Cameco

Cameco

17 sept. 2008 11h47 HE

Cameco présente une mise à jour sur l'état de l'usine de conversion de Port Hope

SASKATOON, SASKATCHEWAN--(Marketwire - 17 sept. 2008) -

TOUS LES MONTANTS SONT EXPRIMES EN DOLLARS CA (SAUF AVIS CONTRAIRE)

Cameco Corporation (TSX:CCO) (NYSE:CCJ) a annoncé aujourd'hui qu'elle a réglé le problème des fuites souterraines provenant de son usine de production d'hexafluorure d'uranium (UF6) survenu l'an dernier.

Lors d'une présentation au conseil municipal de Port Hope, la Société a déclaré avoir associé des mesures importantes de contrôle des eaux souterraines à d'importants travaux de réparation et d'amélioration de son usine d'UF6 dans le but d'empêcher que de l'uranium et d'autres produits chimiques liés à la production s'étendent davantage et de s'assurer qu'il n'y ait pas de fuites souterraines à l'avenir.

La Société a remis au conseil un résumé de ses rapports définitifs récemment soumis à la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) portant sur l'enquête et l'évaluation formelle des risques, qui ont été effectuées après la découverte en juillet 2007 que des matières s'étaient répandues à travers le plancher de l'usine dans le sol et dans les eaux souterraines. Cameco a volontairement suspendu l'exploitation dans l'usine d'UF6 pour étudier la cause de la fuite et élaborer des plans à court terme et à long terme dans le but de corriger ce problème. L'exploitation à l'usine adjacente qui produit du bioxyde d'uranium (UO2) n'a pas été affectée.

M. Andy Oliver, vice-président de la division des services de combustible de Cameco, a déclaré aux membres du conseil que la Société a été avisée le 12 septembre 2008 de l'acceptation par le personnel de la CCSN des plans de Cameco portant sur le redémarrage de la production d'UF6. Il prévoit que ceci se fera au cours des prochains jours. La Société émettra un communiqué de presse après le redémarrage de l'usine pour produire de l'UF6.

Il a ajouté : "Après l'acceptation par la CCSN de notre plan de redémarrage de la production, nous avons amorcé la dernière étape des travaux visant la reprise de l'exploitation. Comme l'usine est fermée depuis plus d'un an, nous avons appliqué une démarche prudente complète pour procéder au redémarrage de la production afin de s'assurer que ceci se fasse de manière appropriée et sûre."

Cameco a assez d'acide fluorhydrique pour reprendre l'exploitation à un rythme réduit qui permettra le maintien de la production durant un mois environ. Le seul fournisseur de Cameco d'acide fluorhydrique, qui est nécessaire à la production d'UF6, a mis fin à son contrat d'approvisionnement à long terme avec Cameco. Cameco est d'avis que le contrat a été résilié à tort. Le fournisseur a offert de fournir de l'acide fluorhydrique, mais à un prix nettement supérieur. Cameco cherche à résoudre ce problème et cherche des sources d'approvisionnement de rechange. L'approvisionnement d'acide fluorhydrique dans le marché au comptant n'est pas facilement accessible ou ne peut être livré sans plans de transport pré-autorisés.

Monsieur Oliver a déclaré : "Nous avons appliqué toute une série de mesures correctrices et pris d'autres mesures de contrôle et de prévention tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'usine pour résoudre le problème et pour éviter que des fuites se produisent à l'avenir. Cameco a beaucoup appris de cette expérience et appliquera ces leçons à d'autres secteurs de ses exploitations de Port Hope et à l'échelle de la Société."

Cameco prévoit que le total du coût des travaux correctifs sera de 50 à 55 millions $, dont environ 20 millions $ (incluant 17 millions $ encourus en 2007) seront comptabilisés, alors que l'autre partie sera capitalisée. Ces dépenses ont permis d'étudier la cause et les effets des fuites sous la surface, de remettre l'usine en bon état et d'aménager un réseau de puits qui recueille les eaux souterraines touchées dans le voisinage de l'usine et entre l'usine et le port. Les eaux souterraines recueillies font ensuite l'objet d'une évaporation dans le but de retirer et d'évacuer les contaminants en toute sécurité.

