Bombardier Inc.
TSX : BBD.A
TSX : BBD.B

Bombardier Inc.

01 sept. 2010 06h00 HE

Bombardier annonce ses résultats financiers pour le deuxième trimestre clos le 31 juillet 2010

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 1 sept. 2010) - Bombardier Inc. (TSX:BBD.A)(TSX:BBD.B)

(Tous les montants présentés dans ce communiqué sont en dollars américains, à moins d'indication contraire.)

  • Revenus consolidés de 4,1 milliards $, comparativement à 4,9 milliards $ l'exercice précédent
  • BAIIA de 331 millions $, par rapport à 436 millions $ l'exercice précédent
  • BAII de 231 millions $, ou 5,7 % des revenus, en regard de 313 millions $, ou 6,3 %, l'exercice précédent
  • Bénéfice net de 148 millions $, comparativement à 202 millions $ l'exercice précédent
  • Bénéfice par action de 0,08 $, contre 0,11 $ l'exercice précédent
  • Utilisation des flux de trérorerie disponibles de 508 millions $, en regard de flux de trésorerie disponibles de 18 millions $ l'exercice précédent
  • Bonne situation de trésorerie de 2,8 milliards $
  • Solide carnet de commandes de 47,4 milliards $

Bombardier a annoncé aujourd'hui ses résultats financiers pour le deuxième trimestre de l'exercice 2011. Les revenus ont totalisé 4,1 milliards $, comparativement à 4,9 milliards $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice avant revenus de financement, dépenses de financement et impôts sur les bénéfices (BAII) s'est chiffré à 231 millions $, en regard de 313 millions $ l'exercice précédent. La marge BAII a atteint 5,7 %, comparativement à 6,3 % l'exercice précédent.

Pour le deuxième trimestre terminé le 31 juillet 2010, le bénéfice net a atteint 148 millions $, comparativement à 202 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice par action dilué (BPA) s'est établi à 0,08 $, en regard de 0,11 $ l'exercice précédent. L'utilisation des flux de trésorerie disponibles (flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation, déduction faite des acquisitions nettes aux immobilisations corporelles et aux actifs incorporels) a totalisé 508 millions $ pour le deuxième trimestre terminé le 31 juillet 2010, comparativement à des flux de trésorerie disponibles de 18 millions $ l'exercice précédent. La situation de trésorerie s'est établie à 2,8 milliards $ au 31 juillet 2010, comparativement à 3,4 milliards $ au 31 janvier 2010. Le carnet de commandes total s'est élevé à 47,4 milliards $ au 31 juillet 2010, comparativement à 43,8 milliards $ au 31 janvier 2010.

« Au cours de ce trimestre, Transport a enregistré un fort volume de commandes, tirant avantage de son vaste portefeuille de produits et de sa position enviable sur le marché mondial. Le groupe a amélioré sa rentabilité tout en signant des nouvelles commandes totalisant 4,3 milliards $, pour un ratio de nouvelles commandes sur revenus de 2,0, portant la valeur de son carnet de commandes à 30,3 milliards $, a déclaré Pierre Beaudoin, président et chef de la direction, Bombardier Inc.

« Le contexte économique incertain continue de se refléter dans les résultats financiers d'Aéronautique. Toutefois, le groupe commence à voir des signes de reprise, tel que l'illustre l'importante réduction du nombre d'annulations de commandes d'avions d'affaires.

« De façon globale, nos perspectives à long terme sont vigoureuses, nos programmes de développement de nouveaux produits progressent tel que prévu, et nous demeurons concentrés sur la gestion de notre structure de coûts et l'amélioration de la génération des flux de trésorerie », a conclu M. Beaudoin.

Bombardier Aéronautique

Les revenus de Bombardier Aéronautique ont totalisé 2 milliards $, comparativement à 2,4 milliards $ l'exercice précédent. Le BAII a atteint 91 millions $, se traduisant par une marge BAII de 4,6 % pour le deuxième trimestre clos le 31 juillet 2010, en regard de 154 millions $, ou 6,4 %, l'exercice précédent. L'utilisation des flux de trésorerie disponibles a totalisé 287 millions $, comparativement à une utilisation de 10 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le carnet de commandes de Bombardier Aéronautique s'est élevé à 17,1 milliards $ au 31 juillet 2010, contre 16,7 milliards $ au 31 janvier 2010.

