Canadian Food Inspection Agency

Canadian Food Inspection Agency

31 oct. 2005 14h01 HE

Avis à l'industrie

BIOSÉCURITÉ : PROTECTION CONTRE L'INFLUENZA AVIAIRE Attention: Rédacteur à l'agriculture OTTAWA/ONTARIO--(CCNMatthews - 31 oct. 2005) - À la lumière des résultats récents d'une enquête nationale sur la présence d'influenza aviaire chez les oiseaux sauvages, la nécessité continue de protéger les volailles domestiques contre l'exposition à des oiseaux sauvages fait l'objet d'une attention accrue.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments tient à rappeler aux Canadiens propriétaires d'oiseaux que le recours à des pratiques rigoureuses de biosécurité peut protéger leurs oiseaux contre l'influenza aviaire.

La biosécurité se traduit par le maintien de bonnes pratiques d'hygiène. De nombreuses maladies animales, comme l'influenza aviaire, se propagent directement d'un oiseau à un autre par les sécrétions et les excréments, et indirectement par l'intermédiaire de la nourriture, de l'eau ou d'équipements contaminés.

Pour protéger leurs oiseaux, les propriétaires doivent :
* garder les volailles dans des poulaillers fermés;
* empêcher que les oiseaux, leur nourriture et leur eau ne soient exposés à des oiseaux sauvages;
* sceller les combles des poulaillers et couvrir les ouvertures de ventilation de moustiquaires;
* régulièrement nettoyer à fond tous les équipements, cages, véhicules, vêtements et chaussures avant et après un contact avec les volailles;
* limiter l'accès aux poulaillers et veiller à ce que toutes les personnes qui entrent en contact avec les volailles utilisent des pratiques d'hygiène adéquates;
* isoler les nouveaux oiseaux ou éviter de les introduire dans des troupeaux existants; et
* veiller à ce que l'eau de boisson des volailles ne provienne pas de sources d'eau de surface, lesquelles sont les plus susceptibles d'être contaminées par l'influenza aviaire.

L'influenza aviaire est caractérisée par de nombreux signes cliniques, parmi lesquels :
* manque d'énergie et d'appétit;
* diminution de la production d'œufs et ponte de nombreux œufs à coquille molle ou sans coquille;
* enflure de la tête, des paupières, de la crête, des caroncules et des jarrets;
* toux, éternuements et signes nerveux;
* diarrhée;
* mort subite; et
* manque de coordination.

Les producteurs de volailles qui soupçonnent une infection doivent immédiatement communiquer avec un vétérinaire, le ministère provincial de l'agriculture ou un bureau régional de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

Pour de plus amples renseignements :
www.inspection.gc.ca
1 800 454-8302
IN: AGRICULTURE

Renseignements

  • Canadian Food Inspection Agency Media Relations, Canadian Food Inspection Agency
    Numéro de téléphone: 613-228-6682