Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

26 févr. 2008 18h01 HE

Congrès du travail du Canada : Un budget déséquilibré et injuste

Le gouvernement enlève 55 milliards de dollars aux sans emploi

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 26 fév. 2008) - Selon le Congrès du travail du Canada, il y a une chose que le budget indique clairement aux familles travailleuses tentant de joindre les deux bouts dans une économie qui offre moins qu'avant : l'actuel gouvernement n'est pas de leur côté.

Qualifiant le budget déposé par le ministre des Finances Jim Flaherty de "déséquilibré et injuste", Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada, déclare que le gouvernement fédéral ne met pas la priorité à la bonne place. Il a choisi de prendre de l'argent des poches des travailleurs et travailleuses en chômage et de créer de nouveaux abris fiscaux pour les riches.

"Depuis plus d'une décennie, nos budgets donnent de l'argent aux entreprises mais ne présentent aucun avantage pour les travailleurs et les travailleuses. Il y a quatre jours, Statistique Canada a publié une étude selon laquelle les salariés et les salariées du Canada s'appauvrissent et voient diminuer la stabilité de leurs emplois depuis une décennie. Entre temps, les riches se sont enrichis encore davantage. Quand les budgets seront-ils axés sur les besoins et les aspirations des familles travailleuses ordinaires?", a demandé M. Georgetti.

Selon M. Georgetti, même si la comptabilité est équilibrée dans le budget déposé aujourd'hui, les priorités ne le sont pas du tout.

M. Georgetti faisait remarquer qu'il n'y a rien dans ce budget pour empêcher de nouvelles pertes de bons emplois dans des secteurs fondamentaux tels que l'industrie forestière et le secteur manufacturier. Ce budget choisit plutôt de créer un nouvel abri fiscal qui ne profitera qu'aux plus riches. Il dit qu'il serait beaucoup plus utile aux parents travailleurs qu'on les aide à trouver des places en garderie et en centre de la petite enfance ou à payer les très coûteux médicaments sur ordonnance, que soit réparée l'infrastructure publique qui tombe en ruines ou que soit améliorée la formation professionnelle.

"C'est complètement irresponsable de la part d'un gouvernement, quelle que soit sa couleur politique, d'ignorer le sort de 350 000 travailleurs et travailleuses qui ont perdu de bons emplois dans le secteur manufacturier et l'industrie forestière depuis cinq ans", dit M. Georgetti.

Les manufacturiers, les syndicats et, dernièrement, le gouvernement de l'Ontario ont demandé une vigoureuse politique "Achetons canadien" quant aux biens et aux services que le gouvernement achète, comme celle qui existe aux Etats-Unis, au Mexique et en Europe. La combinaison de pareille politique et d'audacieux investissements dans l'infrastructure publique stimulerait l'économie beaucoup plus que toute réduction d'impôt.

"Il faut s'attendre à de la colère chez les travailleuses et travailleurs en chômage quand ils comprendront que le gouvernement entend, par ce budget, leur enlever 55 milliards de dollars du fonds de l'assurance-chômage. C'est immoral de prendre ainsi de l'argent aux sans emploi."

"Le gouvernement est censé aider les gens et non donner toutes ses ressources de telle sorte qu'il ne le peut plus", a indiqué M. Georgetti.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 136 conseils du travail régionaux.

Renseignements

  • Congrès du travail du Canada
    Jeff Atkinson
    613-526-7425 et 613-863-1413
    ou
    Congrès du travail du Canada
    Jean Wolff
    613-526-7431 et 613-878-6040
    www.congresdutravail.ca.