SOURCE: Cartus

Cartus

28 juin 2012 18h48 HE

Cartus présente son Étude de 2012 sur les tendances de la relocalisation mondiale

57 % des sociétés prévoient de muter davantage d'employés au cours des deux prochaines années tout en réduisant les avantages pour les expatriés et en passant à des affectations alternatives temporaires ; les employés sont plus susceptibles d'accepter une affectation de relocalisation à des fins de développement de carrière plutôt que pour une rémunération intéressante

DANBURY, CONNECTICUT--(Marketwire - Jun 28, 2012) - Malgré un climat économie mondial difficile, 57 % des sociétés multinationales prévoient de muter davantage d'employés au cours des deux prochaines années, selon l'Étude de 2012 sur les tendances de la relocalisation mondiale publiée aujourd'hui par Cartus Corporation. Cartus est un fournisseur de premier plan de services de relocalisation mondiale, mutant des employés d'un pays à l'autre parmi plus de 165 pays à travers le monde et aidant à la réalisation de plus de 153 000 relocalisations en 2011.

Cartus a mené son analyse des tendances de la relocalisation à l'échelle mondiale au cours du premier trimestre de 2012. L'étude se composait de 111 questions auxquelles ont répondu 122 sociétés multinationales basées sur le continent américain, dans la région EMOA, en APAC, et représentant toutes les industries majeures. En moyenne, chaque société interrogée compte environ 49 500 employés à travers le monde et mute plus de 300 employés annuellement.

À la question « Comment prévoyez-vous que l'activité de mobilité de votre entreprise évolue au cours des deux prochaines années ? », 57 % des sociétés interrogées ont répondu s'attendre à une hausse des activités d'affectation, 37 % prévoient qu'elles restent stables et 6 % prédisent une baisse de leur nombre de mutations à l'échelle mondiale.

« Notre étude sur les tendances mondiales a décelé deux problèmes majeurs à l'origine de cette hausse anticipée des activités de relocalisation institutionnelle : le besoin pour les sociétés de soutenir leur expansion prévue sur les marchés émergents, et la nécessité de combler le manque de disponibilité de talents locaux sur ces marchés », a déclaré Matt Spinolo, Vice-président exécutif de Cartus.

Parmi les découvertes les plus surprenantes de l'Étude sur les tendances de la relocalisation mondiale, on note que même si les répondants ont anticipé une hausse du volume de relocalisation, les sociétés changent de méthode pour déployer leurs employés. Les sociétés s'éloignent non seulement des affectations traditionnelles à long terme pour passer à des formes alternatives temporaires, mais elles réduisent également les avantages ainsi que les durées des affectations dans une certaine mesure.

Commentant la conclusion selon laquelle les sociétés réduisent les avantages des affectations, M. Spinolo a ajouté : « Cette étude a également révélé une tendance à l'« adaptation » des avantages, favorisée pour de nombreuses sociétés par des années de climat économique difficile qui les ont incitées à élaborer des programmes d'affectations plus intelligents et plus ciblés. » Bien que cela soit applicable à toutes les formes d'affectations de relocalisation, cela s'observe davantage dans les affectations à long terme, à propos desquelles environ la moitié (51 %) des sociétés interrogées ont déclaré qu'elles modifieraient très probablement leurs politiques au cours des deux prochaines années.

Dans le même temps, les employés se focalisent aussi davantage sur leurs carrières lorsqu'il s'agit de décider d'accepter une mutation professionnelle. L'étude a démontré que la raison numéro 1 (à 90 %) d'acceptation par les employés d'une mutation professionnelle est le « développement professionnel » devant les « rémunérations intéressantes ». Les personnes interrogées ont classé les rémunérations en seconde position, mais loin derrière avec un score de 35 %.

« L'Étude sur les tendances de la relocalisation mondiale offre un aperçu et une vue de l'intérieur à l'échelle mondiale des nombreux défis auxquels les multinationales et leurs employés mutés font face », a déclaré William Sheridan, Vice-président du National Foreign Trade Council. « Cette étude aide l'ensemble de notre industrie à rester au courant des tendances de la relocalisation mondiale et constitue un outil prodigieux pour les sociétés parce qu'elle fournit un ensemble de données unique les aidant à passer en revue leurs activités présentes et planifiées dans le contexte des plans d'autres multinationales. »

Certaines des principales découvertes de l'étude incluent :

  • Une conformité globale -- Il s'agit du problème classé comme le plus préoccupant par les sociétés en termes d'impact futur sur leurs organisations. Les préoccupations de conformité globale des sociétés englobent généralement les difficultés fiscales, liées à l'immigration, aux rémunérations et aux avantages, impliquées dans la mutation d'employés à l'échelle mondiale.

  • Contrôler les coûts -- Soixante-et-un pour cent (61 %) des sociétés ont fait état d'une emphase accrue sur le contrôle des coûts et une gestion plus étroite de la fonction de relocalisation globale ; bien qu'assez élevé, ce nombre représente toutefois une baisse par rapport aux 76 % de sociétés annonçant une hausse du contrôle des coûts en 2010.

  • Marchés émergents -- L'expansion sur les marchés émergents a été classée comme la raison principale de la hausse des activités de relocalisation au cours des deux dernières années. Dans le même temps, le nombre de pays dans lesquels les sociétés envoient leurs employés augmente ; les répondants ont nommé 41 pays distincts dans leur classement individuel des trois destinations de relocalisation les plus fréquentes, et ce chiffre est monté à 74 lorsque les sociétés ont été interrogées sur le nombre de nouveaux lieux où elles enverraient leurs employés.

