AGENCE CANADIENNE D'INSPECTION DES ALIMENTS

AGENCE CANADIENNE D'INSPECTION DES ALIMENTS

23 janv. 2006 11h55 HE

Agence canadienne d'inspection des aliments : Un cas d'ESB détecté en Alberta

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 23 jan. 2006) - L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a confirmé aujourd'hui qu'une vache hybride d'environ six ans, née et élevée en Alberta, est atteinte de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). Aucune partie de l'animal n'a été introduite dans la chaîne alimentaire humaine ou animale.

Cette découverte, qui n'est pas inattendue, a été réalisée dans le cadre du programme national de surveillance du Canada, qui cible les bovins qui risquent le plus d'être infectés par l'ESB. Le programme a permis de tester plus de 87 000 animaux depuis la découverte du premier cas d'ESB au Canada, en 2003.

Les renseignements concernant l'emplacement géographique et l'âge de l'animal sont compatibles avec à ceux touchant les trois cas canadiens antérieurement détectés dans le cadre du programme national de surveillance de l'ESB et correspondent aux connaissances actuelles sur l'ESB au Canada. L'apparition en grappe de ces cas est examinée dans un rapport d'épidémiologie intitulé Contexte descriptif de l'évaluation par le Canada des cas d'ESB détectés entre 2003 et 2005 en Amérique du Nord (Partie II), qui peut être consulté sur le site Web de l'ACIA.

La salubrité des aliments demeure protégée par le retrait des matières à risque spécifié (MRS) de tous les bovins abattus à des fins de consommation humaine au Canada. Les MRS sont les tissus qui, chez les bovins infectés, contiennent l'agent infectieux de l'ESB. Cette mesure est reconnue à l'échelle internationale comme la plus efficace qui puisse être prise pour protéger la santé publique contre l'ESB.

L'ACIA, en collaboration avec le producteur et la province de l'Alberta, a lancé une enquête approfondie sur le régime d'alimentation et les pratiques d'entreposage employées à la ferme ainsi que sur la production et la source des aliments pour le bétail sur la ferme. Conformément aux normes internationales, l'ACIA procédera à l'identification des bovins qui sont nés sur la ferme dans les 12 mois avant et après l'animal malade. En outre, l'Agence identifiera les descendants de l'animal affecté nés au cours des deux dernières années. Tous les animaux vivants qui font partie de ces deux groupes seront mis en quarantaine et testés.

Il est impossible de tirer des conclusions définitives sur la source d'infectiosité avant la fin de l'enquête; toutefois, il est probable que la source d'infectiosité est la nourriture du bétail contaminée. Ce scénario reflète l'expérience antérieure du Canada et celle de la communauté internationale. Bien que la première preuve de la présence de l'ESB dans le cheptel canadien remonte à mai 2003 et que l'animal que l'on vient de trouver ait probablement été infecté avant ce moment-là, ce nouveau cas montre la nécessité pour le Canada de continuer à améliorer son actuelle interdiction touchant les aliments du bétail. En décembre 2004, une demande officielle de commentaires sur l'ébauche de la réglementation a été faite par l'intermédiaire de la Gazette du Canada. Cette ébauche fait l'objet de longues consultations avec les provinces et l'industrie. L'ACIA a terminé son analyse, et elle est prête à fournir des avis au gouvernement en ce qui concerne les prochaines étapes.

Le Canada a mis en oeuvre un ensemble de mesures de protection contre l'ESB qui, ensemble, visent à systématiquement limiter les risques pour la santé animale et la santé publique associés à l'ESB. Parmi ces mesures figurent les mesures de contrôle à l'importation, la surveillance du cheptel bovin national et l'élimination des tissus potentiellement nocifs de tous les animaux abattus à des fins de consommation humaine. D'une importance capitale sur le plan de la santé des animaux est l'interdiction du Canada touchant les aliments du bétail, qui vise à limiter la propagation de l'ESB et à éradiquer la maladie dans le futur. L'analyse des enquêtes antérieures du Canada et les résultats de surveillance obtenus jusqu'à maintenant continuent d'indiquer que l'interdiction canadienne touchant les aliments du bétail fonctionne, c'est-à-dire qu'elle réduit efficacement les risques d'ESB pour la santé animale grâce à une stratégie rigoureuse de conformité et d'application de la réglementation. Nos expériences liées à l'interdiction touchant les aliments du bétail et à la découverte de cas d'infection chez des bovins nés après la mise en oeuvre de cette interdiction correspondent à celles vécues par d'autres pays.

Ce nouveau cas détecté reflète une faible prévalence de la maladie et n'indique aucunement un risque accru d'ESB au Canada. D'après les directives et les recommandations de certification de l'Organisation mondiale de la santé animale, cette découverte ne devrait pas affecter la capacité du Canada d'exporter des animaux vivants, du boeuf et des produits du boeuf. Par ailleurs, le Canada a informé ses principaux partenaires commerciaux, dont les Etats-Unis, du nouveau cas d'ESB. Depuis mai 2003, le Canada a clairement énoncé la possibilité de trouver quelques autres cas d'ESB. Le dialogue international se poursuivra, alors que les autorités canadiennes collaboreront étroitement avec leurs homologues étrangers en vue d'assurer l'échange ouvert et opportun de l'information (faits et données scientifiques).

A mesure que l'enquête progressera, l'ACIA fournira aux Canadiens des mises à jour régulières. Les renseignements seront affichés sur le site Web de l'ACIA dès qu'ils seront disponibles.

Les fiches d'information sont disponibles sur le site de CCNMatthews à l'adresse suivante : http://www.ccnmatthews.com/docs/FoodBSE_FR.pdf

Renseignements

  • Agence canadienne d'inspection des aliments
    Relations avec les médias
    (613) 228-6682