René Simard

17 nov. 2005 14h45 HE

Déclaration de monsieur René Simard

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 17 nov. 2005) - Je vous remercie d'avoir répondu en si grand nombre à notre invitation faite avec quelques heures d'avis seulement.

Je n'ai accordé qu'une seule entrevue sur le sujet de Guy Cloutier. C'était il y a quelques mois, à l'émission Tout le monde en parle, de Radio-Canada. J'avais alors dit que c'était ma première et dernière entrevue sur cette question. Aujourd'hui, je me présente devant vous non pas pour rompre ma promesse mais pour faire une déclaration. Une déclaration qui s'impose après la sortie du livre écrit par un journaliste sur la tragique histoire de ma soeur Nathalie.

J'ai attendu quelques jours avant de vous rencontrer. Pour deux raisons. La première, c'est qu'il aurait été irrévérencieux de nuire au lancement et à la promotion du livre que ma soeur a tant voulu écrire. La seconde est aussi très compréhensible : il me fallait prendre le temps de bien lire ce livre.

Je comprends très bien les raisons pour lesquelles Nathalie a voulu raconter son calvaire. Elle se devait de le faire pour, comme elle a si bien dit, "tourner la page". Mais je dois vous confier que la lecture de "Briser le silence", surtout des parties me concernant, m'a bouleversé.

Dans certains chapitres, j'essayais de me reconnaître sans y parvenir. Le René Simard décrit dans ce livre par le journaliste n'a jamais été celui qui est devant vous aujourd'hui. Et il ne le sera jamais !

Les remarques ou les actions négatives qu'on m'attribue sont totalement fausses, irrespectueuses et pleines de méchancetés à mon endroit et envers les membres de ma famille. Elles ne correspondent pas à mes valeurs ni à l'amour que j'ai pour Nathalie et pour le reste de ma famille. J'ai toujours traité mes parents, mes frères et mes soeurs avec respect et dignité, dans les bons comme dans les mauvais moments. J'ai toujours pris soin de mes enfants, de ma femme et de mes amis. Avec amour et affection.

Il est tout à fait étonnant que l'auteur de ce livre, un journaliste que l'on dit de métier, n'ait pas pris la peine de me rencontrer pour vérifier certains faits et pour obtenir ma version des événements. Il est tout aussi surprenant de constater que le journaliste ne cite presque aucune source et que plusieurs de ses affirmations semblent ne s'appuyer sur rien. Son livre est une litanie de suppositions et de points de suspension. Il pointe du doigt des gens qui n'ont jamais été accusés ni même soupçonnés de quoi que ce soit.

Ceux et celles qui me connaissent savent que je ne suis pas porté au blasphème et que je n'exerce pas la cruauté mentale. C'est pourtant ce que les lecteurs de ce livre auront tendance à conclure. Mais, jamais, au grand jamais, je me suis moqué du physique de ma soeur comme jamais je lui ai déconseillé de voir un psychologue. Cela ne me ressemble tout simplement pas. Non seulement cela ne me ressemble pas mais cela ne m'a jamais traversé l'esprit. Ma petite soeur Nathalie, je l'aime, je l'ai toujours aimée et j'ai toujours été fier d'elle et de ses succès.

L'auteur du livre va plus loin en accusant certaines personnes de l'entourage de Nathalie, dont moi, d'avoir formé un clan pour l'empêcher notamment d'obtenir l'argent qui lui était dû. Il affirme aussi qu'après que Nathalie m'ait révélé les agressions violentes de notre imprésario à son endroit, j'ai voulu acheter le silence de ma soeur avec de l'argent.

Après m'avoir révélé les agressions violentes dont elle a été victime, Nathalie a discuté souvent avec moi des mesures à prendre. Etant ma soeur, j'avais la ferme intention de la protéger et de la venger. J'avais cru comprendre qu'une maison et de l'argent apporteraient du baume à ses souffrances. Quand je lui ai offert de discuter de cet arrangement avec Guy Cloutier, elle était d'accord. Elle a même dit que si ça fonctionnait, il lui achèterait son paradis Dans toute cette affaire, j'ai toujours fait en sorte qu'elle se sente mieux. Je pensais alors que c'était la meilleure solution. Il est facile après coup de faire la morale, surtout pour des gens qui n'ont pas vécu cette tragédie.

Concernant l'argent de Nathalie, il est exact de dire que j'étais le tuteur aux biens de ma soeur. J'avais alors 18 ans et je ne connaissais rien de la comptabilité et de la gestion de budgets. Tous mes amis savaient d'ailleurs que je n'étais alors pas très habile dans ces domaines. Je ne savais absolument rien de mes affaires, encore moins celles de Nathalie.

Dans son livre, le journaliste omet de dire que nous avons vécu beaucoup de beaux moments ensemble. Il oublie de préciser que Guy Cloutier a touché à ce que j'avais de plus précieux au monde.

Aujourd'hui, malgré la publication de ce livre, je n'en veux aucunement à Nathalie mais je suis complètement dévasté de voir que l'auteur éclabousse des membres de ma famille qui ne mérite pas ce traitement injuste. Je tiens à rappeler que notre famille continue à souffrir des agressions violentes de Guy Cloutier à l'endroit de notre soeur.

Je n'ai pas l'intention d'entrer dans les détails de notre histoire et de commenter toutes les insinuations du livre, comme certaines personnes le souhaiteraient. Tous les membres de notre famille cherchent à vivre en paix. Je vous demande de nous laisser soigner nos plaies dans notre intimité. Il y a peu de familles qui sortiraient indemnes d'un tel drame mais je crois que nous nous aimons suffisamment pour passer à travers. Et pour refaire notre unité complète. Je le souhaite de tout mon coeur.

Je vous remercie de votre attention et je vous demande d'accepter et de respecter ma décision de ne répondre à aucune question.

Renseignements

  • Communications André Bouthillier inc.
    André Bouthillier
    (514) 732-4114
    (514) 895-0127