COGECO inc.

TSX : CGO


COGECO inc.

10 avr. 2013 22h27 HE

COGECO annonce de solides résultats financiers pour le deuxième trimestre de l'exercice 2013

- Croissance de 35,6 % de son bénéfice opérationnel avant amortissements(1)

- Augmentation du bénéfice des activités poursuivies de 91,9 %

- Conclusion fructueuse de l'acquisition de Peer 1 Network Entreprises, Inc. par Cogeco Câble

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 10 avril 2013) - COGECO inc. (TSX:CGO) (« COGECO » ou la « Société ») a annoncé aujourd'hui ses résultats financiers pour le deuxième trimestre de l'exercice 2013 clos le 28 février 2013, conformément aux Normes internationales d'information financière (« IFRS »).

Pour le deuxième trimestre et le premier semestre de l'exercice 2013, lesquels comprennent les résultats opérationnels d'Atlantic Broadband (« ABB ») portant sur une période de trois mois et ceux de Peer 1 Network Enterprises, Inc.
(« PEER 1 ») portant sur une période de un mois :

  • Les produits ont augmenté de 32,7 %, pour atteindre 458,5 millions $, et de 19,3 %, pour atteindre 825,1 millions $;

  • Le bénéfice opérationnel avant amortissements a augmenté de 35,6 % par rapport à celui du deuxième trimestre de l'exercice 2012, pour s'établir à 196,0 millions $, et de 23,8 % par rapport au premier semestre de l'exercice précédent, pour s'établir à 352,5 millions $;

  • Le bénéfice de la période des activités poursuivies a totalisé 56,5 millions $ au deuxième trimestre, comparativement à 29,4 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. La progression du bénéfice pour le trimestre est principalement attribuable à l'augmentation du bénéfice opérationnel avant amortissements provenant en grande partie des acquisitions, dans le secteur de la câblodistribution, d'ABB et de PEER 1, laquelle a été contrebalancée en partie par les frais d'acquisition et l'augmentation des charges financières relatifs à ABB et à PEER 1. Au premier semestre de l'exercice 2013, le bénéfice de la période des activités poursuivies s'est élevé à 103,6 millions $, comparativement à 74,0 millions $ au premier semestre de l'exercice 2012. Pour le semestre clos le 28 février 2013, la hausse est principalement attribuable à l'augmentation du bénéfice opérationnel avant amortissements provenant essentiellement de l'acquisition d'ABB, contrebalancée en partie par les frais d'acquisition et l'augmentation des charges financières relatifs à ABB et à PEER 1 ainsi que l'augmentation de la charge d'impôt sur le résultat;

  • Le bénéfice de la période s'est chiffré à 56,5 millions $ au deuxième trimestre, comparativement à 81,5 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Au premier semestre de l'exercice 2013, le bénéfice de la période s'est élevé à 103,6 millions $, comparativement à 129,4 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Ce recul pour les deux périodes est essentiellement imputable au bénéfice de l'exercice précédent tiré de la filiale portugaise, Cabovisão - Televisão por Cabo, S.A. (« Cabovisão »), présentée dans les activités abandonnées et cédée le 29 février 2012, lequel a été contrebalancé en partie par les augmentations du bénéfice opérationnel avant amortissements, des charges financières et des frais d'acquisition relatifs à ABB et à PEER 1 ainsi qu'à l'augmentation de la charge d'impôt sur le résultat;

  • Les flux de trésorerie nets(1) ont atteint 34,4 millions $ pour le deuxième trimestre, comparativement à 18,0 millions $ au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Au premier semestre, les flux de trésorerie nets se sont chiffrés à 53,0 millions $, comparativement à 44,3 millions $ au premier semestre de l'exercice 2012. L'augmentation des flux de trésorerie nets par rapport à l'exercice précédent est attribuable à l'augmentation du bénéfice opérationnel avant amortissements, partiellement contrebalancée par l'augmentation des charges financières, les frais d'acquisition relatifs aux acquisitions d'ABB et de PEER 1 ainsi que l'augmentation des acquisitions d'immobilisations corporelles;

(1) Les termes désignés n'ont pas de définition normalisée selon les Normes internationales d'information financière (les « IFRS »); par conséquent, ils peuvent ne pas être comparables avec des mesures semblables utilisées par d'autres sociétés. Pour plus de détails, se reporter à la rubrique « Mesures financières non définies par les IFRS » du rapport de gestion.
  • Un dividende trimestriel de 0,19 $ l'action a été versé aux porteurs d'actions subalternes à droit de vote et d'actions à droits de vote multiples, ce qui représente une augmentation de 0,01 $ l'action, ou 5,6 %, par rapport au dividende de 0,18 $ l'action versé au deuxième trimestre de l'exercice 2012. Les versements de dividendes au premier semestre de l'exercice 2013 ont totalisé 0,38 $ l'action, contre 0,36 $ l'action à l'exercice 2012;

  • Pour l'exercice 2013, dans le secteur de la câblodistribution, le nombre d'unités de service primaire(1) a augmenté de 7 463 pour le deuxième trimestre et de 22 543 pour le premier semestre de l'exercice 2013. Au 28 février 2013, le nombre d'unités de service primaire consolidé s'est élevé à 2 486 350, dont 1 984 555 proviennent du secteur des Services de câblodistribution canadiens et 501 795 du secteur des Services de câblodistribution américains;

  • Le 31 janvier 2013, Cogeco Câble a conclu l'acquisition de 96,57 % des actions émises et en circulation de PEER 1 par voie d'une offre publique d'achat (l'« offre ») d'une valeur d'environ 649 millions $. Le 3 avril 2013, Cogeco Câble a conclu l'acquisition des 3,43 % d'actions émises et en circulation restantes de PEER 1 pour une contrepartie en trésorerie de 17 millions $, conformément aux dispositions en matière d'acquisition forcée de l'article 300 de la Business Corporations Act (« Colombie-Britannique »). Aux fins de la réalisation de l'offre, Cogeco Câble a obtenu des facilités de crédit garanties d'un montant d'environ 650 millions $, venant à échéance en 2017, auprès d'un consortium de prêteurs. PEER 1 est l'un des premiers fournisseurs d'infrastructure Internet au monde et se spécialise dans les domaines de l'hébergement géré, des serveurs attitrés, des services d'informatique en nuage et de la co- implantation. Cette acquisition renforce la zone de couverture de Cogeco Câble et valorise ses initiatives stratégiques par l'augmentation de la portée de l'entreprise dans un secteur attrayant qui offre des perspectives de croissance importantes pour des plateformes de centres de données informatiques à la fine pointe de la technologie. En plus des quelque 11 000 clients à qui elle offre actuellement ses services, la Société desservira également des entreprises supplémentaires à l'échelle mondiale grâce à 23 centres de données et à 21 points de présence partout en Amérique du Nord et en Europe. Le centre de réseau principal et siège social de PEER 1 restera situé à Vancouver.

« Nous sommes satisfaits des résultats favorables obtenus au deuxième trimestre de l'exercice 2013 », a déclaré M. Louis Audet, président et chef de la direction de COGECO inc. « La filiale de câblodistribution maintient sa trajectoire et continue d'afficher une croissance stable, au sein même de l'entreprise et grâce à des acquisitions. Les résultats du premier trimestre d'ABB, qui constitue une composante de Cogeco Câble, ont été conformes aux attentes. Je suis convaincu de la capacité continue de cette filiale à fournir un rendement et un apport favorables aux objectifs de COGECO », a ajouté M. Audet.

« En ce qui concerne Cogeco Diffusion inc., nous sommes satisfaits des cotes d'écoute obtenues pour nos stations de radio, qui confirment notre position de chef de file dans le marché montréalais ainsi que de notre bonne performance dans la plupart de nos autres marchés partout dans la province de Québec. En outre, nos activités ayant trait à la publicité dans les transports collectifs, Cogeco Métromédia, obtiennent les résultats escomptés », a conclu M. Audet.

(1) Représente la somme des clients des services de Télévision, d'Internet haute vitesse (« IHV ») et de Téléphonie.

RAPPORT AUX ACTIONNAIRES

Trimestre et semestre clos le 28 février 2013

FAITS SAILLANTS

Trimestres clos Semestres clos
(en milliers de dollars sauf la croissance des unités primaire et les données par action) 28 février 29 février 28 février 29 février
2013 2012 Variation 2013 2012 Variation
$ $ % $ $ %
Opérations
Produits 458 501 345 613 32,7 825 109 691 636 19,3
Bénéfice opérationnel avant amortissements(1) 195 968 144 518 35,6 352 548 284 779 23,8
Bénéfice opérationnel 102 464 58 931 73,9 185 741 133 573 39,1
Bénéfice de la période des activités poursuivies 56 517 29 449 91,9 103 612 73 973 40,1
Bénéfice de la période des activités abandonnées - 52 047 - - 55 446 -
Bénéfice de la période 56 517 81 496 (30,7 ) 103 612 129 419 (19,9 )
Bénéfice de la période attribuable aux propriétaires de la Société 16 899 25 089 (32,6 ) 35 386 43 859 (19,3 )
Flux de trésorerie
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles 157 095 126 455 24,2 151 090 136 025 11,1
Flux de trésorerie liés aux opérations(1) 140 413 105 153 33.5 242 203 209 892 15,4
Acquisitions d'immobilisations corporelles, incorporelles et autres actifs 106 019 87 186 21,6 189 174 165 590 14,2
Flux de trésorerie nets(1) 34 394 17 967 91.4 53 029 44 302 19.7
Situation financière(2)
Immobilisations corporelles - - - 1 752 195 1 343 904 30,4
Total de l'actif - - - 5 406 525 3 103 919 74,2
Endettement(3) - - - 3 137 780 1 180 971 -
Capitaux propres attribuables aux propriétaires de la Société - - - 430 130 397 799 8,1
Croissance des unités de service primaire(4) 7 463 12 280 (39,2 ) 22 543 58 459 (61,4 )
Données par action(5)
Bénéfice par action attribuable aux propriétaires de la Société
Des activités poursuivies et abandonnées
De base 1,01 1,50 (32,7 ) 2,12 2,62 (19,1 )
Dilué 1,00 1,49 (32,9 ) 2,10 2,61 (19,5 )
Des activités poursuivies
De base 1,01 0,50 - 2,12 1,56 35,9
Dilué 1,00 0,50 - 2,10 1,55 35,5
Des activités abandonnées
De base - 1,00 - - 1,07 -
Dilué - 0,99 - - 1,06 -
(1) Les termes désignés n'ont pas de définition normalisée selon les Normes internationales d'information financière (les « IFRS »); par conséquent, ils peuvent ne pas être comparables avec des mesures semblables utilisées par d'autres sociétés. Pour plus de détails, se reporter à la rubrique « Mesures financières non définies par les IFRS » du rapport de gestion.
(2) Au 28 février 2013 et au 31 août 2012.
(3) L'endettement est défini comme le total de l'endettement bancaire, du capital de la dette à long terme, du solde à payer relativement à des regroupements d'entreprises et des obligations en vertu des instruments financiers dérivés.
(4) Représente la somme des clients des services de Télévision, d'Internet haute vitesse (« IHV ») et de Téléphonie.
(5) Par action à droits de vote multiples et action subalterne à droit de vote.

RAPPORT DE GESTION

Trimestre et semestre clos le 28 février 2013

ÉNONCÉS DE NATURE PROSPECTIVE

Le présent rapport de gestion contient des énoncés qui pourraient être de nature prospective au sens des lois sur les valeurs mobilières. Les énoncés prospectifs représentent de l'information ayant trait aux perspectives futures et aux événements, aux affaires, aux opérations, au rendement financier, à la situation financière ou aux résultats anticipés de COGECO et, dans certains cas, peuvent être introduits par des termes comme « pourrait », « sera », « devrait », « prévoir », « planifier », « anticiper », « croire », « avoir l'intention de », « estimer », « prédire », « potentiel », « continuer », « assurer » ou d'autres expressions de même nature à l'égard de sujets qui ne constituent pas des faits historiques. De manière plus précise, les énoncés concernant les résultats opérationnels et le rendement économique futurs de la Société, ainsi que ses objectifs et stratégies, représentent des énoncés prospectifs. Ces énoncés sont fondés sur certains facteurs et hypothèses, y compris en ce qui a trait à la croissance prévue, aux résultats opérationnels, au rendement ainsi qu'aux perspectives et aux occasions d'affaires, que COGECO juge raisonnables au moment de les formuler. Bien que la direction considère ces hypothèses comme raisonnables en fonction de l'information dont elle dispose au moment de les formuler, elles pourraient s'avérer inexactes. La Société avise le lecteur qu'en raison du ralentissement économique observé au cours des dernières années, les énoncés de nature prospective et les hypothèses sous-jacentes de la Société sont sujets à de plus grandes incertitudes et que, par conséquent, ils pourraient ne pas se réaliser ou les résultats pourraient différer de façon importante des attentes de la Société. Il est impossible pour COGECO de prédire avec certitude l'incidence que les incertitudes économiques actuelles pourraient avoir sur les résultats futurs. Les énoncés prospectifs sont aussi assujettis à certains facteurs, y compris les risques et incertitudes (décrits dans la rubrique « Incertitudes et principaux facteurs de risque » du rapport de gestion annuel de 2012 de la Société ainsi que dans le présent rapport de gestion), qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement des prévisions actuelles de COGECO.

