Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

09 avr. 2005 10h52 HE

Avis aux média -- "Une nouvelle chance"

Le Parlement doit adopter la loi anti-briseurs de grève Attention: Affectateur, Rédacteur financier , Directeur général et de l'information, Rédacteur à l'international, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales TORONTO--(CCNMatthews - 9 avril 2005) - La semaine prochaine, la députation fédérale aura sa deuxième occasion en deux ans d'adopter une loi qui interdirait le recours à des briseurs de grève, des "scabs" (des travailleurs de remplacement) lors de conflits de travail dans les secteurs soumis au Code canadien du travail. Selon Hassan Yussuff, secrétaire-trésorier du Congrès du travail du Canada, le Parlement ne doit pas rater cette nouvelle chance de moderniser les relations de travail du pays pour le 21e siècle.

Pour présenter cette idée, M. Yussuff sera disponible aux médias ce dimanche 10 avril, à 10 h 30, en compagnie de la députée du Bloc Québécois Carole Lavallée (Saint-Bruneau-St-Hubert) au SteelWorkers Hall de Toronto, 25 Cecil Street [une rue au sud de College, deux rues à l'est de Spadina].

« Des lois comme celles-ci sont en vigueur depuis des dizaines d'années en Colombie-Britannique et au Québec, rappelle M. Yussuff. Non seulement les relations de travail sont-elles devenues moins conflictuelles, mais on a également noté une diminution considérable des jours de travail perdus en raison d'une grève ou d'un lock-out. Le recours aux briseurs de grève prolonge souvent les conflits et contribue à provoquer des incidents violents sur les piquets de grève. »

Il y a à peine un an et demi, une loi anti-scab avait été défaite simplement parce que le Cabinet avait voté en bloc contre elle. Les votes ministériels étaient alors clairement venus contrer la volonté d'une majorité de simples députés de tous les partis qui dans un vote libre se sont prononcés en faveur de l'interdiction des briseurs de grève.

« L'élimination une fois pour toutes du spectre de la violence, de l'amertume et des perturbations économiques qui plane sur nos relations industrielles est une décision plus sensée que jamais à l'époque où nous vivons », ajoute M. Yussuff.

« Je veux féliciter les parlementaires qui ont remis cette question importante au feuilleton de la Chambre des communes et presser tous leurs collègues de voter pour le Projet de loi C-263, la semaine prochaine », dit-il.

La population peut consulter notre site pour savoir lesquels des députés réélus avaient appuyé un projet de loi semblable le 22 octobre 2003. (Voir la page « anti-scab » du site www.congresdutravail.ca. De là, le lien « Envoyez un fax à votre député/députée » permet d'envoyer un message invitant votre représentante ou représentant au Parlement à voter pour le Projet de loi C-263.)

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 137 conseils du travail régionaux. Site web : www.clc-ctc.ca

Renseignements : Jean Wolff, (613) 526-7431 et (613) 878-6040
communications@clc-ctc.ca IN: ÉCONOMIE, FINANCE, TRAVAIL, POLITIQUE, SOCIAL

Renseignements

  • Jean Wolff, Directeur, Service des Communications, Congrès du travail du Canada
    Numéro de téléphone: 613-526-7431
    Numéro de téléphone secondaire: 613-878-6040
    Courriel: communications@clc-ctc.ca