Pêches et Océans Canada

Pêches et Océans Canada

21 nov. 2006 08h00 HE

Déclaration de Loyola Hearn, Ministre des Pêches et des Océans : Des pêches durables aujourd'hui et demain/Journée mondiale des pêches-21 novembre 2006

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 21 nov. 2006) - La Journée mondiale des pêches est une journée pour réfléchir sur notre responsabilité et notre lien - passés et présents - à l'égard des pêches mondiales. C'est aussi une journée pour examiner nos bonnes pratiques et les lacunes à combler dans la gestion de ces ressources précieuses.

La pêche est un mode de vie pour des millions de personnes, et des millions d'autres dépendent du poisson pour se nourrir. Au Canada, l'industrie de la pêche fournit 80 000 emplois directs et des milliers d'autres emplois connexes.

Tous les pays semblent convenir de l'importance de la santé des pêches, mais nous devons réaliser des changements importants si nous voulons maintenir la prospérité des stocks de poisson.

En 2006, nous sommes encore confrontés à une surpêche effrénée en haute mer. Près de chez nous, le flétan du Groenland n'arrivera pas à se reconstituer si les quotas ne sont pas respectés, disent les scientifiques. Ceux-ci nous avertissent d'un éventuel effondrement du thon rouge de l'Atlantique si les pêcheurs du stock de l'Atlantique Est ne commencent pas à suivre les règles. Malheureusement, ces histoires ne sont pas isolées, et tous les pays côtiers en connaissent des semblables.

Une grande partie du problème vient du simple fait qu'il y a trop de bateaux très performants pour pêcher trop peu de poisson. Cependant, la réduction du nombre de bateaux ou la diminution de leur force destructrice ne suffirait pas à résoudre le problème. En effet, nous devons changer entièrement notre façon de gérer les pêches. Nous devons mettre l'accent sur nos réussites, sur les mesures dont nous connaissons l'efficacité, et sur la recherche de nouvelles façons de profiter de la ressource tout en assurant sa pérennité.

Lorsque la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique a imposé des sanctions l'année dernière à une des parties qui pratiquent la pêche, celui-ci a vu la taille de sa flottille diminuer radicalement, et des inspections obligatoires au port et des vérifications en mer ont été mises en place.

Lorsque les membres de la Commission des poissons anadromes du Pacifique Nord ont décidé de s'attaquer au déclin des stocks de saumon du Pacifique, ils ont mis fin à la pêche hauturière au saumon dans l'océan Pacifique Nord et se sont regroupés pour faire appliquer les changements. Une solide collaboration dans la surveillance a permis de réduire de 90 % la pêche illégale au filet dérivant dans cette zone.

Le Canada et ses alliés étaient déterminés à obtenir des résultats semblables à la réunion de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest en septembre, et cela a fonctionné. C'est ainsi qu'avec les nouvelles mesures de l'OPANO, les bateaux qui ne déclarent pas leurs prises avec exactitude feront l'objet d'une enquête approfondie et seront dirigés au port pour inspection immédiate. Ils seront confrontés dans leur pays non plus à de simples réprimandes, mais à des pénalités telles que des amendes, des saisis d'engins et de prises ainsi que des suspensions de permis et de quotas.

Adopter la ligne dure à l'égard des contrevenants fait partie de la solution. De plus, nos décisions dans la gestion des pêches doivent se fonder sur les bons principes scientifiques ainsi que sur les approches écosystémiques et de précaution. Cela signifie que nous devons tenir compte de l'habitat du poisson et des zones marines sensibles dans le processus décisionnel, et privilégier la prudence si nous ne possédons pas toutes les données sur l'état du poisson.

Lorsqu'on réunit les moyens à notre disposition - baser les décisions sur les bons principes scientifiques, faire preuve de prudence, tenir compte de l'ensemble de l'écosystème, et faire une application serrée de ces mesures -, la durabilité des pêches devient réalisable.

Nous avons des exemples pour le prouver : les stocks de saumon dans l'océan Pacifique Nord sont en meilleure santé; les prises réalisées par les membres de la CPAPN l'an dernier se sont approchées des niveaux records; le stock de limande à queue jaune de l'Atlantique Nord-Ouest s'est rétabli après quatre ans d'un moratoire imposé par l'OPANO; enfin, le stock d'espadon de l'Atlantique s'est reconstitué dans les premières années d'un plan de rétablissement de dix ans mis en place par la CICTA.

Nous devons ajouter d'autres exemples, et nous devons continuer d'apprendre de nos erreurs et de nos réussites. Nous devons également garder en tête d'agir plus tôt que plus tard, oublier les gains à court terme et viser les intérêts à long terme.

L'histoire de la pêche au Canada est longue et empreinte de fierté. Nos collectivités côtières et notre mode de vie ont été créés à partir de cette activité, et je suis déterminé à la voir se poursuivre.

La Journée mondiale des pêches est un moment de réflexion et de célébration. A partir d'aujourd'hui, elle devrait aussi être l'occasion de faire le bilan des changements apportés pour assurer la durabilité des pêches.

L'honorable Loyola Hearn

Ministre des Pêches et des Océans

http://www.dfo-mpo.gc.ca

Renseignements

  • Pêches et Océans Canada, Ottawa
    Cabinet du Ministre
    Steve Outhouse, Directeur des Communications
    613-992-3474