Ces facteurs comprennent les risques liés aux marchés et à la concurrence, la technologie, aux développements sur le plan de la réglementation, aux charges opérationnelles, aux systèmes d'information, aux sinistres et aux autres éventualités, aux risques financiers liés aux besoins en capital, aux ressources humaines, à l'actionnaire détenant le contrôle et la structure de détention, dont bon nombre sont indépendants de la volonté de la Société. En conséquence, les événements et résultats futurs pourraient être bien différents de ce que la direction prévoit actuellement. La Société invite le lecteur à ne pas s'appuyer outre mesure sur les renseignements de nature prospective maintenant ou à une quelque autre date. Bien que la direction puisse décider de le faire, rien n'oblige la Société à mettre à jour ni à modifier ces renseignements de nature prospective à tout moment, sauf si la loi l'exige.

Tous les montants sont exprimés en dollars canadiens, sauf indication contraire. Ce rapport devrait être lu conjointement avec le rapport de gestion, les états financiers consolidés intermédiaires résumés et les notes afférentes de la Société, préparés conformément aux Normes internationales d'information financière (« IFRS ») compris dans le rapport annuel de 2012 de la Société.

STRATÉGIES ET OBJECTIFS DE L'ENTREPRISE

Les objectifs de COGECO sont d'offrir des services d'excellente qualité à ses clients et de maximiser la valeur pour les actionnaires en augmentant la rentabilité et en assurant une croissance continue des produits. Les stratégies mises en œuvre à cette fin, appuyées par un contrôle rigoureux des coûts et des processus d'affaires, sont propres à chaque secteur. Dans le secteur de la câblodistribution, les stratégies privilégiées pour atteindre les objectifs de COGECO sont la croissance soutenue de l'entreprise et l'amélioration constante des réseaux et des équipements. Les activités de radiodiffusion se concentrent, quant à elles, sur l'amélioration continue de la programmation en vue d'accroître la part de marché de la Société et, de ce fait, sa rentabilité. La Société mesure sa performance à l'égard de ces objectifs en surveillant son bénéfice opérationnel avant amortissements(1), la croissance de ses unités de service primaire(2) et ses flux de trésorerie nets(1).

INDICATEURS DE RENDEMENT CLÉS

BÉNÉFICE OPÉRATIONNEL AVANT AMORTISSEMENTS

Pour le semestre clos le 28 février 2013, le bénéfice opérationnel avant amortissements a augmenté de 23,8 % par rapport à la période correspondante de l'exercice 2012, pour s'établir à 352,5 millions $. À la suite de l'acquisition de Peer 1 Network Enterprises, Inc. (« PEER 1 ») dans le secteur de la câblodistribution, la direction a révisé ses projections du 14 janvier 2013 pour l'exercice 2013. Le bénéfice opérationnel avant amortissements devrait maintenant passer de 750 millions $ à 782 millions $. Pour plus de détails, veuillez consulter les projections révisées de l'exercice 2013 à la rubrique « Projections financières pour l'exercice 2013 ».

FLUX DE TRÉSORERIE NETS

Pour le semestre clos le 28 février 2013, COGECO a déclaré des flux de trésorerie nets de 53 millions $, comparativement à 44,3 millions $ pour le premier semestre de l'exercice précédent, représentant une hausse de 8,7 millions $. Cet écart est essentiellement attribuable à l'augmentation du bénéfice opérationnel avant amortissements, partiellement contrebalancée par l'augmentation des charges financières, les frais d'acquisition relatifs aux acquisitions d'Atlantic Broadband (« ABB ») et de PEER 1 ainsi que par l'augmentation des acquisitions d'immobilisations corporelles. Pour tenir compte de l'acquisition de PEER 1, la direction a aussi révisé ses projections à l'égard des flux de trésorerie nets, les faisant passer de 175 millions $ à 150 millions $, en raison des acquisitions d'immobilisations corporelles, incorporelles et autres actifs qui sont supérieures aux flux de trésorerie générés par PEER 1, des frais d'intégration, de restructuration et d'acquisition additionnels de 9 millions $ ainsi que des charges financières additionnelles de 17 millions $ liés à cette acquisition. Pour plus de détails, veuillez consulter les projections révisées de l'exercice 2013 à la rubrique « Projections financières pour l'exercice 2013 ».

SECTEUR DE LA CÂBLODISTRIBUTION

Croissance des unités de service primaire et pénétration des offres de services

Au cours du semestre clos le 28 février 2013, le nombre d'unités de service primaire a atteint 2 486 350, dont 1 984 555 proviennent du secteur des Services de câblodistribution canadiens et 501 795, du secteur des Services de câblodistribution américains. Dans le secteur des Services de câblodistribution américains, le nombre d'unités de service primaire a augmenté de 7 121 au cours du trimestre, principalement en raison des services de Télévision et d'IHV. En ce qui a trait au secteur des Services de câblodistribution canadiens, le nombre d'unités de service primaire a augmenté à un rythme moins soutenu, pour s'établir à 342, comparativement à 12 280 pour la période correspondante de l'exercice précédent, principalement en raison de la maturité des catégories de service et de la concurrence plus vive pour les services de télévision. Cogeco Câble maintient des initiatives de marketing ciblées dans le but d'accroître le niveau de pénétration de ses services.

CROISSANCE DE L'ENTREPRISE ET AUTRES

Le sondage BBM Canada réalisé à l'hiver 2013 dans la région de Montréal par Portable People Meter (« PPM ») révèle que 98,5 FM est la radio qui se classe à la tête du marché francophone de Montréal auprès de tous les auditeurs et dans la catégorie « hommes de deux ans et plus » (« 2+ »), tandis que Rythme FM a maintenu sa position de chef de file dans la catégorie « femme 2+ » parmi les stations musicales. Quant au marché anglophone de Montréal, The Beat est la radio qui se classe au premier rang dans la catégorie « femmes de 35 à 64 ans ». Dans les autres régions du Québec, nos stations de radio ont enregistré de bonnes cotes d'écoute.

Le 31 janvier 2013, Cogeco Câble a conclu l'acquisition de 96,57 % des actions émises et en circulation de PEER 1 par voie d'une offre publique d'achat (l'« offre ») d'une valeur d'environ 649 millions $. Le 3 avril 2013, Cogeco Câble a conclu l'acquisition des 3,43 % d'actions émises et en circulation restantes de PEER 1 pour une contrepartie en trésorerie de 17 millions $, conformément aux dispositions en matière d'acquisition forcée de l'article 300 de la Business Corporations Act (« Colombie-Britannique »). Aux fins de la réalisation de l'offre, Cogeco Câble a obtenu des facilités de crédit garanties d'un montant d'environ 650 millions $, venant à échéance en 2017, auprès d'un consortium de prêteurs. PEER 1 est l'un des premiers fournisseurs d'infrastructure Internet au monde et se spécialise dans les domaines de l'hébergement géré, des serveurs attitrés, des services d'informatique en nuage et de la co-implantation. Cette acquisition renforce la zone de couverture de Cogeco Câble et valorise ses initiatives stratégiques par l'augmentation de la portée de l'entreprise dans un secteur attrayant qui offre des perspectives de croissance importantes pour des plateformes de centres de données informatiques à la fine pointe de la technologie. En plus des quelque 11 000 clients à qui elle offre actuellement ses services, la Société desservira également des entreprises supplémentaires à l'échelle mondiale grâce à 23 centres de données et à 21 points de présence partout en Amérique du Nord et en Europe. Le centre de réseau principal et siège social de PEER 1 restera situé à Vancouver.

(1) Les termes désignés n'ont pas de définition normalisée selon les IFRS; par conséquent, ils peuvent ne pas être comparables avec des mesures semblables utilisées par d'autres sociétés. Pour plus de détails, se reporter à la rubrique « Mesures financières non définies par les IFRS ».
(2) Représente la somme des clients des services de Télévision, d'Internet haute vitesse (« IHV ») et de Téléphonie.

Le 30 novembre 2012, Cogeco Câble a conclu l'acquisition d'ABB, un câblodistributeur indépendant fondé en 2003 qui compte près de 495 000 unités de service primaire et offre des services de Télévision numérique et analogique, d'IHV et de Téléphonie. Cette acquisition est un intéressant point d'entrée sur le marché américain, offrant une augmentation significative des unités de service primaire à fort potentiel de croissance, un excellent réseau d'infrastructure de qualité ainsi que la possibilité pour les dirigeants de la Société de faire bénéficier de leur savoir-faire et de leur expérience opérationnelle. La transaction, qui est évaluée à 1,36 milliard $ US, a été financée au moyen d'une combinaison d'espèces, d'un prélèvement sur le crédit à terme renouvelable existant de la Société d'un montant approximatif de 588 millions $ US et d'emprunts totalisant 660 millions $ US aux termes d'un nouveau financement garanti sans recours contracté par ABB. ABB, 12e câblodistributeur en importance aux États-Unis, exploite des réseaux de câblodistribution dans l'ouest de la Pennsylvanie, le sud de la Floride, au Maryland, au Delaware et en Caroline du Sud.

RÉSULTATS OPÉRATIONNELS ET FINANCIERS

RÉSULTATS OPÉRATIONNELS

Trimestres clos les Semestres clos les
28 février 29 février 28 février 29 février
2013 2012 Variation 2013 2012 Variation
(en milliers de dollars, sauf les pourcentages) $ $ % $ $ %
Produits 458 501 345 613 32,7 825 109 691 636 19,3
Charges opérationnelles 262 533 201 095 30,6 472 561 406 857 16,1
Bénéfice opérationnel avant amortissements 195 968 144 518 35,6 352 548 284 779 23,8

PRODUITS

Pour le deuxième trimestre de l'exercice 2013, les produits ont augmenté de 112,9 millions $, ou 32,7 %, par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent, pour atteindre 458,5 millions $. Pour le premier semestre, les produits ont totalisé 825,1 millions $, soit une augmentation de 133,5 millions $, ou 19,3 %, par rapport au premier semestre de l'exercice 2012. L'augmentation des produits pour les deux périodes est principalement attribuable aux résultats opérationnels du secteur de la câblodistribution et des produits générés par Métromédia CMR Plus Inc. (« Métromédia »), acquise au cours du deuxième trimestre de l'exercice 2012.

Dans le secteur de la câblodistribution, les produits du deuxième trimestre de l'exercice 2013 ont augmenté de 111,9 millions $, ou 35,2 %, par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent, pour atteindre 429,7 millions $. Pour le premier semestre, les produits se sont élevés à 757,6 millions $, soit une hausse de 124,4 millions $, ou 19,7 %, par rapport à la période correspondante de l'exercice 2012. Pour obtenir plus de détails sur les produits du secteur de la câblodistribution, se reporter à la rubrique « Secteur de la câblodistribution ».

CHARGES OPÉRATIONNELLES

Pour le deuxième trimestre de l'exercice 2013, les charges opérationnelles ont augmenté de 61,4 millions $, pour atteindre 262,5 millions $, soit une hausse de 30,6 % par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. Pour le premier semestre de l'exercice, les charges opérationnelles se sont élevées à 472,6 millions $, soit une hausse de 65,7 millions $, ou 16,1 %, par rapport à la période correspondante de l'exercice 2012. L'augmentation des charges opérationnelles est principalement imputable aux résultats opérationnels du secteur de la câblodistribution.

