Commissariat aux langues officielles

Commissariat aux langues officielles

04 déc. 2007 16h02 HE

Déclaration du commissaire aux langues officielles : Portrait linguistique établi d'après le Recensement de 2006

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 4 déc. 2007) -

Le commissaire aux langues officielles, M. Graham Fraser, a formulé certains commentaires à la suite de la publication du portrait linguistique du Canada établi par Statistique Canada d'après le Recensement de 2006.

"J'ai pris connaissance ce matin du portrait linguistique établi par Statistique Canada. Si certaines données traduisent certaines réussites, d'autres se révèlent préoccupantes.

On peut tout d'abord se réjouir de la vigueur du français au Canada, puisque 110 000 personnes de plus ont le français comme langue maternelle par rapport au Recensement de 2001. Au pays, quelque 7 millions de francophones font en sorte que la dualité linguistique soit solidement ancrée à l'identité canadienne.

Bien sûr, je remarque que la proportion de francophones a diminué dans les provinces et territoires à l'extérieur du Québec, même si leur nombre reste stable dans l'ensemble.

Je note aussi que le nombre de Québécois anglophones a légèrement augmenté et qu'ils sont aussi plus nombreux à se déclarer bilingues. Cette hausse du taux de bilinguisme témoigne de la volonté de la communauté anglophone de continuer de participer pleinement à la société québécoise.

On constate que 995 000 anglophones(i) vivent au Québec et que 975 000 francophones vivent dans les autres provinces et territoires. Ces données reflètent bien ce dont j'ai été témoin depuis un an d'un bout à l'autre du pays, soit qu'il existe au Canada des communautés de langue officielle dynamiques qui affirment leur vitalité de mille et une façons.

En outre, le taux de bilinguisme des anglophones et des allophones continue d'augmenter. Il est encourageant qu'un grand nombre de Canadiens et de Canadiennes veuillent parler les deux langues officielles du pays. Ils forment un important bassin de main-d'oeuvre dans lequel le secteur privé et le gouvernement fédéral peuvent recruter du personnel. Par contre, le nombre de jeunes adultes anglophones de l'extérieur du Québec qui se déclarent bilingues a connu une diminution depuis 2001. Les gouvernements fédéral et provinciaux doivent mettre sur pied des programmes accessibles et efficaces afin de maintenir l'intérêt de la population canadienne pour l'apprentissage de leur seconde langue officielle.

Monsieur Bernard Lord devra tenir compte de ces données lorsqu'il préparera la version renouvelée du Plan d'action en matière de langues officielles afin de favoriser la promotion et le développement des langues officielles au Canada. L'appui du gouvernement fédéral doit être renforcé en ce qui a trait aux différents facteurs de vitalité des communautés de langue officielle - la culture, la santé, la petite enfance et le développement économique local. Nous attendons avec impatience le rapport de monsieur Lord à la mi-janvier. De son côté, le Commissariat poursuivra les travaux de recherche qu'il a entrepris sur la vitalité des communautés de langue officielle."

(i) Il ne s'agit pas nécessairement de leur langue maternelle. Dans ses tableaux mis en ligne dans son site Web, Statistique Canada utilise le critère de "première langue officielle parlée". Ce critère permet d'obtenir un portrait beaucoup plus représentatif des diverses communautés.

Renseignements

  • Commissariat aux langues officielles
    Robin Cantin
    Gestionnaire, Relations avec les médias
    613-995-0374
    Cellulaire : 613-324-0999 ou sans frais : 1-877-996-6368
    robin.cantin@ocol-clo.gc.ca