  • Hausse des mutations permanentes -- À titre d'autre stratégie pour aider à contrôler les coûts et mieux se positionner, l'étude a démontré que les sociétés mutaient de plus en plus leurs employés de manière permanente, avec une paie et des avantages locaux. Les cinq pays ayant observé la hausse la plus élevée de leur nombre de mutations permanentes au cours des deux dernières années sont les États-Unis, le Royaume-Uni, Singapour, la Suisse et la Chine.

S'exprimant à propos de ces tendances, M. Spinolo a déclaré : « L'accent mis sur la conformité est clairement compliqué davantage par l'explosion sur les marchés émergents, où une navigation dans les réglementations dans les domaines clés de la fiscalité, des rémunérations et de l'immigration peut s'avérer incroyablement complexe. Simultanément, ces problèmes posent de nouvelles questions concernant la manière dont les sociétés gèrent leurs populations croissantes de « nomades mondiaux » - un groupe émergent de mutés qui se déplacent si régulièrement, et de manière si répétée, qu'ils ne reviennent jamais chez eux et deviennent des expatriés professionnels. »

Le muté type d'aujourd'hui : plus expérimenté, plus âgé et plus susceptible d'être en couple
Le profil du muté type d'aujourd'hui n'est plus représenté par le jeune employé célibataire d'il y a seulement deux ans. Les sociétés interrogées cette année ont déclaré que 48 % de leurs mutés étaient plus susceptibles d'avoir 40 ans ou plus, soit une hausse de 37 % par rapport à 2010.

De même, le pourcentage de mutés mariés/en couple et accompagnés a vivement augmenté, atteignant 49 %, soit une hausse de 29 % par rapport à l'étude de 2010.

Pays posant les plus gros problèmes - Les pays BRICS

Au cours des deux prochaines années, les sociétés multinationales pensent que ces cinq économies émergentes, aussi appelées les pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), poseront les plus gros problèmes pour les mutés (lesdits pays sont classés ci-dessous en fonction de leurs réponses) :

1. Chine
2. Inde
3. Brésil
4. Russie
5. Afrique du Sud

Autres tendances majeures

  • Les trois principaux problèmes familiaux ayant dissuadé les employés d'accepter une nouvelle affectation de relocalisation ont inclus : la difficulté à trouver des opportunités professionnelles pour leur époux(se)/partenaire (63 %), la disponibilité ou la qualité des écoles (46 %), suivi par le manque de familiarité avec la langue locale (25 %).

  • Bien que le coût d'une affectation échouée soit très élevé, il n'y a pas eu d'acceptation ou d'utilisation écrasante d'outils d'évaluation afin de désigner les meilleurs employés pour les affectations. Cependant, cette tendance est peut-être en train de changer : bien que moins de 20 % des sociétés interrogées utilisent un outil de ce type, 37 % indiquent envisager d'en utiliser un.

À propos de l'Étude de 2012 sur les tendances de la relocalisation mondiale
Cartus a publié pour la première fois son Étude sur les tendances de la relocalisation mondiale en 2002. Cette étude offre des connaissances sur les problèmes en évolution constante auxquels les sociétés multinationales et leurs employés font face. Pour recevoir un exemplaire gratuit de l'Étude de 2012 sur les tendances de la relocalisation mondiale, veuillez consulter le site : https://cartusmoves.com/research. Les sponsors de l'Étude de 2012 sur les tendances mondiales sont les suivants : sur le continent américain, le National Foreign Trade Council (www.nftc.org) - une organisation professionnelle de premier plan prônant un système d'échange mondial basé sur des règles. Fondé en 1914 par un groupe multisectoriel de sociétés américaines, le NFTC dessert aujourd'hui des centaines de sociétés membres via ses bureaux implantés à Washington et à New York ; dans la région EMOA, Re:locate, un site Web et une publication britannique s'adressant aux professionnels des RH et de la mobilité, et Mondissimo, une organisation de mobilité mondiale basée à Paris, en France ; en Asie, le magazine China Staff, publié par CCH, membre de WK Law & Business, et le Singapore Human Resources Institute (SHRI), une organisation composée d'un personnel de direction des ressources humaines s'intéressant à toutes les facettes des RH.

À propos de Cartus
Cartus fournit des conseils fiables aux entreprises de tous types et tailles à la recherche de solutions de relocalisation mondiale. En 2011, Cartus a desservi plus de 70 % des sociétés figurant dans le palmarès Fortune 50. Nous fournissons nos services dans plus de 165 pays en appliquant notre expérience de plus d'un demi-siècle pour répondre aux besoins de nos clients en matière de mobilité, d'externalisation, de conseil et de formation linguistique et interculturelle. Cartus fait partie de Realogy Corporation, un fournisseur mondial de services immobiliers et de relocalisation. Pour en savoir plus sur la façon dont notre expérience, notre portée et nos conseils pratiques de qualité supérieure peuvent aider votre société, veuillez consulter les sites www.cartus.com et www.pitchengine.com/cartus, lire notre blog à l'adresse www.cartusblog.com ou cliquer sur www.realogy.com pour tout complément d'information.

Renseignements

Multimédia