Selon le plus récent rapport de la General Aviation Manufacturers Association (GAMA), Bombardier Aéronautique occupait encore la position de chef de file du marché des avions d'affaires à la fois en fonction des revenus et du nombre d'avions livrés. Dans la division des avions commerciaux, les commandes de Bombardier au cours du deuxième trimestre de l'exercice 2011 comprenaient une commande pour huit appareils CRJ900 NextGen de la part de Deutsche Lufthansa AG d'Allemagne d'une valeur de 317 millions $, basée sur le prix affiché, et une commande pour sept biturbopropulseurs Q400 NextGen de la part de Quantas Airlines, d'une valeur de 218 millions $, basée sur le prix affiché.

Bombardier Transport

Les revenus de Bombardier Transport ont atteint 2,1 milliards $ pour le deuxième trimestre terminé le 31 juillet 2010, comparativement à 2,5 milliards $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le BAII a totalisé 140 millions $, en regard de 159 millions $ l'exercice précédent, tandis que la marge BAII a atteint 6,6 %, contre 6,2 % l'exercice précédent. L'utilisation des flux de trésorerie disponibles s'est chiffrée à 132 millions $ pour le deuxième trimestre terminé le 31 juillet 2010, comparativement à des flux de trésorerie disponibles de 149 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le carnet de commandes a atteint 30,3 milliards $ au 31 juillet 2010, comparativement à 27,1 milliards $ au 31 janvier 2010.

Au cours du deuxième trimestre, Bombardier Transport a affiché 4,3 milliards $ de nouvelles commandes, comparativement à 3 milliards $ l'exercice précédent, menant à un ratio de nouvelles commandes sur revenus de 2,0, contre 1,2 pour la période correspondante de l'exercice précédent. Provenant de différentes régions du monde, les commandes comprenaient un contrat pour la fourniture de 59 trains à deux niveaux TWINDEXX à CFF, les Chemins de fer fédéraux suisses, pour une valeur totale de 1,6 milliards $. Ceci constitue la plus importante commande de véhicules de l'histoire de CFF.

Bombardier Transport a également conclu une entente avec Metrolinx de Toronto pour fournir 182 tramways FLEXITY d'une valeur de 745 millions $, et a signé son premier contrat au Royaume d'Arabie Saoudite pour la fourniture, l'installation, l'exploitation et l'entretien d'un système de monorail INNOVIA 300 d'une longueur de 3,6 km; ce contrat est évalué à 241 millions $.

Après la fin du trimestre, notre coentreprise chinoise, Sifang (Qingdao) Transportation Ltd. a reçu une commande du ministère des Chemins de fer de la Chine pour 40 rames à grande vitesse CRH1 d'une valeur de 761 millions $. La part de Bombardier Transport représente 373 millions $.

FAITS SAILLANTS FINANCIERS                            
(En millions de dollars américains, sauf les montants par action qui sont présentés en dollars)                   
                                     
                               
                    Trimestres terminés les 31 juillet    
              2010                 2009    
  BA     BT     Total     BA     BT     Total    
Revenus 1 962   $ 2 117   $ 4 079   $ 2 399   $ 2 547   $ 4 946   $
BAIIA 161   $ 170   $ 331   $ 247   $ 189   $ 436   $
Amortissement 70   $ 30     100     93     30     123    
BAII 91   $ 140   $ 231     154   $ 159   $ 313    
Revenus de financement             (16 )               (23 )  
Dépenses de financement             60                 72    
BAI             187                 264    
Impôts sur les bénéfices             39                 62    
Bénéfice net             148   $             202   $
Attribuable aux :                                    
  Actionnaires de Bombardier Inc.             144   $             198   $
  Participations ne donnant pas le contrôle             4   $             4  
                                     
BPA (en dollars)                                    
  De base et dilué             0,08   $             0,11   $
Flux de trésorerie disponibles sectoriels (287 ) $ (132 ) $ (419 ) $ (10 ) $ 149   $ 139   $
Impôts sur les bénéfices et dépenses nettes de financement             (89 )               (121 )  
Flux de trésorerie disponibles             (508 ) $             18   $
                                     