Pour le deuxième trimestre, les charges opérationnelles du secteur de la câblodistribution ont augmenté de 59,3 millions $, pour atteindre 230,9 millions $, soit une hausse de 34,5 % par rapport à l'exercice précédent. Pour le premier semestre de l'exercice, les charges opérationnelles se sont élevées à 405,1 millions $, soit une hausse de 57 millions $, ou 16,4 %, par rapport à la période correspondante de l'exercice 2012. Pour obtenir plus de détails sur les charges opérationnelles du secteur de la câblodistribution, se reporter à la rubrique « Secteur de la câblodistribution ».

BÉNÉFICE OPÉRATIONNEL AVANT AMORTISSEMENTS

Principalement en raison d'une augmentation plus élevée des produits par rapport aux charges opérationnelles découlant en grande partie du secteur de la câblodistribution, le bénéfice opérationnel avant amortissements a augmenté de 51,5 millions $, ou 35,6 %, au deuxième trimestre, pour atteindre 196,0 millions $, et de 67,8 millions $, ou 23,8 %, au premier semestre de l'exercice 2013, pour atteindre 352,5 millions $, par rapport aux périodes correspondantes de l'exercice précédent. Pour plus de détails sur les résultats opérationnels de Cogeco Câble, se reporter à la rubrique « Secteur de la câblodistribution ».

CHARGES FIXES

Trimestres clos les Semestres clos les
28 février 29 février 28 février 29 février
2013 2012 Variation 2013 2012 Variation
(en milliers de dollars, sauf les pourcentages) $ $ % $ $ %
Amortissements 86 014 85 479 0,6 152 055 151 098 0,6
Charges financières 30 531 16 110 89,5 47 545 33 888 40,3

Pour le trimestre et le semestre clos le 28 février 2013, la dotation aux amortissements est demeurée essentiellement la même, à 86,0 millions $ et à 152,1 millions $, respectivement, comparativement à 85,5 millions $ et à 151,1 millions $ pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent, principalement en raison des acquisitions récentes d'ABB et de PEER 1 (les « acquisitions récentes ») par Cogeco Câble et des acquisitions additionnelles d'immobilisations corporelles, contrebalancées par une charge d'amortissement plus élevée au cours de l'exercice 2012 liée à la réduction de la durée d'utilité de certains appareils résidentiels.

Pour le deuxième trimestre de l'exercice 2013, les charges financières ont augmenté de 14,4 millions $, ou 89,5 %, pour s'établir à 30,5 millions $, comparativement à 16,1 millions $ pour le deuxième trimestre de l'exercice 2012. Pour le premier semestre de l'exercice 2013, les charges financières ont augmenté de 13,7 millions $, ou 40,3 %, pour s'établir à 47,5 millions $, comparativement à 33,9 millions $ pour l'exercice précédent. L'augmentation des charges financières pour les deux périodes découle du coût du financement relié aux acquisitions récentes.

IMPÔT SUR LE RÉSULTAT

Pour le trimestre et le semestre clos le 28 février 2013, la charge d'impôt sur le résultat s'est chiffrée à 15,4 millions $ et à 34,6 millions $, respectivement, comparativement à 13,4 millions $ et à 25,7 millions $ pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent. Ces hausses sont principalement imputables à l'augmentation du bénéfice opérationnel avant amortissements et aux réductions de l'impôt sur le résultat, au cours de l'exercice 2012, provenant de l'application de certaines mesures fiscales du budget fédéral 2011 qui ont limité les reports d'impôt pour les sociétés détenant une participation notable dans une société de personnes, lesquelles ont été contrebalancées en partie par l'augmentation des charges financières et par la structure d'imposition efficiente découlant des acquisitions récentes dans le secteur de la câblodistribution.

BÉNÉFICE DE LA PÉRIODE DES ACTIVITÉS POURSUIVIES

Pour le trimestre clos le 28 février 2013, le bénéfice de la période des activités poursuivies s'est élevé à 56,5 millions $, dont 16,9 millions $, ou 1,01 $ l'action, est attribuable aux propriétaires de la Société, comparativement à un bénéfice de la période des activités poursuivies de 29,4 millions $, dont 8,4 millions $, ou 0,50 $ l'action, est attribuable aux propriétaires de la Société pour la période correspondante de l'exercice précédent. Pour le semestre clos le 28 février 2013, le bénéfice de la période des activités poursuivies s'est élevé à 103,6 millions $, dont 35,4 millions $, ou 2,12 $ l'action, est attribuable aux propriétaires de la Société, comparativement à un bénéfice de la période des activités poursuivies de 74,0 millions $, dont 26,0 millions $, ou 1,56 $ l'action, est attribuable aux propriétaires de la Société pour la période correspondante de l'exercice précédent. La progression du bénéfice de la période des activités poursuivies pour le trimestre et le premier semestre de l'exercice 2013 est essentiellement attribuable à l'augmentation du bénéfice opérationnel avant amortissements, laquelle a été contrebalancée en partie par les frais d'acquisition relatifs aux acquisitions récentes et les augmentations des charges financières et de la charge d'impôt sur le résultat décrites ci-dessus.

BÉNÉFICE DE LA PÉRIODE

Pour le trimestre et le semestre clos le 28 février 2013, le bénéfice de la période s'est chiffré à 56,5 millions $ et à 103,6 millions $, respectivement, comparativement à 81,5 millions $ et à 129,4 millions $ pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent. Pour le deuxième trimestre de l'exercice 2013, le bénéfice de la période attribuable aux propriétaires de la Société s'est chiffré à 16,9 millions $, ou 1,01 $ l'action, comparativement à 25,1 millions $, ou 1,50 $ l'action, pour le deuxième trimestre de l'exercice 2012. Pour le semestre clos le 28 février 2013, le bénéfice de la période attribuable aux propriétaires de la Société s'est chiffré à 35,4 millions $, ou 2,12 $ l'action, comparativement à 43,9 millions $, ou 2,62 $ l'action, pour la période correspondante de l'exercice 2012. La diminution pour les deux périodes est essentiellement attribuable au bénéfice de l'exercice précédent tiré de la filiale portugaise, Cabovisão - Televisão por Cabo, S.A. (« Cabovisão »), présentée dans les activités abandonnées et cédée le 29 février 2012, lequel a été contrebalancé en partie par les augmentations du bénéfice opérationnel avant amortissements, des charges financières et des frais d'acquisition relatifs aux acquisitions récentes.

La participation sans contrôle correspond à une participation d'environ 67,9 % dans les résultats de Cogeco Câble. Pour le trimestre et le semestre clos le 28 février 2013, le bénéfice de la période attribuable à la participation sans contrôle s'est chiffré à 39,6 millions $ et à 68,2 millions $, respectivement, comparativement à 56,4 millions $ et à 85,6 millions $ pour les périodes correspondantes de l'exercice 2012.

ANALYSE DES FLUX DE TRÉSORERIE

Trimestres clos les Semestres clos les
28 février 29 février 28 février 29 février
2013 2012 2013 2012
(en milliers de dollars) $ $ $ $
Activités opérationnelles
Flux de trésorerie liés aux opérations 140 413 105 153 242 203 209 892
Variations des activités opérationnelles sans effet de trésorerie 12 757 9 905 (74 751 ) (64 781 )
Amortissement des coûts de transaction différés et des escomptes sur la dette à long terme (2 861 ) (914 ) (3 717 ) (1 676 )
Impôt sur le résultat versé (18 211 ) (19 093 ) (62 459 ) (57 077 )
Charge d'impôt exigible 22 552 25 971 48 664 47 290
Charges financières versées (28 086 ) (10 677 ) (46 395 ) (31 511 )
Charges financières 30 531 16 110 47 545 33 888
157 095 126 455 151 090 136 025
Activités d'investissement (735 466 ) (118 470 ) (2 172 678 ) (196 669 )
Activités de financement 610 653 64 401 1 847 625 95 389
Incidence des variations des taux de change sur la trésorerie et les équivalentsde trésorerie libellés en monnaies étrangères 705 - 705 -
Variation nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie des activités poursuivies 32 987 72 386 (173 258 ) 34 745
Variation nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie des activités abandonnées(1) - 47 237 - 49 597
Trésorerie et équivalents de trésorerie des activités poursuivies et abandonnées,au début 9 278 19 935 215 523 55 216
Trésorerie et équivalents de trésorerie des activités poursuivies et abandonnées, à la fin 42 265 139 558 42 265 139 558
(1) Pour plus de détails sur les flux de trésorerie attribuables aux activités abandonnées de la Société, se reporter à la rubrique intitulée « Cession d'une filiale et activités abandonnées » présentée à la note 14 des états financiers consolidés intermédiaires résumés.

ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES

Au deuxième trimestre de l'exercice 2013, les flux de trésorerie liés aux opérations se sont établis à 140,4 millions $, comparativement à 105,2 millions $, soit une hausse de 35,3 millions $, ou 33,5 %, par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. Au premier semestre, les flux de trésorerie liés aux opérations se sont établis à 242,2 millions $, comparativement à 209,9 millions $ pour la période correspondante de l'exercice précédent, soit une hausse de 32,3 millions $, ou 15,4 %. Les hausses pour les deux périodes sont essentiellement attribuables à l'augmentation du bénéfice opérationnel avant amortissements, partiellement contrebalancée par l'augmentation des charges financières et des frais d'acquisition relatifs aux acquisitions d'ABB et de PEER 1. Pour le deuxième trimestre, la variation des activités opérationnelles sans effet de trésorerie a donné lieu à des encaissements de 12,8 millions $, comparativement à 9,9 millions $ au deuxième trimestre de l'exercice 2012, principalement en raison d'une hausse des dettes fournisseurs et autres créditeurs comparativement à une baisse pour l'exercice précédent, partiellement contrebalancée par une hausse des créances clients et autres débiteurs pour l'exercice précédent. Pour le premier semestre, la variation des activités opérationnelles sans effet de trésorerie a donné lieu à des décaissements de 74,8 millions $, comparativement à 64,8 millions $ pour la période correspondante de l'exercice 2012, principalement en raison d'une baisse plus prononcée des dettes fournisseurs et autres créditeurs et par une baisse des provisions par rapport à une hausse pour l'exercice précédent, partiellement contrebalancées par une hausse des produits différés et perçus d'avance et autres passifs, par rapport à une baisse pour l'exercice précédent.

ACTIVITÉS D'INVESTISSEMENT

REGROUPEMENTS D'ENTREPRISES EN 2013

La filiale de la Société, Cogeco Câble, a conclu l'acquisition de PEER 1 le 31 janvier 2013 et l'acquisition d'ABB le 30 novembre 2012. Ces acquisitions ont été comptabilisées au moyen de la méthode de l'acquisition. De plus, Métromédia a aussi complété l'acquisition de la participation sans contrôle de 27,5 % dans l'une de ses filiales pour une contrepartie en trésorerie d'environ 0,5 million $.

