La Télévision des ressources naturelles (IDNR-TV)

La Télévision des ressources naturelles (IDNR-TV)

21 févr. 2012 12h33 HE

Chibougamau et sa mairesse réclament de BELL TV et Vidéotron la venue du service de IDNR-TV, dans la région Nord-du-Québec

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 21 fév. 2012) - Dans une lettre adressée à la haute direction de BELL TV de Vidéotron de Quebecor Média, la mairesse de la ville de Chibougamau, madame Manon Cyr a réclamé ces jours derniers du cablôdistributeur le droit de recevoir à Chibougamau-Chapais le signal de IDNR-TV, la seule chaîne spécialisée entièrement dédiée au monde des ressources naturelles.

Dans la foulée, la mairesse Cyr a plaidé qu'au-delà de leur mission, les médias de masses avaient pour but ultime d'accompagner les communautés dans les étapes cruciales de leur développement: droit qui apparaît comme étant nié, à l'heure actuelle, par plusieurs teledistributeurs. Se référant au développement accéléré dont l'industrie minière est l'objet dans la région Nord-du-Québec, particulièrement dans le secteur Chibougamau-Chapais, madame Cyr a poursuivi en affirmant que la programmation de INDR-TV était, visiblement, la seule qui rejoignait les intérêts primaires de sa population avec des émissions qui se veulent rassembleuses, car elles proposent une réalité qui nous ressemble, de renchérir la mairesse de Chibougamau.

Citant les cas de l'Abitibi et de Fermont sur la Côte-Nord qui reçoivent le signal de INDR-TV, la mairesse a soutenu qu'il était anormal et injuste surtout pour la communauté du Nord-du-Québec que celle-ci soit privé d'un paysage audiovisuel qui engendre un resserrement de l'appartenance et de la fierté collective.

Pour la mairesse de Chibougamau, le fait d'être privé d'un tel service connstitue une sorte de violation d'un droit fondamental collectif qui contribue à maintenir les communautés des régions minières dans un statut de citoyen ou de population de seconde zone. Selon madame Cyr, cette situation est d'autant plus inacceptable que tout indique que le développement spectaculaire dont la région hérite à l'heure actuelle représente une tendance qui devrait nettement s'accélérer; ce qui, pour la mairesse, justifie amplement la venue d'un service télévisuel qui corresponde à la vie quotidienne de la communauté du Nord-du-Québec qui n'a, par ailleurs, aucune commune mesure avec ce que propose la montréalisation de la programmation de la plupart des chaînes généralistes.

«Un paysage télévisuel qui offre une couleur locale et régionale forte est l'une des clés qui peut contribuer à assurer la pérennité d'une vie régionale riche et gratifiante qui, combinée au développement des emplois, pourra permettre aux générations montantes, aux jeunes et moins jeunes travailleurs, de renforcer leurs racines auxquelles ils devront forcément à défaut renoncer» de poursuivre la mairesse de Chibougamau qui a reçu l'appui de nombreux intervenants du milieu dans sa démarche.

Disant craindre que sa requête ne soit reléguée aux oubliettes, la mairesse a conclu en affirmant avoir ressenti le besoin d'alerter, du même coup, le ministre fédéral des Ressources naturelles, Joe Oliver, son homologue du Québec, Clément Gignac, tout comme les nombreux élus membres de la Conférence régionale des élus de la Baie-James (CRÉBJ) ainsi que le député d'Ungava, Luc Ferland et monsieur le maire Steve Gamache de la ville limitrophe de Chapais.

Renseignements