Le Technopole - Defense et securite

30 mars 2005 15h51 HE

Avec une contribution fédérale de 750 000 $ : Les premiers jalons du Technopôle Défense et Sécurité sont maintenant posés


COMMUNIQUE TRANSMIS PAR CCNMatthews

POUR: LE TECHNOPOLE - DEFENSE ET SECURITE

LE 30 MARS 2005 - 15:51 ET

Avec une contribution fédérale de 750 000 $ : Les
premiers jalons du Technopôle Défense et Sécurité sont
maintenant posés

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 30 mars 2005) - L'honorable Jacques
Saada, ministre de Développement économique Canada et ministre
responsable de la Francophonie, annonce une contribution fédérale de 750
000 $ dans Technopôle - Défense et sécurité, un nouveau joueur dans le
domaine de l'innovation au Québec et au Canada.

C'est la nouvelle qu'a rendue publique aujourd'hui l'honorable Jacques
Saada, en présence des principaux intervenants dans le projet, soit le
président du conseil d'administration de Technopôle, M. Pierre Bélanger,
le directeur général de RDDC Valcartier, M. Denis Faubert et le
président-directeur général de POLE Québec Chaudière-Appalaches, M.
Paul-Arthur Huot.

L'origine de Technopôle - Défense et sécurité

Le Technopôle - Défense et sécurité a vu son concept défini par
Recherche et Développement pour la défense Canada - Valcartier (RDDC),
le plus vaste des six centres de R & D de la Défense nationale et un des
plus importants centres publics de R & D au Québec. POLE Québec
Chaudière-Appalaches a agi, pour sa part, en tant que promoteur et
coordonnateur de la mise en place du projet. Le Technopôle a été
officiellement incorporé en juin 2004.

Un tel Technopôle, axé sur la défense et la sécurité, vise le démarrage
d'une communauté d'intérêt qui a pour mission d'accroître le niveau
d'innovation en défense et sécurité par l'interaction de ses membres. En
phase de démarrage, 13 sociétés et institutions canadienne et
québécoise, parmi les plus importantes en défense et sécurité, en font
actuellement partie et s'impliquent de façon tangible, notamment
financièrement. L'objectif de recrutement a été fixé à 45 sociétés
commerciales et institutions d'ici deux ans.

Les entreprises canadiennes membres sont : SNC TEC, GDC, CGI, DMR, MDA,
Thalès, TELOPS, Gentec, ABB Solutions analytiques et les institutions
d'enseignement et centres de recherche, l'Université Laval, l'Institut
national d'optique (INO) et RDDC.

"L'innovation joue aujourd'hui un rôle essentiel dans le développement
de nos PME et de nos collectivités. Investir dans de nouvelles idées est
une ouverture sur l'économie du XXIe siècle. Le gouvernement du Canada
entend poursuivre et accroître ses partenariats avec les gens du milieu
afin de créer un environnement dynamique à la recherche et à
l'innovation. La participation de Développement économique Canada à
Technopôle - Défense et sécurité s'inscrit dans le cadre d'une
contribution financière, mais traduit également notre intérêt commun de
développer dans la région de Québec un créneau d'excellence à fort
potentiel", a déclaré l'honorable Jacques Saada.

Des retombées importantes et des effets concrets

Les retombées économiques directes et indirectes, en lien avec la mise
sur pied du Technopôle - Défense et sécurité, ont été évaluées à quelque
5 millions $. Cinq emplois seront créés en phase de démarrage, en plus
de plusieurs dizaines de millions de dollars de revenus de contrats pour
ses membres et de nombreux partenariats d'affaires avec le milieu
immédiat.

"La mise sur pied d'un tel Technopôle entraînera de nombreuses
activités, allant de la prospection d'occasions d'affaires,
principalement sur les marchés étrangers, à la promotion sur la scène
nationale et internationale et à l'organisation d'activités
d'information et de réseautage en faveur des PME innovantes. Parmi les
autres activités, le Technopôle pourrait aussi donner lieu à la
réalisation d'études stratégiques visant la création de nouveaux
regroupements R & D et permettre l'accès au Centre d'insertion
technologique de Technopôle afin de soutenir les transferts
technologiques entre les membres ", a indiqué le président du conseil
d'administration du Technopôle - Défense et sécurité, M. Pierre Bélanger.

Ce dernier a tenu à préciser que le projet vise à accroître le niveau
d'innovation en défense et sécurité par les sociétés commerciales ayant
ou se préparant à avoir des activités industrielles dans la région de
Québec Chaudière-Appalaches, mais également dans l'ensemble du Québec et
du Canada. Les activités du Technopôle devraient permettre d'accélérer
le transfert du savoir-faire diffusable de la défense, vers des
applications commerciales civiles et en sécurité. La commercialisation
de produits novateurs pour le marché civil est aussi envisagée
concrètement.

En lien avec la mission de RDDC Valcartier

Le Technopôle - Défense et sécurité a vu le jour grâce à l'initiative de
RDDC Valcartier. "Le rapprochement de l'agence R & D pour la défense
Canada avec les partenaires des secteurs public et privé, dans le but
d'accomplir la Stratégie d'investissement technologique au cour de notre
mission, la portée de la Stratégie d'innovation du gouvernement du
Canada et l'importance de la dimension "sécurité", sont autant de
raisons qui nous ont encouragé fortement à développer un tel concept", a
tenu à souligner le directeur général de RDDC Valcartier, M. Denis
Faubert.

De son côté, POLE Québec Chaudière-Appalaches, qui a agi comme promoteur
et coordonnateur du projet, a tenu à rappeler que la défense et la
sécurité constituaient l'un des secteurs ciblés à haut potentiel dans
lequel elle entend intervenir.

"Nous avons en commun de vouloir supporter les efforts de développement
économique régional dans un secteur majeur, soit celui de la défense et
de la sécurité. A cet égard, nous entendons jouer un rôle de premier
plan dans la promotion de ce nouveau Technopôle, en ayant à l'esprit que
nous comptons déjà plus de 300 entreprises dans la zone économique
Québec Chaudière-Appalaches qui oeuvrent dans les secteurs visés par le
Technopôle, dont, entre autres, les technologies de l'information et les
systèmes d'optique et d'électronique" a soutenu, pour sa part, le
président-directeur général de POLE Québec Chaudière-Appalaches, M.
Paul-Arthur Huot.

Le siège administratif du Technopôle sera situé à la bâtisse 200 de RDDC
Valcartier, bénéficiant ainsi de la proximité des laboratoires uniques
de RDDC Valcartier, où oeuvrent déjà quelque 400 scientifiques de haut
niveau.

-30-

Renseignements

  • POUR PLUS D'INFORMATIONS, COMMUNIQUER AVEC:
    Cabinet de l'honorable Jacques Saada
    Daniel Dezainde
    Attaché de presse
    (514) 496-1282
    ou
    RDDC Valcartier
    Lise Ladouceur
    Chef du Service des communications
    (418) 844-4000, poste 4641
    ou
    Mélanie Ringuette
    Agente de communication-marketing
    (418) 681-9700, poste 254