SOURCE: Grands Défis Canada

Grand Challenges Canada

SOURCE: Sauver des cerveaux

Saving Brains

21 juin 2016 18h30 HE

De nouvelles preuves relient l'allaitement maternel exclusif, le jeu et la stimulation précoce à la réussite ultérieure des enfants

Des recherches financées par le gouvernement canadien dans le cadre du programme « Sauver des cerveaux » ont révélé que les bébés allaités exclusivement au sein jusqu'à six mois sont deux fois moins susceptibles d'avoir des troubles de comportement plus tard. Le jeu et la stimulation enrichis à l'âge de 2 ans produisent des enfants plus brillants à l'âge de 4 ans

TORONTO, ON--(Marketwired - 21 juin 2016) - Deux nouvelles études ont approfondi la compréhension scientifique des liens entre ce que l'enfant éprouve dans les premières années de sa vie et son comportement et ses capacités plus tard durant l'enfance.

Financés par le gouvernement du Canada par le truchement de Grands Défis Canada, des chercheurs travaillant en Afrique du Sud et au Pakistan ont présenté leurs résultats dans des études publiées aujourd'hui.

Dans la première étude, une équipe internationale dirigée par la Dre Ruth M. Bland du Africa Centre for Population Health a évalué plus de 1500 enfants en Afrique du Sud, dont 900 avaient participé à une étude sur l'alimentation des jeunes nourrissons.

L'équipe a constaté qu'une plus longue période d'allaitement exclusif est étroitement liée à une moindre fréquence de troubles de comportement entre 7 à 11 ans. Les enfants exclusivement allaités au sein pendant la période recommandée de six mois, en comparaison de ceux qui ont été allaités exclusivement pendant moins d'un mois, étaient environ deux fois moins (56 %) susceptibles d'éprouver des troubles de comportement à l'âge de fréquenter l'école primaire.

Autres constatations qui sont ressorties de l'étude publiée dans PLOS Medicine :

  • La fréquentation d'une crèche (école maternelle) et le QI de la mère sont des déterminants importants du développement cognitif de l'enfant.
  • Les enfants qui ont fréquenté une crèche pendant au moins un an étaient 74 % plus susceptibles d'avoir une fonction exécutive supérieure (qui nous permet de planifier, de concentrer notre attention, de mémoriser des instructions et de mener à bien plusieurs tâches simultanément. Le cerveau a besoin de cet ensemble de compétences pour filtrer les distractions, prioriser les tâches, fixer et atteindre des objectifs, et contrôler les impulsions. Par conséquent, la fonction exécutive influe sur la réussite scolaire et sociale.)
  • Les enfants stimulés à la maison, par exemple au moyen du jeu, étaient un tiers (36 %) plus susceptibles d'obtenir de meilleurs scores pour la fonction exécutive.
  • Il y avait des preuves moins concluantes que, dans le cas des garçons, l'allaitement exclusif pendant plus d'un mois améliorait le développement cognitif.

L'étude a également examiné un certain nombre de facteurs de la vie courante qui pourraient influer sur le développement de l'enfant, révélant que les enfants étaient deux fois et demi plus susceptibles d'éprouver des problèmes émotionnels et comportementaux si leur mère avait un problème de santé mentale courant ou un stress parental grave.

" La durée de l'allaitement exclusif d'un jeune enfant a une plus grande importance qu'on ne l'avait réalisé jusque-là pour plusieurs aspects du développement ", a déclaré l'auteur principal, le Dr Tamsen J. Rochat, du Human Sciences Research Council, à Durban, en Afrique du Sud.