                                     
                          Semestres terminés    
                          les 31 juillet    
              2010                 2009    
  BA     BT     Total     BA     BT     Total    
Revenus 3 897   $ 4 428   $ 8 325   $ 4 618   $ 4 799   $ 9 417   $
BAIIA 325   $ 337   $ 662   $ 451   $ 340   $ 791   $
Amortissement 145     62     207     187     56     243    
BAII 180   $ 275   $ 455     264   $ 284   $ 548    
Revenus de financement             (53 )               (58 )  
Dépenses de financement             125                 140    
BAI             383                 466    
Impôts sur les bénéfices             82                 106    
Bénéfice net             301   $             360   $
Attribuable aux :                                    
  Actionnaires de Bombardier Inc.             296   $             354   $
  Participations ne donnant pas le contrôle             5   $             6   $
                                     
BPA (en dollars)                                    
  De base et dilué             0,16   $             0,20   $
Flux de trésorerie disponibles sectoriels (492 ) $ (159 ) $ (651 ) $ (540 ) $ (111 ) $ (651 ) $
Impôts sur les bénéfices et dépenses nettes de financement             (74 )               (148 )  
Flux de trésorerie disponibles             (725 ) $             (799 ) $
                                     
                                     
BA : Bombardier Aéronautique; BT : Bombardier Transport    

Résultats financiers du deuxième trimestre clos le 31 juillet 2010

ANALYSE DES RÉSULTATS

Résultats consolidés

Les revenus consolidés ont totalisé 4,1 milliards $ pour le deuxième trimestre clos le 31 juillet 2010, comparativement à 4,9 milliards $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Pour le semestre terminé le 31 juillet 2010, les revenus consolidés ont atteint 8,3 milliards $, comparativement à 9,4 milliards $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. 

Le BAII du deuxième trimestre clos le 31 juillet 2010 s'est chiffré à 231 millions $, ou 5,7 % des revenus, en regard d'un BAII de 313 millions $, ou 6,3 % des revenus, pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le BAII pour le semestre clos le 31 juillet 2010 a atteint 455 millions $, ou 5,5 % des revenus, en regard d'un BAII de 548 millions $, ou 5,8 % des revenus, pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Les dépenses nettes de financement ont totalisé 44 millions $ pour le deuxième trimestre de l'exercice 2011, en regard de 49 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. La diminution de 5 millions $ est principalement attribuable à la baisse des intérêts débiteurs sur la dette à long terme, correspondant à des taux d'intérêt variables plus faibles. Les dépenses nettes de financement ont totalisé 72 millions $ pour le semestre terminé le 31 juillet 2010, en regard de 82 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. La baisse de 10 millions $ est essentiellement attribuable à un gain de 15 millions $ réalisé sur les remboursements de dette à long terme relativement à notre plan de refinancement, en partie contrebalancé par le recul des intérêts créditeurs sur les espèces et quasi-espèces, correspondant à des taux d'intérêt variables plus faibles.

Le taux d'imposition effectif a été respectivement de 20,9 % et 21,4 % pour le trimestre et le semestre terminés le 31 juillet 2010, comparativement au taux d'imposition prévu par la loi de 30 %. Les taux d'imposition effectifs plus faibles sont principalement attribuables à l'incidence positive de la constatation des montants au titre des économies fiscales liées aux pertes d'exploitation et aux écarts temporaires, en partie contrebalancée par des écarts permanents.

Il en a résulté un bénéfice net de 148 millions $, ou 0,08 $ par action, pour le deuxième trimestre de l'exercice 2011, comparativement à 202 millions $, ou 0,11 $ par action, pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice net pour le premier semestre de l'exercice 2011 a été de 301 millions $, ou 0,16 $ par action, comparativement à 360 millions $, ou 0,20 $ par action, pour la période correspondante de l'exercice précédent.

L'utilisation des flux de trésorerie disponibles s'est chiffrée à 508 millions $ pour le trimestre terminé le 31 juillet 2010, comparativement à des flux de trésorerie disponibles de 18 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. L'utilisation des flux de trésorerie disponibles s'est établie à 725 millions $ pour le semestre terminé le 31 juillet 2010, en regard d'une utilisation de 799 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Au 31 juillet 2010, le carnet de commandes de Bombardier s'est établi à 47,4 milliards $, contre 43,8 milliards $ au 31 janvier 2010.