La répartition préliminaire du prix d'achat de ces acquisitions, sujette à la finalisation de l'évaluation des actifs nets acquis, ainsi que l'acquisition de la participation sans contrôle de Métromédia se détaillent comme suit :

Métromédia PEER 1 ABB TOTAL
$ $ $ $
Contrepartie
Versée
Achat d'actions 462 477 834 337 779 816 075
Remboursement de dettes garanties et règlement des options en circulation - 170 872 1 021 854 1 192 726
462 648 706 1 359 633 2 008 801
Actifs net acquis
Trésorerie et équivalents de trésorerie - 10 840 5 480 16 320
Trésorerie soumise à restrictions - 8 729 - 8 729
Créances clients et autres débiteurs - 12 772 9 569 22 341
Charges payées d'avance et autres - 3 855 1 370 5 225
Impôt sur le résultat à recevoir - 672 - 672
Autres actifs - 3 328 - 3 328
Immobilisations corporelles - 150 206 205 353 355 559
Immobilisations incorporelles - 139 703 763 084 902 787
Goodwill - 421 986 602 690 1 024 676
Actifs d'impôt différé - 8 355 33 835 42 190
Dettes fournisseurs et autres créditeurs pris en charge - (26 330 ) (27 620 ) (53 950 )
Provisions - - (721 ) (721 )
Passifs d'impôt sur le résultat pris en charge - (4 716 ) - (4 716 )
Produits différés et perçus d'avance et autres passifs pris en charge - (3 315 ) (5 254 ) (8 569 )
Dette à long terme prise en charge - (1 735 ) - (1 735 )
Passifs d'impôt différé - (58 682 ) (228 153 ) (286 835 )
Participation sans contrôle 462 (16 962 ) - (16 500 )
462 648 706 1 359 633 2 008 801

AJUSTEMENT POUR L'EXERCICE 2013 LIÉ À UN REGROUPEMENT D'ENTREPRISE AU COURS DE L'EXERCICE 2012

Au cours du deuxième trimestre, la Société a complété la répartition du prix d'achat de Métromédia, acquise le 26 décembre 2011. La répartition finale du prix d'achat de Métromédia se détaille comme suit :

Répartition Répartition
préliminaire finale
$ $
Contrepartie
Versée
Achat d'actions 36 860 36 860
Remboursement d'une dette garantie 2 140 2 140
39 000 39 000
Solde à payer relativement à un regroupement d'entreprise, au taux préférentiel bancaire majoré de 1 % et payable en juin 2013 2 000 2 000
41 000 41 000
Actifs net acquis
Trésorerie et équivalents de trésorerie 3 265 3 265
Créances clients et autres débiteurs 7 242 7 364
Charges payées d'avance et autres 57 57
Impôt sur le résultat à recevoir 234 132
Immobilisations corporelles 4 764 4 645
Immobilisations incorporelles 14 747 14 747
Goodwill 20 171 20 540
Dettes fournisseurs et autres créditeurs pris en charge (4 615 ) (4 786 )
Passifs d'impôt sur le résultat (142 ) -
Produits différés et perçus d'avance et autres passifs pris en charge (374 ) (615 )
Passifs d'impôt différé (3 887 ) (3 887 )
Participation sans contrôle (462 ) (462 )
41 000 41 000

ACQUISITIONS D'IMMOBILISATIONS CORPORELLES, INCORPORELLES ET AUTRES ACTIFS

Pour le trimestre et le semestre clos le 28 février 2013, les acquisitions d'immobilisations corporelles se sont chiffrées à 101,5 millions $ et à 180,0 millions $, respectivement, comparativement à 84,5 millions $ et à 159,0 millions $ pour les périodes correspondantes de l'exercice 2012, principalement en raison des facteurs suivants dans le secteur de la câblodistribution :

  • Une diminution au cours du trimestre et une augmentation au cours du semestre clos le 28 février 2013 des dépenses liées à l'infrastructure graduelle et à la modernisation et à la reconstruction du réseau afin d'accroître et d'améliorer la capacité du réseau et de déployer des technologies avancées comme DOCSIS 3.0 et la distribution vidéo numérique dans les régions où le service est déjà offert;
  • Une diminution des acquisitions liées aux équipements à l'abonné, principalement attribuable à la réalisation, au cours de l'exercice 2012, de la première étape de la conversion des clients du service de Télévision de l'analogique au numérique, et la croissance moins élevée des unités de service primaire imputable à la maturité des services de l'exploitation canadienne;
  • Une hausse des dépenses d'investissement liées aux installations des centres de données informatiques dans les régions de Montréal et de Toronto, au Canada, et à Portsmouth, en Angleterre, pour PEER 1, ainsi qu'à l'expansion de la fibre dans la région de Toronto dans le but de satisfaire aux commandes des nouveaux clients.

Les acquisitions d'immobilisations incorporelles et autres actifs sont principalement attribuables aux coûts de rebranchement et d'activation de services additionnels ainsi qu'aux autres coûts d'acquisition de clients. Pour le deuxième trimestre et le premier semestre de l'exercice 2013, les acquisitions d'immobilisations incorporelles et autres actifs se sont élevées à 4,5 millions $ et à 9,1 millions $, respectivement, comparativement à 2,6 millions $ et à 6,6 millions $ pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent.

FLUX DE TRÉSORERIE NETS ET ACTIVITÉS DE FINANCEMENT

Au deuxième trimestre de l'exercice 2013, les flux de trésorerie nets se sont chiffrés à 34,4 millions $, ce qui représente une hausse de 16,4 millions $ par rapport à la période correspondante de l'exercice 2012. Pour le semestre, les flux de trésorerie nets se sont chiffrés à 53,0 millions $, ce qui représente une hausse de 8,7 millions $, ou 19,7 %, par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. La hausse des flux de trésorerie nets au cours des deux périodes par rapport aux périodes de l'exercice précédent sont attribuables à l'augmentation du bénéfice opérationnel avant amortissements, partiellement contrebalancée par l'augmentation des charges financières et des frais d'acquisition relatifs aux acquisitions d'ABB et de PEER 1 dans le secteur de la câblodistribution, ainsi qu'à l'augmentation des acquisitions d'immobilisations corporelles.

Au deuxième trimestre de l'exercice 2013, un niveau d'endettement plus élevé a généré une augmentation de la trésorerie de 636,1 millions $, principalement en raison des prélèvements de 640,3 millions $ (déduction faite des coûts de transaction de 2,8 millions $) en vertu des nouvelles facilités de crédit totalisant environ 650 millions $ contractées pour financer l'acquisition de PEER 1 dans le secteur de la câblodistribution. Au deuxième trimestre de l'exercice 2012, un niveau d'endettement plus élevé a généré une augmentation de la trésorerie de 80,8 millions $, principalement en raison de l'émission, le 14 février 2012, de débentures garanties de premier rang, série 3, pour un montant de 200 millions $ (les « débentures de l'exercice 2012 »), pour un produit net de 198,1 millions $, lequel a servi à rembourser le crédit à terme renouvelable de 84,9 millions $ et l'endettement bancaire de 31,7 millions $.

Pour le semestre de l'exercice 2013, un niveau d'endettement plus élevé a généré une augmentation de la trésorerie de 1,9 milliard $, principalement en raison du prélèvement sur le crédit à terme renouvelable existant d'un montant de 584,2 millions $ (588 millions $ US) et des nouvelles facilités d'emprunt à terme de 637,4 millions $ (660 millions $ US, pour un produit net de 641,5 millions $ US, déduction faite des coûts de transaction de 18,5 millions $ US) visant à financer l'acquisition d'ABB ainsi que des prélèvements de 640,3 millions $ (déduction faite des coûts de transaction de 2,8 millions $) en vertu des nouvelles facilités de crédit totalisant environ 650 millions $ contractées pour financer l'acquisition de PEER 1. Au premier semestre de l'exercice 2012, l'endettement ayant une incidence sur la trésorerie a augmenté de 127,8 millions $, principalement en raison de l'émission des débentures de l'exercice 2012 décrite précédemment, qui a servi à rembourser le crédit à terme renouvelable de 103,7 millions $.

Au deuxième trimestre de l'exercice 2013, un dividende trimestriel de 0,19 $ l'action a été payé aux porteurs d'actions subalternes à droit de vote et d'actions à droits de vote multiples, pour un total de 3,2 millions $, comparativement à un dividende trimestriel versé de 0,18 $ l'action, pour un total de 3,0 millions $, à l'exercice précédent. Les versements de dividendes au premier semestre ont totalisé 0,38 $ l'action, ou 6,4 millions $, contre 0,36 $ l'action, ou 6,0 millions $ à l'exercice précédent. En outre, les dividendes versés par une filiale aux participants sans contrôle se sont élevés à 8,6 millions $ au cours du deuxième trimestre et à 17,1 millions $ au cours du premier semestre, comparativement à un montant de 8,2 millions $ et de 16,5 millions $, respectivement, pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent.

Au 28 février 2013, le fonds de roulement déficitaire de la Société se chiffrait à 151,3 millions $, comparativement à 18,5 millions $ au 31 août 2012. L'augmentation de 132,8 millions $ de ce déficit est principalement attribuable à la diminution de 173,3 millions $ de la trésorerie et des équivalents de trésorerie principalement utilisés pour l'acquisition d'ABB dans le secteur de la câblodistribution. Une augmentation de 26,0 millions $ des créances clients et autres débiteurs et une diminution de 23,9 millions $ des dettes fournisseurs et autres créditeurs ont aussi eu une incidence sur le fonds de roulement déficitaire. Dans le cours normal de ses activités, Cogeco Câble maintient un fonds de roulement déficitaire en raison de créances clients peu élevées, puisqu'une grande partie des clients de la Société paient avant que les services ne soient rendus, contrairement aux dettes fournisseurs et autres créditeurs, qui sont payés lorsque les produits ont été livrés et les services rendus, ce qui permet à la Société d'utiliser la trésorerie et les équivalents de trésorerie pour réduire l'endettement.

Au 28 février 2013, la Société avait utilisé 78,8 millions $ de son crédit à terme renouvelable de 100 millions $, pour une disponibilité restante de 21,2 millions $, et Cogeco Câble avait utilisé 626,5 millions $ de son crédit à terme renouvelable de 750 millions $, pour une disponibilité restante de 123,5 millions $. Par l'entremise de sa filiale ABB, Cogeco Câble bénéficie également d'une facilité de crédit renouvelable de 51,6 millions $ (50 millions $ US), dont 3,6 millions $ (3,5 millions $ US) a été utilisé au 28 février 2013, pour une disponibilité restante de 48 millions $. Au 28 février 2013, Cogeco Câble a aussi bénéficié de facilités de crédit renouvelables additionnelles de 250,9 millions $ contractées en raison de l'acquisition de PEER 1, dont 243,6 millions $ a été utilisé au 28 février 2013, pour une disponibilité restante de 7,3 millions $.

SITUATION FINANCIÈRE

En raison de l'acquisition d'ABB et de PEER 1 dans le secteur de la câblodistribution, la plupart des soldes de la situation financière ont considérablement changé depuis le 31 août 2012. Pour plus de détails sur la répartition préliminaire du prix d'achat des acquisitions, se reporter aux activités d'investissement présentées à la rubrique « Analyse des flux de trésorerie ».

DONNÉES LIÉES AUX ACTIONS EN CIRCULATION

Le tableau suivant présente les données sur les actions de COGECO au 31 mars 2013. Se reporter à la note 10 des états financiers consolidés intermédiaires résumés pour obtenir de plus amples renseignements.

Montant
Nombre (en milliers de
d'actions dollars)
Actions ordinaires
Actions à droits de vote multiples 1 842 860 12
Actions subalternes à droit de vote 14 989 338 121 976

Dans le cours normal de ses activités, COGECO a contracté des obligations financières principalement sous forme de dette à long terme, de contrats de location simple et de location-financement ainsi que de garanties. Les obligations de COGECO, décrites dans le rapport annuel de l'exercice 2012, n'ont pas changé de façon significative depuis le 31 août 2012, à l'exception de ce qui suit.

Dans le cadre de l'acquisition de PEER 1 le 31 janvier 2013, la filiale de la Société, Cogeco Câble, a conclu des facilités de crédit garanties auprès d'un consortium de prêteurs totalisant environ 650 millions $, en quatre tranches, pour un produit net de 638,4 millions $, déduction faite des coûts de transaction de 3,5 millions $. La première tranche, une facilité de crédit à terme canadienne, s'élève à 175 millions $, la deuxième tranche, une facilité de crédit à terme américaine, s'élève à 225 millions $ US, la troisième tranche, une facilité de crédit renouvelable, s'élève à 240 millions $ et la quatrième tranche, une facilité de crédit renouvelable du Royaume-Uni, s'élève à 7 millions £. Les facilités de crédit à terme canadienne et américaine sont offertes en dollars canadiens et en dollars américains et les taux d'intérêt sont fondés sur le taux des acceptations bancaires, le taux LIBOR, le taux préférentiel ou le taux de base américain, plus la marge applicable. La facilité de crédit renouvelable est offerte en dollars canadiens, en dollars américains, en livres sterling et en euros et le s taux d'intérêt sont fondés sur le taux des acceptations bancaires, le taux LIBOR en dollars américains, en livres sterling et en euros, le taux préférentiel ou le taux de base américain et en livres sterling, plus la marge applicable. La facilité de crédit renouvelable du Royaume-Uni est offerte en livres sterling et les taux d'intérêt sont fondés sur le taux de base en livres sterling ou le taux LIBOR en livres sterling. À compter du 31 août 2013, les facilités de crédit à terme canadienne et américaine seront assujetties à un amortissement trimestriel de 1,25 % pour la première année, de 1,875 % pour la deuxième année, de 3,125 % pour la troisième année et de 3,75 % pour la quatrième année, payable le dernier jour ouvrable de chaque trimestre.

