Justice for Janitors

Justice for Janitors

31 mars 2014 11h42 HE

Avis aux médias : Les travailleurs et travailleuses à l'entretien ménager manifestent après avoir déposé une plainte en justice contre Evripos

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 31 mars 2014) - Environ 30 travailleurs et travailleuses à l'entretien ménager ainsi que leurs alliés se sont rassemblés à l'extérieur du 700, rue Montréal à Ottawa samedi dernier après avoir déposé une plainte en justice contre Evripos Janitorial Limited à la Commission des relations de travail de l'Ontario deux jours auparavant.

Depuis plusieurs années, les travailleurs et travailleuses à l'entretien ménager s'efforcent à élever leurs familles au dessus du seuil de la pauvreté et à améliorer les conditions de travail de l'industrie partout à Ottawa à travers la campagne « Justice for Janitors. » Avec leur syndicat, l'UIES Local 2, ils seront enfin en position de négocier un plan de santé pour la première fois tôt l'an prochain.

« C'est important pour nous d'avoir une voix au travail et qu'on respecte nos droits, » a déclaré Farida Maow, une des deux travailleuses qui s'est adressé la foule.

Maow est mère monoparentale de trois enfants. « Puis-je payer le loyer? La facture d'électricité? Ai-je assez pour nourrir mes enfants? » a-elle-dit, inquiète. Maow souffre aussi du diabète, ce qui entraîne des dépenses médicales et ses enfants ont besoin de lunettes.

Marie France Leon travaille aussi au même immeuble. Elle essaie d'amasser suffisamment d'argent pour pouvoir parrainer son mari qui demeure toujours en Haïti. « Tous les travailleurs et travailleuses ont besoin d'un salaire de subsistance et d'un plan de santé afin que l'on puisse élever nos familles avec dignité et tranquillité d'esprit, » a-t-elle dit.

« J'aime mon travail, mais pour survivre, je dois avoir deux emplois, » a déclaré Leon. « Je me lève le matin à 5h45 et débute mon 1er emploi à 7h. Mon deuxième emploi débute à 17h30 et termine à 23h30 la nuit. C'est ma routine du lundi au vendredi, » a-t-elle continué.

Il n'est pas rare pour ceux qui n'obtiennent qu'un salaire de misère d'avoir des problèmes de santé. Leon souffre d'hypertension et a besoin de médicaments. Sans plan de santé, ça coûte très cher.

Les militants de « Ottawa ACORN » et de « Solidarity Against Austerity » se sont joints aux travailleurs et travailleuses.

«Ces braves travailleurs et travailleuses ne sont pas seuls dans cette lutte, » a affirmé Kevin Skerrett de la SAA. « Des centaines parmi nos membres se voient alertés vis à vis les efforts de leurs employeurs qui tentent d'éliminer leurs syndicats. Nous appuyons ces travailleurs et travailleuses et nous appelons Evripos à négocier un contrat juste avec eux. »

ACORN aussi est bien engagé depuis de nombreuses années dans la lutte pour des salaires de subsistance et de meilleurs emplois à Ottawa.

La campagne « Justice for Janitors » n'est pas passée inaperçue auprès des conseillés municipaux de la ville d'Ottawa.

«Nous voulons des communautés en santé à Ottawa, mais comment est-ce possible lorsque des travailleurs et travailleuses doivent avoir deux emplois afin de satisfaire les besoins élémentaires de leurs familles? » a questionné la conseillère Diane Holmes.

« La campagne Justice for Janitors a entraîné d'importantes améliorations aux conditions de vie des familles de travailleurs et travailleuses de notre communauté, » a-t-elle dit. « J'appelle Evripos à retenir ses employés au 700, rue Montréal et de reconnaître leur droit de négocier collectivement. »

«Il ya deux ans, nous sommes venus au Canada à partir de la Somalie à la recherche d'une vie saine dans un pays libre, » a déclaré Maow. « Nous sommes heureux d'être ici, mais maintenant nous nous sentons prisonniers d'emplois à salaire de misère. »

CONTEXTE

Evripos a récemment obtenu le contrat pour effectuer le ménage au 700, rue Montréal, mais a refusé de reconnaître le syndicat des travailleurs et travailleuses. Evripos prendra charge demain du nettoyage en ce moment effectué par Allan Maintenance.

Les 17 travailleurs et travailleuses à l'entretien ménager sont syndiqués avec l'Union internationale des employés et employées de service, section locale 2. Ils ont actuellement une convention collective qui n'expirera pas avant l'été prochain.

Selon la plainte déposée le 27 mars, l'UIES affirme :

...il est clair selon les circonstances que la Partie défenderesse a proposé d'offrir aux (bientôt anciens) employés et employées de Allen Maintenance des emplois à d'autres endroits afin de prévenir qu'ils et elles puissent exercer leurs droits en vertu de la Loi. C'est-à-dire, le droit de s'organiser et de librement choisir un agent de négociation.

Et

leurs actions représentent une stratégie ayant pour but d'intimider et de contraindre les employés et employées afin qu'ils et elles n'exercent leurs droits que leur confère la Loi.

Une copie complète de la plainte en justice est disponible au site www.JusticeforJanitors.ca

L'Union internationale des employés et employées de service est le syndicat ayant le plus haut taux de croissance en Amérique du Nord. Elle constitue aussi le plus grand syndicat sur ce continent avec ses 100 000 membres au Canada et deux millions de membres à travers le Canada, les États-Unis et Puerto Rico.

Renseignements

  • Anglais - Diego Mendez 416-476-7762
    Français - Alain Lajoie 613-868-9759