Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

08 juin 2007 12h57 HE

CTC : La qualité des emplois continue de baisser

Le Canada a perdu 12 000 autres emplois manufacturiers en mai

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 8 juin 2007) - Le mois dernier, le Canada a perdu 58 000 autres emplois du secteur privé, dont 12 000 du secteur manufacturier, qui continue de s'effondrer sous l'effet de l'appréciation du dollar canadien sans que le gouvernement fédéral ne laisse espérer d'aide. Cela porte à 64 000 le nombre des emplois manufacturiers éliminés depuis janvier selon l'Enquête sur la population active publiée mensuellement par Statistique Canada.

"Combien d'emplois à plein temps qui paient bien, l'économie canadienne perdra-t-elle avant que le gouvernement fédéral ne se rende compte que nous vivons une crise?", demande Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

M. Georgetti déclare qu'un trop grand nombre de décideurs fédéraux se laissent berner par la stabilité du taux de chômage alors que les statistiques indiquent clairement que la qualité des emplois disponibles au Canada baisse.

Le nombre des emplois de salariés à plein temps a diminué en mai, mais leur baisse a été compensée par une augmentation du nombre des personnes qui se considèrent comme des travailleurs ou travailleuses autonomes. Or, la plupart des emplois autonomes comportent moins de sécurité et une rémunération plus faible que les emplois de salariés. Ce qui est encore plus frappant, c'est que presque tous les nouveaux emplois de salariés créés jusqu'à présent en 2007 (226 000 sur 229 000) se trouvent dans le secteur des ventes et des services, au moins le tiers d'entre eux entrant dans la catégorie d'emplois la moins rémunératrice (hébergement et restauration).

"Oui, il y a des emplois disponibles, mais il est clair que la qualité des nouveaux emplois offerts aux Canadiens et Canadiennes ne cesse de diminuer par rapport à celle des emplois éliminés. Je crois que les gens méritent mieux que cela", dit M. Georgetti.

Données sur le chômage - En mai 2007, soit le mois dernier, le taux de chômage est demeuré à 6,1 %, la perte d'emplois de salariés étant de nouveau compensée par une augmentation du travail autonome. Le secteur manufacturier continue de perdre des emplois : 12 000 ont été éliminés en mai, s'ajoutant aux 19 000 éliminés en avril. Ce secteur a perdu plus d'un quart de million d'emplois depuis cinq ans. Le mois dernier, le nombre des Canadiens et Canadiennes qui voulaient travailler mais qui n'avaient pas d'emploi était de 1 083 600.

Analyse de l'économiste Andrew Jackson

L'Enquête sur la population active publiée aujourd'hui témoigne d'une alarmante dégradation de la qualité des emplois et démentit l'idée que le marché du travail du Canada est très serré uniquement parce que son taux de chômage est bas.

En mai, nous avons perdu 58 000 emplois dans le secteur privé. Cela a été éclipsé par la forte augmentation du travail autonome (56 000 emplois). Au moins les deux tiers des emplois créés depuis décembre se présentent sous forme de travail autonome. Or, la plupart des emplois autonomes comportent une rémunération moindre et moins de sécurité que les emplois de salariés.

En mai, nous avons perdu 12 000 autres emplois manufacturiers qui payaient raisonnablement bien. Nous en avions perdu 19 000 en avril. Il est indéniable que le rythme de l'élimination des emplois dans le secteur accélère par suite de la récente appréciation du dollar canadien. Entre temps, nous avons perdu 16 000 emplois dans le secteur primaire (exploitation forestière, pêche, mines, pétrole et gaz) depuis décembre.

Il est clair que la qualité des nouveaux emplois est inférieure à celle des emplois éliminés par suite de la restructuration industrielle. Ce qui est frappant, c'est que presque tous les nouveaux emplois de salariés créés depuis un an (226 000 sur 229 000) se trouvent dans le secteur des ventes et des services. C'est la catégorie d'emplois la moins rémunératrice, qui comprend de nombreux emplois à temps partiel. Le tiers des emplois créés depuis décembre se trouve dans le secteur le moins rémunérateur de tous, qui est celui de l'hébergement et de la restauration.

Les travailleurs industriels déplacés doivent nettement surmonter un énorme obstacle pour trouver de nouveaux emplois de qualité comparable. La situation est pire en Ontario qu'ailleurs. Dans cette province, 32 000 emplois manufacturiers ont été éliminés depuis décembre mais le total des emplois de la province n'a augmenté que de 21 000 et tous les nouveaux emplois se trouvent dans le secteur de l'hébergement et de la restauration (augmentation de 26 000). La situation n'est que légèrement meilleure au Québec, où 31 500 emplois manufacturiers ont été éliminés depuis le début de l'année.

Puisque le taux de chômage est de 6,1 %, de nombreuses personnes croient que l'économie canadienne "dépasse la capacité de la population active". La Banque du Canada projette de hausser bientôt les taux d'intérêt et le gouvernement fédéral élargit son programme des travailleurs étrangers temporaires.

Pourtant, les données indiquent clairement que la qualité des nouveaux emplois est très faible, ce qui porte à croire que de nombreux travailleurs et travailleuses canadiens seraient disposés à occuper des emplois raisonnablement bien payés et stables si l'on en créait.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 136 conseils du travail de district. Site web : www.congresdutravail.ca.

Renseignements

  • Congrès du travail du Canada
    Jeff Atkinson
    Communications
    613-526-7425 and 613-863-1413
    ou
    Congrès du travail du Canada
    Andrew Jackson
    Economiste
    613-526-7445