Les facilités de crédit garanties viendront à échéance le 31 janvier 2017. Les facilités de crédit garanties sont garanties indirectement par une charge de premier rang, fixe et générale sur la quasi-totalité des biens personnels et réels, actuels et futurs et entreprises de quelque nature que ce soit de la Société et de la plupart de ses filiales, à l'exception d'ABB et de ses filiales. De plus, elles prévoient certaines affectations autorisées, y compris les obligations relatives à l'achat de biens, les obligations capitalisées existantes et l'octroi de toute sûreté par une entité avant qu'elle ne devienne une filiale, sous réserve d'un montant maximal. Les dispositions relatives à cette facilité prévoient des limites quant aux opérations et aux activités de la Société, mais ne couvrent pas ABB. De façon générale, les plus importantes restrictions visent les investissements autorisés, le versement de dividendes sur les actions à droits de vote multiples et sur les actions subalternes à droit de vote, ainsi que l'atteinte et le maintien de certains ratios financiers, principalement en ce qui a trait au bénéfice opérationnel avant amortissements, aux charges financières et au total de l'endettement.

Dans le cadre de l'acquisition d'ABB le 30 novembre 2012, Cogeco Câble a conclu, par l'intermédiaire de deux de ses filiales américaines, des facilités de crédit de premier rang auprès d'un consortium bancaire et d'autres prêteurs institutionnels totalisant 710 millions $ US, en trois tranches. Un montant de 660 millions $ US a été prélevé sur ces facilités, dont 641,5 millions $ US a servi à rembourser la dette garantie antérieure d'ABB et 18,5 millions $ US a servi à payer certains coûts de transaction. La première tranche, une facilité d'emprunt à terme A totalisant 240 millions $ US, viendra à échéance le 30 novembre 2017, la deuxième tranche, une facilité d'emprunt à terme B totalisant 420 millions $ US, viendra à échéance le 30 novembre 2019 et la troisième tranche, une facilité de crédit renouvelable de 50 millions $ US comprenant une marge de crédit d'exploitation de 15 millions $ US, viendra à échéance le 30 novembre 2017. Les taux d'intérêt des facilités de crédit de premier rang sont fondés sur le LIBOR, plus la marge applicable, et la facilité d'emprunt à terme B comporte un taux plancher LIBOR de 1,00 %. À compter du 31 décembre 2013, la facilité d'emprunt à terme A sera assujettie à un amortissement trimestriel de 1,25 % pour la première année, de 2,5 % pour la deuxième année et de 3,0 % pour les troisième et quatrième années. Depuis le 31 décembre 2012, la facilité d'emprunt à terme B est assujettie à un amortissement trimestriel de 0,25 % jusqu'à sa date d'échéance. En sus de l'échéancier d'amortissement fixe et à compter du premier trimestre de l'exercice 2015, les emprunts en vertu des facilités de crédit à terme devront être remboursés par anticipation selon un pourcentage de remboursement anticipé des flux de trésorerie excédentaires générés au cours de l'exercice antérieur. Les facilités de crédit de premier rang sont sans recours contre la Société, ses filiales canadiennes et PEER 1 et sont garanties indirectement par une charge de premier rang, fixe et générale sur la quasi-totalité des biens personnels et réels, actuels et futurs et entreprises de quelque nature que ce soit d'ABB et de ses filiales. Les dispositions relatives à ces facilités prévoient des limites quant aux opérations et aux activités d'ABB et de ses filiales. De façon générale, les plus importantes restrictions visent les investissements et les endettements autorisés, les distributions et le maintien de certains ratios financiers.

GESTION FINANCIÈRE

Cogeco Câble a conclu des conventions d'échange de devises croisées en vue de fixer les paiements d'intérêt et de capital sur les billets garantis de premier rang, série A, d'une valeur de 190 millions $ US arrivant à échéance le 1er octobre 2015. Ces conventions ont eu pour effet de convertir le taux nominal annuel américain de 7,00 % en taux d'intérêt annuel moyen de 7,24 % en dollars canadiens. Le taux de change applicable au capital de la dette a été fixé à 1,0625 $ pour un dollar américain. Cogeco Câble a choisi d'appliquer la comptabilité de couverture des flux de trésorerie pour ces instruments financiers dérivés. Au cours du premier semestre de l'exercice 2013, les montants dus en vertu des billets garantis de premier rang, série A, d'une valeur de 190 millions $ US, ont augmenté de 8,7 millions $ en raison de l'appréciation du dollar américain par rapport au dollar canadien. La juste valeur du passif relatif aux conventions d'échange de devises croisées a diminué d'un montant net de 7,9 millions $, dont une diminution de 8,7 millions $ a contrebalancé la perte de change sur la dette libellée en dollars américains. L'écart de 0,7 million $ a été comptabilisé à titre de diminution des autres éléments du résultat global. Au cours du premier semestre de l'exercice 2012, les montants dus en vertu des billets garantis de premier rang, série A, d'une valeur de 190 millions $ US, ont augmenté de 1,9 million $ en raison de l'appréciation du dollar américain par rapport au dollar canadien. La juste valeur du passif relatif aux conventions d'échange de devises croisées a diminué d'un montant net de 1,9 million $, dont un montant de 1,9 million $ a contrebalancé la perte de change sur la dette libellée en dollars américains.

De plus, l'investissement net de Cogeco Câble dans des établissements à l'étranger est exposé au risque de marché imputable aux fluctuations du taux de change, principalement en ce qui a trait aux variations de la valeur du dollar canadien par rapport au dollar américain et à la livre sterling. Ce risque est réduit puisque la majeure partie du prix d'achat d'ABB et de PEER 1 a été empruntée directement en dollars américains et en livres sterling. Ces dettes ont été désignées à titre d'élément de couverture des investissements nets dans des établissements à l'étranger. Au 28 février 2013, l'investissement net pour ABB s'est élevé à 472,6 millions $ US alors que la dette à long terme s'élevait à 323 millions $ US. Au 28 février 2013, l'investissement net pour PEER 1 s'est élevé à 368 millions $ US et à 69,1 millions £ alors que la dette à long terme s'élevait à 245 millions $ US et à 69,1 millions £. Le taux de change utilisé pour convertir en dollars canadiens les montants de l'état de la situation financière libellés en dollars américains et en livres sterling au 28 février 2013 s'établissait à 1,0314 $ le dollar américain et à 1,5645 $ la livre sterling. L'incidence d'une variation de 10 % du taux de change pour la conversion du dollar américain et de la livre sterling en dollar canadien ferait varier les autres éléments du résultat global d'approximativement 28,1 millions $.

La Société est également tributaire des taux de change, principalement de la variation de la valeur du dollar américain par rapport au dollar canadien en ce qui a trait aux acquisitions de certains équipements, puisque la majorité des équipements à l'abonné est achetée et par la suite payée en dollars américains. Pour de plus amples renseignements, se reporter à la rubrique « Risque de change » à la note 13 des états financiers consolidés intermédiaires résumés.

DÉCLARATION DE DIVIDENDES

Au cours de sa réunion du 10 avril 2013, le conseil d'administration de COGECO a déclaré un dividende déterminé trimestriel de 0,19 $ l'action pour les actions à droits de vote multiples et les actions subalternes à droit de vote, payable le 8 mai 2013 aux actionnaires inscrits en date du 24 avril 2013. La déclaration, le montant et la date de tout dividende futur continueront d'être examinés et approuvés par le conseil d'administration de la Société, lequel fondera sa décision sur la situation financière, les résultats opérationnels et les besoins de trésorerie de la Société, ainsi que sur d'autres facteurs qu'il jugera pertinents, à son seul gré. Ainsi, rien ne garantit que des dividendes seront déclarés et, s'il y a déclaration de dividendes, le montant des dividendes et la fréquence de leur déclaration peuvent varier.

SECTEUR DE LA CÂBLODISTRIBUTION

STATISTIQUES SUR LES CLIENTS

Données consolidées
Ajouts nets (pertes nettes) Ajouts nets (pertes nettes)
Données
consolidées
États-Unis Canada Trimestres clos les Semestres clos les
28 février 2013 28 février
2013
29 février
2012
28 février
2013
29 février
2012
Unités de service primaire 2 486 350 501 795(1) 1 984 555 7 463 12 280 22 543 58 459
Clients du service de Télévision 1 100 547 247 840 852 707 (4 896 ) (9 111 ) (6 972 ) (4 659 )
Clients du service d'IHV 824 144 174 979 649 165 7 125 7 518 17 970 24 803
Clients du service de Téléphonie 561 659 78 976 482 683 5 234 13 873 11 545 38 315
(1) Comprend 494 674 unités de service primaire, 244 404 clients du service de Télévision, 171 640 clients du service d'IHV et 78 630 clients du service de Téléphonie provenant de l'acquisition d'ABB le 30 novembre 2012.

Les ajouts nets d'unités de service primaire au deuxième trimestre et au premier semestre de l'exercice 2013 ont diminué par rapport aux périodes correspondantes de l'exercice précédent, essentiellement en raison de la maturité des catégories de services, des offres concurrentielles et du resserrement de nos processus et contrôles du crédit des clients. La progression du nombre d'unités de service primaire vient principalement de l'exploitation américaine. Pour le deuxième trimestre, les pertes nettes de clients du service de Télévision se sont établies à 4 896, comparativement à 9 111 clients pour le deuxième trimestre de l'exercice 2012. Les pertes nettes de clients du service de Télévision sont essentiellement imputables aux offres promotionnelles des concurrents pour le service vidéo et au resserrement de nos processus et contrôles du crédit des clients. Pour le deuxième trimestre de l'exercice 2013, le nombre de clients du service d'IHV a augmenté de 7 125 clients, comparativement à une croissance de 7 518 clients au deuxième trimestre de l'exercice précédent, et le nombre d'ajouts nets pour le service de Téléphonie s'est établi à 5 234 clients, comparativement à 13 873 clients pour la période correspondante de l'exercice précédent. Pour le premier semestre de l'exercice 2013, les ajouts nets d'unités de service primaire sont le résultat de l'acquisition récente d'ABB à la fin du premier trimestre de l'exercice 2013.

Résultats opérationnels

Trimestres clos les Semestres clos les
28 février 29 février 28 février 29 février
2013 2012 Variation 2013 2012 Variation
(en milliers de dollars, sauf les pourcentages) $ $ % $ $ %
Produits 429 672 317 735 35,2 757 583 633 159 19,7
Charges opérationnelles 230 908 171 649 34,5 405 112 348 108 16,4
Honoraires de gestion - COGECO inc. 2 988 2 343 27,5 9 569 9 485 0,9
Bénéfice opérationnel avant amortissements 195 776 143 743 36,2 342 902 275 566 24,4
Marge opérationnelle 45,6 % 45,2 % 45,3 % 43,5 %

Produits

Pour le deuxième trimestre de l'exercice 2013, les produits ont augmenté de 111,9 millions $, ou 35,2 %, par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent, pour atteindre 429,7 millions $. Pour le premier semestre, les produits ont totalisé 757,6 millions $, soit une augmentation de 124,4 millions $, ou 19,7 %, par rapport à la période correspondante de l'exercice 2012. L'augmentation des produits pour les deux périodes est principalement attribuable aux résultats opérationnels des acquisitions récentes de Cogeco Câble.

Charges opérationnelles

Pour le deuxième trimestre de l'exercice 2013, les charges opérationnelles ont augmenté de 59,3 millions $, pour s'établir à 230,9 millions $, soit une hausse de 34,5 % par rapport à l'exercice précédent. Pour le premier semestre de l'exercice, les charges opérationnelles ont totalisé 405,1 millions $, soit une augmentation de 57,0 millions $, ou 16,4 %, par rapport à la période correspondante de l'exercice 2012. L'augmentation des charges opérationnelles est principalement imputable aux acquisitions récentes de Cogeco Câble, contrebalancée en partie par les initiatives de réduction des coûts et la réduction des charges opérationnelles de l'exploitation canadienne se rapportant aux coûts de déploiement et de soutien engagés au cours de l'exercice 2012 pour la migration des clients du service de Télévision de l'analogique au numérique.

Bénéfice opérationnel avant amortissements et marge opérationnelle

Le bénéfice opérationnel avant amortissements du deuxième trimestre de l'exercice 2013 a augmenté de 52,0 millions $, ou 36,2 %, pour atteindre 195,8 millions $, et de 67,3 millions $, ou 24,4 %, en raison des acquisitions récentes et de la croissance de l'exploitation canadienne. La marge opérationnelle de Cogeco Câble a augmenté à 45,6 % au deuxième trimestre et à 45,3 % au premier semestre de l'exercice 2013, comparativement à 45,2 % et à 43,5 % pour les périodes correspondantes de l'exercice précédent.

