Association des industries de l'automobile du Canada (AIA)

14 mai 2009 08h46 HE

Automobile : appui massif du droit à la réparation par le Parlement

Renvoi exceptionnel en comité du projet de loi C-273 émanant d’un député. Il reste encore beaucoup à faire.

Attention: Affectateur, Rédacteur à l'automobile, Rédacteur financier , Directeur général et de l'information OTTAWA, ONTARIO. COMMUNIQUÉ DE PRESSE--(Marketwire - 14 mai 2009) - L'Association des industries de l'automobile du Canada (AIA) annonce que la ferme volonté de réussir de l'AIA et de l'industrie du marché secondaire a donné lieu mercredi soir à un vote majoritaire en faveur du projet de loi C 273 (droit de réparer). En début de soirée mercredi (13 mai), les députés au Parlement ont voté massivement de renvoyer le projet de loi C 273 en comité : 247 pour, 18 contre.

Le projet de loi a été déposé par le député du NPD Brian Masse (Windsor Ouest) en vue d'assurer un marché ouvert et équitable pour toutes les entreprises de l'industrie de l'automobile. L'AIA a activement encouragé les Canadiens à s'adresser à leur député pour demander à tous les partis de soutenir les emplois et le choix du consommateur. En fin de compte, plus de 10 000 lettres de consommateurs et d'entreprises ont été transmises aux députés, démontrant l'admirable capacité qu'a l'industrie de se rallier au besoin. Les députés de chaque parti ont pu constater que la question se répercute vraiment sur tous les automobilistes.

Il est rare qu'un projet de loi émanant d'un député soit renvoyé en comité. Pendant les quatre dernières années, l'AIA a travaillé afin que les médias, les députés et les acteurs de l'industrie saisissent clairement les enjeux.

« Il s'agit d'une nouvelle extraordinaire pour les consommateurs et pour l'industrie au Canada, a déclaré Marc Brazeau, président de l'AIA Canada. L'adoption du projet de loi C 273 est vitale pour protéger les emplois de l'industrie de l'automobile du Canada et pour veiller à ce que les consommateurs disposent du droit de faire réparer leur véhicule à l'atelier de leur choix.

La semaine dernière, après des années de résistance, les constructeurs de véhicules ont signé une lettre d'intention en vue d'une entente volontaire, mais le Parlement a reconnu qu'il s'agissait d'une tactique de temporisation plutôt que d'une solution de rechange crédible. L'industrie doit mettre au point une solution permanente et universelle qui ne se limite pas à une promesse.

Bien qu'il reste encore beaucoup à faire à l'étape de l'étude par le comité, ce vote indique clairement que l'industrie du marché secondaire démontré au gouvernement qu'une solution légiférée constitue le seul mécanisme conférant une solution à long terme pour le secteur de l'entretien et de la réparation automobiles.

Lors de l'étude en comité, toute partie intéressée peut remettre en question le projet de loi ou demander des amendements. Le comité présentera un rapport au Parlement en septembre.

« Le choix devient encore plus critique lorsque les temps sont difficiles dans le secteur de l'automobile, affirme Brazeau. Le projet de loi C 273 garantit que les consommateurs continueront d'avoir rapidement accès aux services, tout en protégeant les emplois du marché secondaire. »

L'industrie du marché secondaire de l'automobile emploie quarante-cinq pour cent de toute l'industrie de l'automobile, c'est-à-dire plus de 410 000 travailleurs au Canada.

IN: AUTOMOBILE, POLITIQUE

Renseignements

  • Michelle Magee, Consultant principal, Xposure PR
    Numéro de téléphone: 416-471-2336
    Courriel: mmagee@rogers.com