Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

08 févr. 2013 16h25 HE

Cessez les jeux politiques avec les sans-emploi

M. Georgetti du CTC réagit aux données sur l'emploi de Statistique Canada

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 8 fév. 2013) - Le gouvernement fédéral doit cesser ses jeux politiques qui stigmatisent les sans-emploi, déclare Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

« Dernièrement, certains ministres ont tenté de justifier les échecs des politiques de leur gouvernement en décrivant les personnes sans emploi comme des tricheurs et des fraudeurs, indique M. Georgetti. Le gouvernement doit cesser de stigmatiser les personnes qui ont perdu leur emploi bien malgré eux et mettre en place des politiques qui permettront de soutenir la création de bons emplois capables de subvenir aux besoins d'une famille. »

M. Georgetti réagissait à la publication par Statistique Canada de son Enquête sur la population active de janvier 2013. « Un nombre étonnant de 45 800 personnes ont perdu leur emploi en janvier, dont la majorité à temps plein. Le gouvernement doit mettre l'accent sur la création d'emplois. »

Le Canada comptait 1 322 800 personnes sans emploi en janvier et le taux de chômage national s'établissait à 7,0 %. Dans le groupe d'âge des 15 à 24 ans, le taux de chômage était de 13,5 % et 46,9 % des jeunes ne travaillaient qu'à temps partiel.

En 2012, le gouvernement a forcé le Parlement à adopter une législation qui rend beaucoup plus difficile aux chômeurs et chômeuses de recevoir des prestations d'assurance-emploi. Les médias ont rapporté que le gouvernement a fourni aux bureaux régionaux le montant des réductions mensuelles à effectuer dans les prestations d'AE. Mais selon les données de Statistique Canada, seuls 37,9 % des Canadiens et Canadiennes en chômage sont admissibles à l'assurance-emploi, et il y a 5,0 personnes sans emploi pour chaque poste vacant.

M. Georgetti ajoute : « Le taux de chômage est toujours extrêmement élevé et les entreprises qui ont obtenu des réductions d'impôt pour créer des emplois amassent toujours des liquidités. Le gouvernement pour sa part préfère diaboliser les victimes de la récession. C'est le pire exemple de politique, et cela ne permettra pas de résoudre la crise de l'emploi. »

Analyse rapide d'Angella MacEwen, économiste principale du CTC

La croissance de l'emploi à l'automne 2012 a été plus forte que prévu par les données économiques fondamentales, alors de nombreux économistes prévoyaient une croissance plus faible en janvier.

Il y a eu une perte générale de 45 800 emplois en janvier 2013, la majorité à temps plein et détenue par le principal groupe d'âge actif (25 à 54 ans). On a observé une augmentation du nombre de travailleuses et travailleurs autonomes de près de 24 000.Le taux de chômage a diminué de 0,1 point de pourcentage pour atteindre 7,0 %, en raison des travailleuses et travailleurs découragés qui ont quitté le marché du travail. Le taux de chômage réel est passé de 9,4 % en décembre à 10,7 % en janvier, en raison de la hausse des travailleuses et travailleurs découragés et du travail à temps partiel involontaire. Pour les jeunes de 15 à 24 ans, le taux de chômage réel est passé d'un plancher de 16,9 % en décembre à 19,3 % en janvier.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux. Site Web: congresdutravail.ca. Suivez-nous sur Twitter : @CanadianLabour.

Renseignements

  • (Français)
    Sylvain Schetagne
    Economiste en chef, CTC
    613-526-7445

    (Anglais)
    Angella MacEwen
    Economiste principale, CTC
    613-526-7412

    Dennis Gruending
    Communications, CTC
    613-526-7431
    Cell. et SMS : 613-878-6040
    dgruending@clc-ctc.ca