Cameco

Cameco

06 sept. 2007 16h51 HE

Cameco investira dans un programme de rachat d'actions

SASKATOON, SASKATCHEWAN--(Marketwire - 6 sept. 2007) -

Devise : CA

Cameco Corporation (TSX:CCO) (NYSE:CCJ) a annoncé aujourd'hui son intention de procéder à un important programme portant sur le rachat d'actions ordinaires de la Société, jusqu'à concurrence de 5 %, soit un investissement d'environ 750 millions $ au cours actuel de l'action.

Le président et chef de la direction de Cameco, M. Jerry Grandey, a déclaré : "L'excellente situation financière de Cameco nous fournit l'occasion d'accroître nos investissements dans l'industrie nucléaire. Nous nous sommes engagés à consolider notre base d'actif principale pour le long terme. Et, à court terme, comme des actifs intéressants n'étaient pas disponibles à des évaluations raisonnables, le meilleur investissement actuellement consiste à racheter nos propres actions."

La Société a déposé auprès de la Bourse de Toronto un avis d'intention portant sur une offre publique de rachat d'actions dans le cours normal des affaires. En vertu de l'offre, qui est assujettie à l'acceptation de la Bourse de Toronto, Cameco pourra racheter pour annulation jusqu'à 17,7 millions environ de ses actions ordinaires, soit 5 % des 353,9 millions, environ, d'actions ordinaires émises et en circulation le 5 septembre 2007.

Monsieur Grandey a précisé : "Il s'agit là d'une excellente occasion d'accroissement de la valeur pour les actionnaires. Nous avons l'intention d'acquérir le plus grand nombre d'actions autorisé."

Cameco pourrait entreprendre le rachat d'actions le 11 septembre 2007, ou vers cette date, et poursuivre le rachat jusqu'au 10 septembre 2008, à moins que la Société n'ait racheté le nombre maximum autorisé d'actions ordinaires avant cette date ou n'ait mis fin au programme. Cameco procédera uniquement à des rachats de ses actions ordinaires dans le marché libre et paiera le cours marchand des actions au moment du rachat.

Pour financer le programme de rachat d'actions, Cameco prévoit utiliser surtout l'encaisse disponible et les espèces provenant de l'exploitation.

C'est la deuxième fois que Cameco entreprend un programme de rachat d'actions, depuis qu'elle est devenue une société ouverte en 1991.

L'action de Cameco était cotée à la clôture à 42,51 $ le 5 septembre 2007 et le cours de l'action s'est inscrit dans la fourchette de 35,35 $ à 59,90 $ l'an dernier, à la Bourse de Toronto.

Mises à jour concernant la Société

Dans le contexte de l'annonce d'un programme de rachat d'actions, nous présentons une mise à jour sur les activités de la Société.

Cigar Lake

L'information qui suit constitue une mise à jour des principales activités à Cigar Lake depuis le rapport sur le deuxième trimestre.

Cameco continue de progresser dans l'application de son plan de correction, entrepris à la suite de l'inondation des ouvrages de développement souterrain survenue à Cigar Lake l'an dernier. Les premiers travaux correctifs comportaient le forage de trous jusqu'à la source de la venue d'eau et jusqu'à un tunnel voisin, le pompage de béton par les trous de forage, l'étanchéification de la zone d'infiltration d'eau par cimentation et le forage de trous d'évacuation de l'eau. L'approbation des autorités de réglementation est nécessaire pour chaque étape du plan correctif.

Tous les trous devant permettre de couler du béton et d'assécher le secteur sont maintenant terminés, tout comme la consolidation du tunnel adjacent. On a entrepris de couler le bouchon de béton dans le tunnel, près de la venue d'eau, à la fin de juillet; ces travaux sont presque terminés. Le coulage de béton et l'injection de ciment dans l'amas de roches éboulées et vers le haut, en direction de la source de la venue d'eau, ont commencé et, actuellement, on prévoit qu'il faudra encore six à dix semaines pour achever ces travaux. L'efficacité du bouchon devra faire l'objet d'une évaluation et son efficacité ne sera pas connue avant que l'assèchement soit en cours.

Cameco procède également au forage de plusieurs nouveaux trous de forage au diamant pour évaluer la pression de l'eau interstitielle et la qualité du roc et de la structure, afin de décider si des mesures d'atténuation de la pression, de consolidation ou d'autres mesures préventives s'imposent dans deux autres secteurs de la mine, avant d'en entreprendre l'assèchement. Nous prévoyons que cette évaluation sera terminée vers la fin de l'année.

Les prochaines étapes de travaux correctifs comprendront l'assèchement de la mine, la vérification de la qualité de l'étanchéité de la zone de la venue d'eau, et la mise en place des canalisations de congélation en surface d'urgence, si nécessaire. Les autres travaux correctifs comprendront la remise en état des secteurs souterrains et la reprise du développement minier; ces travaux pourraient bien comprendre la congélation du sol dans la zone de la venue d'eau. Suite à l'approbation des autorités de réglementation, on procède actuellement à la mise en place de l'infrastructure et des pompes d'assèchement, et les travaux d'électricité sont en cours.

