Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

07 mai 2013 11h47 HE

Aucun compromis n'est acceptable en matière de sécurité des passagers

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 7 mai 2013) - En annonçant son intention de réduire le nombre d'agents de bord sur les avions gros porteurs, le gouvernement conservateur de Stephen Harper fait passer les profits des entreprises avant la sécurité des passagers, croient le président national du SCFP Paul Moist et le président de la Division du transport aérien du SCFP Michel Cournoyer.

« L'exemption du ratio d'un agent de bord pour 50 passagers accordé à WestJet le 6 mai est dangereux, a déclaré M. Moist. En plus, il n'est que la pointe de l'iceberg, car le gouvernement Harper est maintenant prêt à modifier les règlements pour toutes les compagnies aériennes et à risquer la sécurité de tous leurs passagers. »

« En plus de fournir d'excellents services aux passagers, les agents de bord sont des professionnels de la sécurité, a précisé Michel Cournoyer. À bord, ces femmes et ces hommes sont des pompiers, des policiers et des infirmiers. En situation d'urgence, tous les agents de bord jouent un rôle essentiel pour la sécurité des passagers. »

En 2006, le ministre fédéral des Transports de l'époque, Lawrence Cannon, avait décidé de maintenir le ratio agents de bord-passagers à 1 pour 40 pour les gros porteurs parce que, disait-il, « le gouvernement conservateur reconnaît l'importante contribution des agents de bord, surtout en cas d'évacuation d'urgence ». Hier, le gouvernement a accordé à WestJet une exemption du ratio 1 pour 40 et a souligné qu'il comptait modifier les règlements pour tous les transporteurs.

« S'il y a moins d'agents de bord, la sécurité en souffrira et le risque pour les passagers augmentera, en particulier depuis les attentats du 11 septembre 2001, a expliqué Paul Moist. Même le gouvernement Harper reconnaissait cette réalité. Pourquoi cette volte-face si dangereuse? À n'en pas douter, la réalité à bord en cas d'urgence n'a pourtant pas changé. »

« En août 2005, un avion Airbus d'Air France a dépassé la piste d'atterrissage à l'Aéroport Pearson pour finir sa course dans un ravin. L'appareil a pris feu. Ce jour-là, le ratio était d'un agent de bord par 25 passagers, soit un meilleur ratio que la norme internationale, et tous les passagers ont survécu, a souligné M. Cournoyer. Cet accident illustre le rôle essentiel joué par les agents de bord extrêmement bien formés, de même que la nécessité d'avoir un nombre suffisant de ces professionnels de la sécurité à bord. »

« Pour le gouvernement majoritaire de Stephen Harper, il semble maintenant que les profits des compagnies aériennes soient plus importants que le gros bon sens, a ajouté M. Moist. Les enjeux sont très élevés pour les passagers et le gouvernement fédéral ne doit pas agir unilatéralement. Nous lui demandons de tenir des consultations publiques, en espérant que la priorité de la sécurité sera reconnue. »

Le SCFP représente plus de 10 000 agents de bord au service d'Air Canada, Air Transat, Calm Air, Canadian North, Canjet, Cathay Pacific, First Air et Sun Wing.

Renseignements

  • Philippe Gagnon
    Conseiller aux communications, SCFP
    613-894-0146
    pgagnon@cupe.ca