BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier
BMO Banque de Montreal

BMO Banque de Montreal

18 avr. 2012 06h00 HE

Commentaires trimestriels de BMO sur les marchés : les marchés d'actions internationaux sont prêts pour la croissance

- Malgré les risques macroéconomiques, les marchés d'actions internationaux devraient connaître une croissance.

- Le PIB des Etats-Unis devrait progresser de 2 % au cours de la prochaine année.

- La zone euro évolue vers une certaine stabilité.

- Titres à revenu fixe : optez pour les obligations à moyen terme, plutôt que pour les obligations à court et à long terme.

MONTRÉAL, QUÉBEC ET CHICAGO, ILLINOIS--(Marketwire - 18 avril 2012) - BMO Banque privée Harris a publié aujourd'hui ses commentaires trimestriels sur les marchés, intitulés Les actions ont de nouveau la cote. Ce rapport indique que les marchés d'actions internationaux ont fait preuve d'une force soutenue au cours de la première partie de l'année et qu'ils devraient continuer à progresser à un rythme légèrement plus lent malgré un certain nombre de risques macroéconomiques persistants.

« Les perspectives du marché international du placement se sont remarquablement améliorées au cours du premier trimestre, selon Paul Taylor, chef des placements, Actions fondamentales, BMO Gestion d'actifs. Les craintes concernant la crise du crédit dans la zone euro s'étant quelque peu atténuées et les données concernant l'économie des États-Unis s'étant améliorées, les investisseurs ont repris confiance et sont revenus aux actifs plus risqués. Si bien que les marchés d'actions du monde entier ont progressé. »

M. Taylor a aussi fait remarquer qu'au cours des 12 prochains mois, les rendements obligataires devraient être positifs, quoique moins élevés que ceux des actions. « Afin d'aligner les portefeuilles de nos clients sur cette perspective, nous augmenterons légèrement les proportions d'actions par rapport aux titres à revenu fixe. »

Dans ses commentaires, BMO Banque privée Harris fait les prévisions suivantes :

Reprise économique aux États-Unis

« Nous ne voyons aucune bonne raison de penser que l'économie américaine va se détériorer à court terme, a déclaré Jack Ablin, vice-président à la direction et chef des placements, Banque privée Harris. Cette perspective, combinée à l'engagement de la Réserve fédérale américaine à maintenir une politique monétaire accommodante au moins jusqu'en 2014, nous conduit à prévoir une croissance du PIB d'environ 2 % au cours des 12 prochains mois. »

Il y a une ombre au tableau pour l'économie américaine et c'est la possibilité que des mesures fiscales ralentissent la croissance aux États-Unis après l'élection présidentielle. « Nous nous attendons à ce que cette inquiétude augmente à mesure que novembre approchera, a ajouté M. Ablin. Les réductions de l'impôt sur les revenus élevés de l'ère Bush doivent prendre fin en décembre 2012 et l'entrée en vigueur des réductions de dépenses automatiques prévues dans le Budget Control Act est prévue en 2013. La date et l'incidence des réductions de dépenses dépendront beaucoup des résultats de l'élection, mais le scénario le plus défavorable produirait un freinage fiscal de plus de 3 % du PIB à compter de 2013. »

Zone euro - En route vers la stabilité

« Il est probable que la situation de la dette souveraine dans la zone euro continuera à représenter un certain risque pendant encore plusieurs années, a indiqué M. Ablin. Néanmoins, les mesures prises récemment par les responsables politiques de la région nous incitent à croire qu'ils sont déterminés à éviter les dommages systémiques. Depuis le dernier trimestre, nous sommes plus convaincus que la situation évolue lentement vers la stabilité. En fait, la situation s'est tellement améliorée que nous ne pensons plus que la crise de la zone euro sera le facteur dominant de l'économie et des marchés financiers mondiaux au cours des 12 à 18 prochains mois. »

Chine - Croissance continue

« Nous prévoyons que la croissance économique de la Chine se situera entre 8 % et 9 %, un rythme qui continuera à soutenir la reprise mondiale et les secteurs des ressources au Canada, a déclaré M. Taylor. À notre avis, les inquiétudes concernant un atterrissage brutal sont exagérées, mais si la croissance économique chinoise est plus lente que prévu, les dirigeants du pays disposent de puissants moyens monétaires et fiscaux. »

Gains des sociétés - On prévoit une croissance inférieure à 10 %

« Après deux années de forte croissance, nous croyons que le cycle économique actuel arrive à un stade où la croissance des gains des sociétés ralentit habituellement, a poursuivi M. Taylor. Nous pensons que les chiffres d'affaires des sociétés ont encore un potentiel de croissance et que les ratios cours/bénéfice peuvent augmenter. Aux États-Unis et au Canada, nous nous attendons à une croissance des bénéfices à un chiffre dans le milieu de la fourchette au cours de la prochaine année. »

Revenu fixe

« Nous prévoyons des rendements positifs modérés pour les placements canadiens à revenu fixe au cours de la prochaine année, a ajouté M. Taylor. Une légère hausse des taux d'intérêt est possible, mais ils resteront sans doute bas pendant un certain temps. Nous continuons à croire que les obligations à moyen terme présentent la perspective la plus favorable, par comparaison avec les obligations à court et à long terme. »

Pour accéder au texte intégral du rapport : www.bmo.com/banquepriveeharris.

Renseignements