Agriculture et Agroalimentaire Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada

27 sept. 2005 14h38 HE

Améliorer le PCSRA Par l'honorable Andy Mitchell, c.p., député Ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 27 sept. 2005) - Le Programme canadien de stabilisation du revenu agricole (PCSRA) est l'un des deux principaux programmes agricoles fédéraux-provinciaux-territoriaux qui visent à aider les agriculteurs à protéger leur revenu. Au même titre que l'assurance-production, le PCSRA offre une aide importante aux producteurs. Jusqu'ici, plus de 2,1 milliards de dollars ont été versés dans le cadre du programme. Signe de son succès, environ 150 000 producteurs y ont adhéré pour la campagne 2005. En participant au PCSRA, ils protègent des marges de référence d'une valeur de $10.6 milliards de dollars.

Bien que le PCSRA ait offert une aide importante aux producteurs, il est évident qu'on peut améliorer la conception et la mise en oeuvre du programme dans certains domaines. L'amélioration du PCSRA a été une question importante pour les ministres de l'agriculture fédéral et provinciaux lors de réunions récentes, et il en a découlé un certain nombre de modifications importantes au programme.

La participation et les conseils des producteurs et des organisations nous ont été d'une aide précieuse pour modifier le programme. Le Comité national du PCSRA, créé en avril 2005, recueille officiellement les avis des producteurs dans le cadre de discussions au sujet de la conception et de la mise en oeuvre du programme. Le Comité, qui s'est révélé très efficace, est composé de 22 représentants des producteurs et de 15 fonctionnaires des deux ordres de gouvernement. Les producteurs ont également participé aux modifications au programme dans le cadre de comités consultatifs national et provinciaux.

Les modifications apportées au PCSRA ont débuté au printemps 2004. Elles comprennent notamment la couverture des marges négatives, le relèvement du plafond de paiement et la diminution du montant du dépôt exigé. Les producteurs enregistrent des marges négatives lorsque leurs dépenses admissibles sont supérieures à leurs revenus admissibles au titre du programme. De nombreux producteurs de bovins se sont retrouvés dans cette situation lorsque la frontière a été fermée en raison de la crise de l'ESB. Par ailleurs, le plafond de paiement du programme a été porté de 975 000 $ à 3 millions de dollars pour refléter le changement de la taille des exploitations agricoles ces dernières années.

En outre, les délais relatifs au PCSRA en 2003 et 2004 ont été prolongés afin que les producteurs aient assez de temps pour prendre connaissance du nouveau programme et prendre les mesures nécessaires pour y adhérer.

En juillet, les ministres de l'agriculture ont répondu aux préoccupations au sujet du dépôt exigé pour participer au programme en acceptant en principe de l'éliminer et de le remplacer par des droits. Cette mesure répond aux préoccupations des producteurs au sujet du coût abordable et de l'immobilisation du fonds de roulement. Entre temps, le programme a été modifié afin que les producteurs puissent retirer tous les fonds de leur compte PCSRA. Cette mesure a permis des flux de trésorerie importants pour les producteurs, qui avaient environ 603 millions de dollars dans leurs comptes.

En plus du remplacement du dépôt par des droits, un certain nombre d'autres modifications sont actuellement en cours de discussion et d'analyse. On discute actuellement de paiements anticipés ciblés qui donneraient plus rapidement de l'argent aux producteurs dans une région qui subit une catastrophe ayant des répercussions sur le revenu agricole. On discute aussi d'améliorations à la couverture des marges négatives, des marges de référence et de la manière dont les stocks sont évalués dans le cadre du programme. Il est important d'assurer un lien étroit entre le PCSRA et l'assurance-production. On discute des meilleurs mécanismes pour faire en sorte que ces programmes se complètent plutôt que de se concurrencer. Enfin, il est prioritaire de simplifier le programme et d'améliorer sa mise en oeuvre.

Il reste du travail à faire pour améliorer la conception et la mise en oeuvre du PCSRA, mais selon les résultats obtenus jusqu'ici et grâce à la collaboration actuelle entre les gouvernements et les producteurs, je garde bon espoir que le PCSRA demeurera un programme qui répond aux besoins des producteurs lorsque leurs revenus sont réduits par des événements indépendants de leur volonté.

Renseignements

  • Agriculture et Agroalimentaire Canada, Ottawa
    Relations avec les médias
    (613) 759-7972 ou 1-866-345-7972