Bombardier Aéronautique

  • Revenus de 2 milliards $
  • BAIIA de 161 millions $, ou 8,2 % des revenus
  • BAII de 91 millions $, ou 4,6 % des revenus
  • Utilisation de flux de trésorerie disponibles de 287 millions $
  • Livraisons de 46 avions
  • Commandes nettes de 29 avions
  • Carnet de commandes de 17,1 milliards $

Les revenus de Bombardier Aéronautique ont totalisé 2 milliards $ pour le trimestre terminé le 31 juillet 2010, contre 2,4 milliards $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. La diminution est principalement attribuable à une baisse des revenus de fabrication en raison de la baisse du nombre de livraisons d'avions d'affaires, en partie contrebalancée par une combinaison favorable et une amélioration des prix de vente nets des avions d'affaires intermédiaires et grands et la diminution du nombre de livraisons d'avions commerciaux, en partie compensée par la hausse des prix de vente nets.

Le BAII a atteint 91 millions $, ou 4,6 % des revenus, pour le deuxième trimestre terminé le 31 juillet 2010, en regard de 154 millions $, ou 6,4 % des revenus, pour la période correspondante de l'exercice précédent. La diminution de 1,8 point de pourcentage est principalement attribuable à la hausse du coût des ventes par avion, essentiellement attribuable à la progression des prix des matériaux, à la diminution des dommages-intérêts reçus des clients par suite de la baisse du nombre d'annulations de commandes d'avions d'affaires, à l'écart net négatif sur des instruments financiers comptabilisés à la juste valeur et à une moins bonne absorption des frais de vente et d'administration; en partie contrebalancés par la hausse des prix de vente nets des avions d'affaires intermédiaires et grands et des avions commerciaux, la diminution de la charge d'amortissement, essentiellement en raison de l'achèvement de l'amortissement de l'outillage des programmes pour certains modèles d'avion et le niveau moins élevé des dépréciations des stocks d'avions d'affaires d'occasion.

Pour le deuxième trimestre terminé le 31 juillet 2010, l'utilisation des flux de trésorerie disponibles a totalisé 287 millions $, comparativement à une utilisation de 10 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. La baisse de 277 millions $ est essentiellement attribuable à l'accroissement des additions nettes aux immobilisations corporelles et aux actifs incorporels, à la baisse du BAIIA et à l'écart négatif, par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent, de la variation nette des soldes hors caisse liés à l'exploitation.

Pour le trimestre clos le 31 juillet 2010, le nombre total de livraisons d'avions s'est élevé à 46, contre 80 pour la période correspondante de l'exercice précédent. Les 46 livraisons étaient composées de 27 avions d'affaires, de 18 avions commerciaux et d'un avion amphibie (51 avions d'affaires, 28 avions commerciaux et un avion amphibie pour la période correspondante de l'exercice précédent).

Bombardier Aéronautique a enregistré 29 commandes nettes au cours du trimestre terminé le 31 juillet 2010, comparativement à 38 commandes nettes négatives au cours de la période correspondante de l'exercice précédent. Les 29 commandes nettes étaient composées de 14 commandes nettes d'avions d'affaires (26 nouvelles commandes et 12 annulations) et de 15 nouvelles commandes d'avions commerciaux (27 nouvelles commandes et 80 annulations d'avions d'affaires et 30 nouvelles commandes et 15 annulations d'avions commerciaux pour la période correspondante de l'exercice précédent).

Le carnet de commandes fermes de Bombardier Aéronautique s'est élevé à 17,1 milliards $ au 31 juillet 2010, comparativement à 16,7 milliards $ au 31 janvier 2010. L'augmentation du carnet de commandes est principalement attribuable à une commande reçue pour la gamme d'avions CSeries, en partie contrebalancée par la diminution du carnet de commandes d'avions d'affaires.

Bombardier Transport

  • Revenus de 2,1 milliards $
  • BAIIA de 170 millions $, ou 8 % des revenus
  • BAII de 140 millions $, ou 6,6 % des revenus
  • Utilisation des flux de trésorerie disponibles de 132 millions $
  • Nouvelles commandes totalisant 4,3 milliards $ (ratio de nouvelles
     
    commandes sur revenus de 2,0)
  • Carnet de commandes de 30,3 milliards $

Les revenus de Bombardier Transport ont totalisé 2,1 milliards $ pour le trimestre terminé le 31 juillet 2010, contre 2,5 milliards $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. La baisse est essentiellement attribuable au ralentissement des activités de matériel roulant dans les locomotives en Europe par suite du bas niveau de nouvelles commandes au cours de l'exercice 2010, ainsi que dans les trains interurbains, les trains à grande vitesse et à très grande vitesse. Cette baisse reflète également une incidence négative des taux de change.