Une prévision de production révisée sera communiquée une fois prise la décision concernant la date d'achèvement du deuxième puits, lorsque la mine aura été asséchée et que l'état des ouvrages de développement souterrains aura été évalué. Comme on l'a déjà annoncé, l'achèvement du deuxième puits, comme élément prioritaire, et les délais de certains travaux correctifs auraient pour effet de reporter la date prévue pour le démarrage de la production, depuis 2010 à 2011.

La présente mise à jour sur Cigar Lake remplacera la mise à jour prévue pour le 19 septembre, sauf s'il y a des développements importants à communiquer. La prochaine mise à jour sera présentée avec le rapport sur le troisième trimestre.

L'information scientifique et technique concernant Cigar Lake contenue dans le présent communiqué de presse a été préparée sous la supervision de M. C. Scott Bishop, un ingénieur professionnel à l'emploi de Cameco à titre d'ingénieur minier en chef pour le Projet Cigar Lake, et une personne ayant les qualifications appropriées aux fins de la Norme canadienne 43-101.

L'usine de conversion Port Hope

Cameco a annoncé en juillet 2007 qu'elle avait décelé la présence d'uranium et des signes d'autres produits chimiques associés à la production dans le sol et dans les eaux souterraines sous son usine d'hexafluorure d'uranium (UF6) de Port Hope, l'une des deux installations de production, sur le site. La production de bioxyde d'uranium (UO2), qui se fait dans un bâtiment distinct, tout comme les autres activités sur le site ne sont pas affectées. L'information ci-dessous constitue une mise à jour sur le sujet, depuis le rapport sur le deuxième trimestre.

Depuis qu'on a décelé ces produits, Cameco et des experts indépendants procèdent à des recherches pour préciser l'origine des produits chimiques. En outre, on poursuit le forage de trous d'essai autour du secteur pour contribuer à la vérification du sol et des eaux souterraines dans le but de délimiter le secteur précis affecté.

En s'appuyant sur un nombre d'essais effectués dans les huit puits d'observation qui entourent l'usine, il semble encore que la contamination soit pour une bonne part confinée au sol et aux eaux souterraines qui se trouvent sous l'usine d'UF6. L'information réunie à ce jour indique aussi que les matières se trouvent dans un secteur circonscrit à l'intérieur de la propriété de Cameco et n'affectent pas la santé et la sécurité des employés et du public.

Les essais sur les eaux souterraines faits à ce jour indiquent la présence d'uranium, de potassium, de fluorures et des traces d'arsenic dans certains sols. Golder Associates Ltd. (Golder) a été retenue par Cameco pour fournir une orientation en matière d'expertise indépendante de gestion environnementale et les travaux de cette société font également l'objet d'un examen par d'autres experts indépendants. Golder procède à des prélèvements continus d'échantillons à même les puits et elle transmet ces échantillons à un laboratoire extérieur qui procède à leur analyse complète afin d'en préciser la teneur en métaux, en radium et en ions principaux. Ceci comprend des puits d'observation situés à l'extérieur de l'usine d'UF6, et de nouveaux puits d'essai qui ont été forés tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'usine au cours des dernières semaines. Golder conseillera aussi Cameco en matière d'options privilégiées pour la gestion environnementale à long terme de la contamination et pour les améliorations recommandées au bâtiment et au matériel dans le but de prévenir d'autres incidents. Cameco prévoit recevoir et évaluer d'autres données, en provenance de Golder, dans un proche avenir.

En juillet, Cameco a précisé que la production complète d'UF6 serait vraisemblablement interrompue durant au moins deux mois, jusqu'à ce qu'on ait précisé l'origine des produits chimiques et jusqu'à ce qu'on ait élaboré un plan de gestion environnementale approprié. On sait maintenant que la production d'UF6 sera interrompue durant une période qui sera plus longue que la période initiale prévue de deux mois, pendant que Cameco poursuit son enquête méthodique détaillée et élabore son plan. On ne dispose pas encore de renseignements suffisants pour estimer le moment du redémarrage de la production d'UF6, mais on prévoit avoir vers le début de novembre des données suffisantes pour annoncer une date estimative.

Bien que Cameco fera tous les efforts possibles pour trouver d'autres affectations pour les employés affectés par l'interruption de l'usine d'UF6, il pourrait bien ne pas être possible d'éviter la mise à pied d'un certain nombre d'employés de l'usine de conversion de Port Hope.

Cameco prévoit honorer les livraisons prévues pour les reste de l'année, à la lumière des stocks existants et de la production de l'usine Springfields. Nous prévoyons faire ces livraisons même en l'absence de production d'UF6 à Port Hope pour cette période. Cameco dispose d'un stock suffisant d'UF6 pour procéder aux livraisons jusqu'à la fin du premier trimestre de 2008. Ceci suppose que les clients n'accélèrent pas les demandes de livraisons et que l'autre production d'UF6 et les achats se concrétisent comme prévu.

