Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

05 janv. 2007 11h29 HE

CTC/Statistiques de l'emploi : Croissance inégale et avantages mal distribués

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 5 jan. 2007) - "Les statistiques de l'emploi publiées aujourd'hui n'ont pas l'allure de bonnes nouvelles quand on les regarde de près et qu'on en épluche les détails", dit Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada, à propos de L'enquête sur la population active pour le mois de décembre 2006 de Statistique Canada. (Voir ci-dessous l'analyse de l'économiste Erin Weir)

"Le gros de la croissance de la création d'emplois est concentré dans quelques régions. Une trop grande proportion des nouveaux emplois sont des emplois précaires ou à temps partiel bien que, durant les douze derniers mois, il y a eu croissance dans les emplois à temps plein. Alors que les économistes des banques s'inquiètent d'un marché où il y a manque de main-d'oeuvre, la grande majorité des travailleurs et travailleuses n'a eu aucune augmentation de salaire pour refléter la productivité. L'économie produit une croissance inégale qui ne distribue pas correctement ses avantages."

"Il devient vraiment urgent que le gouvernement fédéral confronte la réalité d'une économie dont la vitalité n'est que superficielle. Le Canada a besoin d'un plan, d'une stratégie de l'emploi. Le Congrès du travail du Canada estime que nous sommes aux prises avec une grave crise d'adaptation du marché du travail qui exige une solution réfléchie et coordonnée de la part de tous les niveaux de gouvernement en collaboration étroite avec les syndicats et le patronat", conclut Georgetti.

Données sur le chômage - Selon l'Enquête sur la population active de Statistique Canada, pour le mois de décembre 2006, le taux de chômage a diminué légèrement pour se placer à 6,1 % par rapport à 6,3 % en novembre. Pour toute l'année 2006, il y a eu croissance de l'emploi à cause du boom en Alberta et dans les autres provinces pétrolifères telles la Saskatchewan, la Colombie-Britannique et Terre-Neuve-et-Labrador. Toutefois, en 2006, la crise du secteur manufacturier s'est aggravée, et 60 000 travailleurs et travailleuses ont perdu leur emploi; un total de 216 000 emplois a disparu dans ce secteur où le salaire horaire moyen est de 20,68 $. Le mois dernier, en chiffres désaisonnalisés, 1 075 000 Canadiens et Canadiennes qui voulaient travailler n'avaient pas d'emploi.

Analyse de l'économiste Erin Weir

Taux d'intérêt - Les données sur l'emploi pour 2006 au Canada ne fournissent pas de raison valable à la Banque du Canada pour hausser les taux d'intérêt. La Banque devrait même considérer d'abaisser les taux. Sauf en Alberta, les salaires ont augmenté de façon plutôt modeste. Une hausse des taux d'intérêt aggraverait la crise dans le secteur manufacturier. Pour en savoir plus sur la politique monétaire, voir Le marché canadien du travail fonctionne-t-il vraiment à pleine capacité? sur notre site web.

Disparités dans l'emploi - Le Canada a perdu 216 000 emplois manufacturiers depuis la période de pointe de novembre 2002 dans l'emploi manufacturier. Sur l'ensemble des pertes, 130 000 se sont produites en Ontario.

- Ontario - Environ deux tiers de la croissance de l'emploi dans la province en 2006 sont attribuables à des emplois à temps partiels.

- Nouvelle-Ecosse - Le niveau d'emploi dans la province est inférieur à ce qu'il était en 2005.

- Québec - Le taux le plus bas de chômage dans cette province est attribuable à la réduction du nombre de gens à la recherche d'emploi, et pas nécessairement parce qu'ils ont trouvé un emploi.

Salaires - Les augmentations ont été faibles sauf dans l'Ouest canadien.

- Sauf en Alberta, les taux de salaire horaires ont augmenté de 2,1 % entre décembre 2005 et décembre 2006.

- Sauf en Alberta, en Colombie-Britannique et en Saskatchewan, les salaires ont augmenté de seulement 1,7 %.

- Au Québec, les salaires ont augmenté de 1 % dans l'ensemble et de seulement 0,4 % chez les hommes. Par rapport à l'inflation, l'ensemble des salaires ont stagné, et les salaires des hommes ont diminué. De façon similaire, les augmentations de salaire au Manitoba ont à peine dépassé le taux d'inflation provincial.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 135 conseils du travail régionaux.

Renseignements

  • Congrès du travail du Canada
    Jean Wolff
    Communications
    613-526-7431 et 613-878-6040
    ou
    Congrès du travail du Canada
    Erin Weir
    Economiste
    613-526-7412
    www.congresdutravail.ca