PROJECTIONS FINANCIÈRES POUR L'EXERCICE 2013

Pour tenir compte des projections révisées dans le secteur de la câblodistribution décrites ci-dessous, la Société a révisé ses projections consolidées pour l'exercice 2013. La Société s'attend maintenant à des produits de 1,8 milliard $, soit une augmentation de 105 millions $ par rapport aux projections au 14 janvier 2013. Le bénéfice opérationnel avant amortissements devrait augmenter de 750 millions $ à 782 millions $, et les charges financières, de 101 millions $ à 118 millions $. Les acquisitions d'immobilisations corporelles, incorporelles et autres actifs devraient augmenter d'environ 31 millions $, et les flux de trésorerie nets devraient atteindre 150 millions $, soit une baisse de 25 millions $ par rapport aux projections au 14 janvier 2013.

Projections Projections
révisées au révisées au
10 avril 2013 14 janvier 2013
Exercice 2013 Exercice 2013
(en millions de dollars) $ $
Projections financières
Produits 1 835 1 730
Bénéfice opérationnel avant amortissements 782 750
Frais d'intégration, de restructuration et d'acquisition 16 7
Charges financières 118 101
Charge d'impôt exigible 94 94
Bénéfice de l'exercice 207 227
Bénéfice de l'exercice attribuable aux propriétaires de la Société 69 75
Acquisitions d'immobilisations corporelles, incorporelles et autres actifs 404 373
Flux de trésorerie nets(1) 150 175
(1) Les flux de trésorerie nets correspondent au bénéfice opérationnel avant amortissements, moins les frais d'intégration, de restructuration et d'acquisition, les charges financières, la charge d'impôt exigible et les acquisitions d'immobilisations corporelles, incorporelles et autres actifs.

SECTEUR DE LA CÂBLODISTRIBUTION

Pour tenir compte de l'acquisition récente de PEER 1 le 31 janvier 2012, la Société a révisé ses projections financières pour l'exercice 2013 publiées le 14 janvier 2013 afin d'inclure les projections financières de PEER 1 portant sur une période de sept mois. La direction prévoit que les produits atteindront 1,70 milliard $, ce qui représente une augmentation de 105 millions $, ou 6,6 %, par rapport aux projections publiées le 14 janvier 2013. Le bénéfice opérationnel avant amortissements devrait augmenter de 32 millions $, pour se chiffrer à 767 millions $, en raison de l'acquisition de PEER 1. Toutefois, la marge opérationnelle devrait diminuer de 46,2 % à 45,2 % en raison des activités à marges moins élevées de PEER 1. Les amortissements au titre des immobilisations corporelles et incorporelles devraient augmenter, passant de 330 millions $ à 368 millions $, et les acquisitions d'immobilisations corporelles, incorporelles et autres actifs devraient augmenter de 31 millions $ pour tenir compte des activités de PEER 1 portant sur une période de sept mois. Les charges financières devraient se chiffrer à 113 millions $, soit une augmentation de 17 millions $, en raison du coût du financement lié à l'acquisition de PEER 1. Pour l'exercice 2013, les flux de trésorerie nets devraient s'établir à 145 millions $, en baisse de 25 millions $, ou 14,7 %, par rapport aux projections de flux de trésorerie nets publiées le 14 janvier 2013, en raison des acquisitions d'immobilisations corporelles, incorporelles et autres actifs qui sont supérieures aux flux de trésorerie générés par PEER 1, des frais d'intégration, de restructuration et d'acquisition additionnels de 9 millions $ ainsi que des charges financières additionnelles de 17 millions $ liés à PEER 1. Le bénéfice de l'exercice devrait s'établir à 205 millions $, soit une baisse de 20 millions $ par rapport aux projections du 14 janvier 2013, principalement en raison des résultats financiers de PEER 1 prévus pour la période de sept mois.

Voici les projections financières révisées pour l'exercice 2013 :

Projections Projections
révisées au révisées au
10 avril 2013 14 janvier 2013
Exercice 2013 Exercice 2013
(en millions de dollars, à l'exception des ajouts nets de clients et de la marge opérationnelle) $ $
Projections financières
Produits 1 695 1 590
Bénéfice opérationnel avant amortissements 767 735
Marge opérationnelle 45,2 % 46,2 %
Frais d'intégration, de restructuration et d'acquisition 16 7
Amortissements 368 330
Charges financières 113 96
Charge d'impôt exigible 92 92
Bénéfice de l'exercice 205 225
Acquisitions d'immobilisations corporelles, incorporelles et autres actifs 401 370
Flux de trésorerie nets(1) 145 170
Projections d'ajouts nets de clients
Croissance des unités de service primaire 35 000 35 000
(1) Les flux de trésorerie nets correspondent au bénéfice opérationnel avant amortissements, moins les frais d'intégration, de restructuration et d'acquisition, les charges financières, la charge d'impôt exigible et les acquisitions d'immobilisations corporelles, incorporelles et autres actifs

CONTRÔLES ET PROCÉDURES

Le président et chef de la direction et le premier vice-président et chef de la direction financière, de concert avec la direction, sont responsables d'établir et de maintenir des contrôles et procédures adéquats de communication de l'information et des contrôles internes à l'égard de l'information financière, comme il est défini dans le Règlement 52-109. Le cadre de contrôle interne de Cogeco Câble est fondé sur les critères publiés dans le rapport intitulé Internal Control - Integrated Framework du Committee of Sponsoring Organizations de la Treadway Commission et est conçu de façon à fournir une assurance raisonnable quant à la fiabilité de l'information financière et à la préparation des états financiers à des fins de publication selon les IFRS.

Après avoir évalué la conception des contrôles et procédures de communication de l'information et des contrôles internes à l'égard de l'information financière de la Société au 28 février 2013, le président et chef de la direction et le premier vice-président et chef de la direction financière, de concert avec la direction, ont conclu que ceux-ci étaient adéquats. De plus, aucun changement important n'a été apporté aux contrôles internes à l'égard de l'information financière au cours du trimestre clos le 28 février 2013, à l'exception de ce qui est décrit ci-dessous à l'égard d'ABB et de PEER 1.

Le 30 novembre 2012, la filiale de la Société, Cogeco Câble, a conclu l'acquisition d'ABB, et, par la suite, le 31 janvier 2013 et le 3 avril 2013, la Société a fait l'acquisition de la totalité des actions émises et en circulation de PEER 1. En raison de la courte période de temps écoulée entre ces dates d'acquisition et le 10 avril 2013, soit la date de l'attestation, la direction n'a pas été en mesure de terminer son examen de la conception des contrôles internes à l'égard de l'information financière des sociétés nouvellement acquises. Au 28 février 2013, les risques étaient toutefois atténués, car la direction était pleinement informée de tous les faits importants touchant ces acquisitions récentes. De plus, tous les actifs et les passifs acquis ont été évalués et comptabilisés dans les états financiers consolidés intermédiaires résumés dans le cadre du processus préliminaire de répartition du prix d'achat, et les résultats opérationnels d'ABB et de PEER 1 ont également été inclus dans les résultats consolidés de la Société. ABB représente 10 % des produits, 7 % du bénéfice de la période, 31 % du total des actifs, 15 % des actifs courants, 32 % des actifs non courants, 11 % des passifs courants et 24 % des passifs non courants des états financiers consolidés intermédiaires résumés pour la période de six mois close le 28 février 2013. PEER 1 représente 2 % des produits, -6 % du bénéfice de la période, 14 % du total des actifs, 16 % des actifs courants, 14 % des actifs non courants, 9 % des passifs courants et 2 % des passifs non courants des états financiers consolidés intermédiaires résumés pour la période de six mois close le 28 février 2013. Au cours des prochains trimestres, la direction terminera son examen de la conception des contrôles internes à l'égard de l'information financière pour ABB et PEER 1 et évaluera son efficacité. Les regroupements d'entreprises en 2013 décrites sous la rubrique « Analyse des flux de trésorerie » du présent rapport de gestion présentent un résumé de l'information financière concernant la répartition préliminaire du prix d'achat, les actifs acquis et les passifs pris en charge ainsi que d'autres informations concernant l'incidence des activités d'ABB et de PEER 1 sur les résultats consolidés de la Société. D'autres renseignements financiers peuvent être consultés dans la déclaration d'acquisition d'entreprise déposée par la Société le 13 février 2013 à l'adresse www.sedar.com.

INCERTITUDES ET PRINCIPAUX FACTEURS DE RISQUE

Les incertitudes et les principaux facteurs de risque auxquels est exposée la Société n'ont pas changé de façon importante pour son secteur de câblodistribution canadiens depuis le 31 août 2012, à l'exception de l'entente d'arrangement modifiée proposée par Astral et Bell, qui est décrite ci-dessous. De plus, les risques et les incertitudes ont été mis à jour afin de refléter les acquisitions récentes d'ABB et de PEER 1. Une description détaillée des incertitudes et des principaux facteurs de risque auxquels est exposée COGECO figure dans le rapport annuel de 2012.

Au Canada, après le refus par le CRTC le 18 octobre 2012 d'une demande d'acquisition d'Astral Média inc. (« Astral ») par BCE Inc. (« Bell »), Astral et Bell ont modifié leur entente d'arrangement en vue de soumettre au CRTC une proposition révisée pour approbation de l'acquisition d'Astral par Bell. La date de clôture de la transaction proposée a été reportée au 1er juin 2013, et Astral et Bell ont chacune le droit de la repousser encore jusqu'au 31 juillet 2013. Le 4 mars 2013, le Commissaire de la concurrence et Bell ont annoncé la signature d'un consentement et le dépôt de celui-ci auprès du Tribunal de la concurrence. Le consentement prévoit une approbation provisoire pour la transaction proposée en vertu de la Loi sur la concurrence sous réserve, entre autres, de la vente par Bell des participations en coentreprises d'Astral dans certains services de télévision et de sa participation dans certains services de télévision supplémentaires en langue française. Le 4 mars 2013 également, Bell a annoncé qu'elle avait conclu un accord pour vendre les participations en coentreprises d'Astral ainsi que deux stations de radio FM d'Ottawa à Corus Entertainment Inc. (« Corus »). Bell a également annoncé qu'elle mettait en vente les biens restants à céder ainsi que huit stations de radio supplémentaires de langue anglaise au moyen d'une mise aux enchères. La vente des participations en coentreprises à Corus a été approuvée par le Commissaire de la concurrence le 15 mars 2013. D'après la direction, si elle est finalement approuvée par le CRTC, la transaction proposée révisée donnerait toujours lieu à une importante augmentation du niveau d'intégration verticale dans les secteurs canadiens de la radiodiffusion et des communications et laisserait à Bell l'occasion ainsi qu'un avantage d'abuser de sa position dominante dans l'offre de programmation sur le marché de la distribution de radiodiffusion en aval au Canada par des distributeurs non intégrés verticalement, tel que Cogeco Câble. Bell finirait par contrôler plus de 40 pour cent (40 %) des paiements liés aux affiliations des services de programmation de Cogeco Câble aux tarifs de gros actuels. Les entreprises et les résultats opérationnels de la Société pourraient ainsi être touchés de façon défavorable à l 'avenir à mesure que les contrats d'affiliation devront être renouvelés avec Bell. Dans le cas de futurs litiges au sujet des modalités d'affiliation entre Cogeco Câble et Bell pour des services contrôlés par Bell, le CRTC pourrait cependant fixer ces modalités à la demande de l'une des parties selon une procédure de résolution des plaintes, et les services ne seraient pas interrompus par l'une des parties pendant que cette procédure de résolution des plaintes est en cours.

Incertitudes et risques suivant les acquisitions de PEER 1 et d'ABB

Cogeco Câble a acquis PEER 1 et ABB dans l'attente que le regroupement de ses entreprises et de chacune des entreprises de PEER 1 et d'ABB générera un potentiel et une création de valeur à long terme supérieurs à ce que chacune d'elles aurait pu générer de façon autonome. Ces avantages escomptés dépendront en partie de l'efficacité avec laquelle les activités, les systèmes, la direction et la culture d'entreprise de chacune des autres entreprises de la Société seront combinés avec ceux de PEER 1 et d'ABB, et en partie de la mesure dans laquelle les fondements prévus pour le regroupement produiront les avantages escomptés. La plupart des décisions stratégiques et opérationnelles, ainsi que certaines décisions touchant le personnel, relatives à l'entité issue du regroupement n'ont pas encore été prises, et les points nécessitant une décision n'ont peut-être pas tous été cernés pour le moment.