Dans l'usine, Cameco a effectué un certain nombre d'améliorations majeures, notamment le remplacement de parties importantes du plancher du rez-de-chaussée et l'application de revêtements résistant aux produits chimiques sur tous les planchers, ainsi que l'extraction de certains sols contaminés sous le bâtiment. En outre, la Société a nettement amélioré sa capacité de prévention et de détection des fuites en installant des dispositifs de retenue double autour des puisards et en ajoutant des capteurs de détection des fuites à certaines structures dans le sol. Les tranchées ont été inclinées pour assurer le drainage immédiat des liquides jusqu'aux puisards. Toutes les tranchées feront l'objet d'inspections régulières dans le cadre de l'amélioration des pratiques de gestion des liquides.

Monsieur Oliver a déclaré qu'il était satisfait et rassuré par le fait que l'évaluation de risque finale faite par une tierce partie indépendante a révélé que le niveau des contaminants ayant pénétré dans le sol et dans les eaux souterraines sur le site ne présente pas de danger pour la santé humaine ou pour l'environnement.

La Société a aussi rapporté qu'elle procède à l'élaboration d'un programme complet pour faire face à un autre problème de contamination souterraine résultant d'environ 150 ans d'exploitation par diverses industries sur le site actuellement occupé par Cameco. Monsieur Oliver a déclaré que Cameco, en consultation avec la CCSN et le ministère de l'Environnement de l'Ontario, est en voie de terminer ce programme, qui fournira plus de précisions sur la contamination du site, dont la plus grande partie est antérieure à la possession de la propriété par Cameco. La documentation de l'utilisation passée du site a été un élément clé de l'interprétation des constatations de cette enquête.

Monsieur Oliver a précisé : "Il est essentiel de comprendre l'historique industriel complexe de ce site pour inscrire les résultats de notre enquête dans un contexte approprié. Cameco s'est engagée à élaborer un plan pour faire face à ce problème d'une manière responsable sur le plan environnemental, peu importe qui a été responsable au départ de la contamination."

La Société a reçu un rapport préliminaire sur cette enquête, qui fait partie du programme qui servira à l'élaboration d'un plan de gestion environnementale pour tout le site. Avant l'achèvement de ce plan, Cameco a déjà établi un programme d'observation à long terme qui devrait contribuer à assurer l'efficacité du plan de gestion environnementale et la détection précoce des fuites. Une partie importante de ce plan sera le projet de nettoyage du site et de modernisation sur plusieurs années de Cameco, connu sous le nom de Vision 2010. Le projet, qui comprend l'extraction d'une quantité pouvant atteindre 150 000 mètres cubes de sol contaminé, de matériaux de construction et de résidus passés stockés, fait actuellement l'objet d'une évaluation environnementale.

L'enquête environnementale à l'échelle du site a identifié un nombre de contaminants souterrains à divers endroits dans la propriété. Elle confirme que de petites quantités de matières, provenant surtout d'exploitations antérieures à celles de Cameco, semblent pénétrer dans le port, à un point déjà identifié par Cameco dans des rapports présentés régulièrement à diverses autorités de réglementation durant plusieurs années.

Des données initiales provenant de l'évaluation indépendante des risques actuellement en cours, réalisée en même temps que l'enquête à l'échelle du site, indiquent que les petites quantités de contamination qui atteignent le port ne présentent pas de risque pour l'environnement.

Monsieur Oliver a déclaré : "Cameco a vérifié la qualité de l'eau dans le port de Port Hope durant environ une décennie et il n'y a pas eu détérioration de la qualité de l'eau durant cette période. En fait, les échantillons de sédiments indiquent que la qualité est meilleure qu'au cours des décennies antérieures."

Cameco, dont le siège social est établi à Saskatoon, en Saskatchewan, est le plus important producteur d'uranium au monde. Les produits d'uranium de la Société servent à produire de l'électricité dans des centrales nucléaires à l'échelle du globe et fournissent ainsi l'une des sources d'énergie les plus propres disponibles actuellement. Les actions de Cameco se négocient aux bourses de Toronto et de New York.

