Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

03 mars 2008 11h23 HE

Avis aux médias/Institut professionnel de la fonction publique du Canada : John A. Macdonald "passe à l'action"

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 3 mars 2008) - Les archivistes et historiens à l'emploi de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) et leurs collègues, membres de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, tiendront une ligne de piquetage d'information pour attirer l'attention sur leur salaire sous-payé et sensibiliser la population à la sous-évaluation de l'histoire nationale. Les archivistes et historiens font partie du groupe Recherche de l'Institut, qui sera en médiation du 3 au 6 mars.



Quand : Mardi 4 mars 2008, à 12 h (midi)

Où : Devant l'édifice de Bibliothèque et Archives Canada
395, rue Wellington, à l'angle de la rue Bay, à Ottawa

Porte-parole : Michèle Demers, présidente de l'Institut professionnel

Invité spécial : Sir John A. Macdonald, premier Premier ministre du
Canada et créateur des Archives publiques du Canada en
1872.


Les archivistes et historiens forment l'un des groupes les moins rémunérés du gouvernement fédéral. Ils sont aussi sans contrat de travail depuis le 30 septembre 2006. Les archivistes à BAC gagnent en moyenne 13 000 $ de moins que leurs homologues professionnels de l'ensemble du pays. La sous-évaluation des archivistes est un problème de longue date au gouvernement du Canada et pose un obstacle constant et croissant au maintien en poste à BAC.

Le rôle que jouent ces professionnels afin de protéger les documents officiels du pays est inestimable : ils contribuent à préserver l'histoire de nos familles, de nos communautés et de notre pays, et à aider les Canadiens à affirmer leurs droits légaux et constitutionnels. Les auteurs de biographies des hommes politiques comme John A. Macdonald se basent sur les archives conservées à BAC pour faire leur recherche.

Toutefois, en raison du taux élevé de roulement du personnel, les connaissances relatives à ces documents s'effritent peu à peu. BAC risque de ne plus pouvoir remplir son mandat législatif à titre de gardien des documents du gouvernement et de la nation. Le problème de la rémunération a été largement reconnu par toutes les parties, mais le gouvernement continue de nier la nécessité de leur verser une rémunération équitable. Son incapacité ou son manque de volonté de régler ce problème démontre bien comment le gouvernement du Canada continue de sous-estimer notre patrimoine national.

Les archivistes et historiens de BAC sont membres du groupe Recherche de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, un syndicat d'échelle nationale qui représente 55 000 membres d'un bout à l'autre du pays. Dix groupes de l'Institut négocient présentement avec le Conseil du Trésor et les négociations pour tous ces groupes avancent à pas de tortue.

Renseignements

  • Chantal Lecours
    Chef des communications
    613-228-6310, poste 2229 ou 613-864-4368
    www.pipsc.ca