Autisme Montréal

Autisme Montréal

29 janv. 2016 13h49 HE

Autisme Montréal : Sauvons les ressources résidentielles pour personnes autistes

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 29 jan. 2016) - Le gouvernement Libéral s'en prend encore aux personnes autistes lourdement handicapés et ayant des troubles graves du comportement hébergées dans des résidences intermédiaires au Québec. Depuis le 1er janvier 2016, les résidences intermédiaires accueillant ces personnes font face à des coupures dépassant même 30% de leurs rétributions, montants qui assuraient jadis une offre de service plus spécialisée afin de recevoir cette clientèle, qui nécessite des intervenants/responsables spécialisés pour prendre soins d'eux au quotidien.

Considérant que les montants que le gouvernement allouait étaient déjà irréalistes et insuffisants, ces coupures mettront les personnes autistes carrément en danger puisque les résidences ne pourront plus assurer leur sécurité physique, leur intégrité humaine et leur bien-être. Hélas, ces coupures gouvernementales vont par conséquent causer la fermeture de ces résidences et ouvrir de nouveau l'institutionnalisation des personnes autistes, à un coût exorbitant pour l'État québécois.

Avec ces coupures le gouvernement cherche à économiser de l'argent sur les dos des personnes autistes. Est-ce que le gouvernement réalise que cela coutera des centaines de million de dollars de plus annuellement pour les héberger dans des institutions? Qu'elle est la logique fiscale dans une telle décision? Qu'elle est la considération humaine pour ces personnes vulnérables et leurs familles? Qu'elle est la reconnaissance du travail des intervenants spécialisés travaillant dans ces résidences? La réponse est malheureusement - nulle. Du côté des personnes autistes elles-mêmes, la fermeture de leurs résidences causera sans aucun doute un débalancement aigu dans toutes les sphères de leur vie, augmentant ainsi les troubles de comportements et amenant une détérioration importante de leur qualité de vie et une régression imminente dans leur fonctionnement quotidien et leur intégration dans la société.

De plus, le gouvernement évite ce qui est de pleine évidence : aucun autre modèle d'hébergement n'existe actuellement pour ces personnes extrêmement vulnérables et fragiles.

Les familles de personnes autistes hébergées dans ces résidences sont indignées et exigent le recul du gouvernement dans sa décision de couper les rétributions afin d'éviter la fermeture des résidences spécialisées en autisme et troubles graves du comportement.

Il est grand temps que le gouvernement révise les protocoles d'hébergement pour personnes autistes ayant des troubles graves de comportement en tenant compte de leurs réels besoins et assurant leur sécurité, bien-être et intégrité humaine, ainsi que celles des personnes qui en sont responsables.

Renseignements