Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

26 nov. 2014 11h30 HE

Conférence de la SCHL sur les perspectives du marché de l'habitation

Copropriétés neuves dans la RMR de Montréal : pas de reprise de la demande en vue, et le point sur la présence d'investisseurs

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 26 nov. 2014) - La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a présenté aujourd'hui sa conférence annuelle sur les perspectives du marché de l'habitation à quelque 800 professionnels du secteur. Sous le thème « Cibler l'essentiel », les conférenciers ont analysé l'état du marché immobilier dans la province et la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, et ils ont parlé de ce qui façonnera le marché de demain.

Perspectives provinciales

Selon Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL pour le Québec, « une relance graduelle de la croissance économique du Québec au cours des deux prochaines années stimulera, dans une semblable mesure, la demande d'habitations en 2015 et en 2016. Durant cette période, le marché de la revente se resserrera quelque peu, ce qui contribuera à soutenir les mises en chantier. Cependant, malgré une légère remontée de la demande, une offre soutenue maintiendra la croissance des prix à un rythme modeste. »

Sur le plan provincial, les mises en chantier au Québec totaliseront 38 200 unités en 2014, 39 000 unités en 2015 et 40 100 en 2016. Après une remontée des reventes l'an prochain (72 600, contre 70 900 cette année), 73 400 ventes par Centris® seront enregistrées en 2016 grâce à des marchés de l'emploi plus robustes. Les prix des maisons existantes afficheront une croissance sous la barre de 2 % au cours des deux prochaines années.

Toujours selon Kevin Hughes, « très bientôt, le vieillissement démographique aura d'importants impacts sur l'offre et la demande d'habitations visant les ménages de 75 ans et plus, groupe d'âge dont la population est sur le point d'augmenter plus rapidement ».

Perspectives régionales : RMR de Montréal
Les fondements pour 2015 et 2016

En 2015, le nombre de mises en chantier diminuera de 6 % en regard de 2014 (15 700). Le marché de la copropriété met maintenant l'accent sur l'écoulement, et il en sera de même en 2015 et 2016. « Le nombre de copropriétés inoccupées continuera d'augmenter et dépassera vraisemblablement le sommet atteint en 2006 (3 200). Parmi les 2 600 copropriétés inoccupées en ce moment, plus de 500 ont été achevées il y a plus d'un an », a expliqué David L'Heureux, analyste principal de marché à la SCHL. En 2016, l'activité sur le marché du neuf sera relativement stable (+1 %).

« La demande de copropriétés neuves des dernières années n'a pas été gonflée par les spéculateurs, étant donné que très peu de copropriétés neuves sont revendues rapidement. De plus, dans les immeubles en copropriété récents du centre-ville de Montréal, la proportion d'investisseurs, locaux ou étrangers, n'est pas plus grande que dans les autres immeubles », a ajouté Francis Cortellino, analyste principal de marché à la SCHL.

Le nombre de transactions Centris® augmentera de 4 % en 2015 et de 2 % en 2016. Le marché demeurera favorable aux acheteurs, et la progression du prix moyen sera relativement faible (d'environ 1 % par année). « Plus de 35 % des copropriétés sont maintenant vendues dans un délai supérieur à quatre mois, une proportion qui a augmenté de façon marquée avec la détente du marché des dernières années », a fait remarquer M. L'Heureux.

De nouvelles données indiquent que les logements mis en vente par les propriétaires forment une offre non négligeable sur le marché de la revente. « Ces propriétés représentent environ 20 % de l'ensemble des propriétés mises en vente (avec ou sans courtier) durant cette période », a ajouté M. Cortellino.

Sur le marché locatif, le taux d'inoccupation des appartements sera stable en 2015 et 2016 (autour de 2,5 %). La construction d'unités locatives devrait reprendre quelque peu. Ce segment du secteur de l'habitation a néanmoins plusieurs défis à relever : à court terme, la gestion des immeubles locatifs, puisque le taux de roulement est d'environ 20 % dans la région de Montréal, et à long terme, l'évolution des besoins de la clientèle, car les personnes de 75 ans et plus seront à l'origine de 60 % de la croissance de la clientèle locative d'ici 15 ans.

Montréal : cartographie d'un marché

Si la région métropolitaine de Montréal forme un tout, les secteurs de la métropole présentent quant à eux des tendances différentes. Au chapitre des facteurs démographiques, plusieurs familles quittent l'île de Montréal pour la banlieue, alimentant ainsi la croissance plus soutenue de la population dans ces secteurs. Néanmoins, une majorité de nouveaux arrivants issus de l'immigration s'installent sur l'île de Montréal, année après année. « Ainsi, l'immigration continuera à alimenter la demande de logements locatifs sur l'île, mais aussi l'accession à la propriété, puisque les immigrants tendent à y rester lorsqu'ils deviennent propriétaires, » a mentionné Geneviève Lapointe, analyste principale de marché à la SCHL.

Dans le segment de la copropriété, un secteur se démarque en 2014 : l'arrondissement de Ville-Marie. Sur le marché de la revente, les conditions avantagent les acheteurs dans tous les secteurs. Cependant, Ville-Marie est celui qui présente la hausse la plus importante de l'offre de copropriétés existantes et l'un de ceux où le marché est le plus favorable aux acheteurs. Sur le marché du neuf, le démarrage de la construction de plusieurs tours résidentielles dans ce secteur a fait augmenter le total des mises en chantier dans l'île et la RMR. « Dans les prochaines années, l'achèvement de ces grands ensembles en copropriété entraînera une hausse des stocks et incitera les constructeurs à tempérer leur rythme d'activité, notamment au centre-ville, » a ajouté Mme Lapointe.

Du côté des logements en propriété absolue(1), la tendance sur les marchés de l'existant et du neuf est au ralenti, en particulier en banlieue, où se situe l'essentiel de l'activité pour ce mode d'occupation. Sur le marché de la revente, la détente s'est poursuivie au cours de la dernière année, de sorte que davantage de secteurs favorisent maintenant les acheteurs. Sur le marché du neuf, la mise en œuvre du plan métropolitain d'aménagement et de développement sur le territoire de la métropole limitera la construction de maisons individuelles au cours des prochaines années, y compris dans les secteurs éloignés de la banlieue.

Mettant à contribution plus de 65 ans d'expérience à titre d'organisme national responsable de l'habitation au Canada, la SCHL aide les Canadiens à accéder à un éventail de logements durables, abordables et de qualité. Elle offre également des données, des analyses et des rapports fiables, impartiaux et actuels sur le marché de l'habitation pour aider les consommateurs et le secteur de l'habitation à prendre des décisions éclairées.

Suivez la SCHL sur Twitter @SCHL_ca.

(1) Le segment des logements en propriété absolue comprend les maisons individuelles, jumelées et en rangée.

Renseignements