MISE EN GARDE RELATIVE A L'INFORMATION PROSPECTIVE ET AUX ENONCES PROSPECTIFS

Les énoncés contenus dans le présent communiqué de presse, qui ne sont pas des faits ou des données rétrospectives, constituent de "l'information prospective" (telle que définie par les lois canadiennes sur les valeurs mobilières) et "des énoncés prospectifs" (tels que définis par la U.S. Securities Exchange Act of 1934, avec modifications) qui pourraient être importants et qui comportent des risques, des incertitudes et d'autres facteurs susceptibles de faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux exprimés ou suggérés par ceux-ci. Les énoncés ci-dessus concernant la reprise de la production d'UF6 à Port Hope et certains autres énoncés concernant les événements futurs, notamment les mesures prévues pour empêcher les fuites d'uranium et d'autres produits chimiques liés à la production de s'étendre davantage et pour prévenir les fuites souterraines à l'avenir constituent de l'information prospective et ils sont fondés sur les hypothèses clés suivantes et sont assujettis aux facteurs de risque importants suivants qui pourraient faire en sorte que les résultats soient bien différents des attentes : nous avons supposé que les mesures de contrôle des eaux souterraines, associées aux importants travaux de réparation et d'amélioration de l'usine d'UF6, empêcheront l'uranium et les autres produits chimiques liés à la production de s'étendre davantage, à partir de l'usine, et feront en sorte qu'il n'y ait pas de fuites souterraines éventuelles, bien que ceci soit exposé à un certain nombre de risques, notamment à l'échec ou à une défaillance de matériel; nous avons supposé que l'usine d'UF6 pourra reprendre la production sans difficulté ou délai imprévu, mais ceci est assujetti à un certain nombre de risques, notamment au risque de difficultés inhabituelles associées à la période prolongée d'interruption de l'usine d'UF6, au risque d'une défaillance de matériel, au risque présenté par les phénomènes naturels, y compris le mauvais temps et les incendies, et au risque de délai ou d'échec ultime; nous avons formulé certaines hypothèses concernant nos estimations de coûts, qui sont exposées au risque que les coûts soient plus élevés que prévus; nous avons supposé que les constatations du rapport d'enquête préliminaire sur la contamination du site s'avéreront correctes, mais ceci est exposé au risque de constations adverses dans le rapport final; nous avons supposé que le plan d'observation à long terme assurera l'efficacité du plan de gestion à long terme et la détection précoce des fuites, bien que ceci soit exposé à un certain nombre de risques, notamment à l'échec ou à la défaillance du matériel.

L'information prospective et les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué représentent les opinions de Cameco à la date du présent communiqué et ils ne devraient pas être interprétés comme représentant les opinions de Cameco à toute date ultérieure. Même si Cameco prévoit que les événements à venir et les développements ultérieurs pourraient l'amener à modifier ses opinions, Cameco nie spécifiquement toute intention ou obligation de mettre à jour l'information prospective et les énoncés prospectifs, à la suite d'information nouvelle, d'événements futurs ou d'autres facteurs, sauf dans la mesure où elle y est tenue par les lois applicables sur les valeurs mobilières. L'information prospective et les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué concernant l'état de l'usine de conversion de Port Hope, notamment la reprise de la production d'UF6 décrite ci-dessus, sont présentés dans le but d'aider les actionnaires de Cameco à comprendre les opinions actuelles de la direction concernant ces éventualités, et ils pourraient bien ne pas être appropriés à d'autres fins.

Rien ne peut garantir que l'information prospective et les énoncés prospectifs s'avéreront exacts, puisque les résultats réels et les événements éventuels pourraient bien varier, ou différer sensiblement, de ceux anticipés dans ces énoncés. Le lecteur du présent communiqué devra donc éviter d'accorder une trop grande importance à l'information prospective et aux énoncés prospectifs.

Renseignements

  • Cameco Corporation
    Demandes de renseignements des investisseurs
    Rachelle Girard
    (306) 956-6403
    ou
    Demandes de renseignements des médias
    Bob Kelly
    (905) 885-1129, poste 4018 (Bureau)
    (289) 251-2361 (Cellulaire)
    Site internet : www.cameco.com