Comité régional des asso. pour la déficience intellectuelle (CRADI)

13 juin 2010 12h59 HE

CRADI/Lutte à la pauvreté : Oui mais encore

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 13 juin 2010) - Un véritable plan de lutte à la pauvreté impliquerait une vision à long terme, des actions radicales à l'encontre de ceux qui causent la pauvreté, à l'encontre de ceux qui ne paient pas d'impôt… Sept milliards, c'est impressionnant… mais c'est en bonne partie la reconduction de mesures déjà existantes et c'est pour cinq ans.

Peut-on s'attendre à beaucoup d'un gouvernement qui a démontré, à plusieurs occasions, qu'il avait certains problèmes avec la gestion de l'argent des Québécoises? Ne devrait-on pas s'empresser de faire un certain ménage dans les finances publiques? Pourquoi ne pas investir dans la lutte à la pauvreté les sommes que les compagnies fautives doivent au gouvernement? Ne serait-ce pas une bonne façon de redistribuer la richesse?

Le Comité régional des associations pour la déficience intellectuelle, le CRADI, aurait beaucoup de propositions à faire pour réduire la pauvreté, entre autres celle des personnes handicapées. L'accès aux services sociaux et de santé en est une; pour le moment, dans la région de Montréal, des centaines de personnes ayant une déficience intellectuelle sont sur les voies de garage et perdent désespérément leur temps en attendant des services de réadaptation, de développement de l'employabilité, etc., qui leur permettraient d'espérer vivre «à part entière». L'accès aux logements sociaux, l'accès à l'emploi avec un contrat d'intégration au travail sont d'autres mesures déjà existantes qui mériteraient plus d'investissements. Quand le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale a sorti son plan de lutte à la pauvreté, le 7 juin, dernier jour de la Semaine québécoise des personnes handicapées, on s'attendait à quelque chose de spécial pour ces personnes. Quelques jours plus tard, on ne comprend pas toujours pas!

Il y a moyen de lutter contre la pauvreté quand on le veut et quand on en fait le choix. C'est d'ailleurs le choix que devrait faire tout gouvernement qui se dit le gouvernement de tous les citoyens. Du travail, un salaire décent pour le travail effectué, l'accès aux services requis, des logements sociaux en nombre suffisant, et pas de tarification des services publics. Peut-on encore tolérer que des gens aient de la difficulté à se nourrir, à se loger ou qu'ils soient laissés pour compte, dans une société comme la nôtre? 

Le CRADI regroupe 29 organismes qui oeuvrent dans le secteur de la déficience intellectuelle à Montréal, groupes qui soutiennent les familles de personnes ayant une déficience intellectuelle et offrent des activités aux personnes handicapées. Le CRADI défend les droits de ces personnes.

Renseignements

  • Comité régional des associations pour
    la déficience intellectuelle (CRADI)
    Hélène Morin
    Responsable des communications
    514-255-8111
    helene.morin@cradi.com