Fédération des sociétés canadiennes d'assistance aux animaux

Fédération des sociétés canadiennes d'assistance aux animaux

18 déc. 2012 10h00 HE

Complet : il n'y a plus de places pour les chats dans les refuges du Canada

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 18 déc. 2012) - La Fédération des sociétés canadiennes d'assistance aux animaux (FSCAA) a réalisé la première enquête nationale, menée auprès d'un grand nombre d'intervenants, sur la problématique de la surpopulation des chats au Canada. Son rapport, extrêmement révélateur, est publié aujourd'hui.

On y apprend que le réseau d'accueil pour les chats est rempli à pleine capacité ou presque. Chaque année deux fois plus de chats que de chiens se retrouvent abandonnés en refuge. Certains de ces chats y sont laissés par leur propriétaire, d'autres sont trouvés errants dans les rues. Les données indiquent que moins de 1 % des chats des refuges auront la chance de retrouver leur famille. Pour les chiens, les probabilités sont de 30 %. Cet écart s'explique sans doute par le fait qu'au Canada peu de chats sont munis d'un collier ou d'une autre forme d'identification permanente. Malheureusement, selon les estimations présentées au rapport, plus de 600 000 chats hébergés dans les refuges n'ont pas trouvé de nouveau foyer en 2011 et plusieurs ont été euthanasiés.

« Il faut réduire le nombre de chats non désirés, augmenter le taux de restitution des chats égarés à leur propriétaire et trouver plus de foyers d'accueil pour adopter les chats des refuges » expliquait Barbara Cartwright, la directrice générale de la FSCAA. Nous avons réalisé cette recherche pour mieux comprendre les répercussions négatives du problème de surpopulation des chats. Essentiellement, on constate qu'il y a trop de chats qui se retrouvent sans foyer, que les refuges et les sociétés de protection des animaux sont débordés, et qu'on est obligé d'euthanasier des chats faute d'espace pour les héberger ou pour cause de maladie. » Le rapport présente des données recueillies auprès de 478 répondants d'un bout à l'autre du pays : sociétés de protection des animaux, SPCA, municipalités, vétérinaires, centres d'aide aux animaux, organismes de CSR (Capture, stérilisation, remise en liberté) et organismes de stérilisation.

« Ce rapport présente des découvertes alarmantes et il explique que si nous n'adoptons pas rapidement des mesures ciblées et à grande échelle, le problème ne pourra que s'aggraver, commentait Craig Naherniak de la SPCA de Colombie-Britannique.

La bonne nouvelle, c'est que les Canadiens aiment les chats! L'étude a estimé qu'il y a 10,2 millions de « chats ayant un propriétaire » au pays et qu'ils sont plus populaires que les chiens comme animaux de compagnie. Le problème, c'est qu'il y a un trop grand nombre de chats abandonnés, perdus et sans foyer. Le besoin pour de nouveaux foyers d'accueil est immense.

Kelly Mullaly, directrice générale de la PEI Humane Society, fait remarquer que « l'adoption est la mesure à court terme la plus répandue pour contrer le problème de surpopulation des chats selon la recherche. Mais, malheureusement, elle révèle aussi qu'on ne réussit à placer en adoption que 44 % des chats des refuges. Il faut que les médias à la grandeur du pays nous appuient pour faire passer le message que l'adoption devrait clairement être la façon no 1 de se procurer un nouvel animal de compagnie. »

Les Canadiens sont plus susceptibles de se procurer un chat auprès d'un ami, d'un parent, de leur propre chatte ou de prendre un chat errant ou « à donner » que de s'adresser à un organisme comme une société de protection des animaux, une SPCA ou un centre d'aide. « C'est la principale raison pour laquelle la FSCAA participe à la campagne Les fêtes en famille de Iams, ajoutait Mme Cartwright. Chaque année, cette campagne permet de trouver un foyer permanent et chaleureux pour les chats à l'approche de la période des Fêtes. »

Cela dit, l'adoption permet seulement de réduire la population courante des chats. Il faut aussi trouver des solutions à long terme. À cet égard, les répondants indiquent qu'ils sont nettement en faveur de la stérilisation comme mesure pour réduire la surpopulation des chats. À l'heure actuelle, moins de 20 % des chats que l'on confie aux refuges sont déjà stérilisés.

Denys Pelletier, directeur général de la SPA de Québec: « La recherche a mis en lumière un élément dont nous étions déjà conscients dans le milieu des refuges : pour mettre fin à la surpopulation des chats, les propriétaires doivent faire stériliser leurs animaux, même les chats d'intérieur, et la stérilisation doit être facilement accessible et abordable. »

Même si l'adoption de règlements municipaux est souvent proposée comme solution au problème, les répondants ont indiqué qu'il est souvent difficile de faire appliquer les règlements à cause d'un manque de ressources. « On ne peut pas considérer qu'un type d'intervenant ou une organisation en particulier est responsable du problème ou de sa résolution, soulignait Mme Cartwright. Il s'agit réellement d'une problématique collective, qui doit être abordée de façon collective. »

Pour mettre un terme au problème de la surpopulation des chats, la FSCAA a élaboré différentes recommandations, notamment : accès plus facile et plus abordable à la stérilisation, augmentation des taux d'adoption, plus grande sensibilisation du public à la problématique des chats, soutien adéquat pour les stratégies qui exigent des mesures de surveillance (comme les règlements municipaux) et, de façon générale, une plus grande responsabilisation des propriétaires envers leurs animaux de compagnie.

La Fédération des sociétés canadiennes d'assistance aux animaux est une organisation nationale qui représente les sociétés de protection des animaux et les SPCA du Canada. Fondée en 1957, la FSCAA propose des changements positifs et progressifs pour mettre fin à la cruauté envers les animaux, mieux protéger les animaux et promouvoir le respect du bien-être animal.

Pour visionner le rapport complet, allez au www.cfhs.ca.

Renseignements

  • Personne-ressource :
    Denys Pelletier,
    directeur général de la SPA de Québec
    418-527-9104, poste 227
    denys.pelletier@spadequebec.ca

    For English inquiries contact :
    Kim Elmslie, directrice des communications, FSCAA
    613-224-8072
    1-888-678-2347, poste 12
    kime@cfhs.ca

    Pour organiser des entrevues avec
    les porte-parole des provinces :
    SPCA Terre-Neuve-et-Labrador
    Simone Brown
    709-726-0301

    PEI Humane Society
    Sophia Ball
    902-892-1190, poste 24

    SPCA de Nouvelle-Ecosse
    Kristin Williams
    1-888-703-7722 poste 228

    SPCA de Fredericton
    Karen McGeean
    506-459-1555

    SPA de Québec
    Denys Pelletier
    418-527-9104

    Guelph Humane Society
    Michelle Anderson-Cameron
    519-824-3091

    Kitchener-Waterloo Humane Society
    Jack Kinch
    519-745-5615

    Winnipeg Humane Society
    Bill McDonald
    204-982-2037

    SPCA de Saskatchewan
    Frances Wach
    306-382-7722

    SPCA de Saskatoon
    Tiffany Koback
    306-374-7387

    Edmonton Humane Society
    Stephanie Walsh
    780-491-3503

    SPCA de Colombie-Britannique
    Lorie Chortyk
    604-681-7271