Portefeuille d'investissements à court terme

Le 20 août 2007, Cameco a présenté des renseignements sur son portefeuille d'investissements à court terme, à la lumière des perturbations survenues dans les marchés mondiaux du crédit.

Les 13 millions $ d'effets commerciaux garantis par des actifs canadiens, qui sont échus le 17 août 2007, ne sont pas encore remboursés. Nous poursuivons l'examen des incidences du défaut et des correctifs accessibles.

Des 101 millions $ (US) (106 millions $ (CA)) que Cameco a investis dans des effets commerciaux garantis par des actifs américains, 91 millions $ (US) (96 millions $ (CA)) sont échus ou ont été vendus et Cameco a été payée. Il y a encore en circulation un investissement de 10 millions $ (US) (11 millions $ (CA)), venant à échéance le 18 septembre 2007. S&P et Moody ont attribué à cet investissement la cote A1+/P1.

Bien que nous prévoyons que l'investissement américain en circulation sera remboursé à Cameco à l'échéance, une incertitude demeurera jusqu'à ce que soient résolues les perturbations dans les marchés mondiaux du crédit. Advenant perturbation du remboursement, nous ne prévoyons pas que celle-ci ait un effet sur les projets d'avenir de la Société.

Toutes les conversions en dollars canadiens ont été faites au taux de change US/CA de 1,05 $.

La société Cameco, dont le siège social est établi à Saskatoon, en Saskatchewan, est le plus important producteur d'uranium au monde. Les produits d'uranium de la Société servent à produire de l'électricité dans des centrales nucléaires à l'échelle du globe et fournissent ainsi l'une des sources d'énergie les plus propres disponibles actuellement. Les actions de Cameco se négocient aux bourses de Toronto et de New York.

Les énoncés contenus dans le présent communiqué de presse, qui ne sont pas des faits ou des données rétrospectives, sont des énoncés prospectifs; ils comportent des risques, des incertitudes et d'autres facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux exprimés ou implicites dans ces énoncés prospectifs. Les facteurs susceptibles de causer de telles différences, sans toutefois se limiter au caractère général des éléments cités ci-dessous, comprennent les facteurs suivants : l'impact du chiffre des ventes des services de fabrication de combustible, d'uranium, des services de conversion, de l'électricité générée et de l'or; la volatilité et la sensibilité aux prix dans le marché de l'uranium, des services de conversion, de l'électricité en Ontario et de l'or; la concurrence; l'impact du change sur les taux de change et les taux d'intérêt; l'imprécision des estimations visant la mise hors service des exploitations, la remise en état des terres, les réserves et les impôts; les risques environnementaux et ceux associés à la sécurité, notamment les charges réglementaires accrues et l'évacuation des résidus à long terme; les conditions géologiques ou hydrologiques imprévues; les conditions adverses d'exploitation minière; les risques politiques découlant de l'exploitation d'installations dans certains pays en développement; le terrorisme; le sabotage; une détérioration possible de l'appui politique à l'énergie nucléaire; les changements apportés aux politiques et aux règlements gouvernementaux, y compris les politiques et les lois régissant le commerce et l'impôt; la demande d'énergie nucléaire; le remplacement de la production; l'échec à obtenir ou à conserver les permis et les approbations nécessaires des autorités gouvernementales; les initiatives d'ordre législatif et réglementaire visant la déréglementation, la réglementation ou la restructuration de l'industrie des services d'électricité en Ontario; la réglementation des taux de l'électricité en Ontario; les phénomènes naturels, notamment le mauvais temps, les incendies, les inondations, les envahissements souterrains, les séismes, les défaillances de paroi d'exploitation et les effondrements de terrain; la capacité de maintenir et d'améliorer les relations de travail positives; les grèves ou les lockouts; le rendement d'exploitation des installations, la perturbation de l'exploitation de celles-ci, et le cycle de vie utile des installations de la Société et des clients; la baisse de la production d'électricité résultant de pannes prévues se prolongeant au-delà des périodes prévues, ou encore de pannes imprévues; la réussite des projets de mise en valeur prévus; et les autres risques associés au développement et à l'exploitation.

Même si Cameco estime que les hypothèses inhérentes aux énoncés prospectifs sont raisonnables, on se gardera d'accorder trop d'importance à ces énoncés, qui ne s'appliquent qu'à compter de la date de la présente communication. Cameco nie toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser tout énoncé prospectif, par suite d'information nouvelle, d'événements éventuels ou d'autres facteurs.

Renseignements

  • Cameco Corporation
    Demandes de renseignements des investisseurs et des médias :
    Alice Wong
    (306) 956-6337
    ou
    Demandes de renseignements des investisseurs :
    Bob Lillie
    (306) 956-6639
    ou
    Demandes de renseignements des médias :
    Lyle Krahn
    (306) 956-6316
    Site internet : www.cameco.com