Teamsters Canada

Teamsters Canada

22 avr. 2008 11h10 HE

Avis aux médias : Aucune annonce prévue aujourd'hui dans le dossier de l'usine Crocs à Québec

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 22 avril 2008) - Le syndicat des Teamsters n'a aucune annonce à faire à l'heure actuelle. Une annonce à cette étape-ci serait prématurée et mettrait en danger le projet de relance de l'usine.

Des représentants du syndicat des Teamsters, de la FTQ et la direction locale de l'usine se sont rencontrés ce matin à Québec pour faire le point sur la fermeture de l'usine Crocs.

Le Fonds de solidarité de la FTQ est intéressé à participer financièrement à cette relance. De plus, un autre bailleur de fonds est disposé à aider M. Andrew Reddyhoff et Mme Marie-Claude de Billy à racheter les machines qui permettent de fabriquer les produits à base de plastique expansé.

"Les négociations vont bon train, il n'y a pas de sable dans l'engrenage", précise Serge Bérubé, président de la Section locale 1999 qui représente les employés de l'usine. "Le processus est plus long que prévu, mais nous avons bon espoir de pouvoir préserver une partie des emplois."

"La relance de l'usine est basée sur le principe qu'il faut parfois faire un pas en arrière pour arriver à faire deux pas en avant, rappelle Stéphane Lacroix, directeur des communications du syndicat des Teamsters. Les deux fondateurs de l'usine (M. Reddyhoff et Mme de Billy) sont sincères et ouvrent présentement pour le bien de tous."

On se souviendra que la compagnie Créations Foam est passée d'une quarantaine d'employés, au tout début de son existence, à près de 1000 l'automne dernier.

"Ces entrepreneurs ont fait preuve de génie par le passé. Je crois que ça augure bien pour le futur, ajoute Lacroix."

Le syndicat des Teamsters entrera en contact avec les travailleuses et les travailleurs de Crocs d'ici la fin de la semaine et les informera des primes de licenciements et du fonctionnement du comité de reclassement.

Rencontre avec le gouvernement provincial

Une rencontre est prévue, demain avec des représentants des ministres Sam Hamad et Raymond Bachand à Québec. Il sera question de relance, mais, également, du comité de reclassement qui a été mis sur pied par le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

"Nous apprécions l'implication de nos élus dans ce dossier, ajoute Serge Bérubé. Nous croyons que, tous ensembles, nous serons en mesure de trouver des solutions qui amoindriront les effets négatifs de la fermeture de l'usine."

Le syndicat des Teamsters transmettra aux médias les détails de la relance aussitôt qu'ils seront officialisés.

Renseignements

  • Stéphane Lacroix
    514-609-5101