Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

24 nov. 2015 12h00 HE

Conférence de la SCHL sur les perspectives du marché de l'habitation

QUÉBEC, QUÉBEC--(Marketwired - 24 nov. 2015) - La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a présenté aujourd'hui sa conférence annuelle sur les perspectives du marché de l'habitation pour le Québec et la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec à plus de 400 professionnels du secteur. Sous le thème « Des repères pour s'orienter », les conférenciers ont analysé l'état du marché immobilier de la province et de la RMR de Québec et ont parlé de ce qui façonnera le marché de demain.

Perspectives provinciales

L'accélération graduelle de la croissance de l'économie québécoise stimulera quelque peu la demande de logements en 2016 et 2017. « Pendant que le marché de la revente se resserrera légèrement, le vieillissement de la population donnera un élan à la construction résidentielle, surtout dans le segment des logements collectifs », déclare Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL pour le Québec.

Les perspectives du secteur canadien de l'habitation, qui laissent entrevoir une stabilité générale de l'activité, sont exposées à certains risques à l'échelle nationale et mondiale.

L'évolution future des prix du pétrole demeure le risque le plus important pour la croissance de l'économie canadienne, en entraînant des pertes considérables au chapitre des revenus des sociétés et des recettes fiscales. Les niveaux d'endettement des ménages demeurent élevés et continueront d'être un facteur de vulnérabilité important.

Un autre facteur de risque pour les perspectives est celui de la surévaluation. Les RMR de Montréal et de Québec présentent actuellement des signes élevés de surévaluation. « Ce résultat reflète surtout l'effet modérateur des facteurs économiques et démographiques qui ne soutiennent pas entièrement les prix observés », ajoute Kevin Hughes.

Perspectives régionales - RMR de Québec

Le marché du neuf est appelé à ralentir au cours des prochaines années dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec. « La baisse de régime s'expliquera principalement par la croissance de l'offre de propriétés existantes à vendre, le stock encore relativement important de copropriétés neuves invendues et par la hausse du taux d'inoccupation du marché locatif traditionnel », explique Élisabeth Koulouris, chef analyste à la SCHL pour la RMR de Québec.

« Sur le marché de la revente, les faibles taux d'intérêt et l'offre plus vaste de propriétés à vendre se traduiront par une croissance des transactions Centris®, à savoir de 4 % en 2016 et de 3 % en 2017 », précise Mme Koulouris. Par ailleurs, les conditions de marché seront à l'avantage des acheteurs et conduiront à de faibles hausses du prix moyen des habitations, soit 1 % en 2016 et 1,5 % en 2017.

Sur le marché locatif, l'ajout d'une offre importante et une demande qui augmentera moins rapidement qu'auparavant auront pour effet de détendre le marché d'ici 2017. Le taux d'inoccupation passera ainsi de 3,9 % en 20151 à 4,5 % en 2016, pour finalement s'établir à 5,0 % en 2017.

Enfin, en plus des perspectives régionales jusqu'en 2017, une analyse de la demande locative à plus long terme a été présentée afin de mettre en lumière les tendances à venir sur cet important marché.

Québec sous la loupe : cartographie d'un marché - RMR de Québec

Sur le marché du neuf, un ralentissement de la construction de maisons unifamiliales est attendu sur la Rive-Sud et dans le secteur Périphérie Nord. « Quant aux mises en chantier de copropriétés, nous nous attendons à ce qu'elles diminuent surtout dans les secteurs de Sainte-Foy-Sillery, de Saint-Augustin-Cap-Rouge et de la Haute-Ville », précise Marie-Claude Guillotte, analyste principale de marché à la SCHL.

Sur le marché de la revente, les secteurs à la fois bien situés et plus abordables, comme Les Rivières et Charlesbourg, continueront d'attirer les acheteurs de maisons unifamiliales et de copropriétés.

Les marchés locatifs de Sainte-Foy-Sillery et de la Rive-Sud Est connaîtront potentiellement une forte activité de construction dans les prochaines années. « Dans ces secteurs, l'offre additionnelle pourrait entraîner une hausse du taux d'inoccupation plus marquée que l'augmentation moyenne enregistrée pour la RMR », indique Mme Guillotte.

Enfin, le nombre de places disponibles dans les résidences pour personnes âgées est appelé à s'accroître sur la Rive-Sud et à Sainte-Foy-Sillery au cours des trois prochaines années.

En tant qu'autorité en matière d'habitation au Canada, la SCHL contribue à la stabilité du marché de l'habitation et du système financier, vient en aide aux Canadiens dans le besoin et fournit des résultats de recherches et de l'information aux gouvernements, aux consommateurs et au secteur de l'habitation du Canada.

Suivez la SCHL sur Twitter @SCHL_ca

1 Donnée préliminaire

Renseignements