Pêches et Océans Canada

Pêches et Océans Canada

23 nov. 2006 12h19 HE

Déclaration de Loyola Hearn, ministre des Pêches et des Océans : Le ministre Hearn accueille favorablement la résolution de l'ONU

OTTAWA, ONTARIO--(CCNMatthews - 23 nov. 2006) - Les fonctionnaires ont conclu aujourd'hui une séance de négociations intensives afin de mettre la dernière main à une ébauche de résolution sur les pêches durables. Cette résolution porte sur un large éventail de sujets importants pour le Canada, en particulier sur des mesures plus sévères pour combattre la pêche illégale et protéger les stocks de poissons chevauchants.

Le sujet qui a suscité le plus d'attention concerne les discussions visant à trouver la meilleure formule possible pour traiter de la question des impacts de la pêche sur les fonds marins.

A ce sujet, le Canada a fait valoir clairement sa position. Nous recherchons des moyens pratiques, applicables et justes pour protéger les zones fragiles de l'océan, tout en permettant la pratique d'une pêche responsable. Nous avons également travaillé avec les autres membres de l'ONU pour parvenir à un accord concret comportant des mesures qui pourraient être respectées et mises en oeuvre par tous les participants.

Je me réjouis d'apprendre que dans le contexte de la proposition conjointe entre le Canada et l'Australie, nous sommes sortis de l'impasse hier soir. La résolution élaborée par consensus sera soumise maintenant pour adoption à l'Assemblée générale. Cette résolution comprend des mesures de conservation solides pour prévenir les impacts négatifs de la pêche sur les fonds marins dans les zones fragiles des océans. Ces mesures seraient mises en oeuvre à la fois par les organisations régionales de gestion des pêches (ORGP) et par les pays qui pratiquent la pêche en haute mer.

La résolution est pratique parce qu'elle hausse la norme de la gestion responsable des zones fragiles. Par exemple, les mesures relatives aux monts sous-marins pour lesquelles le Canada a fait pression à la réunion de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest constitueraient désormais des pratiques normales pour les ORGP. Il s'agit entre autres de fonder les décisions de gestion sur des données scientifiques solides, d'appliquer le principe de précaution et de restreindre les activités de pêche aux alentours des zones marines sensibles. Et si nous ne pouvons pas protéger adéquatement ces zones vulnérables, cela veut simplement dire qu'il n'y aura pas de pêche dans ces zones.

Les mesures sont applicables parce que les ORGP ont l'autorité légale d'appliquer des mesures de conservation, et que les pays pêcheurs disposent des outils juridiques pour contrôler les agissements de leurs bateaux de pêche. Quant aux zones de la haute mer qui ne sont pas réglementées par une ORGP, les mesures que les pays pêcheurs adoptent seraient rendues publiques de sorte que ces pays pourraient être tenus d'en rendre compte.

Enfin, cette résolution est juste parce que les pays responsables pourront continuer à pêcher de façon responsable en haute mer, comme cela devrait être. Elle est juste aussi parce que les mesures seraient transparentes, les pays étant encouragés à nommer, à dénoncer et à isoler ceux qui ne respectent pas les règles, ainsi qu'à faire pression sur eux.

Je suis fier de ces résultats et du rôle qu'a joué le Canada pour rapprocher les diverses positions et parvenir à un consensus. Ces mesures démontrent la façon dont le nouveau gouvernement du Canada travaille avec la communauté internationale pour protéger les écosystèmes marins vulnérables et gérer les pêches de façon durable.

L'honorable Loyola Hearn
Ministre des Pêches et des Océans

Renseignements

  • Pêches et Océans Canada, Ottawa
    Cabinet du Ministre
    Michelle Brazil
    Attachée de presse
    613-992-3474