Rien ne garantit que l'intégration de l'optimisation des dépenses d'investissement et des achats de matériel de Cogeco Câble avec ceux de PEER 1 et d'ABB sera accomplie efficacement ou en temps opportun ou qu'elle engendrera en définitive les bénéfices escomptés. Le processus d'intégration pourrait entraîner des coûts d'exploitation plus élevés que prévu, provoquer la perte de clients et perturber les activités pour les autres entreprises de Cogeco Câble, PEER 1, ABB ou des entreprises regroupées. De la même façon, le processus d'intégration pourrait nuire à la capacité des entreprises regroupées de tirer les bénéfices escomptés du regroupement ou avoir un effet défavorable important sur les activités, les résultats opérationnels et/ou la situation financière de Cogeco Câble, de PEER 1, d'ABB ou de l'entité regroupée.

Il est possible que Cogeco Câble n'ait pas détecté dans son contrôle préalable à la réalisation des acquisitions de PEER 1 et d'ABB des responsabilités et des éventualités pour lesquelles la Société pourrait ne pas être indemnisée. La découverte de toute responsabilité ou éventualité importante à l'égard des activités de PEER 1 et d'ABB après ces acquisitions pourrait avoir un effet défavorable important sur les activités, la situation financière et les résultats opérationnels de la Société.

Cogeco Câble compte actuellement maintenir en poste le personnel clé de PEER 1 et d'ABB de façon à ce qu'il poursuive la gestion et l'exploitation de PEER 1 et d'ABB. Cogeco Câble sera en concurrence avec d'autres employeurs potentiels pour le recrutement d'employés et pourrait ne pas parvenir à retenir les services des dirigeants et des autres employés dont PEER 1 ou ABB a besoin. Son éventuelle incapacité à maintenir en poste le personnel clé au sein de l'équipe de direction de PEER 1 et d'ABB après la réalisation de l'acquisition de PEER 1 et d'ABB pourrait avoir un effet défavorable important sur les activités, la situation financière et les résultats opérationnels de la Société.

Risques liés aux marchés et à la concurrence

Aux États-Unis, la concurrence est fragmentée et diffère selon la zone géographique. Le principal concurrent d'ABB pour les services de vidéo est le satellite de radiodiffusion directe et son principal concurrent pour les services de données haute vitesse est le DSL (ligne d'abonné directe). D'importants efforts de commercialisation et des tarifs audacieux de la part de ses concurrents, ainsi qu'un accroissement de la présence des compagnies de téléphone locales et des services publics d'électricité livrant concurrence sur son marché, pourraient avoir une incidence défavorable sur la capacité de la Société à conserver ses clients. Les services de téléphonie de Cogeco Câble se heurtent à la concurrence des entreprises locales de services locaux titulaires (les « ESLT ») et d'autres fournisseurs tels que les fournisseurs de services de voix sur IP (VoIP) et de services cellulaires, comme Vonage.

Aux États-Unis, ABB fait également face à la concurrence livrée par des fournisseurs tels que Netflix, Google TV, Apple TV, Hulu et Samsung, qui attirent de plus en plus les consommateurs. La disponibilité de ces services pourrait donner lieu à une migration des consommateurs vers du contenu télévisuel généré par leur connexion à large bande plutôt que par leurs services traditionnels de câblodistribution et à une baisse de la consommation de contenu télévisuel sur demande par l'intermédiaire des plates-formes de vidéo sur demande (« VSD ») et de vidéo sur demande par abonnement (« VSDA ») des fournisseurs de services de câblodistribution. Nous ne pourrons peut-être pas compenser la perte de produits liées à cette migration.

Les risques de PEER 1 liés au marché et à la concurrence sont semblables aux risques de Cogeco Services Réseaux qui figurent dans le rapport annuel de 2012.

Risques liés aux fournisseurs tiers

Aux États-Unis, ABB dépend également de fournisseurs tiers, tels que Motorola et Cisco, pour certains services, matériel et appareils spécialisés qui sont essentiels au bon fonctionnement de ses activités. Ces services et ce matériel comprennent des décodeurs, des services de téléphonie, des modems câble et des modems téléphoniques, des serveurs et des routeurs, la fibre optique, des commutateurs téléphoniques, des liaisons interurbaines, des structures de soutènement, des logiciels, un réseau fédérateur de télécommunications pour l'accès Internet et les services de téléphonie ainsi que des services liés à la construction pour l'élargissement et l'amélioration des réseaux de câblodistribution et des réseaux téléphoniques. Ces services et ce matériel sont offerts par un nombre limité de fournisseurs.

En outre, ABB dépend d'entrepreneurs tiers pour la construction d'installations dans les zones de nouvelles habitations en croissance. Si aucun fournisseur ne peut fournir à ABB le matériel ou les services dont elle a besoin ou qui respectent les normes de télécommunications et d'Internet en évolution ou qui sont compatibles avec les autres logiciels et matériel d'ABB, les activités de services de câblodistribution, la situation financière et les résultats opérationnels d'ABB pourraient en souffrir considérablement. De plus, si ABB se trouvait dans l'incapacité d'obtenir du matériel, des logiciels, des services ou d'autres éléments cruciaux en temps opportun et à un coût acceptable, sa capacité à offrir ses produits et ses services et à déployer ses services avancés pourrait être retardée et les activités, la situation financière et les résultats opérationnels d'ABB pourraient subir d'importantes conséquences défavorables.

En outre, au cours des dernières années, le secteur de la câblodistribution aux États-Unis a connu une croissance rapide du coût lié à la programmation, en particulier pour la programmation sportive et la retransmission de la programmation de radiodiffusion. Cette croissance pourrait se poursuivre et ABB pourrait ne pas être en mesure de transférer ces hausses du coût lié à la programmation à ses clients. L'incapacité à transférer ces hausses du coût lié à la programmation aux clients aurait une incidence défavorable sur les flux de trésorerie et les marges d'exploitation d'ABB. De plus, à mesure qu'ABB améliore la capacité en matière de canaux de ses systèmes et ajoute de la programmation à son offre de services de base, de services élargis et de services numériques, ABB pourrait faire face à d 'autres contraintes du marché relativement à sa capacité à transférer les coûts liés à la programmation aux clients. L'incapacité à transférer ces hausses des coûts à ses clients pourrait avoir une incidence défavorable importante sur la rentabilité d'ABB. ABB est également exposée à la hausse des exigences financières et autres exigences des télédiffuseurs afin d'obtenir le consentement requis pour la transmission de la programmation de radiodiffusion à ses abonnés.

Risques financiers - monnaie

La plupart des résultats financiers de la Société sont présentés en dollars canadiens, et une tranche importante de son chiffre d'affaires et de ses coûts d'exploitation est libellée en monnaies autres que le dollar canadien, en particulier en dollars américains, en euros et en livres sterling. Aux fins de la communication de l'information financière, toute variation de la valeur du dollar canadien par rapport au dollar américain ou à la livre sterling au cours d'une période donnée de présentation de l'information financière donnerait lieu à un profit ou une perte de change à la conversion en dollars canadiens de tout passif non couvert libellé en monnaie étrangère. Par conséquent, le résultat et la dette présentés par Cogeco Câble pourraient varier considérablement en raison des profits ou des pertes de change. De fortes variations des valeurs relatives des devises par rapport au dollar canadien pourraient ainsi avoir une incidence importante sur la rentabilité future de la Société.

Risques liés aux installations louées

La majorité des centres de données informatiques de PEER 1 se situent dans des locaux loués et rien ne garantit que PEER 1 continuera de respecter ses contrats de location et que ceux-ci ne seront pas résiliés, ni qu'ils pourront être renouvelés à des conditions raisonnables sur le plan commercial. La résiliation d'un contrat de location pourrait avoir une incidence importante sur ses activités, ses résultats opérationnels et sa situation financière.

Risques liés à la réglementation - États-Unis

Les gouvernements fédéral, d'États et locaux des États-Unis régissent de manière importante le secteur des services de vidéo et pourraient resserrer la réglementation des secteurs des services Internet et de la téléphonie VoIP. La réglementation actuelle du secteur de la câblodistribution impose des frais administratifs et des charges opérationnelles et pourrait limiter les produits des réseaux de câblodistribution. Les sociétés de télécommunications par câble sont soumises, entre autres, à ce qui suit :

  • une réglementation relative à la protection de la vie privée des abonnés;
  • une réglementation relative à la limitation des tarifs;
  • des exigences, dans certaines circonstances, en matière de diffusion d'une station de radiodiffusion locale par un réseau de câblodistribution ou d'obtention d'une approbation pour diffuser une station de radiodiffusion locale ou éloignée;
  • des règles pour les renouvellements ou les transferts de franchise;
  • une réglementation concernant le contenu de la programmation offerte aux abonnés;
  • la façon dont les forfaits de programmation sont commercialisés auprès des abonnés;
  • l'utilisation d'installations de réseaux de câblodistribution par les autorités locales d'attribution de franchises, le public et des entités non liées;
  • des limites relatives à la propriété de réseaux de câblodistribution et des exigences en matière d'accès à la programmation;
  • le paiement de redevances de franchise auprès des autorités d'attribution de franchises;
  • le paiement de cotisations aux services universels fédéraux pour tout produit tiré des utilisateurs finaux provenant des services de télécommunications interétatiques et internationaux et des télécommunications tarifées fournies à un tiers, et le paiement d'autres droits de télécommunications étatiques et fédéraux;
  • d'autres exigences réglementaires couvrant diverses zones d'exploitation telles que l'égalité d'accès à l'emploi, les normes techniques et les exigences relatives au service à la clientèle.

Une nouvelle réglementation américaine pourrait entraîner une augmentation des tarifs de câblodistribution. La Federal Communications Commission (la « FCC ») et le Congrès américain continuent d'être préoccupés par le fait que les augmentations des tarifs de câblodistribution sont supérieures à l'inflation et, par conséquent, il se pourrait que la FCC ou le Congrès américain imposent des restrictions quant à la capacité des câblodistributeurs à mettre en œuvre des hausses tarifaires. Si ABB est dans l'impossibilité d'augmenter ses tarifs pour répondre à la hausse des coûts, cela pourrait avoir un effet défavorable important sur sa situation financière et ses résultats opérationnels.

De plus, ABB pourrait être désavantagée de façon significative si elle demeure assujettie à des contraintes juridiques et réglementaires qui ne s'appliquent pas de façon égale à ses concurrents. La FCC a récemment adopté des règles visant à s'assurer que le processus d'attribution de franchises locales ne nuise pas de façon déraisonnable à l'entrée sur le marché et plusieurs États ont promulgué des lois pour faciliter les obligations en matière d'attribution de franchises pour les nouveaux venus. Ces changements de règlementation apportés par la FCC et plusieurs États profiteront aux concurrents d'ABB. De plus, le Congrès et la FCC examinent à l'heure actuelle diverses formes de réglementation ayant trait à « l'impartialité des réseaux », ce qui pourrait avoir comme incidence de limiter la capacité d'ABB à gérer son réseau de manière efficiente.

Ressources humaines

Au 28 février 2013, environ 26,8 % des employés d'ABB étaient représentés par divers syndicats aux termes de conventions collectives. ABB ne peut pas prédire l'issue de toute négociation actuelle ou future se rapportant à un conflit de travail, à la représentation syndicale ou au renouvellement de ses conventions collectives, ni ne peut être en mesure d'éviter des arrêts de travail futurs, des grèves ou d'autres formes de moyens de pression antérieurs au dénouement de toute négociation actuelle ou future. La prolongation d'un arrêt de travail, d'une grève ou d'autres formes de moyens de pression pourrait avoir un effet défavorable important sur ses activités et sa réputation. Même si ABB ne subit pas de grève ou d'autres moyens de pression, l'issue de toute négociation pourrait avoir un effet défavorable important sur ses activités et ses résultats opérationnels. De plus, sa capacité à procéder à des ajustements à court terme afin de contrôler les coûts au titre de la rémunération et des avantages sociaux est limitée par les dispositions des conventions collectives auxquelles elle est partie.

Le succès d'ABB et de PEER 1 est grandement tributaire de la rétention et du rendement continu de leurs hauts dirigeants. Plusieurs de ces hauts dirigeants ont une expertise unique dans leur domaine, ce qui rend difficile le remplacement de leurs services. La perte des services de l'un ou l'autre de ces dirigeants pourrait avoir une incidence défavorable sur la croissance, la situation financière et les résultats opérationnels de Cogeco Câble. De plus, pour être en mesure de mettre en œuvre et de gérer efficacement leurs activités et stratégies opérationnelles, ABB et PEER 1 doivent maintenir un niveau élevé d'efficience, de rendement et de qualité du contenu, continuer d'améliorer leurs systèmes opérationnels et de gestion et continuer à attirer, former, motiver et gérer efficacement leurs employés. Si ABB et PEER 1 sont incapables d'atteindre ces objectifs, cela pourra avoir un effet défavorable important sur les activités, les perspectives, les résultats opérationnels et la situation financière de la Société.

