CONSEIL EN EDUCATION DES PREMIERES NATIONS

26 nov. 2009 15h34 HE

Aide aux étudiants autochtones: l'idéologie conservatrice tue le développement des jeunes autochtones

WENDAKE, QC, le 26 nov. - "L'idéologie du parti conservateur pousse le gouvernement fédéral à couper dans l'aide aux jeunes autochtones qui désirent faire des études postsecondaires", dénonce le Chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard, ayant appris que le gouvernement Harper allait modifier en catimini le programme d'aide financière pour les étudiants autochtones.

L'APNQL et le Conseil en Éducation des Premières Nations (CEPN) sont particulièrement outrés de l'attitude du gouvernement qui a décidé de modifier les critères du programme sans consulter les groupes autochtones. "Cette position est en complètement contraire au récent rapport du Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Grand Nord", ajoute le Chef Picard. Ce rapport (produit en 2007) recommande non seulement de conserver le programme actuel, mais de l'enrichir en l'indexant pour tenir compte de l'augmentation de la population étudiante et du coût de la vie. "Le gouvernement préfère faire de la démagogie en laissant entendre que la baisse du nombre d'étudiants recevant du soutien serait attribuable à la gestion du programme. Pourtant, il est clair que ce programme a été un franc succès puisqu'il a entraîné une forte augmentation du nombre de diplômés et que la baisse du nombre d'étudiants recevant du soutien est due à sa non-indexation, comme l'a noté le rapport", indique Raymond Sioui, directeur adjoint du CEPN.

C'est par un communiqué de presse paru le 20 novembre sous le titre "Les conservateurs de Stephen Harper modifient en catimini le financement des étudiants" et citant la députée Jean Crowder, porte-parole du NPD sur les questions autochtones, que l'APNQL et le CEPN ont appris que le gouvernement avait retenu les services d'une entreprise pour proposer une liste d'options dans le cadre de la révision du Programme d'enseignement postsecondaire.

Cela confirme ce que dénonçait déjà le CEPN depuis plusieurs mois, à savoir que les conservateurs agissent unilatéralement, malgré un engagement du gouvernement fédéral de ne plus jamais faire de politiques concernant les Premières Nations sans leur participation et malgré l'insistance du CEPN pour participer à la révision en cours du programme. "En agissant ainsi, il est clair que les conservateurs démontrent qu'ils n'entendent aucunement honorer les engagements de l'institution qu'ils représentent, mais plutôt faire primer une idéologie de parti. On reconnaît également cette tendance dans la façon dont ils traitent la question du réchauffement climatique et dans leur refus de signer la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Cette idéologie semble faire bien peu de cas des droits de nos Premières Nations", a déclaré Ghislain Picard.

La réalité est que, pour des raisons idéologiques, les conservateurs remettent en cause un programme qui a fait ses preuves. "Nous avions là un programme qui peut contribuer à éliminer l'écart qui persiste sur les plans de l'éducation et des conditions socioéconomiques entre les Premières Nations et la population canadienne. Voilà que cela est compromis. C'est un sérieux manquement qui déshonore le Canada", a conclu le Chef de l'APNQL, Ghislain Picard.

Renseignements

  • Raymond Sioui, (418) 842-7672