AGENCE CANADIENNE D'INSPECTION DES ALIMENTS

AGENCE CANADIENNE D'INSPECTION DES ALIMENTS

20 nov. 2005 13h46 HE

Agence canadienne d'inspection des aliments : Le virus détecté chez un canard en Colombie-Britannique confirmé comme une souche nord-américaine faiblement pathogène

ABBOTSFORD, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(CCNMatthews - 20 nov. 2005) - L'agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a annoncé aujourd'hui que le virus de l'influenza aviaire détecté chez un canard domestique d'un élevage de la Colombie-Britannique a été confirmé comme étant un sous-type H5 nord-américain faiblement pathogène. Ce virus diffère de la souche H7N3 qui a été détectée lors de la flambée d'influenza aviaire à Abbotsford en 2004.

Des tests ont été effectués à titre prioritaire au Centre national des maladies animales exotiques (CNMAE) de Winnipeg. La confirmation signifie que ce sous-type particulier du virus ne causerait, dans le pire des cas, qu'une maladie peu grave chez les oiseaux exposés. Elle signifie également que le sous-type en question n'est pas la souche qui circule actuellement en Asie et qu'il a déjà été observé en Amérique du Nord. Il n'y a aucune nouvelle menace pour la santé humaine.

A la suite de cette découverte, l'ACIA applique des mesures de prévention et de précaution pour limiter et empêcher la propagation du virus à d'autres élevages commerciaux. Des préparatifs sont en cours pour abattre tous les oiseaux de l'élevage de référence d'où provenait le canard infecté. Les mesures prises par l'ACIA sont conformes aux recommandations dont ont convenu les gouvernements et l'industrie après la flambée de maladie d'Abbotsford en 2004, ainsi qu'aux lignes directrices de l'Organisation mondiale de la santé animale.

On exerce actuellement une surveillance de la santé des oiseaux domestiques dans la région immédiate, notamment en analysant des échantillons provenant d'un certain nombre d'exploitations qui ont pu être exposées aux oiseaux de l'élevage de référence. En outre, tous les établissements commerciaux dans un rayon de cinq kilomètres de cet élevage font l'objet d'une inspection pour la détection de tout signe de maladie.

Les analyses du CNMAE visent à déterminer s'il y a un lien entre le canard infecté et le virus de l'influenza aviaire détecté chez des oiseaux migratoires au cours de la récente enquête sur les oiseaux sauvages. Bien qu'il ne soit peut-être pas possible de cerner la source d'infection avec certitude, la présence constante de l'influenza aviaire chez les oiseaux sauvages fait qu'il est très important de continuer d'appliquer des mesures rigoureuses de biosécurité dans toutes les exploitations d'élevage d'oiseaux domestiques.

Renseignements

  • Agence canadienne d'inspection des aliments
    Relations avec les médias
    (613) 228-6682
    ou
    Liz Bicknell
    British Columbia
    (250) 356-2862