DÉVELOPPEMENTS FUTURS EN MATIÈRE DE COMPTABILITÉ AU CANADA

Un certain nombre de nouvelles normes, d'interprétations et de modifications des normes actuelles ont été publiées par l'International Accounting Standards Board (l'« IASB »). Elles sont obligatoires, mais n'étaient pas encore entrées en vigueur pour la période close le 28 février 2013 et n'ont pas été appliquées dans le cadre de la préparation des états financiers consolidés intermédiaires résumés. Ces normes sont décrites à la rubrique « Développements récents en matière de comptabilité au Canada » du rapport de gestion annuel de 2012 de la Société, disponible aux adresses www.sedar.com et www.cogeco.ca.

MODIFICATIONS DES MÉTHODES ET DES ESTIMATIONS COMPTABLES CRITIQUES

Il n'y a eu aucun changement important dans les méthodes et dans les estimations comptables de COGECO de même que dans les prises de position comptable futures depuis le 31 août 2012. Une description des méthodes et des estimations comptables de la Société figure dans le rapport annuel de 2012, disponible aux adresses www.sedar.com et www.cogeco.ca.

MESURES FINANCIÈRES NON DÉFINIES PAR LES IFRS

Cette rubrique décrit les mesures financières non définies par les IFRS qu'utilise COGECO tout au long de ce rapport de gestion. Elle présente également un rapprochement de ces mesures financières non définies par les IFRS et des mesures financières les plus comparables définies par les IFRS. Ces mesures financières n'ont pas de définition normalisée prescrite par les IFRS et elles peuvent donc ne pas être comparables avec des mesures semblables utilisées par d'autres sociétés. Ces mesures comprennent les « flux de trésorerie liés aux opérations », les « flux de trésorerie nets » et le « bénéfice opérationnel avant amortissements ».

FLUX DE TRÉSORERIE LIÉS AUX OPÉRATIONS ET FLUX DE TRÉSORERIE NETS

La direction de COGECO et les investisseurs utilisent les flux de trésorerie liés aux opérations pour évaluer les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, excluant l'incidence de la variation des activités opérationnelles sans effet de trésorerie, l'amortissement des coûts de transaction différés et des escomptes sur la dette à long terme, l'impôt sur le résultat versé, la charge d'impôt exigible, les charges financières versées et les charges financières. Cette mesure permet à la Société d'isoler les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles de l'incidence des décisions en matière de gestion de la trésorerie. Les flux de trésorerie liés aux opérations sont ensuite utilisés dans le calcul des « flux de trésorerie nets », une mesure non définie par les IFRS. La direction de COGECO et les investisseurs utilisent les flux de trésorerie nets pour mesurer la capacité de celle-ci à rembourser sa dette, à distribuer des capitaux à ses actionnaires et à financer sa croissance.

Les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles constituent la mesure la plus comparable selon les IFRS. Le calcul des flux de trésorerie liés aux opérations est présenté ci-dessous :

Trimestres clos les Semestres clos les
28 février 29 février 28 février 29 février
2013 2012 2013 2012
(en milliers de dollars) $ $ $ $
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles 157 095 126 455 151 090 136 025
Variations des activités opérationnelles sans effet de trésorerie (12 757 ) (9 905 ) 74 751 64 781
Amortissement des coûts de transaction différés et des escomptes sur la dette à long terme 2 861 914 3 717 1 676
Impôt sur le résultat versé 18 211 19 093 62 459 57 077
Charge d'impôt exigible (22 552 ) (25 971 ) (48 664 ) (47 290 )
Charges financières versées 28 086 10 677 46 395 31 511
Charges financières (30 531 ) (16 110 ) (47 545 ) (33 888 )
Flux de trésorerie liés aux opérations 140 413 105 153 242 203 209 892

Le calcul des flux de trésorerie nets est présenté ci-dessous :

Trimestres clos les Semestres clos les
28 février 29 février 28 février 29 février
2013 2012 2013 2012
(en milliers de dollars) $ $ $ $
Flux de trésorerie liés aux opérations 140 413 105 153 242 203 209 892
Acquisitions d'immobilisations corporelles (101 526 ) (84 540 ) (180 040 ) (159 000 )
Acquisitions d'immobilisations incorporelles et autres actifs (4 493 ) (2 646 ) (9 134 ) (6 590 )
Flux de trésorerie nets 34 394 17 967 53 029 44 302

BÉNÉFICE OPÉRATIONNEL AVANT AMORTISSEMENTS

La direction de COGECO et les investisseurs utilisent le bénéfice opérationnel avant amortissements afin d'évaluer la capacité de la Société à saisir les occasions de croissance de façon rentable, à financer ses activités courantes et à assurer le service de sa dette. Le bénéfice opérationnel avant amortissements correspond essentiellement aux flux de trésorerie liés aux opérations excluant l'incidence de la structure du capital choisie et il compte parmi les mesures clés utilisées par les milieux financiers pour évaluer une entreprise et sa santé financière.

La mesure financière la plus comparable selon les IFRS est le bénéfice opérationnel. Le bénéfice opérationnel avant amortissements se calcule comme suit :

Trimestres clos les Semestres clos les
28 février 29 février 28 février 29 février
2013 2012 2013 2012
(en milliers de dollars, sauf les pourcentages) $ $ $ $
Bénéfice opérationnel 102 464 58 931 185 741 133 573
Amortissements 86 014 85 479 152 055 151 098
Frais d'intégration, de restructuration et d'acquisition 7 490 108 14 752 108
Bénéfice opérationnel avant amortissements 195 968 144 518 352 548 284 779

RENSEIGNEMENTS FINANCIERS TRIMESTRIELS SUPPLÉMENTAIRES

Trimestres clos les 28 février 29 février 30 novembre 31 août 31 mai
(en milliers de dollars, sauf les pourcentages et les données par action) 2013 2012 2012 2011 2012 2011 2012 2011
$ $ $ $ $ $ $ $
Produits 458 501 345 613 366 608 346 023 356 685 331 045 358 032 330 258
Bénéfice opérationnel avant amortissements 195 968 144 518 156 580 140 261 163 617 152 434 158 446 142 025
Bénéfice opérationnel 102 464 58 931 83 277 74 642 95 943 101 304 95 473 90 242
Impôt sur le résultat 15 416 13 372 19 168 12 340 33 625 21 804 22 278 19 252
Bénéfice de la période des activités poursuivies 56 517 29 449 47 095 44 524 44 900 63 870 55 373 54 371
Bénéfice (perte) de la période des activités abandonnées - 52 047 - 3 399 - 6 219 - (233 573 )
Bénéfice (perte) de la période 56 517 81 496 47 095 47 923 44 900 70 089 55 373 (179 202 )
Bénéfice (perte) de la période attribuable aux propriétaires de la Société 16 899 25 089 18 487 18 770 13 889 23 317 19 303 (56 303 )
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles 157 095 126 455 (6 005 ) 9 570 203 193 217 792 109 546 141 106
Flux de trésorerie liés aux opérations 140 413 105 153 101 790 104 739 119 612 148 228 117 606 129 327
Acquisitions d'immobilisations corporelles, incorporelles et autres actifs 106 019 87 186 83 155 78 404 124 638 122 441 88 141 63 807
Flux de trésorerie nets 34 394 17 967 18 635 26 335 (5 026 ) 25 787 29 465 65 520
Bénéfice (perte) par action(1)
Des activités poursuivies et abandonnées
De base 1,01 1,50 1,11 1,12 0,83 1,39 1,15 (3,36 )
Dilué(e) 1,00 1,49 1,10 1,11 0,83 1,39 1,15 (3,36 )
Des activités poursuivies
De base 1,01 0,50 1,11 1,06 0,83 1,27 1,15 1,13
Dilué 1,00 0,50 1,10 1,05 0,83 1,27 1,15 1,13
Des activités abandonnées
De base - 1,00 - 0,07 - 0,12 - (4,49 )
Dilué(e) - 0,99 - 0,06 - 0,12 - (4,49 )
(1) Par action à droits de vote multiples et action subalterne à droit de vote.

SAISONNALITÉ

Les résultats opérationnels de Cogeco Câble ne sont généralement pas soumis à des variations saisonnières importantes, exception faite de ce qui suit. La croissance de la clientèle du service de Télévision et du service d'IHV est généralement plus faible au second semestre de l'exercice en raison de la diminution de l'activité d'abonnements liée au début de la période des vacances, de la fin de la saison de télévision ainsi que du fait que les étudiants quittent les campus à la fin de l'année scolaire. Cogeco Câble offre ses services dans plusieurs villes comptant des universités ou des collèges, notamment Kingston, Windsor, St. Catharines, Hamilton, Peterborough, Trois-Rivières et Rimouski, au Canada.

RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES

Ce rapport de gestion a été préparé le 10 avril 2013. Des renseignements supplémentaires se rapportant à la Société, y compris sa notice annuelle, sont disponibles sur le site Web de SEDAR, à l'adresse www.sedar.com.

/s/ Jan Peeters /s/ Louis Audet
Jan Peeters Louis Audet
Président du conseil Président et chef de la direction
COGECO inc.
Montréal (Québec)
Le 10 avril 2013

AU SUJET DE COGECO

COGECO est une entreprise de télécommunications diversifiée. Par l'intermédiaire de sa filiale Cogeco Câble, COGECO fournit à sa clientèle résidentielle des services de Télévision analogique et numérique, d'Internet haute vitesse (« IHV ») ainsi que de Téléphonie. Cogeco Câble exerce ses activités au Canada sous le nom de marque Cogeco Câble au Québec et en Ontario, ainsi qu'aux États-Unis, par l'entremise de sa filiale Atlantic Broadband, dans l'ouest de la Pennsylvanie, le sud de la Floride, au Maryland, au Delaware et en Caroline du Sud. Par l'intermédiaire de ses filiales Cogeco Services Réseaux et PEER 1 Hosting, Cogeco Câble fournit à sa clientèle commerciale des services d'hébergement de TI, de technologie de l'information et de communications (centre de données informatiques, co-implantation, hébergement géré, infrastructure d'informatique en nuage et connectivité) grâce à 23 centres de données informatiques, à des réseaux de fibre bien développés à Montréal et à Toronto ainsi qu'à des points de présence en Amérique du Nord et en Europe. Par l'intermédiaire de sa filiale Cogeco Diffusion, COGECO détient et exploite, à l'échelle du Québec, 13 stations de radio offrant une programmation variée et complémentaire destinée à un large éventail d'auditoires, ainsi que son agence de nouvelles, Cogeco Nouvelles. Cogeco Diffusion exploite également Métromédia, une entreprise de représentation spécialisée dans le domaine de l'affichage publicitaire dans les transports collectifs qui détient des contrats exclusifs de représentation au Québec, où elle représente également ses partenaires d'affaires actifs dans d'autres marchés canadiens. Les actions subalternes à droit de vote de COGECO sont inscrites à la Bourse de Toronto (TSX:CGO). Les actions subalternes à droit de vote de Cogeco Câble sont également inscrites à la Bourse de Toronto (TSX:CCA).

Conférence téléphonique pour les analystes financiers : Le jeudi 11 avril 2013 à 11 h (HAE)
Les représentants des médias sont invités à assister à titre d'auditeurs seulement.
Prière d'appeler cinq minutes avant le début de la conférence en utilisant une des liaisons téléphoniques suivantes :
Numéro d'accès pour le Canada et les États-Unis : 1-866-322-8032 Numéro d'accès international : + 1-416-640-3406
Code de confirmation : 4371097
Par Internet, au www.cogeco.ca/investisseurs
Pour écouter la retransmission de la conférence téléphonique, accessible jusqu'au 11 juillet 2013, veuillez composer un des numéros suivants :
Numéro d'accès pour le Canada et les États-Unis : 1-888-203-1112
Numéro d'accès international : + 1-647-436-0148
Code de confirmation : 4371097

Renseignements

  • Source :
    COGECO inc.
    Pierre Gagné
    Premier vice-président et chef de la direction financière
    514-764-4700

    Renseignements :
    Médias
    René Guimond
    Vice-président, affaires publiques et communications
    514-764-4700