Comité régional des associations pour la déficience intellectuelle (CRADI)

Comité régional des associations pour la déficience intellectuelle (CRADI)

22 mars 2011 17h22 HE

Comité régional des associations pour la déficience intellectuelle : Faire comme tout le monde

MONTRÉAL, QUEBEC--(Marketwire - 22 mars 2011) - La Semaine québécoise de la déficience intellectuelle (13 au 20 mars) vient de prendre fin et comme d'habitude on constate que les médias en ont parlé, mais pas beaucoup. Il y a toujours un sujet plus important.

Pourtant depuis la 1re édition de cette semaine de sensibilisation, il y a plus de 30 ans, il s'en est passé des choses. Les progrès réalisés mériteraient plus d'attention. Les personnes qui ont une déficience intellectuelle prennent de plus en plus leur place. Elles travaillent dans des magasins, des centres communautaires; elles vivent en appartement, elles prennent l'autobus, l'avion. Elles prennent la parole devant des éluEs pour exprimer leurs besoins et défendre leurs droits. Il y en a qui sont artistes ; on en voit à la télévision, sur scène. La société les accepte de plus en plus. Ces personnes sont comme tout le monde, elles veulent vivre leur vie, faire partie de la « gang » comme tout le monde et font d'énormes efforts pour cela.

Mais, il y a encore des freins à leur pleine émancipation : certaines personnes ne sont pas payées pour ce qu'elles font, d'autres vivent dans des ressources qui ne leur permettent pas de s'épanouir; elles sont souvent confinées à être des prestataires de l'aide de dernier recours toute leur vie. Les plus jeunes se voient trop souvent refuser l'école ordinaire, leur école de quartier, et doivent se déplacer loin de la maison pour être scolarisés.

Un peu avant et pendant la Semaine, des débats ont eu lieu à propos d'une coalition qui s'est créée pour dénoncer l'« intégration à tout prix », comme si les parents qui veulent intégrer leur enfant dans une école ordinaire (et non spécialisée) étaient prêts à faire vivre n'importe quoi à leur enfant. Et si la réussite de l'intégration résidait aussi dans l'accueil qu'on leur réserve ! Au lieu d'être contre « l'intégration à tout prix », pourquoi ne pas se prononcer pour l'intégration et voir ensuite comment la concrétiser et la gérer. C'est une question de volonté qui s'accompagne des ressources nécessaires.

Comment peut-on mettre des enfants à part et s'imaginer qu'à l'âge adulte, ils vont s'intégrer facilement? C'est drôle que les dénonciateurs de l'intégration ne s'en inquiètent pas.

Demeurons positifs et disons que cette semaine nous amène à constater que les mentalités ont évolué et que les personnes qui ont une déficience intellectuelle se sentent un peu plus membres de leur communauté. Après tout, elles sont plus de 50 000 à Montréal. 

Comité régional des associations pour la déficience intellectuelle (CRADI), regroupement d'organismes oeuvrant en déficience intellectuelle et trouble envahissant du développement dans la région de Montréal.

Renseignements