'échantillonnage approche de l'achèvement au chantier naval "JSML Shipyard" à Singapoure. La première phase d'échantillonnage en vrac sera principalement concentrée sur les caractéristiques 6, 8 et 17 et permettra d'extraire jusqu'à 400 échantillons de 10 mètres carrés sur des grilles de 200 x 200 mètres. Le but du programme 2008 est de délimiter une ressource diamantifère en accord avec l'Instrument National 43-101.

Les énoncés de quantités potentielles sont de nature conceptuelle. Il n'y a pas eu suffisamment d'exploration pour définir une ressource minérale et il est incertain que de plus amples travaux d'exploration résulteront en une ressource minérale sur la zone décrite.

M. Richard W. Foster est responsable du rapport de Delmar Geoservices Ltd. Et est la Personne Qualifiée désignée. M. Foster a 43 d'expérience post-graduation en exploration, géologie et ce plus spécifiquement en diamants marins. Son expérience inclue la géophysique marine, l'exploration et échantillonnage marin, l'échantillonnage et estimation de ressources et la gestion de ressources. Il est enregistré en tant que "Professional Natural Scientist" auprès de "South African Council for Natural Sciences Professions" (SACNASP) et rencontre les exigences d'une Personne Qualifiée selon les termes de la norme 43-101. Delmar Geoservices Ltd. a approuvé les références au rapport de Delmar Geoservices Ltd. et l'information qui en est dérivé dans ce communiqué et ce dans la forme et le contexte tel qu'elle y apparaît.

Afri-Can est une entreprise canadienne active dans l'acquisition, l'exploration et le développement de propriétés minérales importantes en Namibie. Notre approche scientifique et créative cible les importants gîtes de diamants marins sur des territoires inexplorés et prometteurs.

La Bourse Canadienne de Croissance (TSX) n'accepte aucune responsabilité concernant la véracité ou l'exactitude de ce communiqué.

Ce communiqué de presse contient des "énoncés prospectifs", tel qu'identifiés dans les dépôts réguliers d'Afri-Can auprès des autorités réglementaires canadiennes, qui comprennent certains risques et incertitudes. Il n'y a aucune garantie que ces énoncés s'avéreront exacts, et les résultats réels ainsi que les événements futurs pourraient varier de façon importante et différer de ceux anticipés dans ces énoncés.

Actions émises: 146,367,644

Renseignements

  • Afri-Can, Société de minéraux marins
    Pierre Léveillé
    Président et Chef de la Direction
    514-846-2133
    514-846-1435 (FAX)
    ou
    Bernard J. Tourillon
    Vice-Président Exécutif et Chef de la Direction Financière
    514-846-2133
    514-846-1435 (FAX)
    info@afri-can.com
    www.afri-can.com