Québecor inc.
TSX : QBR.A
TSX : QBR.B

Québecor inc.

09 sept. 2014 12h18 HE

Allocution de Pierre Dion à l'audience Parlons télé du CRTC : Pour un allègement du fardeau réglementaire et l'octroi d'une plus grande flexibilité

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 9 sept. 2014) - Dans son allocution prononcée aujourd'hui à l'audience publique Parlons télé, tenue par le CRTC dans le cadre d'une vaste consultation sur l'avenir de notre système canadien de télévision, monsieur Pierre Dion, président et chef de la direction de Québecor (TSX:QBR.A)(TSX:QBR.B), a rappelé l'importance d'alléger rapidement le fardeau réglementaire des entreprises de radiodiffusion canadiennes et de leur octroyer le plus de flexibilité possible.

Monsieur Dion a d'abord souligné que Québecor soutient cette position afin de contrer, entre autres, la pression accrue qu'exercent les services étrangers de programmation par contournement (« les services OTT étrangers ») sur les joueurs traditionnels canadiens. « Alors que les entreprises canadiennes traditionnelles sont assujetties à une longue série de contraintes réglementaires, les services OTT étrangers sont quant à eux complètement exemptés de toute réglementation », a-t-il déclaré. « Afin de pouvoir concurrencer à armes égales avec les services OTT étrangers, nous avons plus que jamais besoin que le Conseil nous laisse opérer de manière la plus flexible possible afin de nous permettre de répondre aux demandes de nos clients et téléspectateurs. À l'issue de la présente instance, si le Conseil ne réagit pas assez rapidement, un service comme Netflix sera, dans un avenir rapproché, non seulement un des plus importants télédistributeurs, mais également un des plus importants télédiffuseurs au Canada », a ainsi affirmé monsieur Pierre Dion.

Se prononçant également sur divers aspects relatifs au choix et à la disponibilité de la programmation, monsieur Dion a premièrement réitéré le besoin de flexibilité et de marge de manœuvre que doivent avoir les distributeurs canadiens : « Le Conseil ne devrait réglementer ni la composition du service de base, ni son prix, ni la taille des forfaits, s'il souhaite vraiment que les distributeurs offrent une plus grande souplesse et davantage de choix aux consommateurs ».

Au sujet du modèle sur mesure, il a fait remarquer que Vidéotron avait été pionnière des offres sur mesure, offres qu'elle a d'ailleurs proposées à ses clients sans qu'aucune réglementation ne l'y oblige. Exprimant les difficultés qu'engendrerait toute réglementation, monsieur Dion de poursuivre en disant : « Le modèle du sur mesure comporte un équilibre commercial très fragile. Afin qu'il soit rentable, autant pour les distributeurs que pour les diffuseurs, il est important que l'impact qui en résulte soit partagé de façon équilibrée entre les parties ». En d'autres mots, si les clients ont le choix et qu'une chaîne s'avère être moins en demande, il serait illogique et injuste que le télédistributeur soit le seul à en faire les frais.

Pour promouvoir la diversité de la programmation et inciter les services canadiens existants à faire preuve d'innovation et à devenir plus concurrentiels, monsieur Dion a également déclaré : « Il est nécessaire d'abolir l'exclusivité des genres des chaînes et la distribution obligatoire qui s'y rattache ».

Prenant exemple sur deux services parmi les plus innovateurs de Vidéotron, soit illico sur demande et Club illico, il a tenu à ajouter : « Afin de maximiser et de bonifier leur offre de contenu, les services de vidéo sur demande ne devraient plus être assujettis à l'interdiction de faire concurrence directement aux services de genre protégé, comme Super Écran, ni être prohibés d'offrir du contenu exclusif, un langage réglementaire que les services OTT étrangers ne connaissent même pas ».

Fortement en faveur de la déréglementation des entreprises de radiodiffusion canadiennes, monsieur Pierre Dion a conclu en prononçant ces mots : « Apprenons de la leçon tirée de l'industrie de la musique et accélérons la déréglementation des entreprises de radiodiffusion canadiennes afin d'empêcher que ne disparaisse notre système de radiodiffusion. Les consommateurs seraient les premiers à en faire les frais alors que les services OTT étrangers en seraient les grands gagnants! »

À propos de Québecor

Chef de file canadien des télécommunications, des médias d'information, du divertissement et de la culture, Québecor est l'une des entreprises de communication intégrée les plus performantes de l'industrie. Portées par la volonté de faire vivre la meilleure expérience qui soit à ses clients, toutes les filiales et marques de Québecor se distinguent par une offre de produits et services de qualité, multiplateformes et convergents.

Québecor (TSX:QBR.A)(TSX:QBR.B), dont le siège social est solidement implanté au Québec, détient une participation de 75,36 % dans Québecor Média, laquelle emploie plus de 15 000 personnes au Canada.

Entreprise familiale fondée en 1950, Québecor a à cœur de s'impliquer activement dans sa communauté. Chaque année, elle s'investit auprès des gens qui œuvrent au sein de plus de 400 organismes dans les domaines aussi essentiels que sont la culture, la santé, l'éducation, l'environnement et l'entrepreneuriat.

Visitez notre site Internet : www.quebecor.com

Suivez-nous sur Twitter : www.twitter.com/QuebecorMedia

Renseignements