Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

16 nov. 2011 12h00 HE

Conférence de la SCHL sur les perspectives du marché de l'habitation

QUÉBEC, QUÉBEC--(Marketwire - 16 nov. 2011) - La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a présenté aujourd'hui sa conférence annuelle sur les perspectives du marché de l'habitation à près de 500 professionnels du secteur. Sous le thème « Une vision élargie », les conférenciers ont parlé de l'état de l'immobilier au pays, dans la province et dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec. Ils ont expliqué comment le marché de l'habitation de la région évoluera au cours de la prochaine année.

Sur le plan national

Dans l'ensemble du Canada, les mises en chantier d'habitations devraient se stabiliser en 2012. « Malgré la persistance de l'incertitude économique à l'échelle mondiale, les facteurs économiques fondamentaux demeurent positifs au Canada, particulièrement en ce qui a trait aux taux d'intérêt, à l'emploi et à l'immigration. Ces facteurs continueront de soutenir le secteur canadien de l'habitation en 2012 », a déclaré Mathieu Laberge, économiste en chef adjoint à la SCHL.

Le nombre de mises en chantier d'habitations s'établira entre 161 650 et 206 350 cette année, et la prévision ponctuelle le situe à 186 750. On s'attend à ce que le marché de la revente demeure équilibré l'an prochain. Les ventes MLS® devraient augmenter modestement en 2012, pour se situer entre 406 100 et 509 000 (prévision ponctuelle de 458 500). La hausse du prix MLS® moyen devrait cadrer avec l'état d'équilibre du marché que nous avons connu jusqu'ici en 2011 et qui devrait se maintenir l'an prochain.

Sur le plan provincial

Compte tenu du contexte de modération et d'incertitude, il est prévu que la croissance économique du Québec ne dépassera pas la barre des 2 % en 2012. Quant à l'emploi, une croissance relativement stable est attendue pour l'an prochain (1,4 %).

« La conjoncture économique, bien que modérée, soutiendra néanmoins la demande d'habitations l'an prochain. De plus, les tendances démographiques continueront d'avoir une incidence sur le marché, notamment sur la demande d'appartements (locatifs et en copropriété) », affirme Kevin Hughes, économiste régional à la SCHL pour la province de Québec.

Après une année de recul, la revente reprendra graduellement, grâce à la conjoncture économique et au grossissement du parc immobilier. Le recul de la demande en 2011 et la croissance de l'offre ont conduit à une détente sur le marché de la revente. Cette situation s'observe pour chaque segment de marché; cependant, sur le plan régional, les conditions de marché varient. Dans ce contexte, les prix enregistreront une croissance plus faible.

Quant à la construction résidentielle, la détente du marché de la revente réduit la demande de maisons neuves cette année. Après un recul en 2011, les mises en chantier de maisons individuelles rebondiront quelque peu l'an prochain. À la suite de deux années de construction soutenue, une baisse notable des mises en chantier de logements collectifs est attendue pour 2012.

RMR de Québec

Cette année et l'an prochain, le marché de l'habitation de la RMR de Québec évoluera dans une conjoncture toujours favorable : le dynamisme du marché de l'emploi, combiné au fort bilan migratoire et aux conditions de financement qui sont demeurées attrayantes, alimentera la demande d'habitations. Par ailleurs, bien qu'on s'attende à ce que la cadence ralentisse, la vitalité du marché demeurera.

À la suite d'une année 2010 exceptionnelle, la construction neuve ralentira : les mises en chantier se chiffreront à 5 400 (-19 %) en 2011, et à 4 900 (-9 %) en 2012. Après un répit en 2010, la tendance baissière du côté de la construction de maisons individuelles se fera à nouveau sentir. Pour leur part, les maisons jumelées et en rangée demeureront des produits populaires, à l'image des années précédentes, mais un léger recul des mises en chantier de logements de ce type est prévu pour 2011, alors que la situation restera stable en 2012. La copropriété jouit d'une popularité sans précédent dans la RMR : en 2010, un sommet a été atteint avec 1 727 mises en chantier. Cette forte activité se maintiendra en 2011, avant d'enregistrer une baisse en 2012, exprimant ainsi un rajustement de l'offre par rapport à la demande. Enfin, la construction de logements locatifs faiblira en 2011 et se stabilisera en 2012.

Pour 2011, le marché de la revente reprendra graduellement du tonus et reflétera une légère reprise de l'activité (+2 %) en regard de 2010 : le nombre total de transactions MLS® s'élèvera à 7 200. En 2012, les ventes MLS® seront en hausse (+4 %), pour atteindre 7 500. Par ailleurs, les acheteurs profiteront d'un plus grand choix de propriétés à vendre, ce qui facilitera leur exercice de recherche et d'achat. Cet assouplissement des conditions de marché modérera les hausses de prix : le prix moyen MLS® des propriétés résidentielles atteindra 252 000 $ (+6 %) en 2011 et 262 000 $ (+4 %) en 2012.

Enfin, le marché locatif se détendra, en raison de la construction récente de nombreux logements locatifs. Bien que la demande sera toujours au rendez-vous, la construction se poursuivra, ce qui permettra au marché de s'assouplir : de 1 % en 2010, le taux d'inoccupation passera à 1,4 % en 2011 et à 1,8 % en 2012.

Mettant à contribution plus de 65 ans d'expérience à titre d'organisme national responsable de l'habitation au Canada, la Société canadienne d'hypothèques et de logement aide les Canadiens à accéder à un éventail de logements durables, abordables et de qualité, favorisant ainsi la création de collectivités et de villes dynamiques et saines partout au pays.

Renseignements

  • Catherine Léger
    Communications
    514-475-5165