Le BAII pour le deuxième trimestre terminé le 31 juillet 2010 a totalisé 140 millions $, ou 6,6 % des revenus, comparativement à un BAII de 159 millions $, ou 6,2 % des revenus, pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent. L'augmentation de 0,4 point de pourcentage est principalement attribuable à une meilleure exécution globale des contrats, en partie contrebalancée par une moins bonne absorption des frais de recherche et développement et des frais de vente et d'administration et de la dotation aux amortissements par suite d'une baisse des revenus.

L'utilisation des flux de trésorerie disponibles a été de 132 millions $ pour le trimestre terminé le 31 juillet 2010, comparativement à des flux de trésorerie disponibles de 149 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. La diminution de 281 millions $ est surtout attribuable à l'écart négatif, par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent, de la variation nette des soldes hors caisse liés à l'exploitation.

Les nouvelles commandes reçues ont totalisé 4,3 milliards $ pour le deuxième trimestre clos le 31 juillet 2010, comparativement à 3 milliards $ pour la période correspondante de l'exercice précédent, reflétant un ratio de nouvelles commandes sur revenus de 2,0, comparativement à 1,2 pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Le carnet de commandes de Bombardier Transport totalisait 30,3 milliards $ au 31 juillet 2010, comparativement à 27,1 milliards $ au 31 janvier 2010. L'augmentation de 12 % du carnet de commandes est principalement attribuable au fait que les nouvelles commandes dépassent largement les revenus comptabilisés.

DIVIDENDES SUR ACTIONS ORDINAIRES

Actions classe A et classe B

Un dividende trimestriel de 0,025 $ CAN par action sur les actions classe A (droits de vote multiples) et de 0,025 $ CAN par action sur les actions classe B (droits de vote limités) est payable le 31 octobre 2010 aux porteurs d'actions inscrits à la fermeture des marchés le 15 octobre 2010.

Les porteurs d'actions classe B (droits de vote limités) inscrits à la fermeture des marchés le 15 octobre 2010 ont aussi droit à un dividende prioritaire trimestriel de 0,000390625 $ CAN par action.

DIVIDENDES SUR ACTIONS PRIVILÉGIÉES

Actions privilégiées, série 2

Un dividende mensuel sur les actions privilégiées, série 2 de 0,04688 $ CAN par action a été payé le 15 juin, de 0,05188 $ CAN par action le 15 juillet et de 0,05396 CAN par action le 15 août 2010.

Actions privilégiées, série 3

Un dividende trimestriel sur les actions privilégiées, série 3 de 0,32919 $ CAN par action est payable le 31 octobre 2010 aux porteurs de ces actions inscrits à la fermeture des marchés le 15 octobre 2010.

Actions privilégiées, série 4

Un dividende trimestriel sur les actions privilégiées, série 4 de 0,390625 $ CAN par action est payable le 31 octobre 2010 aux porteurs de ces actions inscrits à la fermeture des marchés le 15 octobre 2010.

À propos de Bombardier

Entreprise d'envergure internationale dont le siège social est situé au Canada, Bombardier Inc. est un chef de file mondial en solutions de transport novatrices, dans les secteurs des avions commerciaux et avions d'affaires, ainsi que dans ceux du matériel et des systèmes de transport sur rail et services connexes. Ses revenus pour l'exercice clos le 31 janvier 2010 s'élevaient à 19,4 milliards $ et ses actions se négocient à la Bourse de Toronto (BBD). Bombardier fait partie des entreprises composant les indices de durabilité Dow Jones Sustainability World et Dow Jones Sustainability North America. Pour plus d'information, consulter le site www.bombardier.com

CRJ, CRJ900, CSeries, FLEXITY, INNOVIA, NextGen, TWINDEXX et Q400 sont des marques de commerce de Bombardier Inc. ou de ses filiales.

Le rapport de gestion et les états financiers consolidés intermédiaires sont disponibles à l'adresse www.bombardier.com.

