BMO Groupe financier

TSX : BMO
NYSE : BMO


BMO Groupe financier

22 févr. 2013 06h00 HE

BMO Banque privée Harris voit des signes encourageants dans la situation des marchés mondiaux en ce début de 2013

- Les ventes de maisons, les ventes au détail et l'emploi s'améliorent aux États-Unis.

- L'Allemagne, l'Italie et l'Espagne montrent des signes de redressement économique.

- On prévoit une croissance de plus de 7,5 % en Chine en 2013.

- Les investisseurs canadiens obtiennent de meilleurs rendements sur les actions.

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 22 fév. 2013) - Selon les plus récents commentaires de BMO Banque privée Harris sur les perspectives qu'offrent les marchés, l'année 2013 a commencé en force, grâce à plusieurs faits encourageants sur les marchés nord-américains et mondiaux.

Le rapport indique que la croissance des bénéfices des entreprises s'accélère aux États-Unis et que les taux d'intérêt canadiens devraient rester stables. À l'étranger, il y a eu très peu de mauvaises nouvelles susceptibles d'aggraver la crise des dettes souveraines en Europe, tandis que l'économie chinoise se trouve en bonne position pour poursuivre sa croissance.

Voici quelques-uns des points saillants du rapport :

Le redressement se poursuit aux États-Unis

La fin de 2012 a été marquée par quelques mois imprévisibles : le mur budgétaire suscitait de réelles inquiétudes et le marché a réagi en conséquence. La prochaine phase de ces débats, qui portera principalement sur le plafond de la dette et la limite d'emprunt du gouvernement fédéral américain, a été reportée à mai 2013, ce qui contribuera à calmer les marchés d'ici là.

« Retarder les discussions sur le mur budgétaire était une décision prudente, qui a permis au président Obama et au Congrès de s'occuper des dépenses discrétionnaires de façon sensée, a déclaré Richard Mason, chef de la Gestion des placements de BMO Banque privée Harris. Comme les discussions sont reportées au printemps, l'anxiété a fait place au calme et on voit maintenant des signes d'un redressement économique soutenu. »

Le rapport fait état d'améliorations dans plusieurs autres domaines clés aux États-Unis :

  • La croissance des bénéfices s'accélère pour la première fois en près de trois ans, une hausse des bénéfices de 13,8 % étant prévue en 2013.
  • Les données concernant les ventes de maisons, les prix, les stocks, les ventes au détail et l'emploi continuent à s'améliorer.
  • Les nouveaux investissements dans les fonds d'actions ont augmenté régulièrement depuis le début de l'année.

L'Europe reprend le dessus

Selon le rapport, les responsables politiques européens continuent à s'efforcer d'atténuer la récession; cependant, leurs efforts suscitent des avis partagés :

  • Les écarts de rendement entre les obligations à 10 ans de l'Allemagne et celles de l'Italie et de l'Espagne continuent à se rétrécir, ce qui indique que ces économies se stabilisent et que le risque perçu est moins grand.
  • Cependant, le Fonds monétaire international (FMI) s'attend à un glissement économique inférieur de 0,3 % à celui qu'il avait d'abord prévu.
  • Le FMI prévoit un faible redressement en 2014.

« Devant les signes d'amélioration de l'économie, les responsables politiques européens pourraient relâcher leur vigilance et se contenter de réagir aux crises au cas par cas, a expliqué M. Mason. Cependant, ils seraient bien avisés de profiter de cette occasion pour examiner attentivement les problèmes qui ont entravé la croissance de la zone euro jusqu'à maintenant, comme les dettes publiques démesurées et les taux de chômage élevés. »

Le Chine continue à montrer des signes d'amélioration

Le rapport indique que la Chine a connu un succès économique modéré depuis le début de l'année et que sa croissance devrait dépasser 7,5 % en 2013. Ces résultats sont dus à plusieurs facteurs :

  • L'intensification de l'activité manufacturière, de même qu'une croissance du PIB au quatrième trimestre supérieure aux prévisions, a stimulé les marchés d'actions en Chine et à l'étranger.
  • Les décideurs vont probablement mettre fin à leur politique de resserrement de la masse monétaire et du crédit.
  • L'indice des acheteurs et les ventes au détail se sont améliorés.

« Malgré ces progrès encourageants, étant donné que le développement économique de la Chine est à un stade relativement peu avancé, nous encourageons les investisseurs à rester prudents, a poursuivi M. Mason. Ceci dit, le pays possède bel et bien un potentiel productif inexploité considérable, ainsi que la capacité d'augmenter la masse monétaire et le montant des crédits en circulation. Il sera intéressant de voir ce qui se produira au cours des prochains mois. »

Des gains modestes au Canada

Au Canada, selon le rapport, la stabilité est à l'ordre du jour. Au cours des derniers mois, le marché de l'habitation a commencé à ralentir, principalement en raison des règles hypothécaires plus strictes imposées par le gouvernement en juillet 2012. De plus, la Banque du Canada semble indiquer que les taux d'intérêt resteront stables jusqu'à la fin de 2013 ou jusqu'au début de 2014.

Alors que les marchés d'actions progressaient sur les indices S&P 500 et S&P TSX, deux obligations fédérales canadiennes ont été émises au début de janvier 2013 : le rendement de l'obligation de 5 ans est seulement de 1,2 % et celui de l'obligation de 10 ans est de 1,5 %. Cependant, les obligations ont exercé peu d'attrait sur les investisseurs, car les actions sur l'ensemble du marché offraient le potentiel de rendements plus élevés.

« Pour la période de publication des résultats en cours, les signes sont encourageants pour les bénéfices des entreprises au Canada. Il est également intéressant de noter que la reprise des activités de la Ligue nationale de hockey, en plus de faire le bonheur des amateurs de ce sport, semble contribuer au regain de confiance des investisseurs au Canada », a ajouté M. Mason.

Pour consulter une version complète du rapport, visitez www.bmo.com/banquepriveeharris.

Renseignements