Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

01 déc. 2010 08h15 HE

Conférence de la SCHL sur les perspectives du marché de l'habitation

QUÉBEC, QUÉBEC--(Marketwire - 1 déc. 2010) - La Société canadienne d'hypothèque et de logement (SCHL) a présenté aujourd'hui sa conférence annuelle sur les perspectives du marché de l'habitation à près de 500 professionnels du secteur. Sous le thème « Marché de l'habitation : au-delà de la relance », les conférenciers ont parlé de l'état de l'immobilier dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec et dans la province. Ils ont expliqué comment la région de Québec se démarque des autres RMR québécoises et canadiennes pour ensuite analyser plus en détail les conditions des différents segments de marché et explorer les principales zones de la région.

Sur le plan provincial

Au Québec, la relance de l'économie entreprise à la fin de 2009, le contexte démographique (caractérisé par le vieillissement de la population et une migration soutenue) et les conditions d'emprunt ayant favorisé le rattrapage et le devancement des achats sont tous des facteurs qui ont contribué au dynamisme des marchés de l'habitation en 2010. « Cependant, depuis la deuxième moitié de l'année, le paysage a changé. En effet, la croissance économique est déjà moins forte et la demande, moins soutenue, ce qui entraînera un ralentissement des marchés en 2011 », affirme Kevin Hughes, économiste régional à la SCHL.

Selon la SCHL, les mises en chantier d'habitations diminueront de 10,6 % et seront au nombre de 45 000 dans la province en 2011. Le segment des maisons individuelles, qui a déjà entamé un ralentissement ce printemps, accusera un repli d'environ 3 % (18 750 unités), pendant que les mises en chantier de logements collectifs, toujours soutenues, baisseront davantage (d'environ 15 %).

L'an prochain, le volume des reventes devrait ressembler au bilan de 2010. La SCHL prévoit que 80 500 transactions seront conclues par l'entremise du MLS®. « En 2011, une croissance économique modérée et un marché moins serré se traduiront par un rythme d'activité stable. Le marché de la revente gagnera en équilibre, de sorte que nous nous attendons à ce que les prix progressent plus lentement », ajoute Kevin Hughes.

La démographie, toujours la démographie!

Jusqu'à l'âge de 75 ans, la proportion de ménages québécois qui achètent un logement chaque année est supérieure à celle des ménages qui en vendent un. Si on applique ces proportions aux plus récentes projections démographiques, on constate que le nombre d'acheteurs sera, au cours des 20 prochaines années, toujours supérieur à celui des vendeurs. Néanmoins, cet écart s'amenuise avec le temps.

RMR de Québec

Le marché immobilier demeurera dynamique en 2011

Le dynamisme qui anime le marché immobilier résidentiel dans la RMR de Québec depuis plusieurs années maintenant se poursuivra en 2011. La robustesse du marché de l'emploi, combinée à la forte migration et aux conditions de financement toujours favorables, alimentera la demande d'habitations dans la RMR. Ces facteurs stimuleront la construction de logements, et continueront à maintenir tendues les conditions sur le marché de la revente ainsi que sur le marché locatif.

Québec sous la loupe

À l'image des dernières années, les ventes MLS® se sont grandement concentrées dans les secteurs(1) de la périphérie Nord au cours des trois premiers trimestres de 2010. Val-Bélair est en tête de liste pour le nombre total de transactions MLS®. Les conditions de marché demeurent favorables aux vendeurs dans tous les secteurs et pour tous les produits d'habitation. Dans l'ensemble, la banlieue reste plus abordable.

En construction résidentielle, une tendance de fond demeure : la périphérie Nord s'impose. La construction de maisons individuelles affiche néanmoins une forte hausse en 2010 dans le secteur Ouest de la rive Sud. La construction de maisons individuelles, jumelées et en rangée demeure également élevée à Val-Bélair. Du côté de la construction de copropriétés, un grand nombre de nouvelles unités en Haute-Ville fait briller le Centre. Finalement, la construction de logements locatifs est vive depuis plusieurs années et favorise particulièrement les secteurs Les Rivières et Beauport.

Le marché locatif traditionnel est tendu dans tous les secteurs, mais il l'est un peu moins en Haute-Ville (1,4 %, contre 0,6 % pour la RMR), alors que le loyer moyen des appartements de deux chambres y est de 881 $, contre 676 $ pour l'ensemble de la RMR.

Mettant à contribution plus de 60 ans d'expérience à titre d'organisme national responsable de l'habitation au Canada, la SCHL aide les Canadiens à accéder à un éventail de logements durables, abordables et de qualité, favorisant ainsi la création de collectivités et de villes dynamiques et saines partout au pays. Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site www.schl.ca ou composer le 1-800-668-2642.

(1) Les secteurs font référence aux zones présentées en conférence.

Renseignements

  • Communications
    Catherine Léger
    514-475-5165