" Ainsi, les troubles de comportement qui apparaissent durant l'enfance peuvent conduire à des comportements agressifs ou perturbateurs qui interfèrent avec les relations d'apprentissage et les liens avec les pairs, engendrant à leur tour une piètre estime de soi et d'autres problèmes de comportement. Les problèmes de conduite qui commencent durant l'enfance et qui persistent à l'adolescence sont associés à une hausse des comportements antisociaux (potentiellement violents ou criminels), une mauvaise santé mentale à long terme et un faible rendement scolaire plus tard dans la vie. "

" Les résultats qui ressortent d'études menées dans des pays à revenu élevé montrent que le coût économique des troubles de comportement est énorme ", d'ajouter la Dre Bland. À titre d'exemple, une publication du Royaume-Uni citée dans l'étude a estimé que le coût annuel de la criminalité attribuable aux gens qui avaient éprouvé des problèmes de conduite durant l'enfance à 117 milliards de $US.

L'étude a également été l'une des premières à évaluer l'impact de l'exposition au VIH sur le développement des enfants en âge de fréquenter l'école primaire en Afrique. Des études antérieures avaient laissé entrevoir que les enfants séronégatifs nés d'une mère séropositive étaient désavantagés, notamment sur le plan du développement affectif et comportemental. Cette étude a montré que les enfants séronégatifs nés d'une mère séropositive avaient un aussi bon rendement que ceux qui étaient nés d'une mère séronégative.

Jeu et communication - la " stimulation attentive " - est avantageuse pour les enfants pauvres des régions rurales du Pakistan

La seconde étude, publiée dans The Lancet Global Health et dirigée par la Dre Aisha K. Yousafzai de l'Université Aga Khan, à Karachi, a suivi une cohorte d'enfants pauvres dans une région rurale du Pakistan dont les parents avaient été guidés vers un renforcement des soins nutritionnels et de la " stimulation attentive " utilisée jusqu'à l'âge de 2 ans.

Dans l'intervention axée sur la stimulation attentive, les soignants ont été formés pour observer et répondre aux signaux de leur enfant durant des activités de jeu et de communication, améliorant ainsi la qualité des interactions.

L'intervention, adaptée de l'approche " Soins pour le développement de l'enfant " de l'UNICEF et de l'Organisation mondiale de la Santé (facilement accessible en ligne), comprend l'utilisation d'articles ménagers courants ou de jouets artisanaux pour stimuler les compétences cognitives, langagières, motrices et affectives (émotions / sentiments) chez les enfants.

À l'âge de 4 ans, les enfants qui ont reçu l'intervention axée sur la stimulation attentive étaient, à des degrés divers, plus susceptibles d'avoir :

  • Un QI supérieur;
  • De meilleures compétences préscolaires (pour les tailles, les comparaisons et les formes);
  • Une meilleure fonction exécutive;
  • Un comportement davantage pro-social.

L'étude de suivi a également constaté que les parents étaient de meilleurs soignants.

La recherche a porté sur 1302 enfants de quatre ans et leurs mères qui avaient participé à l'étude originale, laquelle avait montré aussi que la stimulation attentive favorisait de manière significative " le développement cognitif, langagier et moteur des enfants à l'âge de 2 ans. " Les chercheurs ont l'intention de suivre cette cohorte tout au long de leurs études.

" Les capacités avantagées par la stimulation sont importantes pour la préparation et la transition réussie à l'école maternelle ", a affirmé la Dre Yousafzai. " L'étude a démontré que les compétences évaluées prédisent la participation et la réussite scolaires à plus long terme. "

" D'autres études ont montré que le succès précoce des enfants est clairement lié à leur potentiel de productivité et de revenu plus tard dans la vie et, à une grande échelle, il a un impact sur le bien-être économique des sociétés. "

L'inclusion de l'intervention de stimulation dans les programmes de santé est importante afin d'appuyer un sain développement. Il est à espérer que d'autres recherches suivront pour mieux éclairer la façon d'optimiser des approches intégrées de la santé, de la croissance et du développement.

Les recherches menées en Afrique du Sud et au Pakistan récemment publiées suivent de près la sortie d'une autre étude de Grands Défis Canada, réalisée à l'Université Harvard, qui montre qu'un tiers des enfants âgés de 3 ou 4 ans dans les pays à revenu faible ou intermédiaire n'atteignent pas les jalons prévus dans leur développement.