ENONCÉS PROSPECTIFS

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs, qui peuvent comprendre, sans s'y limiter, des déclarations portant sur les objectifs, les cibles, les buts, les priorités et les stratégies, la situation financière, les croyances, les perspectives, les projets, les attentes, les prévisions, les estimations et les intentions de la Société; les perspectives de la conjoncture économique et de la conjoncture commerciale, les perspectives et les tendances de l'industrie; la croissance prévue de la demande de produits et de services; le développement de produits, y compris la conception, les caractéristiques, la capacité ou la performance prévus; les dates prévues ou fixées de la mise en service de produits et de services, des commandes, des livraisons, des essais, des délais, des certifications et de l'exécution des projets en général; la position en regard de la concurrence; et l'incidence prévue du cadre législatif et réglementaire et des procédures judiciaires sur l'entreprise et les activités de la Société. Les énoncés prospectifs se reconnaissent habituellement à l'emploi de termes comme « pouvoir », « prévoir », « avoir l'intention de », « estimer », « planifier », « entrevoir », « croire », « continuer », la forme négative de ces termes, leurs variations, ou une terminologie semblable. De par leur nature, les énoncés prospectifs exigent que nous formulions des hypothèses et ils sont assujettis à d'importants risques et incertitudes, connus et inconnus, de sorte que nos résultats réels de périodes futures pourraient différer de façon importante des résultats prévus. Bien que nous jugions nos hypothèses raisonnables et appropriées selon l'information à notre disposition, il existe un risque qu'elles ne soient pas exactes. Pour en savoir davantage sur les hypothèses sous-jacentes aux énoncés prospectifs formulés dans le présent communiqué de presse se reporter aux rubriques Enoncés prospectifs respectives des sections Bombardier Aéronautique et Bombardier Transport du rapport de gestion du rapport annuel de la Société pour l'exercice 2010.

Parmi les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de manière importante des résultats prévus dans les énoncés prospectifs, notons les risques liés à la conjoncture économique, à notre contexte commercial (tels les risques liés à la situation financière de l'industrie du transport aérien et des principaux exploitants ferroviaires), à l'exploitation (tels les risques liés au développement de nouveaux produits et services, aux partenaires commerciaux, aux pertes découlant de sinistres et de garanties sur le rendement des produits, aux procédures réglementaires et judiciaires, à l'environnement, à notre dépendance à l'égard de certains clients et fournisseurs, aux ressources humaines, aux engagements à modalités fixes, et à la production et à l'exécution de projets), au financement (tels les risques liés aux liquidités et à l'accès aux marchés financiers, à certaines clauses restrictives de conventions d'emprunt, au financement en faveur de certains clients et à la dépendance à l'égard de l'aide gouvernementale) et au marché (tels les risques liés aux fluctuations des taux de change et des taux d'intérêt, à la diminution de la valeur résiduelle et à l'augmentation des prix des produits de base). Pour plus de détails, se reporter à la rubrique Risques et incertitudes de la section Autres du rapport annuel de la Société pour l'exercice 2010. Le lecteur est prévenu que la présente liste de facteurs pouvant influer sur la croissance, les résultats et le rendement futurs n'est pas exhaustive et qu'il ne faudrait pas s'y fier indûment. Les énoncés prospectifs décrits aux présentes reflètent nos attentes à la date du présent rapport et pourraient subir des modifications après cette date. À moins qu'elle n'y soit tenue selon les lois sur les valeurs mobilières applicables, la Société nie expressément toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouveaux renseignements, d'événements futurs ou autrement. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué de presse sont formulés expressément par cette mise en garde.

MISE EN GARDE RELATIVE AUX MESURES DE CALCUL DES RÉSULTATS NON DÉFINIES PAR LES PCGR

Ce communiqué de presse repose sur les résultats établis selon les principes comptables généralement reconnus du Canada (PCGR), ainsi que sur le BAIIA et les flux de trésorerie disponibles. Ces mesures, non définies par les PCGR, découlent directement des états financiers consolidés, mais n'ont pas un sens normalisé prescrit par les PCGR; par conséquent, d'autres sociétés utilisant ces termes peuvent les calculer différemment. La direction croit qu'un grand nombre d'utilisateurs du rapport de gestion analysent les résultats de la Société d'après ces mesures du rendement.

Renseignements

  • Bombardier Inc.
    Isabelle Rondeau
    Directrice, Communications
    514-861-9481
    ou
    Bombardier Inc.
    Shirley Chenier
    Directrice principale, Relations avec les investisseurs
    514-861-9481
    www.bombardier.com