Grands Défis Canada a financé ces études dans le cadre de sa contribution au partenariat " Sauver des cerveaux ", dont la portée internationale ne cesse de s'étendre et qui doit se réunir lors d'une conférence, à Toronto, le 21-22 juin prochains, pour examiner les résultats de 11 études de suivi, dont les deux études publiées aujourd'hui.

" Un enfant sur trois dans les pays en 'développement' ne parvient pas à se développer à son plein potentiel. Ces études montrent comment les parents peuvent contribuer au développement d'enfants intelligents et sociaux qui prennent de bonnes décisions : allaitez les bébés et jouez avec les enfants ", a déclaré le Dr Peter A. Singer, chef de la direction de Grands Défis Canada.

Pour plus d'information, visitez grandchallenges.ca et suivez-nous sur Facebook, Twitter, YouTube et LinkedIn.

Au sujet de Sauver des cerveaux

Sauver des cerveaux est un partenariat de Grands Défis Canada, la Fondation Aga Khan Canada, la Fondation Bernard van Leer, la Fondation Bill & Melinda Gates, la fondation ELMA, Grands Défis Éthiopie, la Fondation Maria Cecilia Souto Vidigal, la Fondation Palix, la fondation UBS Optimus et Vision Mondiale Canada. Le partenariat recherche et appuie des idées audacieuses portant sur des produits, des services et des modèles de mise en œuvre qui protègent et favorisent le développement précoce du cerveau au sein des populations pauvres et marginalisées des pays à revenu faible ou intermédiaire.

www.savingbrainsinnovation.net

Au sujet de Grands Défis Canada

Grands Défis Canada est voué à appuyer des idées audacieuses ayant un grand impactMC en santé mondiale. Nous sommes financés par le gouvernement du Canada et nous offrons du soutien à des innovateurs de pays à revenu faible ou intermédiaire et du Canada. Les idées audacieuses que nous appuyons intègrent l'innovation scientifique, technologique, sociale et commerciale en vue de trouver des solutions durables à des défis en santé - ce que nous appelons l'Innovation intégréeMD. Grands Défis Canada met l'accent sur des défis définis par des innovateurs dans le cadre de son programme Les Étoiles en santé mondiale, et sur des défis ciblés dans le cadre des programmes Sauver des vies à la naissance, Sauver des cerveaux et La Santé mentale dans le monde. Grands Défis Canada travaille en étroite collaboration avec le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et Affaires mondiales Canada pour catalyser le déploiement à l'échelle, la durabilité et l'impact. Nous sommes centrés sur les résultats et sur les moyens de sauver et d'améliorer des vies.

www.grandsdefis.ca

Des interviews à l'avance sont disponibles.

L'étude publiée dans PLOS Medicine peut être prévisualisée par les médias à bit.ly/1U488sG.

L'étude publiée dans Lancet Global Health peut être prévisualisée par les médias à bit.ly/28IrvaE.

Photos haute résolution : bit.ly/1WLxvFu.

Image disponible: http://www.marketwire.com/library/MwGo/2016/6/21/11G103770/Images/KABC_5-c9934b34a8e2aafc93208ccadecb1d89.jpg
Image disponible: http://www.marketwire.com/library/MwGo/2016/6/21/11G103770/Images/IMG_20130910_105737-3d4be4ad6d49b78f8e8ef8d027621c94.jpg

Renseignements

  • DEMANDES DE RENSEIGNEMENTS DES MÉDIAS
    LIAM BROWN
    Attaché de presse
    Grands Défis Canada
    Tél. +1 (416) 673-6542 / +1 (647) 328-2021
    liam.brown@grandchallenges.ca

    Terry Collins
    Tél. +1 (416) 538-8712 / +1 (416) 878-8712
    tc@tca.tc